Cuba: Rues calmes et opposants bloqués chez eux, un an après les manifestations

Des gens marchent sur le Paseo del Prado pendant que des membres de la police patrouillent à La Havane, Cuba, lundi 11 juillet 2022 (Photo, AP).
Des gens marchent sur le Paseo del Prado pendant que des membres de la police patrouillent à La Havane, Cuba, lundi 11 juillet 2022 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mardi 12 juillet 2022

Cuba: Rues calmes et opposants bloqués chez eux, un an après les manifestations

  • Des opposants au gouvernement ont appelé sur les réseaux sociaux à commémorer la date
  • Un an jour pour jour après l'éclatement de manifestations historiques, les rues de La Havane restaient calmes

LA HAVANE: Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a promis lundi, à l'occasion du premier anniversaire des manifestations inédites de juillet 2021, que le pays allait sortir de la "complexe situation" économique qu'il traverse, tandis que des dissidents ont accusé les autorités de les empêcher de sortir de chez eux.

Un an jour pour jour après l'éclatement de manifestations historiques dans une cinquantaine de villes du pays aux cris de "Nous avons faim" et "Liberté", les rues de La Havane restaient calmes, les habitants vaquant à leurs occupations habituelles, a constaté l'AFP. De nombreux policiers en civil étaient toutefois visibles dans plusieurs points névralgiques de la capitale.

Cuba va sortir de la "complexe situation" dans laquelle il se trouve, a déclaré sur Twitter le président cubain, alors que le pays traverse une profonde crise économique, la pire depuis trente ans, sous les effets conjugués des conséquences de la pandémie de Covid-19 et des sanctions américaines.

"Nous allons nous en sortir en poursuivant la révolution", a déclaré le chef de l'Etat. "Si nous devons commémorer quelque chose ce 11 juillet, c'est la victoire du peuple cubain, de la Révolution cubaine", a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, une quinzaine de dissidents, artistes ou journalistes indépendants ont accusé la police de les avoir mis en garde pour qu'ils ne sortent pas de chez eux. Certains ont indiqué que des policiers étaient présents devant leur domicile.

"Ils pensent qu'avec deux patrouilles ils vont me faire taire, ils se trompent lourdement", a déclaré dimanche sur Twitter Yurka Rodrigues, la mère d'une jeune manifestante de 25 ans condamnée à huit ans de prison, précisant que son domicile était sous "siège".

Des opposants au gouvernement ont appelé sur les réseaux sociaux à commémorer la date du 11 juillet par de nouvelles manifestations, mais nombre de ceux qui s'étaient fait entendre il y a un an sont désormais en exil ou emprisonnés.

«Divorce»

Les manifestations des 11 et 12 juillet, inédites depuis la révolution de 1959, ont fait un mort et des dizaines de blessés, et plus de 1.300 personnes ont été arrêtées selon l'ONG Cubalex, dont le siège est à Miami.

Selon le gouvernement, 790 manifestants font l'objet de poursuites, dont 488 ont d'ores et déjà été condamnés, certains jusqu'à 25 ans de prison pour "sédition".

Lundi, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a salué la "détermination et le courage" des Cubains face à la "répression" en cours depuis l'éclatement des manifestations.

"Les Américains ont observé avec admiration, le 11 juillet 2021, des dizaines de milliers d'entre vous descendre dans la rue pour faire entendre leur voix en faveur des droits de l'homme, des libertés fondamentales et d'une vie meilleure", a rappelé M. Blinken dans un communiqué.

"Nous rejetons les commentaires du Secrétaire d'Etat des Etats-Unis qui confirment l'implication directe du gouvernement de ce pays dans les tentatives de subversion de l'ordre et de la paix à Cuba, en violation du droit international", a répliqué sur Twitter le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez.

Dans un rapport publié lundi, l'ONG Human Rights Watch a accusé le gouvernement de "violations systématiques" des droits humains dans le cadre d'un "plan" conçu pour éviter de nouvelles mobilisations.

"Harcèlement, détention arbitraire, poursuites abusives, passages à tabac et d'autres cas de mauvais traitements qui, dans certains cas, constituent des actes de torture", et cela aussi bien contre des opposants connus que contre des citoyens ordinaires, énumère HRW.

"Avec tout ce qu'il s'est passé, je pense que personne ne va se risquer à faire la même chose", estime auprès de l'AFP Orestes Sandoval, 80 ans, dans une file d'attente pour acheter des cigarettes dans le centre de La Havane.

"Personne ne va sortir dans la rue", renchérit Carlos Rafael Dominguez, un étudiant de 18 ans, car "il n'y a personne qui peut renverser" le pouvoir, estime-t-il.

Pour le dissident Manuel Cuesta, "face à des régimes structurés de la sorte, seule la surprise civique des citoyens, la spontanéité civile, est possible". "L'important à l'heure actuelle est que le divorce entre la société et le gouvernement a une date symbolique: le 11 juillet".


Possible réintégration de la Russie aux JO-2024: Kiev menace d'un boycott, d'autres pays opposés

Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Le CIO a rappelé mercredi que c'est la fédération internationale de chaque sport concerné aux JO qui a «seule autorité» en la matière (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Comité international olympique avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être «davantage explorés»
  • «Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport», a estimé le Comité

PARIS: Kiev a menacé jeudi de boycotter les Jeux olympiques de 2024 à Paris si le Comité international olympique (CIO) décidait de permettre aux athlètes russes et bélarusses, bannis de la plupart des compétitions internationales sous leurs bannières depuis l'invasion russe de l'Ukraine, d'y participer.

"Une telle situation est inacceptable pour notre Etat", a réagi le ministre ukrainien des Sports Vadym Goutzeït.

"Notre position reste inchangée: tant que la guerre continue en Ukraine, les athlètes russes et bélarusses ne devraient pas participer aux compétitions internationales", a-t-il dit sur Facebook.

"Si nous ne sommes pas entendus, je n'exclus pas la possibilité que nous boycottions et refusions de participer aux Jeux olympiques" 2024, a-t-il affirmé, alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky est fermement opposé à toute tentative de réintégrer Moscou et Minsk.

Le CIO avait indiqué mercredi que les moyens d'autoriser les sportifs russes et bélarusses devaient être "davantage explorés".

"Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport", a estimé le Comité, s'attirant les foudres de l'Ukraine et d'autres pays européens.

Le Conseil olympique d'Asie (COA) a de son côté proposé jeudi d'intégrer ces athlètes à ses compétitions régionales comme les Jeux asiatiques en exprimant son soutien à la position du CIO.

La proposition du COA pourrait notamment permettre aux athlètes bannis de participer à ses épreuves régionales de qualifications, dont certaines ont déjà commencé, pour les JO-2024.

Michelle Donelan, La ministre britannique de la Culture également chargée des Sports, a de son côté estimé que l'initiative du CIO était "très éloignée des réalités de la guerre".


Le Canada nomme sa première conseillère chargée de la lutte contre l’islamophobie

Des personnes manifestent à Québec le 5 février 2017, une semaine après l'assaut du 29 janvier contre le Centre culturel islamique (Photo, AFP).
Des personnes manifestent à Québec le 5 février 2017, une semaine après l'assaut du 29 janvier contre le Centre culturel islamique (Photo, AFP).
Short Url
  • La nomination d’Amira Elghawaby «est une étape importante dans notre combat contre l’islamophobie et la haine sous toutes ses formes», a déclaré Justin Trudeau
  • «L’islamophobie est un phénomène que de nombreux musulmans ne connaissent que trop bien. Nous devons changer cela», a-t-il ajouté

MONTRÉAL: Le Canada a nommé jeudi sa toute première conseillère chargée de la lutte contre l'islamophobie, dans un pays marqué par une série d'attaques visant des communautés musulmanes ces dernières années.

La nomination d’Amira Elghawaby, une activiste et journaliste reconnue, "est une étape importante dans notre combat contre l’islamophobie et la haine sous toutes ses formes", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué.

"L’islamophobie est un phénomène que de nombreux musulmans ne connaissent que trop bien. Nous devons changer cela", a-t-il ajouté.

Mme Elghawaby jouera le rôle de "porte-parole, conseillère, experte et représentante" auprès du gouvernement dans l'élaboration de politiques reflétant la réalité des communautés musulmanes, précise un communiqué.

"J'ai hâte de rencontrer les élus, les décideurs et les leaders communautaires de tout le pays afin d'amplifier la voix des musulmans canadiens", a déclaré sur Twitter celle qui dirige les communications de la Fondation canadienne des relations raciales.

"Aujourd'hui, nous marquons un moment historique pour les musulmans au Canada", a réagi dans un communiqué le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC).

"Il y a des changements urgents à réaliser, qu'il s'agisse d'améliorer la supervision de nos agences de sécurité nationale ou d'empêcher nos organisations communautaires de faire l'objet de contrôles injustes", a souligné Stephen Brown, PDG du CNMC.

Dans une série de tweets, Amira Elghawaby a également rappelé le nom des membres de communautés musulmanes tués lors d'actes islamophobes ces dernières années.

En juin 2021, quatre membres d'une famille musulmane ont été tués lorsqu'un homme les a renversés avec son camion à London, en Ontario. Quatre ans plus tôt, six musulmans avaient péri et cinq avaient été blessés dans une attaque contre une mosquée de Québec.

Cette nomination fait suite aux recommandations formulées lors d'un sommet national sur l'islamophobie organisée par le gouvernement fédéral en juin 2021 en réponse à ces attaques.


Mystérieuse explosion au Nigeria: Le bilan le monte à 40 morts

'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria (Photo, AFP).
'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria (Photo, AFP).
Short Url
  • Un groupe représentant des éleveurs avait affirmé mercredi que l'explosion venait d'une frappe de l'armée nigériane
  • Dans le passé, il y a eu des frappes accidentelles de l'armée sur des civils dans le nord du pays où les militaires combattent des djihadistes

LAFIA: Le bilan de la mystérieuse explosion de bombe qui a frappé mercredi un groupe d'éleveurs dans le centre du Nigeria est monté à 40 morts, contre 27 précédemment, a annoncé jeudi le gouvernement local.

"Nous avons maintenant autour de 40 personnes qui ont été tuées" par cette explosion survenue à Rukubi, à la frontière entre les Etats de Nasarawa et Benue, dans une région en proie à des violences communautaires, a déclaré le gouverneur de Nasarawa, Abdullahi Sule.

Un groupe représentant des éleveurs avait affirmé mercredi que l'explosion venait d'une frappe de l'armée nigériane.

"Il y a eu un peu plus tôt une rumeur que l'aviation a mené ce bombardement, mais nous savons maintenant qu'il n'y a eu aucun survol de l'aviation" au-dessus de cette région, avait déclaré un peu plus tôt M. Sule à la chaîne de télévision Arise News.

"C'est un drone qui a survolé la zone et lâché la bombe", a-t-il affirmé, sans dire qui le commandait.

Le porte-parole de l'armée de l'Air nigériane n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP sur le sujet.

"C'était une frappe aérienne. Elle a tué 27 personnes" du groupe, avait déclaré mercredi Lawal Dano, membre de l'association des éleveurs de bétails du Nigeria, Miyetti Allah.

"Nous savons tous que seuls les militaires possèdent des avions pour effectuer des frappes aériennes, et nous appelons à une enquête approfondie et à des sanctions nécessaires pour ceux qui sont derrière cela", avait-il ajouté.

Dans le passé, il y a eu des frappes accidentelles de l'armée sur des civils dans le nord du pays où les militaires combattent des djihadistes et des bandes criminelles.

Les différends entre éleveurs de bétail et agriculteurs concernant les droits fonciers, de pâturage et d'eau sont courants dans les régions du centre et du nord-ouest du Nigeria.

La semaine dernière, neuf personnes ont ainsi été tuées par des hommes armés à proximité d'un camp de personnes déplacées, selon les autorités de l'Etat de Benue.

Les tensions, dont les racines remontent à plus d'un siècle, sont provoquées par les sécheresses, la croissance démographique, l'expansion de l'agriculture sédentaire et la mauvaise gouvernance.

Ces dernières années, ces conflits ont parfois pris une dimension ethnique et religieuse, les éleveurs peuls étant musulmans et les agriculteurs majoritairement chrétiens.

L'insécurité sera l'un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle prévue fin février au Nigeria. Comme le veut la Constitution, le chef de l'Etat Muhammadu Buhari, ancien général élu en 2015 puis réélu en 2019, ne se représente pas.