Dans le sud de la France, les pompiers mettent des «yeux» dans les pinèdes face aux incendies

Lundi, 150 à 200 hommes étaient positionnés dans des forêts, prêts à intervenir (Photo, AFP).
Lundi, 150 à 200 hommes étaient positionnés dans des forêts, prêts à intervenir (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 01 août 2022

Dans le sud de la France, les pompiers mettent des «yeux» dans les pinèdes face aux incendies

  • Le couple s'est installé dans la vigie du Grand Puech, sur les hauteurs du village provençal de Mimet, fin mai
  • Les quinquagénaires, habitués de l'exercice, scrutent dans un premier temps à l'oeil nu

MIMET: Installer des "yeux" dans les pinèdes pour traquer la moindre fumée, prépositionner des bataillons dans la forêt pour réagir immédiatement à tout départ de feu: les pompiers du sud de la France sont en vigilance maximale durant cet été particulièrement chaud et sec.

"Nous sommes les yeux des pompiers, le premier maillon de la chaîne", clament fièrement Laurent Lambert et son épouse Danielle*, sapeurs-pompiers affectés 24h sur 24, près de Marseille, dans une vigie située à 800 mètres d'altitude qui surplombe les massifs des Bouches-du-Rhône, département du sud-est de la France.

Le couple s'est installé dans la vigie du Grand Puech, sur les hauteurs du village provençal de Mimet, fin mai. Affectés à ce poste depuis 23 ans - un métier "passion", assurent-ils -, ils se rendent compte que la saison des feux s'allonge d'année en année.

"On ne sait pas quand ça va se terminer, peut-être fin septembre, peut-être plus tard", explique Danielle. Avec une vue panoramique à 360 degrés, ils surveillent, chaque jour et parfois la nuit, lorsque le risque d'incendie est élevé, "plus de 50 000 hectares de massifs forestiers".

Les quinquagénaires, habitués de l'exercice, scrutent dans un premier temps à l'oeil nu. "On guette toujours en binôme" afin d'être certains de ne rien manquer, détaille Danielle. "La moindre fumée nous tape à l'oeil, et avec la sécheresse, le panache monte très vite" dans les airs.

Outre la surveillance à travers la salle vitrée de la vigie, semblable à celle d'un phare, M. Lambert est aussi en contact permanent avec le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis), qui lui demande confirmation des appels signalant un départ de feu.

Le département compte 29 vigies, dont 13 habitées 24 heures sur 24, et des caméras installées dans les massifs les plus isolés. Un dispositif en phase avec la stratégie adoptée par les pompiers en zone méditerranéenne, la plus touchée par les incendies historiquement: détecter au plus vite un départ de feu, y faire intervenir très rapidement des moyens terrestres et aériens massifs.

"95% des feux ne dépassent pas un hectare grâce à l'intervention dans les 10 minutes des forestiers-sapeurs avec des véhicules légers, appuyés si nécessaire par des pompiers et des hélicoptères bombardiers d'eau", indique Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers.

«Engagement massif»

Si les époux prennent à cœur leur métier saisonnier, c'est aussi car ils tiennent aux massifs qui les ont vu grandir. "On a la chance d'avoir un patrimoine magnifique, le patrimoine de (l'écrivain Marcel) Pagnol", qu'ils veulent protéger.

Cette même peur "de voir (les) massifs brûler" a poussé les secours à placer, de manière préventive, des groupes d'intervention en forêt.

"Avec des conditions climatiques comme celles-ci, des fortes chaleurs, la sécheresse et parfois du vent, nous privilégions un engagement massif", explique le lieutenant Rémi Girardet, positionné préventivement avec cinq collègues dans une zone boisée proche de l'autoroute, leur permettant d'intervenir en moins de 10 minutes sur un départ de feu.

Lundi, 150 à 200 hommes étaient positionnés dans des forêts, prêts à intervenir. Dimanche, près de 500 pompiers ont été mobilisés sur un incendie ayant détruit 35 hectares de végétation à une vingtaine de kilomètres de Marseille.

Pour le lieutenant Girardet, la saison est "sous haute tension", avec le mois de juillet le plus chaud depuis 1947 en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. S'il ne pleut pas, la suite de l'été peut être "catastrophique", prévient-il.

Pompier depuis plus de 30 ans, il a connu des incendies virulents à la fin des années 1980, brûlant des dizaines de milliers d'hectares, endommageant des maisons.

"Depuis, on a plus de moyens, des engins plus spécifiques, un meilleur maillage", juge-t-il, mais malgré la réactivité des équipes, "on peut maîtriser quelques feux, mais si on a plusieurs départs en même temps, il y en aura un qui s'échappera".

Un troisième épisode de canicule estivale a débuté lundi dans le sud-est de la France et devrait s'étendre à la majeure partie du pays, toujours en proie à une sécheresse historique.

Juillet 2022 est le deuxième mois le plus sec (9,7 millimètres de précipitations, soit un déficit de 84% par rapport à la moyenne 1991-2020) jamais enregistré dans le pays.

La sécheresse et la répétition rapprochée de ces vagues de chaleurs, directement imputées par le consensus scientifique au changement climatique, ont sévèrement fait chuter les débits des cours d'eaux dans de nombreuses régions.

Haute-Corse: un incendie parcourt «450 hectares», pas d'habitation menacée

Un incendie "inaccessible" aux équipes terrestres a parcouru lundi "450 hectares" de maquis sur la commune de Santo-Pietro di Tenda en Haute-Corse, sans qu'il ne menace d'habitation, a indiqué à l'AFP un porte-parole des pompiers.

Cet incendie, qui a été signalé aux pompiers à 8H40, avait parcouru à 19H30 une zone "de 450 hectares" sur cette commune de Haute-Corse située à une vingtaine de kilomètres de Saint-Florent, un village de bord de mer très prisé des touristes en période estivale.

"On ne peut pas dire que le feu est fixé mais les deux lisières sont en nette régression", a indiqué lundi soir le lieutenant-colonel Thierry Nutti, officier de permanence du Codis 2B, après 56 largages des hélicoptères engagés, 60 des avions bombardier d'eau de type Pelican et six largages de retardant.

"La particularité de ce feu est qu'il est totalement inaccessible aux moyens terrestres, dans une zone géographique escarpée où il n'y a aucune activité autre qu'un peu de randonnée", a ajouté l'officier, précisant qu'aucune "habitation ou exploitation" n'était menacée. Une surveillance aura lieu toute la nuit.

Lundi, trois conditions défavorables étaient réunies: une température supérieure à 30 degrés Celsius, un taux d'humidité inférieur à 30% et du vent à 30 km/h avec "par moment", des "phénomènes de brise thermique renforcée", a détaillé l'officier. Mardi, les prévisions ne prévoient pas de vent, selon la même source.

"Dans notre difficulté à lutter aujourd'hui contre ce sinistre, toutes les conditions de dessèchement de l'air et de la végétation, de la température et de l'aérologie étaient réunies pour que le feu, même sans vent établi, puisse brûler, avec des effets de pentes, des surfaces importantes", a indiqué M. Nutti.

Tous les moyens aériens disponibles en Corse ont été déployés lundi et étaient en action jusqu'en début de soirée: deux avions et deux hélicoptères bombardiers d'eau. Un avion Dash est également arrivé en renfort pour larguer du retardant.

Mardi matin, le détachement d'intervention héliportée (Dih) de Brignoles (Var), spécialisé dans le travail sur zone difficile d'accès, opérera sur la zone avec trois hélicoptères et 70 hommes seront héliportés pour travailler sur les lisières de l'incendie, a-t-il précisé. Lundi, 20 personnes travaillaient au sol.

Samedi, plusieurs massifs forestiers de Haute-Corse ont été fermés du fait d'un risque sévère d'incendie et la zone touchée était considérée comme "dangereuse" pour ce risque, les autorités invitant à ne pas s'y rendre.


Le gouvernement annonce un déficit de l'Etat meilleur qu'attendu en 2022

Le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal (Photo, AFP).
Le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon Gabriel Attal, l'État a notamment enregistré de meilleures recettes fiscales
  • Cela ne devrait toutefois pas réduire significativement le déficit public de 2022

PARIS: Le déficit de l'État pour l'année 2022 sera de 151,5 milliards d'euros, soit une "amélioration de 19,5 milliards par rapport aux prévisions de la dernière loi de finances rectificative", a annoncé le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal dans Le Figaro mardi soir.

Selon Gabriel Attal, l'État a notamment enregistré de meilleures recettes fiscales, "supérieures de 7 milliards à ce qui était prévu". L'impôt sur les sociétés (IS) a rapporté 3 milliards de mieux qu'attendu.

"Les rentrées d'IS ont atteint 62 milliards d'euros: c'est le montant le plus élevé de l'histoire, alors qu'on a le taux le plus bas de l'histoire", soit 25%, affirme encore Gabriel Attal. En outre, l'impôt sur le revenu "dépasse de 1,6 milliard les dernières prévisions, grâce aux revalorisations des salaires et aux emplois créés".

De plus, le niveau de dépenses "est inférieur de 12 milliards à ce qui était prévu en novembre dernier", notamment parce que les mécanismes de soutien aux ménages et entreprises "n'ont pas intégralement été consommés en 2022", dit encore le ministre au Figaro.

Cela ne devrait toutefois pas réduire significativement le déficit public de 2022, dont le chiffre ne sera connu qu'en mars.

Il "s'inscrira nettement en baisse par rapport à l'année 2021", année lors de laquelle il s'était établi à 6,5% du PIB, a expliqué le ministre, qui maintient la prévision de 5% "sans exclure totalement un meilleur atterrissage".

"C'est aussi notre prévision pour 2023, qui est une année de consolidation", a encore précisé Gabriel Attal, qui précise que le gouvernement prévoit "toujours le retour sous la barre des 3% en 2027".


Les mal-logés, plus nombreux, vulnérables et trop peu aidés, dénonce la Fondation Abbé Pierre

Un sans-abri dort sur le pas de la porte d'un magasin fermé à Toulouse, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Un sans-abri dort sur le pas de la porte d'un magasin fermé à Toulouse, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • La Fondation estime à 330000 le nombre de personnes sans domicile en France
  • Au total, 4,15 millions de personnes sont mal logées, estime la Fondation

PARIS: Les mal-logés sont plus nombreux et vulnérables face à l'inflation, alerte la Fondation Abbé Pierre dans son rapport annuel présenté mercredi, qui tacle le gouvernement et "l'insuffisance" de ses efforts pour y remédier.

La Fondation estime à 330.000 le nombre de personnes sans domicile en France. Soit 30.000 de plus que l'année précédente, et une augmentation d'environ 130% par rapport à 2012, date de la dernière étude de l'Insee à ce sujet.

"C'est encore une estimation assez conservatrice", a assuré le directeur des études de la fondation, Manuel Domergue.

Au total, 4,15 millions de personnes sont mal logées, estime la Fondation, qui comptabilise dans cette catégorie les personnes sans logement personnel, celles vivant dans un lieu beaucoup trop petit pour elles, ou privé du confort de base (cuisine, toilettes, chauffage, etc.) ; ou encore une large part des "gens du voyage" subissant de mauvaises conditions d'habitat.

Le "halo" du mal-logement, qui regroupe les situations comme la précarité énergétique ou les locataires avec des impayés, concerne lui 12,1 millions de personnes, selon les calculs de la FAP, soit plus d'un sixième de la population.

Cette année, dans un chapitre titré "Le genre du mal-logement", la FAP s'est penchée sur les vulnérabilités spécifiques subies par les femmes et les personnes LGBT+.

Elles risquent, révèle l'étude, de basculer dans le mal-logement à quatre moments de rupture de la vie : le départ du domicile familial, la séparation conjugale, l'héritage et le veuvage.

«Année blanche ou presque»

L'inflation, qui a nettement accéléré en 2022, met en difficulté les ménages modestes en augmentant leurs coûts contraints (logement, déplacement, alimentation...), relève la Fondation.

Une personne au RSA, ou une famille monoparentale, peut vite se retrouver "dans le rouge", ou avec un reste à vivre famélique, simplement en s'acquittant de ces dépenses contraintes, explique la Fondation, qui a calculé le budget de ménages-types (fictifs) dans plusieurs communes comme Aubervilliers et Tarbes.

Comme les années précédentes, la FAP étrille le gouvernement, jugeant que 2022 a été "une année blanche ou presque dans la lutte contre le mal-logement".

"L'écart a rarement semblé aussi grand entre d'un côté l'état du mal-logement (...) et d'un autre côté, l'insuffisance des réponses publiques pour rendre le logement abordable", prévient-elle.

Les aides distribuées pour atténuer l'impact de l'inflation, comme le bouclier tarifaire, ne sont selon elle pas suffisamment ciblées. L'aide à la rénovation des logements MaPrimeRénov', dont l'enveloppe a été augmentée dans le budget 2023, est jugée insuffisante, car finançant peu de rénovations performantes et laissant aux plus pauvres un reste à charge insurmontable.

"Aux plus riches, d'un côté, des mesures pérennes, massives ; aux plus pauvres, d'un autre côté, des mesures ponctuelles", s'est indigné le délégué général de la Fondation, Christophe Robert.

«Contre les pauvres»

L'"effort public pour le logement", rassemblant les aides aux personnes et à la production, ne représentait plus en 2021 que 1,5% du produit intérieur brut, un chiffre qui n'a pas été aussi bas depuis au moins 1991, dénonce la FAP.

L'encadrement des loyers et la lutte contre les locations saisonnières type Airbnb, sont encore trop timides, ajoute-t-elle. Concernant le logement social, les mesures d'économies du premier quinquennat d'Emmanuel Macron ont été maintenues, malgré la hausse du taux du Livret A qui a alourdi la dette des bailleurs sociaux.

L'État mène même des politiques "parfois contre les pauvres", assène la Fondation, ciblant la réforme de l'assurance chômage, qui vise à réduire la durée d'indemnisation, ou la proposition de loi anti-squatteurs examinée mardi par le Sénat.

Sur le front le plus urgent, si le gouvernement a renoncé à supprimer des places en hébergement d'urgence, "le fait même qu'il ait envisagé de les réduire est pour nous un signal assez préoccupant", a jugé Christophe Robert.

Mercredi, lors de la présentation officielle du rapport à la Maison de la Mutualité à Paris, le ministre délégué à la Ville et au logement, Olivier Klein, est attendu pour répondre aux critiques et pour présenter le nouveau plan "Logement d'abord", qui vise à faciliter le retour au logement des personnes sans-abri.


Protéger les propriétaires des squatteurs et loyers impayés: coup d'envoi des débats au Sénat

Pour les loyers impayés, le texte accélère les procédures judiciaires dans les litiges locatifs  (Photo, AFP).
Pour les loyers impayés, le texte accélère les procédures judiciaires dans les litiges locatifs (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre chargé du Logement Olivier Klein a salué «un texte équilibré et même amélioré»
  • Les débats devraient se prolonger jeudi

PARIS: Le Sénat dominé par la droite a débuté mardi soir l'examen d'une proposition de loi portée par la majorité présidentielle pour mieux protéger les propriétaires contre les squatteurs et les loyers impayés, décriée par la gauche et les défenseurs des mal-logés.

Les débats devraient se prolonger jeudi.

La proposition de loi du macroniste Guillaume Kasbarian a été votée en première lecture par l'Assemblée nationale avec le soutien de la droite et du RN.

A la suite de plusieurs affaires fortement médiatisées, l'une des mesures emblématiques triple les sanctions encourues par les squatteurs, jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

Face à l'inquiétude de la gauche et de plusieurs associations comme la Fondation Abbé-Pierre, Droit au logement (DAL) ou le Secours Catholique, Guillaume Kasbarian a martelé que l'objectif était de protéger avant tout des "petits propriétaires qui ne roulent pas sur l'or", parfois confrontés à des années de procédures judiciaires pour retrouver l'usage de leur bien.

Le texte a été inscrit à l'ordre du jour du Sénat à la demande du groupe RDPI à majorité Renaissance. Il est d'autant bien accueilli par la majorité sénatoriale de droite qu'il reprend des mesures d'une proposition de loi de Dominique Estrosi Sassone (LR) pour garantir la propriété immobilière contre le squat, adoptée par le Sénat en janvier 2021.

En commission, les sénateurs ont retravaillé le texte de l'Assemblée, "sans le dénaturer", de sorte essentiellement à "bien distinguer la situation du squatteur de celle du locataire" qui rencontre des difficultés à payer son loyer, selon le rapporteur LR André Reichardt.

Ils ont néanmoins conservé la possibilité de pénaliser le locataire qui se maintient dans les lieux à la suite d'un jugement d'expulsion devenu définitif.