Des tonnes d'agrumes en suspens entre Afrique du Sud et UE

Une vue générale d'oranges sur des arbres dans une ferme d'agrumes sur la N4 à l'extérieur de Mbombela, le 6 août 2022. (Photo de Phill Magakoe / AFP)
Une vue générale d'oranges sur des arbres dans une ferme d'agrumes sur la N4 à l'extérieur de Mbombela, le 6 août 2022. (Photo de Phill Magakoe / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 07 août 2022

Des tonnes d'agrumes en suspens entre Afrique du Sud et UE

  • L'UE a introduit de nouvelles exigences phytosanitaires qui, selon les producteurs, menacent leur survie
  • Les règles de l'UE visent à lutter contre la propagation potentielle du faux carpocapse, un parasite africain qui a un faible pour les oranges et les pamplemousses

JOHANNESBURG : Des tonnes d'oranges pourrissent dans des conteneurs bloqués dans les ports européens et risquent la destruction, alors que l'Afrique du Sud et l'Union européenne s'affrontent dans un conflit commercial autour des règles d'importation.

L'Afrique du Sud, deuxième exportateur mondial d'agrumes frais après l'Espagne, a déposé plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le mois dernier quand l'UE a introduit de nouvelles exigences phytosanitaires qui, selon les producteurs, menacent leur survie.

Les mesures sont entrées en vigueur en juillet alors que des navires transportant des centaines de conteneurs remplis de fruits sud-africains à destination de l'Europe étaient déjà en mer, ce qui a entraîné leur blocage à l'arrivée, selon l'association sud-africaine des producteurs d'agrumes (CGA).

"C'est un désastre complet et absolu", a déclaré à l'AFP le PDG de la CGA, Justin Chadwick. "Des aliments de qualité exceptionnelle, qui ne posent aucun risque, végètent là... C'est vraiment une catastrophe".

Les règles de l'UE visent à lutter contre la propagation potentielle du faux carpocapse, un parasite africain qui a un faible pour les oranges et les pamplemousses.

L'UE exige le traitement par un froid extrême de toutes les oranges destinées aux tables européennes et un maintien à des températures inférieures ou égales à deux degrés Celsius pendant 25 jours, ce qui, selon les producteurs sud-africains, n'est pas nécessaire, le pays disposant déjà de moyens plus ciblés pour prévenir l'infestation.

Dans sa plainte auprès de l'OMC, l'Afrique du Sud fait valoir que les exigences de l'UE ne sont "pas fondées sur des données scientifiques", qu'elles sont "discriminatoires" et excessives.

Et elles font peser un stress supplémentaire sur une filière déjà éprouvée. "Cela va rajouter des coûts. Et en ce moment, c'est ce qu'aucun producteur au monde ne peut se permettre", explique Hannes de Waal, qui dirige l'exploitation quasi-centenaire Sundays River Citrus (sud-est).

- Sous pression -

M. de Waal, dont l'entreprise possède des orangers, clémentiniers et citronniers sur plus de 7.000 hectares, a déjà vu ses revenus grignotés par la hausse des coûts de transport depuis la pandémie, mais aussi celle des engrais, en raison de la guerre en Ukraine.

L'Europe est le plus grand marché pour les agrumes sud-africains, qui pèsent près de deux milliards d'euros et représentent 37% des exportations, selon le CGA. Le secteur emploie plus de 120.000 personnes dans un pays où plus d'une personne sur trois est sans emploi.

Les nouvelles règles, survenues au plus fort de la saison des oranges, ont pris de court les producteurs. Quelque 3,2 millions de cartons d'agrumes d'une valeur d'environ 35 millions d'euros sont partis avec des papiers devenus non-valides à l'arrivée.

Le gouvernement sud-africain s'est empressé d'émettre de nouveaux documents pour les expéditions répondant aux nouveaux critères, mais des centaines de conteneurs ont dû être détruits, selon M. Chadwick.

"Le système déjà en place chez nous implique un traitement par le froid, mais ciblé sur le risque, alors que la mesure de l'UE est une mesure générale qui concerne toutes les oranges", explique M. Chadwick.

Le différend est maintenant entre les mains de l'OMC. Les parties ont 60 jours pour négocier une solution. À défaut, le plaignant peut demander l'arbitrage d'un panel.

L'UE s'est dite confiante sur la "compatibilité de ses mesures avec les règles de l'OMC".

L'objectif des critères phytosanitaires est de protéger l'UE "de l'impact significatif potentiel sur l'agriculture et l'environnement, si ce parasite s'établissait" en Europe, selon un porte-parole de la Commission européenne.

M. Chadwick espère que le "bon sens" prévaudra et qu'une solution rapide pourra être trouvée. "Notre filière est sous pression. Pour nous, c'est l'année de la survie".


La livre Sterling au plus bas face au dollar, craintes de récession

Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT
  • Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng

HONG KONG: La livre Sterling a atteint lundi un plancher record face au dollar, les annonces budgétaires de Londres inquiétant les investisseurs sur la santé des finances publiques britanniques, dans un pays peut-être déjà en récession.

Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT, selon des données de Bloomberg, des analystes avertissant qu'elle pourrait même atteindre la parité avec le billet vert.

Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, mêlant aides massives aux factures énergétiques et baisses d'impôts tous azimuts, dont le coût vertigineux n'a pas été pleinement dévoilé.

L'ensemble devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter 72 milliards de livres supplémentaires sur les marchés, ce qui inquiète les opérateurs.

Lundi, la tendance était toujours à la baisse, le ministre affirmant que des mesures supplémentaires étaient attendues. Ce qui a précipité les marchés londoniens dans le gouffre, l'indice FTSE perdant autour de 2%.


Budget Sécu: déficit prévu en forte baisse en 2023, à 6,8 milliards d'euros

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Short Url
  • Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires
  • L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023

PARIS : Le déficit de la Sécu va nettement se réduire en 2023, à 6,8 milliards d'euros contre 17,8 milliards attendus cette année, selon l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale, publié par l'Agence de presse médicale et consulté dimanche par l'AFP.

Ces chiffres, qui couvrent un périmètre plus large que le régime général des caisses de Sécu, confirment néanmoins le spectaculaire redressement des comptes depuis le record abyssal de 2020 (près de 39 milliards).

Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires.

L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023.

Un résultat toutefois largement dû à la fonte de la facture du Covid, qui passerait de plus de 11 milliards à seulement 1 milliard l'an prochain, bien que cette provision "risque de se révéler très insuffisante", selon l'avis du Haut conseil des finances publiques, cité dans le document.

Au-delà de cette échéance, le déficit de la branche maladie continuerait de se réduire à un rythme beaucoup plus modéré, pour s'établir à 2,6 milliards en 2026.

A l'inverse, la branche vieillesse devrait vite replonger: proche de l'équilibre cette année (-1,7 milliard), elle devrait creuser ses pertes jusqu'à 13,6 milliards en 2026.

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années.

L'avant-projet de loi ne comprend cependant aucune mesure de réforme des retraites, alors que l'exécutif songe à introduire une hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation par un amendement lors des débats au Parlement au mois d'octobre.

Par ailleurs, les branches famille et accidents du travail devraient rester excédentaires au moins jusqu’en 2026, tandis que la branche autonomie, déficitaire en 2023, repasserait ensuite dans le vert.


L’Arabie saoudite favorise l’économie basée sur l’intelligence artificielle

La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
Short Url
  • La technologie apportera une contribution de plusieurs milliards au produit intérieur brut
  • De plus, cela pourrait dynamiser l’économie au moyen d’emplois, d’investissements et de possibilités pour le Royaume

RIYAD: L’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle (SDAIA) vise à mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’intelligence artificielle et à faire de l’Arabie saoudite l’un des meilleurs pays en matière de technologie, déclare le directeur adjoint de l’agence.

Mishari al-Mishari, le directeur adjoint de la SDAIA, déclare à Arab News, en marge du Sommet mondial sur l’intelligence artificielle à Riyad, que la SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA.

«La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national des données et de l’intelligence artificielle en vue de mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’IA», dit-il.

La conférence, organisée par la SDAIA, a accueilli jusqu’à 30 000 participants et des représentants de plus de 90 pays, ajoute-t-il.

«Lors de ce sommet, nous ne nous sommes pas limités aux dialogues et à la discussion; nous avons également mis l’accent sur l’expérience», insiste-t-il.