Succession de Paul Biya, conflits, pauvreté : les défis du Cameroun

Le président camerounais Paul Biya arrive à un défilé à Yaoundé, le 20 mai 2022 pour le défilé du 50e anniversaire de l'unité du pays, qui a mis fin au fédéralisme entre les parties anglophone et francophone. (Photo AFP)
Le président camerounais Paul Biya arrive à un défilé à Yaoundé, le 20 mai 2022 pour le défilé du 50e anniversaire de l'unité du pays, qui a mis fin au fédéralisme entre les parties anglophone et francophone. (Photo AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 juillet 2022

Succession de Paul Biya, conflits, pauvreté : les défis du Cameroun

  • Le Cameroun, qui accueille lundi le président français Emmanuel Macron, est confronté à des défis sécuritaires et un processus de «succession» périlleux
  • Le Cameroun est le théâtre de deux conflits sanglants: séparatiste dans l'ouest et djihadiste dans le nord

YAOUNDÉ, Cameroun : Après quatre décennies d'un règne autoritaire du président Paul Biya, à la santé chancelante à 89 ans, le Cameroun, qui accueille lundi le président français Emmanuel Macron, est confronté à des défis sécuritaires et un processus de «succession» périlleux.

- «Succession» à risque

Malgré un état de santé manifestement dégradé depuis quelques années, Paul Biya continue de donner le sentiment d'administrer seul le pays, en s'appuyant certes sur un cénacle très restreint mais dont il nomme et bannit impitoyablement les membres à sa guise. Les plus chanceux ont connu la disgrâce, d'autres la prison.

Au pouvoir depuis 1982, il ne fait plus que de brèves apparitions publiques, manifestement à la peine pour se déplacer, et ses rares discours enregistrés sont prononcés laborieusement.

Dès lors, la rumeur enfle régulièrement sur un Paul Biya mort ou moribond, démentie à chaque fois par une vidéo ou des photos, tandis que parler de sa succession est tabou, même pour les plus proches. Personne n'a jamais osé sortir du bois, ni même esquissé, du moins publiquement, la moindre intention.

Le candidat qui sera promu par le tout-puissant Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de M. Biya sera sans nul doute élu, comme le fut M. Biya, sept fois sans coup férir au nom du RDPC.

«L'opposition n'est pas suffisamment unie et solide pour briguer sérieusement la magistrature suprême», juge le politologue Jacques Ebwea. D'un autre côté, le RDPC «risque de s'émietter en plusieurs factions à la mort du président» et de se diviser sur les prétendants, prévient son confrère Louison Essomba.

Parmi les plus sérieux: le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, réputé proche de la très influente première Dame Chantal Biya. Il exerce de facto par délégation une bonne partie du pouvoir exécutif et a placé ses pions au sommet de l'administration.

- Deux conflits sanglants

Le Cameroun est le théâtre de deux conflits sanglants: séparatiste dans l'ouest et djihadiste dans le nord.

Depuis cinq ans, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, peuplées principalement par la minorité anglophone de cette ex-colonie française majoritairement francophone, sont en proie à une guerre entre des groupes armés réclamant l'indépendance et des forces de sécurité massivement déployées par un Biya intraitable, même avec les plus modérés qui réclament une solution fédéraliste.

Les rebelles comme les forces de l'ordre sont régulièrement accusés par l'ONU et les ONG internationales de crimes contre les civils, principales victimes d'un conflit ayant déjà fait plus de 6.000 morts depuis 2017 et déplacé un million d'habitants, selon International Crisis Group (ICG).

Dans la région d'Extrême-Nord, les jihadistes de Boko Haram et du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont quitté leur berceau du Nigeria voisin ces dernières années pour mener de nombreuses attaques meurtrières.

- Répression de l'opposition

Enfin, Paul Biya fait impitoyablement réprimer, notamment depuis sa réélection très contestée en 2018, toute opinion dissonante avec les arrestations et de lourdes condamnations de centaines de cadres et militants de l'opposition à la suite de marches pacifiques en 2020.

En décembre dernier, une cinquantaine de personnes ont été condamnées à des peines de un à sept ans de prison pour «rébellion» et Amnesty international a accusé en janvier le pouvoir d'en avoir fait «torturer» certaines.

Récemment sermonné ou blâmé par l'ONU, les ONG internationales et des capitales occidentales, dont la France, pour les atteintes répétées aux droits humains par les forces de sécurité et la justice selon elles, Paul Biya ne fait pas grand cas de ces critiques.

- Economie à la peine

Malgré d'abondantes ressources naturelles (pétrole, bois, minerais, coton...), le Cameroun stagne dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la Banque mondiale.

Son économie n'est pas, et de loin, à la hauteur de son potentiel après quatre décennies de promesse d'un pouvoir accusé de corruption et de mauvaise gouvernance. Le pays est classé 144e sur 180 dans l'indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International et ne parvient pas à attirer suffisamment l'investissement, notamment étranger, selon la Banque mondiale.

Un tiers de ses 28 millions d'habitants vit avec moins de deux euros par jour et le taux de pauvreté atteint près de 40%, selon l'ONU. Seuls 10% des actifs ont un emploi dans le secteur formel.


La Maison Blanche s'alarme du «partenariat militaire à grande échelle» Russie et Iran

John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain (Photo, AFP).
John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette évolution est «néfaste» pour l'Ukraine
  • Les Etats-Unis réfléchissent aussi, selon John Kirby, à «d'autres mesures de contrôle des exportations»

WASHINGTON: La Maison Blanche a lancé vendredi un grave avertissement contre le "partenariat militaire à grande échelle" et toujours plus approfondi entre Téhéran et Moscou, qui a de son côté réfuté avoir besoin du soutien militaire de qui que ce soit en Ukraine.

Alors que l'Iran fournit déjà à l'armée russe des drones utilisés en Ukraine, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain, a indiqué qu'en retour, la Russie "offrait à l'Iran un niveau sans précédent de soutien militaire et technique", ce qui "transforme leur relation en un partenariat de défense plein et entier".

Cette évolution est "néfaste" pour l'Ukraine, les pays voisins de l'Iran et "la communauté internationale", a-t-il ajouté, annonçant dans le même élan des sanctions contre trois entités russes particulièrement actives dans l'acquisition et la diffusion de drones iraniens.

Selon le renseignement américain, Moscou et Téhéran envisagent en particulier de lancer une production commune de drones "tueurs" en Russie, a indiqué John Kirby, sans donner plus de détails sur l'état d'avancement du projet.

Le porte-parole a aussi rappelé que l'Iran envisageait de vendre à la Russie des "centaines" de missiles balistiques, une information que les Américains avaient déjà rendue publique.

"L'aide va dans les deux sens", a assuré John Kirby.

 Avions de combat

De son côté, Moscou s'apprête en effet, selon les Etats-Unis, à fournir à l'Iran des équipements "sophistiqués", des hélicoptères, des systèmes de défense antiaérienne et des avions de combat, a encore dit le porte-parole.

Rapportant des informations selon lesquelles des pilotes iraniens avaient commencé à s'entraîner en Russie sur des SU-35, des avions de combat russes, John Kirby a déclaré que "l'Iran pourrait recevoir des avions l'an prochain", ce qui "augmenterait de manière significative" les capacités aériennes de Téhéran.

L'ambassadrice du Royaume-Uni aux Nations unies, Barbara Woodward, a elle également publié un communiqué accusateur contre l'Iran et la Russie. "La Russie dément (l'existence de) ces projets. Mais ils ont aussi démenti qu'ils allaient envahir l'Ukraine, nous ne les croyons donc pas", a-t-elle déclaré.

Le ministère britannique des Affaires étrangères a de son côté dénoncé les "transactions sordides" entre Moscou et Téhéran.

"Nous demandons à l'Iran de changer de trajectoire", a dit John Kirby à propos à la fois du projet de vente de missiles et de celui d'une ligne commune de production de drones.

"Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour dévoiler et perturber ces activités et nous sommes prêts à en faire plus", a assuré le porte-parole.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU vendredi après-midi sur la question de l'approvisionnement en armes des deux parties dans la guerre en Ukraine, la Russie a une nouvelle fois nié recevoir des armes de Téhéran, sans évoquer les accusations américaines de son propre soutien à l'Iran.

"Le complexe militaro-industriel russe va très bien et n'a besoin du soutien de personne", a déclaré l'ambassadeur russe à l'ONU Vassili Nebenzia, notant avoir "réfuté à plusieurs occasions" ces accusations.

Il a à l'inverse estimé que "l'industrie militaire ukrainienne n'existe pas", dénonçant une "guerre par procuration" menée par les Etats-Unis et ses alliés en livrant des armes à Kiev au risque que ces équipements se retrouvent sur d'autres terrains aux mains de "terroristes".

"Cette situation échappe à tout contrôle au point que les armements pour Kiev apparaissent maintenant sur le marché noir non seulement en Europe mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique", a ajouté l'ambassadeur qui avait réclamé cette réunion pour discuter de ce point particulier.

Concernant les nouvelles sanctions annoncées vendredi contre la Russie, le département d'Etat américain a précisé qu'elles visaient trois entités spécialement chargées de se procurer des drones en Iran, de les acheminer et de former les Russes à leur utilisation, en particulier en Ukraine "dans des attaques de grande envergure contre les infrastructures civiles".

Il s'agit des forces aérospatiales russes (VKS), du 924e centre étatique pour l'aviation sans pilote et du commandement du transport militaire (VTA), selon un communiqué.

Les Etats-Unis réfléchissent aussi, selon John Kirby, à "d'autres mesures de contrôle des exportations" censées "restreindre l'accès de l'Iran à des technologies sensibles".


Mondial: L'Argentine seule représentante de l'Amérique du Sud en demi-finale

L'attaquant argentin Lionel Messi et le milieu de terrain argentin Rodrigo De Paul (Photo, AFP).
L'attaquant argentin Lionel Messi et le milieu de terrain argentin Rodrigo De Paul (Photo, AFP).
Short Url
  • Lionel Messi, s'est donné une chance de plus de soulever le trophée le plus convoité du football
  • Samedi, les matches Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale

DOHA: Le Brésil dehors, l'Argentine encore ! Les 1/4 de finale du Mondial-2022 ont commencé vendredi, par une énorme surprise avec l’élimination du Brésil de Neymar battu aux tirs au but (0-0, 1-1, 4-2 t.a.b) par la Croatie, laissant l'Argentine de Messi, qualifiée elle aussi aux tirs au but contre les Pays-Bas, défendre seule l'honneur de l'Amérique du Sud dans le dernier carré.

Samedi, les matches Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale.

L’Amérique du Sud en rêvait. Elle avait tout entière coché sur son agenda la date du 13 décembre, avec la perspective d'une demi-finale Brésil-Argentine. Ce sera sans les Brésiliens piégés par la Croatie de Luka Modric.

Lionel Messi, s'est donné une chance de plus de soulever le trophée le plus convoité du football à l'issue d'une séance de tirs au but tout aussi irrespirable que celle de Brésiliens.

Cueillis à froid par l'Arabie saoudite (défaite 2-1), pourtant supposée être un amuse-bouche, les Argentins avaient pourtant su se ressaisir pour poursuivre l'aventure et faire figure de favori face aux Néerlandais.

Ce duel entre l'Albiceleste et les Oranje était un classique. C'est contre l'Argentine que les Pays-Bas, orphelins de Johan Cruyff, ont joué la deuxième de leurs trois finales perdues, en 1978. C'est encore un Argentine - Pays-Bas qui a accouché au Mondial-98 d'un des plus beaux buts de l'histoire du football, inscrit de l'extérieur du droit par Dennis Bergkamp après un contrôle orienté venu de l'espace à la réception d'une passe de 60 mètres.

Comme attendu la principale arme de l'Argentine a encore été Messi, déjà efficace en 1/8 de finale contre l'Australie, et qui court après sa cinquième et dernière occasion d'accrocher la Coupe du monde à son palmarès. Histoire de rejoindre dans la légende Diego Maradona, l'autre géant du football argentin.

Le génie du Paris SG a d'abord délivré une passe à l'aveugle millimétrée au milieu de la défense néerlandaise pour un but de Molina (35e) avant de doubler la mise sur un pénalty (73e). Mais les Néerlandais ont également pu compter sur un grand buteur, en la personne de Wout Weghorst. Il a d'abord réduit le score bien servi par Berghuis (83e) avant d'égaliser tout au bout du temps additionnel. A la 90e + 11, le joueur de Besiktas, averti à la 45e + 2 alors qu'il était encore sur le banc, a été à la conclusion d'une combinaison audacieuse mais payante sur un coup franc de Koopmeiners (2-2).

Comme pour Croatie- Brésil, le sort de cette rencontre s'est donc décidée aux tirs au but et le 10e tir, réussi par Lautaro, a offert la victoire aux Argentins poussés par une grande partie des 88.000 spectateurs du stade de Lusail.

Prochaine étape sur la route de Messi et les siens : les Croates et un souvenir difficile. Au Mondial-2018, lors de la phase de poule, les joueurs au maillot à damiers avaient surclassé l'Albiceleste (3-0).

Il leur faudra faire bien mieux s'ils veulent mettre fin à l'hégémonie de l'Europe, toujours sacrée depuis 2006 (Italie, Espagne en 2010, Allemagne en 2014 et France en 2018).


La Russie pourrait envisager une frappe préventive pour désarmer un ennemi

Le président russe Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Le président russe Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Short Url
  • Poutine a déclaré que Moscou envisageait d'adopter ce qu'il a appelé le concept de Washington d'une frappe préventive
  • Le spectre d'une éventuelle guerre nucléaire est revenu sur le devant de la scène internationale

BICHKEK: La Russie pourrait modifier sa doctrine militaire en introduisant la possibilité d'une frappe préventive pour désarmer un ennemi, a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.

Il répondait à une question d'un journaliste, lors d'une visite à Bichkek, qui lui demandait de clarifier sa déclaration du début de la semaine sur l'emploi des armes nucléaires.

S'adressant à la presse quelques jours après avoir averti que le risque de guerre nucléaire augmentait mais que la Russie ne frapperait pas la première, M. Poutine a déclaré que Moscou envisageait d'adopter ce qu'il a appelé le concept de Washington d'une frappe préventive.

"Tout d'abord, les Etats-Unis ont développé le concept d'une frappe préventive. Deuxièmement, ils développent un système de frappe visant à désarmer" (l'ennemi), a déclaré le président Poutine aux journalistes suivant sa visite au Kirghizstan.

Il a ajouté que Moscou devrait peut-être penser à adopter les "idées développées par les Américains pour assurer leur propre sécurité". "Nous ne faisons qu'y réfléchir", a-t-il toutefois précisé.

Le président russe a également affirmé que les missiles de croisière et les systèmes hypersoniques de son pays étaient "plus modernes et même plus efficaces" que ceux des Etats-Unis.

Mercredi, M. Poutine a assuré que Moscou ne serait pas le premier à déployer des armes atomiques.

"La Russie ne les utiliserait en premier en aucune circonstance", a-t-il affirmé, avant d'ajouter: "Mais si elle ne les utilise en premier en aucune circonstance, elle ne sera pas la deuxième à les utiliser non plus, car les chances de les utiliser dans le cas d'une frappe nucléaire contre notre territoire sont très minces".

Le département d'Etat américain condamné ces déclarations, estimant que "toute discussion, même vague, sur les armes nucléaires est absolument irresponsable."

Le spectre d'une éventuelle guerre nucléaire est revenu sur le devant de la scène internationale après l'invasion de l'Ukraine en février, soulignant l'érosion de l'architecture de sécurité mondiale datant de la guerre froide.

Les revers militaires russes, au cours des derniers mois, ont fait craindre que Moscou n'envisage, pour renverser la tendance, un recours à son arsenal nucléaire.