Le constructeur Porsche relève ses ambitions avant sa mise en Bourse

Pour l'année 2022, Porsche a déjà relevé son objectif de marge opérationnelle qui doit désormais atteindre entre 17 et 18%, contre «au-dessus de 15%» visé auparavant. (Photo, AFP)
Pour l'année 2022, Porsche a déjà relevé son objectif de marge opérationnelle qui doit désormais atteindre entre 17 et 18%, contre «au-dessus de 15%» visé auparavant. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 18 juillet 2022

Le constructeur Porsche relève ses ambitions avant sa mise en Bourse

Pour l'année 2022, Porsche a déjà relevé son objectif de marge opérationnelle qui doit désormais atteindre entre 17 et 18%, contre «au-dessus de 15%» visé auparavant. (Photo, AFP)
  • Le fabricant de la célèbre 911 «a l'ambition à long terme d'atteindre une rentabilité (opérationnelle, en terme d'EBIT) sur ventes de plus de 20 %», a indiqué lundi son patron Oliver Blume
  • Porsche est valorisée entre 80 et 90 milliards d'euros, selon des sources citées par Bloomberg

FRANCFORT: Le constructeur de bolides de luxe Porsche a relevé lundi ses objectifs de rentabilité à terme avant que son actionnaire unique, le groupe Volkswagen, se décide prochainement de placer sa pépite en Bourse. 

Le fabricant de la célèbre 911 « a l'ambition à long terme d'atteindre une rentabilité (opérationnelle, en terme d'EBIT) sur ventes de plus de 20 % », a indiqué lundi son patron Oliver Blume lors de la journée investisseurs de Porsche. 

Pour l'année 2022, Porsche a déjà relevé son objectif de marge opérationnelle qui doit désormais atteindre entre 17 et 18%, contre « au-dessus de 15% » visé auparavant. Le chiffre d'affaires est attendu entre 38 et 39 milliards d'euros, soit une croissance de 11 à 14% par rapport à 2021, où le groupe a vendu 302 000 Macan et autres Cayenne dans le monde, un record. 

De bon augure avant le placement en Bourse de Porsche AG par Volkswagen, deuxième groupe automobile mondial, qui prévoit d'introduire une part minoritaire de sa filiale en Bourse au cours du quatrième trimestre. Ce plan doit être décidé et communiqué durant l'été. 

Porsche est valorisée entre 80 et 90 milliards d'euros, selon des sources citées par Bloomberg. 

En abandonnant une fraction de son contrôle sur Porsche, Volkswagen pourrait obtenir les milliards nécessaires pour financer ses investissements dans la voiture électrique, connectée et autonome. 

Le groupe de Wolfsburg veut utiliser cette manne pour se mettre au niveau de l'Américain Tesla et de ses concurrents chinois, plus avancés dans ces domaines. 

Porsche AG, détenue par Volkswagen depuis 2009, ne doit pas être confondue avec la société cotée Porsche Automobil Holding (« Porsche SE » en abrégé), également basée à Stuttgart et actionnaire majoritaire de Volkswagen depuis 2009. 

La région allemande de Basse-Saxe est aussi directement actionnaire de Volkswagen, à hauteur de 20%, en pouvant donc y exercer son influence. 

Cette construction empêche à ce jour la famille Porsche-Piëch, actionnaire majoritaire de la holding Porsche, d'exercer une influence significative sur le groupe Volkswagen et donc sur la pépite Porsche. 

Avec Porsche AG cotée en bourse, le clan Porsche-Piëch pourrait augmenter progressivement son contrôle dans l'entreprise familiale lancée par l'ingénieur Ferry Porsche après la Seconde guerre mondiale. 

Le constructeur de bolides a lui aussi jeté son dévolu sur l'électrique et planifie de lancer à terme un « nouveau modèle de SUV entièrement électrique », a déclaré M. Blume. 

Pour répondre à la demande mondiale de véhicules de luxe électrifiés, 80% des véhicules de la marque seront entièrement électriques en 2030. 


Accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050 pour l'aviation

Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Short Url
  • «Un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050» a été conclu selon un tweet de l'OACI
  • Le transport aérien est aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2

MONTRÉAL : Un accord pour atteindre la neutralité carbone en 2050 dans l'aviation civile mondiale a été conclu vendredi, a annoncé l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.

Les représentants des 193 États réunis pour l'assemblée de l'organisation, dont le siège est à Montréal, sont parvenus à «un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050», a tweeté l'OACI.

«C'est un excellent résultat» a estimé auprès de l'AFP une source diplomatique européenne qui a précisé que «seuls quatre pays, dont la Chine, avaient exprimé des réserves».

Le transport aérien est montré du doigt pour son rôle dans la crise climatique. Aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2, le secteur s'avère difficile à faire passer aux énergies renouvelables, même si l'industrie aéronautique et les énergéticiens y travaillent d'arrache-pied.

Selon les compagnies aériennes, créer une aviation décarbonée représente 1.550 milliards de dollars d'investissements entre 2021 et 2050.


Le FMI va débloquer 310 millions USD pour le Rwanda

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Short Url
  • L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans
  • Ce nouveau fonds fiduciaire pour la «résilience et la durabilité» (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires

WASHINGTON : Le Rwanda va recevoir 310 millions de dollars de la part du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de son nouvel instrument destiné à aider les pays en développement et à faibles revenus à s'adapter aux conséquences du réchauffement climatique, a annoncé vendredi l'institution.

L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans.

Ce nouveau fonds fiduciaire pour la "résilience et la durabilité" (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires pour affronter le changement climatique ou les pandémies.

Il peut s'agir d'un financement jusqu'à 20 ans, avec une période de grâce (période pendant laquelle le pays ne commence pas à rembourser) pouvant atteindre plus de 10 ans.

L'accord doit être encore validé par le conseil d'administration "dans les prochaines semaines", a précisé le communiqué.

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier.

"Le Rwanda dispose d'un bilan solide en termes de réformes économiques et est très avancé dans la mise en place d'une stratégie climat. Ce nouveau PCI, combiné avec les fonds du RST, doit permettre de soutenir les autorités dans leurs efforts de stabilisation macroéconomique (...) et d'adaptation au changement climatique", selon le FMI.

Le pays devrait atteindre une croissance de 6,8% pour 2022, malgré le contexte économique mondial compliqué, mais reste confronté à une inflation élevée, les prix alimentaires ayant progressé de 15,9% en août.

"Le Rwanda reste vulnérable aux chocs extérieurs. Les prix de l'énergie et alimentaires élevés vont continuer à nourrir l'inflation  et affaiblir ses réserves", a cependant souligné Haimanot Teferra, responsable de l'équipe du FMI qui s'est rendue sur place du 26 septembre au 7 octobre.


Les prix mondiaux des produits alimentaires continuent de décliner, selon la FAO

Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie
  • L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août

PARIS: Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur baisse en septembre pour le sixième mois consécutif, tirés par un net repli des huiles végétales qui compense une légère remontée des céréales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a baissé modérément en septembre, d'1,1% par rapport à août.

L'indice FAO des prix des huiles végétales recule de 6,6% sur un mois, "pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021". "Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza ont tous fléchi", souligne l'organisation, grâce à l'existence de stocks abondants d'huile de palme et d'une hausse saisonnière de production en Asie du Sud-Est.

L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août. Les prix internationaux du blé ont rebondi de 2,2%, à cause d'inquiétudes liées à la sécheresse aux Etats-Unis et en Argentine, et d'incertitudes sur la prolongation du corridor maritime permettant de faire sortir les céréales d'Ukraine au-delà du mois de novembre.