Les Palestiniens de Gaza pansent leurs plaies au premier jour de la trêve

Des Palestiniens inspectent un cratère après les trois derniers jours de conflit avec Israël avant une trêve, dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 août 2022 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent un cratère après les trois derniers jours de conflit avec Israël avant une trêve, dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 08 août 2022

Les Palestiniens de Gaza pansent leurs plaies au premier jour de la trêve

  • Le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu négocié par l'Egypte et entré en vigueur à 20H30 GMT dimanche
  • En Israël, trois personnes ont été blessées par les tirs de roquettes, selon des secouristes

GAZA: Les habitants de la bande de Gaza pansent leurs plaies lundi, au premier jour d'une trêve entre le Djihad islamique et Israël qui a mis fin à trois jours de bombardements ayant fait 44 morts palestiniens et d'importantes destructions dans l'enclave paupérisée.

La vie reprenait doucement son cours avec la réouverture du passage entre le territoire palestinien sous blocus et Israël qui a permis à l'unique centrale électrique de l'enclave de redémarrer.

"Nous nous sommes réjouis de l'annonce du cessez-le-feu, et avons repris le travail", raconte Hazem Douima qui tient une boutique à Gaza. "Plus d'effusion de sang!"

La "situation est tragique et difficile", raconte à l'AFP Mohamed Alai, un autre habitant. "Nous avons beaucoup de morts et de blessés, des destructions (...) mais Gaza panse ses plaies", dit-il.

Entre le début de l'opération israélienne vendredi et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, qui a fait en outre état d'immeubles entiers détruits dans les frappes.

Lundi, des camions de carburant sont entrés dans la bande de Gaza par le passage de Kerem Shalom fermé par Israël depuis le 2 août, a constaté l'AFP.

L'unique centrale électrique de ce micro-territoire surpeuplé, paupérisé et sous blocus israélien depuis plus de 15 ans, qui avait cessé de marcher samedi faute de carburant livré par Israël, a recommencé "à générer de l'électricité", selon le porte-parole de la compagnie d'électricité, Mohammed Thabet.

Les passages entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza ont rouvert "pour des besoins humanitaires lundi", a indiqué dans un communiqué le Cogat, organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

«Guerre tous les six mois»

A Gaza, Souhail al-Baouab a "vécu trois jours dans la peur". "Nous ne voulons pas de guerre tous les six mois et quand on a entendu parler de la trêve, on était si contents malgré le deuil pour les martyrs car la vie reprend son cours normal", a dit cette résidente de 56 ans.

Lundi, des familles ont enterré leurs morts, comme à Jabalia (nord) où des centaines de personnes ont assisté aux funérailles de quatre jeunes d'une même famille tués dans les bombardements.

Dans le sud de l'Etat hébreu frontalier avec Gaza où a repris la circulation ferroviaire et routière, un habitant d'Askhelon, Davit Shitrit, a indiqué ne "pas faire confiance" au Djihad islamique. "Ils promettent toujours mais attaquent chaque fois de nouveau (...) j'espère que cette fois, ça va tenir".

Selon le Djihad islamique, l'accord de trêve prévoit entre autres "l'engagement de l'Egypte à oeuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers" du groupe aux mains d'Israël, notamment Bassem al-Saadi, dont l'arrestation le 1er août en Cisjordanie occupée a mené à cette flambée de violences.

Le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu négocié par l'Egypte et entré en vigueur à 20H30 GMT dimanche, demandant que des enquêtes soient menées sur les victimes civiles.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a lui prévenu qu'il était "essentiel d'oeuvrer à consolider le cessez-le-feu".

En Israël, trois personnes ont été blessées par les tirs de roquettes, selon des secouristes, l'armée faisant état de centaines de roquettes tirées à partir de Gaza depuis vendredi, la grande majorité ayant été interceptée.

Les autorités israéliennes ont par ailleurs affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Djihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

«Attaque préventive»

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive", craignant des représailles du Djihad islamique après l'arrestation d'un de ses chefs, Bassem al-Saadi, le 1er août en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Au cours de cette opération, les principaux chefs militaires du groupe à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués.

La branche militaire du Djihad islamique a confirmé lundi dans un communiqué que 12 de ses hommes avaient été tués dans les frappes.

Ces derniers jours, quelque 40 membres du Djihad islamique ont été arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie.

La confrontation entre Israël et le Djihad islamique est la pire depuis celle entre Israël et le Hamas en mai 2021. Cette dernière avait fait en onze jours 260 morts côté palestinien dont des combattants et 14 morts en Israël, dont un soldat, d'après les autorités locales.


Les EAU distribuent de l’aide aux personnes touchées par les inondations en Mauritanie

Depuis fin juillet, de fortes pluies et des inondations généralisées ont frappé plusieurs régions de Mauritanie. (Dossier/AFP)
Depuis fin juillet, de fortes pluies et des inondations généralisées ont frappé plusieurs régions de Mauritanie. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont affrété vendredi un avion transportant des denrées alimentaires
  • Al-Mehairi : « Ce don reflète les relations solides entre les deux pays et souligne le rôle humanitaire des EAU »

DUBAÏ : Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, au moins 19 personnes sont mortes et 38 000 autres ont été affectées.

Les Émirats arabes unis ont affrété vendredi un avion transportant des denrées alimentaires dans différentes villes et villages touchés par les pluies torrentielles qui ont récemment frappé le sud et l'est de la Mauritanie, a rapporté l'agence de presse étatique WAM. 

Depuis la fin juillet, de fortes pluies et des inondations généralisées ont frappé plusieurs régions de la Mauritanie. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, au moins 19 personnes sont mortes, 38 000 personnes ont été touchées et près de 4 000 maisons ont été détruites.

« Ce don reflète les relations solides entre les deux pays et souligne le rôle humanitaire des EAU pour apporter de l'aide aux personnes dans le besoin et à celles touchées par des catastrophes qui menacent la sécurité alimentaire », a déclaré Hamad Ghanem al-Mehairi, ambassadeur des EAU en Mauritanie. 

Les EAU ont déjà envoyé de l'aide à la Mauritanie en avril 2021, ainsi qu'une contribution médicale pour soutenir les efforts du pays dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Turquie: plus de 500 000 réfugiés sont rentrés en Syrie, affirme Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours après une réunion du cabinet à Ankara, le 26 septembre 2022. (AFP).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours après une réunion du cabinet à Ankara, le 26 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Depuis le début de nos opérations transfrontalières en Syrie [en 2016], environ 526 000 volontaires sont retournés dans les zones de sécurité que nous avons établies [dans le nord du pays]», a déclaré le chef de l'Etat
  • M. Erdogan a ces derniers mois dit «préparer» le retour - sur la base du volontariat - d'un million de réfugiés syriens, sur les 3,7 officiellement enregistrés dans le pays

ISTANBUL : Plus d'un demi-million de Syriens qui avaient fui vers la Turquie sont rentrés dans leur pays depuis 2016, a affirmé samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Depuis le début de nos opérations transfrontalières en Syrie [en 2016], environ 526 000 volontaires sont retournés dans les zones de sécurité que nous avons établies [dans le nord du pays]", a déclaré le chef de l'Etat devant l'Assemblée nationale turque.

M. Erdogan a ces derniers mois dit "préparer" le retour - sur la base du volontariat - d'un million de réfugiés syriens, sur les 3,7 officiellement enregistrés dans le pays.

Il souhaite poursuivre le financement, avec l'appui de l'aide internationale, de logements et d'infrastructures dans le nord-ouest de la Syrie, dernière zone rebelle échappant au pouvoir de Damas et où Ankara déploie ses troupes.

La question de l'accueil des réfugiés syriens est devenu un sujet brûlant en Turquie, à huit mois et demi de la prochaine élection présidentielle et alors que le pays est confronté à une crise économique et monétaire d'ampleur.

Des partis d'opposition appellent régulièrement les autorités à renvoyer des millions de Syriens.

Le conflit en Syrie, démarré en mars 2011, a fait environ un demi-million de morts et des millions de déplacés et de réfugiés.


Les États arabes condamnent l'attaque terroriste contre un centre éducatif à Kaboul

Une vue du centre éducatif qui a été attaqué par un kamikaze, à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 30 septembre 2022. (AP)
Une vue du centre éducatif qui a été attaqué par un kamikaze, à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 30 septembre 2022. (AP)
Des combattants talibans montent la garde devant un centre éducatif qui a été attaqué par un kamikaze, à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 30 septembre 2022. (AP)
Des combattants talibans montent la garde devant un centre éducatif qui a été attaqué par un kamikaze, à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 30 septembre 2022. (AP)
Short Url
  • L'attentat s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul
  • La responsabilité de l'attentat n'a pas été revendiquée

DUBAΪ : Les États arabes ont condamné l'attaque terroriste de vendredi qui a visé un centre éducatif dans la capitale afghane, Kaboul, et qui a tué des adolescents, la plupart des filles.

L'attentat s'est produit dans le quartier de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul, une zone à prédominance musulmane chiite où vit la communauté minoritaire hazara, cible de certaines des attaques les plus meurtrières en Afghanistan.

Selon des rapports antérieurs, le kamikaze a abattu deux agents de sécurité avant de pénétrer dans la salle où les étudiants séparés selon leur sexe devaient passer un examen pratique de collège.

La responsabilité de l'attentat n'a pas été revendiquée.

Le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés a condamné, dans un communiqué, l'attentat qui a fait des dizaines de tués et blessés parmi des innocents.

Le ministère a exprimé son rejet de toutes les formes de violence et de terrorisme.

Bahreïn a également condamné l'attentat suicide et, dans une déclaration du ministère des Affaires étrangères, a adressé les « profondes condoléances et la sympathie du royaume aux familles des victimes. »

Il a également souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Koweït a également dénoncé l'attentat, l'État du Golfe renouvelant sa « position ferme et de principe contre toutes les formes de violence et de terrorisme. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com