L'armée israélienne frappe la bande de Gaza, 15 morts

Un pompier palestinien combat l'incendie au milieu des destructions à la suite d'une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, le 5 août 2022 (Photo, AFP).
Un pompier palestinien combat l'incendie au milieu des destructions à la suite d'une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, le 5 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 06 août 2022

L'armée israélienne frappe la bande de Gaza, 15 morts

  • Ces opérations surviennent après l'arrestation lundi d'un chef du Jihad islamique en Cisjordanie occupée, Bassem Saadi
  • L'armée israélienne avait ordonné mardi la fermeture des passages frontaliers, contraignant des milliers de Gazaouis, titulaires de permis de travail en Israël, à rester chez eux

GAZA, Territoires palestiniens : L'armée israélienne a indiqué vendredi mener des frappes sur la bande de Gaza, sur fond de craintes d'attaques en provenance de l'enclave palestinienne après l'arrestation en début de semaine du chef d'un groupe armé palestinien.

L'armée israélienne «est en train de frapper la bande de Gaza», a-t-elle rapporté dans un court communiqué. Cette opération vise l'organisation Jihad islamique, a-t-elle précisé dans un second communiqué.

Des témoins et des sources de sécurité palestiniennes ont indiqué  avoir vu plusieurs frappes, notamment une dans le centre de la ville de Gaza.

Ces opérations surviennent après l'arrestation lundi d'un chef du Jihad islamique en Cisjordanie occupée, Bassem Saadi. Les autorités israéliennes craignaient des attaques en représailles en provenance de la bande de Gaza, enclave contrôlée par les islamistes du Hamas et où le Jihad islamique est très présent.

L'armée israélienne avait ordonné mardi la fermeture des passages frontaliers, contraignant des milliers de Gazaouis, titulaires de permis de travail en Israël, à rester chez eux. Cette fermeture a ralenti la livraison de diesel, généralement acheminé par camion depuis l'Egypte ou Israël et nécessaire pour alimenter la centrale électrique de Gaza.

L'Etat hébreu impose depuis 2007 un strict blocus à Gaza, enclave de 2,3 millions d'habitants minée par la pauvreté et le chômage.

Israël et des groupes armés de Gaza se sont livré plusieurs guerres, dont la dernière date de mai 2021.

Raids israéliens sur Gaza: le Djihad islamique promet de se venger

Le Djihad islamique a promis vendredi qu'il se vengerait et viserait des villes israéliennes après les raids de l'Etat hébreu sur la bande de Gaza, dans lesquels un chef de ce groupe islamiste armé palestinien a notamment été tué.

"L'ennemi sioniste a commencé cette agression et doit s'attendre à ce que nous nous battions sans relâche (...) Il n'y aura aucune trêve après ce bombardement", a déclaré le secrétaire général du Djihad islamique Ziad al-Nakhala dans un entretien avec la télévision libanaise Al-Mayadeen, à Téhéran, la capitale iranienne.

"Il n'y aura pas de lignes rouges dans cette bataille (...) Tel-Aviv et d'autres villes sionistes seront des cibles des missiles de la résistance", a-t-il ajouté.

En visite en Iran, principal soutien du Djihad islamique, M. Nakhala s'est entretenu avec le président iranien Ebrahim Raïssi et d'autres responsables de la République islamique.

Il a appelé ses combattants et les militants de toutes les factions palestiniennes à se battre "comme un seul" face à "l'agression" israélienne.

L'armée israélienne a estimé à 15 le nombre de morts dans ses raids sur Gaza, ajoutant que ses opérations n'étaient pas terminées.

Le ministère de la Santé à Gaza a lui fait état de huit morts, "dont une fillette de cinq ans", et un des chefs du Djihad islamique, Tayssir Al-Jabari.

Ces raids surviennent après l'arrestation lundi d'un chef du Djihad islamique en Cisjordanie occupée, Bassem Saadi.

Les autorités israéliennes craignaient des attaques en représailles en provenance de la bande de Gaza, enclave contrôlée par les islamistes du Hamas et sous blocus israélien, où le Djihad islamique est bien implanté.


Cinq choses à retenir de la défaite 2-0 de l'Arabie saoudite contre la Pologne.

Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Le Polonais Wojciech Szczesny arrête un penalty tiré par le Saoudien Salem Al-Dawsari lors du match du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, au stade de l'Education City, à Al Rayyan, samedi (Reuters).
Short Url
  • Un match divertissant qui aurait dû engendrer plus de buts
  • La possession du ballon était en faveur des Green Falcons qui ont eu plus d'occasions

DUBAΪ : L'Arabie Saoudite a perdu 2-0 contre la Pologne à Education City au Qatar samedi et reste à trois points après deux matchs dans le groupe C de la Coupe du Monde.

Voici cinq choses que nous avons apprises du match :

L'Arabie saoudite méritait quelque chose

Ce fut une rencontre divertissante qui aurait dû enregistrer plus de buts, dont beaucoup auraient pu aller à l'Arabie saoudite. On aurait pu craindre que la victoire sur l'Argentine soit si importante qu'il aurait été difficile pour le sélectionneur Hervé Renard de faire redescendre ses joueurs sur terre et de les concentrer sur la tâche à accomplir, mais il n’en fut rien. Le problème était simplement dans la finition. Mais beaucoup de choses étaient appréciables dans cette performance, Salem Al-Dawsari et Mohamed Kanno étant particulièrement impressionnants.

La possession était en faveur de l'Arabie saoudite qui a eu plus d'occasions. Même si l'on ne tient pas compte du penalty manqué, les occasions de marquer ont été nombreuses. Contrairement à la victoire contre l'Argentine, où les deux premières tentatives se sont soldées par des buts, il fut impossible de passer à travers les filets de Wojciech Szczesny. Le gardien polonais a fait un excellent match et les tirs en bonne position sont passés à côté ou au-dessus.

L’Arabie saoudite aurait pu autrement prendre un point de ce match, mais elle a été punie par les décisions de l'arbitre, ses propres erreurs, le fait de ne pas saisir ses chances et le fait que la Pologne ait profité des siennes.

 

Une première mi-temps difficile pour les Falcons

L'Arabie saoudite a bien joué pendant la première mi-temps, qui a duré 55 minutes, mais tous les incidents majeurs de cette période ont joué en sa défaveur. Tout d'abord, le Polonais Matty Cash aurait dû être expulsé. Le défenseur d'Aston Villa a reçu un carton jaune pour un tacle tardif, mais quelques minutes plus tard, il s'en est sorti avec un geste dangereux contre Mohammed Al-Burayk.

Si un deuxième carton jaune avait été montré, Cash n'aurait pas été en position avancée à la 39e minute pour passer le ballon à Robert Lewandowski qui a ensuite servi Piotr Zielinski pour marquer. Ce but a été marqué contre le cours du jeu, mais c'est ce qui arrive sur terrain de football. L'Arabie saoudite se sentira lésée par le fait que la Pologne avait encore onze hommes sur le terrain.

Et puis il y a eu le penalty dans le temps additionnel, lorsque Saleh Al-Shehri a été mis à terre dans la surface. En vérité, le penalty de Salem Al-Dawsari n'était pas le meilleur, mais Al-Burayk aurait dû faire mieux sur le rebond. Le fait de revenir à égalité à la pause contre 10 hommes aurait donné lieu à une deuxième mi-temps très différente.

 

C'est une nouvelle Arabie saoudite, confiante

Quelle différence peut faire une victoire contre l'Argentine ! Si quelqu'un avait regardé le match sans rien savoir des équipes, il aurait pensé que les hommes en vert étaient les favoris, avec des joueurs actifs au plus haut niveau, et que les hommes en bleu et blanc étaient les outsiders.

On se demandait si Renard allait mettre son équipe en place de la même manière pour le deuxième match, et il l'a fait. La même ligne haute, courageuse, était là, le même élan et encore plus d'énergie. L'Arabie saoudite mène et s'attaque à la Pologne, qui n'a pas impressionné lors de son premier match nul 0-0 avec le Mexique. Les Polonais étaient clairement ébranlés, comme en témoignent les trois cartons jaunes récoltés dans la première moitié de la première mi-temps.

C'est maintenant une équipe saoudienne qui sait qu'elle peut inquiéter les adversaires européens et sud-américains et qui ne recule pas. C'est une attitude qui doit perdurer.

 

L'Arabie saoudite a l'avantage du terrain

Le match de samedi a peut-être eu lieu officiellement au Qatar, mais il aurait pu se dérouler à Riyad, Djeddah ou Dammam, tant les supporters saoudiens étaient nombreux dans le stade. En plus de la quantité, il y avait aussi la qualité, avec des niveaux d’ovations atteignant des sommets rarement vus dans le tournoi.

L'atmosphère était différente et a stimulé les joueurs. Elle a également ébranlé les Polonais, qui ont eu beaucoup de mal à se mettre en place. Ils étaient conspués lorsqu'ils étaient en possession du ballon, contrairement aux Saoudiens. Il a fallu une ouverture du score pour que les Polonais aient l'air un tant soit peu à l'aise. Quoi qu'il en soit, les supporters saoudiens et les joueurs se sont unis pour créer l'un des évènements de la Coupe du monde, et le Mexique ne sera pas impatient de se rendre au Lusail Iconic Stadium mercredi.

 

Tout reste à faire et il n'y a aucune raison de se sentir découragé.

Les supporters devront attendre le match de samedi entre l'Argentine et le Mexique pour savoir exactement ce qu'ils doivent faire, mais quoi qu'il arrive, tout le monde aurait accepté cette position avant le début de la Coupe du monde. Avec trois points engrangés lors des deux premiers matches, les Falcons tiennent leur destin en main. Une victoire sur le Mexique signifie qu'une place dans la phase à élimination directe est garantie. Reste à savoir si un match nul suffira.

L'entraîneur Renard devra attendre l’évolution de l’état des joueurs qui ont été touchés, mais il y a encore beaucoup de raisons de se réjouir. L'Arabie Saoudite a montré qu'elle pouvait se mesurer à ses adversaires. La gloire les attend et avec des dizaines de milliers de supporters derrière eux la semaine prochaine, tout peut arriver. La défaite contre la Pologne ne doit pas nécessairement être dévastatrice et personne ne doit se sentir découragé.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'OMT adopte une résolution saoudienne visant à transformer le tourisme mondial

Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Le Royaume développe actuellement un certain nombre de projets touristiques attractifs sur plusieurs destinations. (AFP)
Short Url
  • L'adoption de la résolution est la première étape importante franchie par le Royaume dans sa nouvelle fonction de président du Conseil exécutif
  • Un groupe de travail saoudien, espagnol et de l'OMT supervisera les changements importants apportés au secteur du tourisme à la suite de la pandémie

MARRAKECH : Le 177e Conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme des Nations unies a adopté une résolution saoudienne visant à « repenser le tourisme » à la suite de la pandémie de Covid-19.

En tant que président nouvellement élu du conseil, le Royaume a fait pression avec succès pour la création d'un groupe de travail saoudo-espagnol-OMC pour superviser et diriger les changements importants dans le secteur mondial du tourisme. 

Cette proposition était défendue par le Royaume depuis décembre 2021, une délégation saoudienne ayant réitéré son soutien à la création du groupe de travail lors de l'accueil par le Royaume du 116e Conseil exécutif à Djeddah plus tôt cette année.

Lors de l'événement de trois jours cette semaine à Marrakech, auquel Arab News a assisté, la résolution visant à faire avancer la création du groupe de travail, qui a été soutenue dès le départ par l’Espagne, a été adoptée.

Le groupe de travail, qui sera composé de huit membres de l'organisation selon la résolution, devrait être lancé au printemps de l'année prochaine, mais devra encore recevoir l'approbation officielle du chef de l'OMT.

Les huit membres travailleront aux côtés des trois coprésidents du groupe de travail - l'Arabie saoudite, le Maroc et l'OMT - pour faire avancer la transformation du tourisme mondial.

Sur les 36 pays membres du Conseil présents à l'événement, 31 ont approuvé la résolution. Le groupe de travail vise à représenter chaque région du monde et comprendra deux États membres pour l'Afrique et l'Amérique, ainsi que des États uniques pour promouvoir les aspirations touristiques de l'Europe, du Moyen-Orient, de l'Extrême-Orient et du Pacifique, et de l'Asie du Sud.

Une fois établi, le groupe de travail se réunira au moins deux fois par an et fonctionnera avec un budget affecté volontairement par les États membres du Conseil exécutif.

Cette décision devrait entraîner un remaniement important au sein du principal organisme de tourisme mondial, le Royaume appelant à « revitaliser » l'OMT et à « améliorer ses méthodes de fonctionnement ».

Cette initiative, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement des liens entre l'Arabie saoudite et l'Espagne dans les domaines de l'investissement et du tourisme, est le fruit de plusieurs mois d'efforts déployés par les deux pays pour obtenir le soutien des membres du Conseil à cette proposition.

Le groupe de travail vise à rendre l'OMT « plus inclusive, plus résiliente et plus durable que jamais », a déclaré le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb.

L'adoption de la résolution est la première mesure importante prise par le Royaume en sa qualité de président du Conseil.

Al-Khateeb a supervisé le transfert de la présidence précédente, celle de la Côte d'Ivoire, à Marrakech vendredi dernier.

Les échanges commerciaux entre l'Arabie saoudite et l'Espagne s'élèvent à 3,5 milliards de dollars par an. Les deux pays ont pris des mesures importantes pour renforcer leurs liens économiques tout au long de l'année. Le Forum saoudo-espagnol sur l'investissement, qui s'est tenu en juin avant l'événement de l'OMT à Djeddah, a débouché sur un certain nombre d'accords importants.

La réunion de Marrakech a également abouti à l’admission de plusieurs membres affiliés saoudiens et espagnols, notamment la Jeddah Central Development Co. et les sociétés espagnoles Innovaris SL et Eturia CLM.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et le Maroc signent un accord pour renforcer leur coopération dans le domaine du tourisme

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, assiste à la 117e session de la réunion du conseil exécutif de l'OMT. (Twitter/@Saudi_MT)
Short Url
  • Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire
  • Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays

RIYAD : L'Arabie saoudite et le Maroc ont signé vendredi un protocole d'entente visant à encourager et à développer la coopération dans le domaine du tourisme, ainsi qu’à coordonner les efforts pour parvenir au développement durable de cette industrie dans les deux pays, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Le protocole a été signé en présence du ministre saoudien du Tourisme, Ahmed Al-Khateeb, et de Fatima-Zahra Ammor, ministre marocain du Tourisme, de l'Artisanat et de l'Économie sociale et solidaire, en marge de la 117e session du conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme.

Al-Khateeb a déclaré que « l'Arabie saoudite et le Maroc ont un engagement commun à protéger les riches sites du patrimoine et les zones naturelles marines, montagneuses et désertiques des deux pays, en plus de leur volonté d'accorder la priorité à la jeunesse dans leurs plans de développement ».

« La question de la durabilité occupe une place importante dans les ambitions touristiques saoudiennes, aussi la coopération avec des partenaires qui ont une vision similaire, comme le Maroc, permet de renforcer le secteur dans notre région et dans le monde entier, et contribue à consolider la durabilité, la flexibilité et l'inclusivité du secteur touristique au profit des particuliers et des sociétés. »

Le ministre marocain du Tourisme a précisé que « le protocole reflète les relations solides entre les deux pays et la vision commune vers le renforcement du partenariat et l'augmentation des perspectives de coopération dans le secteur du tourisme ».

« Il conduira à davantage d'initiatives conjointes et à l'échange d'expériences et de bonnes pratiques, permettant aux deux pays de développer leurs capacités dans le domaine du tourisme. »

L'accord contribuera également à augmenter les possibilités de formation et de partage des connaissances, et offrira de nouvelles ouvertures pour les investissements.

L'Arabie saoudite est actuellement l'un des plus grands partenaires commerciaux du Maroc dans le monde arabe. En 2020, le Royaume a investi 26,6 millions de dollars dans les secteurs immobilier, touristique et agricole.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com