Gaza: l'unique centrale électrique redémarre après une trêve entre Israël et le Djihad islamique

Une boule de feu s'élève du site d'une frappe aérienne israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 août 2022, peu avant un cessez-le-feu. (AFP).
Une boule de feu s'élève du site d'une frappe aérienne israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 août 2022, peu avant un cessez-le-feu. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 08 août 2022

Gaza: l'unique centrale électrique redémarre après une trêve entre Israël et le Djihad islamique

  • Des camions de carburant sont entrés dans la bande de Gaza à Kerem Shalom, dans le sud après la réouverture par Israël des points de passage fermés depuis mardi
  • L'unique centrale électrique de ce micro-territoire, qui avait cessé son travail samedi faute de carburant livré par Israël, a recommencé «à générer de l'électricité»

GAZA : La frontière entre la bande de Gaza et Israël a rouvert lundi, permettant à l'unique centrale électrique de l'enclave de redémarrer, au lendemain d'une trêve entre le Djihad islamique et l'Etat hébreu après trois jours d'un conflit ayant tué 44 Palestiniens.

Des camions de carburant sont entrés dans la bande de Gaza à Kerem Shalom, dans le sud, a constaté l'AFP, après la réouverture par Israël des points de passage fermés depuis mardi.

L'unique centrale électrique de ce micro-territoire, qui avait cessé son travail samedi faute de carburant livré par Israël, a recommencé "à générer de l'électricité", a annoncé à l'AFP le porte-parole de la compagnie d'électricité, Mohammed Thabet.

La frontière entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza a été rouverte "pour des besoins humanitaires lundi", a annoncé dans un communiqué le Cogat, l'organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

"Le retour à la routine se fera en fonction des développements de la situation et si la sécurité est respectée", ajoute le communiqué.

Après cette trêve entrée en vigueur à 23h30 locales dimanche et négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre Israël et les groupes armés palestiniens, les deux belligérants ont toutefois indiqué se réserver le droit de répondre en cas de violation par l'autre partie.

«Tragique»

A Gaza, la "situation est tragique et difficile", raconte à l'AFP un Gazaouï, Mohamed Alai. "Nous avons beaucoup de morts et de blessés, des destructions et la dévastation mais Gaza panse ses plaies", a-t-il ajouté.

Une autre habitante, Souhail al-Baouab, 56 ans, a "vécu trois jours dans la peur". "Nous ne voulons pas de guerre tous les six mois et quand on a entendu parler de la trêve, on était si contents malgré le deuil pour les martyrs car la vie reprend son cours normal", a-t-elle dit.

Entre le début de l'opération israélienne vendredi et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, qui a fait en outre état d'immeubles entiers détruits dans les frappes.

Dans le sud de l'Etat hébreu frontalier avec Gaza où a repris la circulation ferroviaire et routière, un habitant d'Askhelon, Davit Shitrit, a indiqué ne "pas faire confiance" au Djihad islamique. "Ils promettent toujours mais attaquent chaque fois de nouveau...j'espère que cette fois, ça va tenir".

"Le Djihad a reçu un coup sévère qui l'a ramené des dizaines d'années en arrière", a déclaré lundi un haut diplomate israélien à des journalistes.

L'accord de trêve prévoit entre autres "l'engagement de l'Egypte à oeuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers" du Djihad islamique aux mains d'Israël, a affirmé le groupe palestinien.

Le président américain Joe Biden a salué le cessez-le-feu et demandé que des enquêtes soient menées sur les victimes civiles.

Trois personnes ont été blessées en Israël par les tirs de roquettes, selon des secouristes. D'après l'armée, des centaines de roquettes ont été tirées à partir de Gaza depuis vendredi, la grande majorité ayant été interceptée.

Les autorités israéliennes ont par ailleurs affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Djihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

«Attaque préventive»

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive" contre le Djihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués, de même que plusieurs combattants du groupe.

La mort des chefs militaires a été confirmée par le Djihad islamique, considéré comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

La branche militaire du Djihad islamique a confirmé lundi dans un communiqué que 12 de ses hommes avaient été tués dans les frappes israéliennes.

Les autorités israéliennes ont justifié leur opération par leurs craintes de représailles du Djihad islamique après l'arrestation de l'un des chefs du mouvement, Bassem al-Saadi le 1er août en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Ces derniers jours, quelque 40 membres du Djihad islamique ont été arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie.

La confrontation entre Israël et le Djihad islamique est la pire depuis celle entre Israël et le Hamas en mai 2021. Cette dernière avait fait en onze jours 260 morts côté palestinien dont des combattants et 14 morts en Israël, dont un soldat, d'après les autorités locales.


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.


Irak: un mort et des blessés dans l'explosion d'une bombe à Erbil

Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Short Url
  • Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur et blessant deux femmes et deux enfants, selon le communiqué

ERBIL: Une bombe dissimulée dans une voiture à Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, a tué vendredi le conducteur et blessé quatre passagers, deux femmes et deux enfants, selon un communiqué des services antiterroristes de la région autonome dans le nord du pays.

"Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur (...) et blessant deux femmes et deux enfants", selon le communiqué, sans identifier les victimes ni préciser les motivations de cette attaque.