Liban: Menace de grève après le raid d'une juge controversée sur la banque centrale

La juge libanaise Ghada Aoun s'adresse à la presse à Beyrouth, mardi 19 juillet 2022 (Photo, AP).
La juge libanaise Ghada Aoun s'adresse à la presse à Beyrouth, mardi 19 juillet 2022 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mercredi 20 juillet 2022

Liban: Menace de grève après le raid d'une juge controversée sur la banque centrale

  • Des représentants furieux des employés de banque ont ensuite annoncé une grève de trois jours pour protester contre le raid
  • La politique monétaire du gouverneur de la banque centrale a été en partie accusée d'avoir contribué à l'effondrement économique et à la crise monétaire du Liban

BEYROUTH: Les forces de sécurité libanaises ont perquisitionné mardi les bureaux et le domicile du gouverneur de la banque centrale du Liban, Riad Salamé, en raison de liens avec des accusations d'enrichissement illicite et de blanchiment d'argent.

Le procureur général du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, qui dirige l’affaire contre le banquier, s’est jointe aux gardes qui ont pénétré les locaux de la banque, rue Hamra à Beyrouth, dans l’espoir d’arrêter Salamé.

Le raid a toutefois pris fin après que le juge du parquet de Beyrouth, Raja Hamouche, a demandé aux agents de la sécurité de l'État de quitter le bâtiment.

Des représentants furieux des employés de banque ont ensuite annoncé une grève de trois jours pour protester contre le raid.

Selon Ghada Aoun, qui a porté les accusations contre Salamé en mars, «on nous a dit que le gouverneur de la banque centrale n'était pas là, et le procureur général de la cour de cassation ne nous a pas répondu.»

L'incident a suscité des critiques dans certains milieux, et une source judiciaire a révélé que «la juge Aoun n'a aucun pouvoir à Beyrouth. Elle est juge au Mont-Liban et elle n'a pas le droit d'outrepasser ses pouvoirs.»

Au même moment, les forces de sécurité ont également fait une descente au domicile de Salamé dans le quartier de Rabieh au Mont Liban. Le gouverneur n'était présent sur aucun des lieux.

La politique monétaire du gouverneur de la banque centrale a été en partie accusée d'avoir contribué à l'effondrement économique et à la crise monétaire du Liban.

Salamé a affirmé que «l'État a emprunté de l'argent à la banque centrale et a promis de mettre en œuvre des réformes mais ne l'a pas fait». Il a tenu les politiciens responsables «de ce qui se passe».

Il ne s'est cependant pas présenté pour interrogatoire devant la juge Aoun à cinq reprises, estimant que les poursuites du juge faisaient «partie d'un processus systématique visant à ternir» sa réputation.

D’après une déclaration publiée en son nom, «un juge ne peut pas être à la fois un ennemi et un arbitre. Des raisons politiques se cachent derrière le procès intenté contre lui.»

La juge Aoun a refusé d'être informée d'une action en justice déposée par les avocats de Salamé contre elle au début de l'année, demandant son retrait de l'affaire. Elle l'a déjà poursuivi à cinq reprises et lui a imposé une interdiction de voyager.

En mars, elle a arrêté son frère, Raja Salamé, pour l'interroger sur des «soupçons de blanchiment d'argent, de détournement de fonds, d'enrichissement illicite et de contrebande d'importantes sommes d'argent à l'étranger».

Pendant ce temps, les employés en colère de la banque centrale, ont condamné le raid de mardi.

Abbas Awada, chef du syndicat des employés de la banque, a averti que «la dignité de la banque et de ses employés est au-dessus de tout, et nous refusons d'être traités de cette manière milicienne.»

Il a par la suite annoncé une grève de trois jours, «afin de laisser les gens rationnels intervenir et protéger l'institution».

Un communiqué du syndicat des employés a déclaré que «la juge Ghada Aoun et son personnel de sécurité sont entrés dans la banque sans procédure régulière, ce qui a porté atteinte à la dignité de la banque et de ses employés.»

Le syndicat a appelé le ministre de la Justice, le président du Conseil judiciaire suprême et le procureur général du Liban à «mettre fin aux actions inappropriées de la juge Ghada Aoun, qui s'écartent de tous les principes juridiques... afin que nous n'annoncions pas une grève ouverte».

Il a également appelé les personnes concernées à «protéger l'institution de la banque centrale et ses employés, d'autant plus qu'il s'agit de la seule institution fonctionnant à plein régime au Liban malgré les circonstances difficiles».

 «Nous ne défendons pas le gouverneur Salamé, mais l'institution en tant qu'entité. S'il y a une institution propre dans ce pays, c'est la banque centrale.»

Le Premier ministre désigné, Najib Mikati, a déclaré qu'il regrettait «la manière dont sont traités les dossiers judiciaires sensibles liés à la stabilité monétaire du pays, faisant des ravages».

«Je l'ai dit avant et je le dis maintenant, nous ne défendons personne, mais nous tenons à un système judiciaire équitable et non discrétionnaire tout en assurant la réputation financière du Liban sur le plan international», a-t-il avisé.

«Ce qu'il faut, c'est résoudre cette affaire par un accord politique préalable sur un nouveau gouverneur de la banque centrale, et laisser l'affaire suivre son cours juridique approprié par la suite», a-t-il estimé.

Le député libanais Marwan Hamadé a qualifié le raid de «folklorique et de frimeur», ajoutant qu'«un état de folie entoure le mandat du président et son entourage, ne faisant que provoquer la dévastation, la destruction et la faillite du pays».

 «N'est-ce pas le président actuel qui a dit que “nous allons en enfer”? C'est la seule vérité qu'il a dite tout au long de son mandat», a-t-il réagi.

Le président, Michel Aoun, cherche à nommer un nouveau gouverneur de la banque centrale avant la fin de son mandat en octobre, dans le cadre de sa demande permanente d'une enquête criminelle sur ses opérations financières.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Macron doit s’opposer à l’expulsion de l’avocat franco-palestinien

L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri (Photo, Fournie).
L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri (Photo, Fournie).
Short Url
  • Le citoyen français Hamouri, qui est en détention administrative depuis mars, risque d'être expulsé dès dimanche
  • L'avocate du groupe de défense des droits de l'hommea qualifié la suppression de la résidence de Hamouri de «mesure drastique qui viole le droit fondamental d'une personne à vivre dans sa patrie»

LONDRES: Plusieurs organisations caritatives et groupes d'activistes ont appelé le président français, Emmanuel Macron, à agir immédiatement contre l'expulsion de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri par les autorités israéliennes.

Ce jeudi, Israël a annoncé qu'il avait retiré à Hamouri sa résidence à Jérusalem et qu'il prévoyait de l'expulser vers la France, affirmant qu'il était un «activiste d'un groupe militant interdit».

Le citoyen français Hamouri, qui est maintenu depuis mars en détention administrative —un mécanisme qui permet aux autorités israéliennes de détenir des suspects sans accusation pendant des mois — risque d'être expulsé dès dimanche, bien qu'il réside depuis toujours à Jérusalem.

Son accusation, tel qu'annoncée par le ministère israélien de l'Intérieur, est un «manquement à l'allégeance» envers l'État d'Israël, confirmée pour la première fois le 29 juin de l'année dernière. Il n'a pas été condamné dans le cadre de cette procédure.

Israël affirme que Hamouri est membre du Front populaire de libération de la Palestine, un groupe considéré comme une organisation terroriste par Israël et les États-Unis.

Il est avocat pour Adameer, un groupe de défense des droits qui aide les prisonniers palestiniens et qu'Israël a interdit pour ses liens présumés avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Il a déjà passé sept ans en prison après avoir été condamné pour un complot présumé visant à tuer un rabbin éminent, mais a été libéré lors d'un échange de prisonniers avec le Hamas en 2011.

Human Rights Watch, l'ACAT-France, Amnesty International France, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme exhortent Macron à demander immédiatement aux autorités israéliennes de libérer Hamouri.

Ils ont affirmé que cette décision créait un dangereux précédent pour les défenseurs des droits de l'homme et les avocats palestiniens à Jérusalem, qui pourraient être systématiquement pris pour cible sur cette base.

L'avocate du groupe de défense des droits de l'homme HaMoked, Dani Shenhar, a qualifié la suppression de la résidence de Hamouri de «mesure drastique qui viole le droit fondamental d'une personne à vivre dans sa patrie».

Elle poursuit: «En tant que membre de la population indigène de Jérusalem, Hamouri ne doit aucune allégeance à l'État d'Israël, le fait que cette décision ait été prise en grande partie sur la base de preuves secrètes ne fait qu’aggraver l'injustice.»

La Cour suprême d'Israël a autorisé cette semaine l'expulsion après avoir rejeté un pourvoi en cassation fait par HaMoked.



 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


12 Houthis tués dans de violents combats au sud de Marib

Des partisans du mouvement chiite yéménite houthi à Sanaa, le 14 octobre 2014 (Photo, AFP).
Des partisans du mouvement chiite yéménite houthi à Sanaa, le 14 octobre 2014 (Photo, AFP).
Short Url
  • La milice tue 2 fidèles par un drone chargé d’explosifs dans une mosquée d’Al-Hodeïda
  • Le groupe de défense des droits de l'homme Rights Radar a critiqué l'attaque des Houthis contre la mosquée

AL-MUKALLÂ: Au moins une douzaine de Houthis ont été tués dans de violents combats avec les troupes gouvernementales yéménites au cours des deux derniers jours à l'extérieur de Marib, alors que la milice a entamé une nouvelle série de frappes meurtrières dans le but de prendre le contrôle de cette ville cruciale, selon les médias locaux et des responsables militaires, ce samedi.

Le lieutenant-colonel Rachad al-Mekhlafi, un responsable militaire du département d'orientation des forces armées yéménites, a déclaré à Arab News que les Houthis ont mené des attaques contre les soldats gouvernementaux avec des mitrailleuses lourdes, des chars et de l'artillerie sur les hauteurs surplombant Marib afin de préparer le terrain pour que les forces terrestres puissent pénétrer dans de nouveaux territoires à Al-Akad, Al-Ramelah et d'autres zones au sud de la ville.

Les attaques des Houthis ont déclenché de violents combats avec les troupes gouvernementales jeudi et vendredi, entraînant la mort d'au moins une douzaine de combattants houthis et en blessant des dizaines d'autres.

 


Mondial: La diaspora arabe d'Amérique latine divisée par des loyautés partagées

Supporters à Doha de la Coupe du monde 2022 (Photo, AFP).
Supporters à Doha de la Coupe du monde 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les descendants d'immigrants palestiniens, syriens et libanais regardent avec fierté les équipes nationales du monde arabe
  • Bien que beaucoup soutiennent leur équipe locale, les supporters ont suivi avec intérêt les matches de l'Arabie saoudite, de la Tunisie, du Maroc et du Qatar

SAO PAULO: La Coupe du monde de football est un événement majeur en Amérique latine. Les villes du Brésil, d'Argentine, du Mexique et des autres pays sont à l’arrêt dès que leurs équipes nationales respectives sont sur le terrain. Mais pour un groupe de la société en particulier, le tournoi de 2022 organisé par le Qatar revêt une importance particulière.

On estime que les latino-américains d’origine arabe représentent environ 23 millions de personnes. Il existe d'importantes communautés au Brésil et en Argentine, ainsi que des populations importantes au Mexique, au Chili, au Venezuela et en Colombie, composées de descendants d'immigrants arabes venus du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, volontairement ou en tant que réfugiés. Et, comme tout le monde dans ces pays, les Arabes aiment le football.

Le fait que la Coupe du monde 2022 se déroule pour la première fois dans un pays arabe incite encore plus la diaspora arabe d'Amérique latine à suivre le tournoi depuis des fuseaux horaires éloignés. La seule question est de savoir s'il faut supporter l'équipe arabe qui reflète leurs origines ethniques ou les équipes de leur pays hôte. 

L'organisation de la compétition par le Qatar «suscite certainement la sympathie des communautés arabes; les gens attendent cette Coupe du monde depuis longtemps», a déclaré à Arab News, Agustin Dib, directeur du Club de la culture arabe de Buenos Aires.

Toutefois, selon lui, la plupart des latino-américains d’origine arabe ont tendance à soutenir l'équipe qui représente leur pays hôte.

«En Argentine, les premiers immigrants libanais et syriens ont commencé à arriver à la fin du 19e siècle», a révélé Dib. «Ceci a de même eu lieu au Brésil. Ainsi, nous sommes pleinement argentins, brésiliens, etc. et nous aimons nos équipes nationales.»

En même temps, les latino-américains d’origine arabe regardent avec fierté les sélections nationales du monde arabe et suivent avec intérêt les exploits du Maroc, de l'Arabie saoudite, de la Tunisie et du Qatar. La victoire historique 2-1 de l'équipe saoudienne contre l'Argentine lors de son premier match au Qatar a sans aucun doute suscité l'imagination de beaucoup d’entre eux.

Il existe d'importantes communautés arabes dans les zones frontalières entre le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Dans ces régions, une campagne de la Coupe du monde peut diviser temporairement les communautés arabes.

ds
Saleh al-Shehri célèbre avec l'attaquant saoudien #09 Firas al-Buraikan après avoir marqué le premier but de son équipe lors de la Coupe du monde Qatar 2022, match de football du groupe C entre l'Argentine et l'Arabie saoudite au stade Lusail (Photo, AFP).

C'est le cas de la ville brésilienne de Chui, divisée en deux, et de son homologue uruguayenne, Chuy, où plusieurs milliers de Palestiniens se sont installés. La plupart du temps, cette communauté fait peu de cas de la frontière géographique qui la sépare. Mais une Coupe du monde peut changer cela.

«En général, nous encourageons à la fois l'Uruguay et le Brésil», a déclaré à Arab News Jaber Nassar, un commerçant de 43 ans qui vit du côté brésilien de la ville. «Mais s'il y a un match entre les deux équipes, chaque partie encouragera son équipe nationale.»

Le reste du temps, cependant, les deux communautés ont toujours entretenu un lien historique en matière de football. En 1987, elles ont fondé le Central Palestino Futbol Club. Actif pendant un peu plus d'une décennie avant de cesser ses activités par manque de fonds, Central Palestino faisait partie de la ligue uruguayenne et a marqué les esprits dans les années 1990 en atteignant la finale d'un championnat national.

«J'avais l'habitude de voir de nombreux matchs avec ma mère quand j'étais petit. Central Palestino était un champion local et nous voyagions dans tout l'Uruguay pour les voir jouer», a signalé Nassar, dont le beau-frère a fait partie de l'équipe pendant plusieurs années.

La communauté palestinienne a l'habitude de se déplacer en force pour regarder autant de matchs que possible pendant une Coupe du monde, a indiqué Nassar. Certains de ses amis se sont même rendus au Qatar pour le tournoi.

«Certainement, nous allons nous concentrer sur les équipes arabes», a-t-il ajouté.

Selon Nassar, l'amour des Palestiniens pour le football sud-américain n'est pas seulement le résultat de l'immigration. Même en Palestine, a-t-il affirmé, de nombreuses personnes encouragent le Brésil lors des tournois internationaux.