L'Arabie saoudite introduit le «permis d'influenceur» social à partir d'octobre

Certains influenceurs tels qu'Aram Kabbani (à gauche) ou Nada Al-Nahdi (à droite) utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir des produits de mode ou de beauté (Photo, réseaux sociaux).
Certains influenceurs tels qu'Aram Kabbani (à gauche) ou Nada Al-Nahdi (à droite) utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir des produits de mode ou de beauté (Photo, réseaux sociaux).
Short Url
Publié le Jeudi 11 août 2022

L'Arabie saoudite introduit le «permis d'influenceur» social à partir d'octobre

  • Le régulateur des médias du Royaume affirme que sa nouvelle licence va permettre aux créateurs de développer du contenu non sujet à la censure
  • Une meilleure réglementation du secteur des influenceurs protégera les clients et les créateurs, selon un expert en marketing

LONDRES: Avec l'essor des réseaux sociaux au cours de la dernière décennie, les créateurs de contenu et les influenceurs aux milliers d'adeptes sur Instagram, TikTok et d'autres plateformes ont éloigné le public des médias traditionnels, tels que la télévision, les journaux et les magazines pour les rapprocher de nouvelles sources d’information, encore mal réglementées.

Les annonceurs qui ont flairé le changement ont suivi cette tendance. Les eaux bleues cristallines caressant les plages de sable blanc des stations de luxe et les festins des meilleurs restaurants sont désormais monnaie courante sur les profils des influenceurs, les entreprises s'empressant de profiter d'un placement de produit plus «naturel».

Cependant, les régulateurs ont eu du mal à suivre cette mutation rapide, laissant le processus ouvert aux litiges juridiques, à l'exploitation et aux abus. C'est pourquoi l'Arabie saoudite a lancé un nouveau système de licence pour surveiller correctement l'industrie des influenceurs.

À partir de début octobre, chaque créateur de contenu saoudien et non saoudien du Royaume qui gagne des revenus par la publicité sur les réseaux sociaux devra d'abord demander un permis officiel à la Commission générale des médias audiovisuels (GCAM).

Pour un montant de 15 000 riyals saoudiens (1 riyal = 0,26 euro), les créateurs de contenu recevront un permis d'une durée de trois ans, pendant lesquels ils pourront travailler avec autant d'entités privées qu'ils le souhaitent et promouvoir n'importe quel produit ou service, tant que cela ne viole pas les lois ou les valeurs du Royaume.

«Bien que certains influenceurs se concentrent à court terme sur les frais de licence, son arrivée présente un énorme avantage car elle légitime le secteur au niveau national», déclare à Arab News Jamal al-Mawed, fondateur et directeur général de Gambit Communications.

«C'est crucial dans le secteur des influenceurs, qui a connu un chaos marketing dans le passé, sans référence claire pour les tarifs ou les contrats.»

Actuellement, toute personne en Arabie saoudite peut faire de la publicité sur les réseaux sociaux et gagner de l'argent grâce à des accords avec des entités privées – les prix par post grimpant à des milliers de riyals, en fonction du nombre de followers qu'un influenceur peut atteindre.

Certains craignent que l'introduction de permis et de réglementations ne compromette les revenus des influenceurs et ne constitue même une censure. Cependant, le GCAM insiste sur le fait que les permis sont conçus pour assurer la transparence entre les influenceurs et leurs clients.

La nouvelle licence d'influenceur «n'est pas un permis de censure ou de blocage», déclare à Arab News Esra Assery, PDG du GCAM. «Il s'agit plutôt d'un permis qui favorise le développement du secteur. Nous voulons aider les concernés à évoluer, mais de manière professionnelle afin qu'ils puissent faire carrière grâce aux revenus des médias sociaux.»

En effet, les nouvelles réglementations sont présentées comme des protections juridiques, tant pour les influenceurs que pour les entreprises qui souhaitent faire de la publicité avec eux, afin que les tarifs et les obligations contractuelles soient normalisés dans l'ensemble du secteur.

«Le marché est tellement peu réglementé, déclare Assery. Nous ne sommes pas contre les influenceurs ou ces individus. En fait, nous voulons les aider. Si vous consultez le nouveau règlement, il les protège également, car il réglemente leur relation avec l'annonceur.»

Les influenceurs saoudiens, qu'ils soient basés dans le Royaume ou à l'étranger, doivent demander le permis s'ils souhaitent travailler avec une marque locale ou internationale. Cependant, les résidents non saoudiens dans le pays sont soumis à un autre règlement.

Après avoir demandé au ministère de l'Investissement un permis pour travailler dans le pays, ils peuvent ensuite demander un permis d'influenceur par l'intermédiaire du GCAM. Toutefois, les résidents non saoudiens doivent être représentés par des agences de publicité spécifiques.

Al-Mawed a déclaré que les nouvelles mesures peuvent protéger les marques qui sont susceptibles d'être victimes de fraudes «lorsqu'elles versent des budgets énormes à des influenceurs qui achètent de faux followers et de faux engagements. Cela crée un cercle vicieux, car les créateurs de contenu qui travaillent dur sont eux lésés».

Bien que la nouvelle licence ne soit pas susceptible de résoudre tous les problèmes du jour au lendemain, «elle crée une base pour plus de professionnalisme et de responsabilité», ajoute Al-Mawed.

Le système ne s'applique pas aux entreprises et entités – telles que les boulangeries ou les salons de coiffure – qui détiennent des comptes sur les réseaux sociaux (Photo, Shutterstock).

En juin, les résidents non saoudiens et les visiteurs du Royaume se sont vus interdire de publier des annonces sur les réseaux sociaux sans licence. Ceux qui ne respectent pas cette décision s'exposent à une peine de cinq ans de prison et à des amendes pouvant atteindre 5 millions de riyals saoudiens.

Le GCAM a annoncé l'interdiction après avoir constaté «des violations par de nombreux annonceurs non saoudiens, résidents ou visiteurs, sur les plateformes de réseaux sociaux».

«Après avoir vérifié leurs données, on a constaté qu'ils avaient commis des violations systémiques, notamment l'absence d'enregistrements commerciaux et de licences légales, et qu'ils ne travaillaient sous aucune entité commerciale ou licence d'investissement étranger», avait alors déclaré la commission.

Désormais, avec une licence réglementée, ces violations seront plus faciles à surveiller et le secteur sera mieux réglementé pour assurer une transparence totale.

Bien que les influenceurs saoudiens puissent occuper des emplois à temps plein tout en gagnant de l'argent à côté grâce à des campagnes promotionnelles sur leurs profils de réseaux sociaux, la loi stipule que les non-Saoudiens ne peuvent avoir qu’un seul emploi quand ils résident dans le Royaume.

Toutefois, le système ne s'applique pas aux entreprises et entités – telles que les boulangeries ou les salons de coiffure – qui détiennent des comptes sur les réseaux sociaux et font la publicité de leurs propres produits ou services sur ces plates-formes. Seuls les particuliers sont concernés par la nouvelle loi.

Il existe toutefois certaines exceptions, comme les personnes qui ont été invitées dans le pays par un ministère ou une entité gouvernementale afin de se produire, notamment les musiciens et les artistes.

Les autorités d'autres régions du monde ont également étudié la possibilité d'accorder des permis aux influenceurs. Dubaï, largement considérée comme la plaque tournante des influenceurs au Moyen-Orient, en fait partie.

En 2018, le Conseil national des médias des Émirats arabes unis a lancé un nouveau système de réglementation des médias électroniques, qui exigeait que les influenceurs des médias sociaux obtiennent une licence pour opérer dans le pays.

Le coût de la licence annuelle est de 15 000 dirhams émiratis (1 dirham émirati = 0,26 euro). Les personnes qui n'obtiennent pas ou ne renouvellent pas leur licence s'exposent à des sanctions telles qu'une amende pouvant atteindre 5 000 dirhams émiratis, un avertissement verbal ou officiel, voire la fermeture de leur compte sur les réseaux sociaux.

Les règles s'appliquent également aux influenceurs en visite aux Émirats arabes unis. Ils doivent soit détenir une licence, soit être affiliés à une agence d'influence enregistrée auprès du Conseil national des médias pour opérer aux Émirats.

Pour l'Arabie saoudite qui progresse dans les secteurs du loisir et de la création, l'introduction de la licence est considérée comme un pas dans la bonne direction.

«C'est une excellente nouvelle pour le secteur, souligne Al-Mawed. Quand quelqu'un est autorisé par le gouvernement à offrir ses services, cela lui confère un certain niveau de sécurité et de confiance et peut aider à repérer les escrocs.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Cisjordanie: un Palestinien tué par les forces israéliennes après une attaque présumée

Des soldats israéliens prennent position à un barrage routier près de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, samedi (AP).
Des soldats israéliens prennent position à un barrage routier près de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, samedi (AP).
Short Url
  • L'armée a indiqué que ses soldats ont «neutralisé» un assaillant ayant «tenté de les écraser»
  • Le ministère palestinien des Affaires étrangères a pour sa part affirmé que Mohammad Ali Hussein Awad, 36 ans, avait été tué par balle «après une collision entre sa voiture et un véhicule de la police»

JERUSALEM : Un Palestinien à bord d'un véhicule a été tué samedi par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, l'armée évoquant une "tentative d'attaque à la voiture bélier" tandis que l'Autorité palestinienne parle d'un accident.

L'armée a indiqué que ses soldats ont "neutralisé" un assaillant ayant "tenté de les écraser". Le ministère palestinien des Affaires étrangères a pour sa part affirmé que Mohammad Ali Hussein Awad, 36 ans, avait été tué par balle "après une collision entre sa voiture et un véhicule de la police" au sud de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.


Kurdistan d'Irak: manifestation de soutien aux femmes d'Iran

Des personnes se rassemblent avec des drapeaux kurdes lors d'une manifestation dénonçant la mort de Mahsa Amini, 22 ans, par des Kurdes irakiens et iraniens devant les bureaux de l'ONU à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, le 24 septembre 2022. (AFP).
Des personnes se rassemblent avec des drapeaux kurdes lors d'une manifestation dénonçant la mort de Mahsa Amini, 22 ans, par des Kurdes irakiens et iraniens devant les bureaux de l'ONU à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, le 24 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Femme, vie, liberté», ont scandé en kurde les quelque 300 manifestants, hommes et femmes, rassemblés devant les bureaux des Nations unies à Erbil
  • Originaire du Kurdistan iranien, dans le nord-ouest de l'Iran limitrophe de l'Irak, Mahsa Amini a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour «port de vêtements inappropriés»

ERBIL : Brandissant des portraits de Mahsa Amini, jeune femme morte après son arrestation par la police iranienne des moeurs, quelques centaines de Kurdes irakiens et iraniens ont manifesté samedi à Erbil, au Kurdistan d'Irak, pour dénoncer "le régime iranien" et la "répression".

"Femme, vie, liberté", "A bas la dictature", ont scandé en kurde les quelque 300 manifestants, hommes et femmes, rassemblés devant les bureaux des Nations unies à Erbil, a rapporté un photographe de l'AFP. Certains ont brûlé un drapeau iranien.

"Tenez-vous au côté du peuple iranien", "Les gens sont tués pour la liberté en Iran", pouvait-on lire en anglais sur une pancarte. "Jhina, un exemple de vie, l'étincelle de la révolte", était-il écrit sur une autre, en allusion au prénom kurde de Mahsa Amini, 22 ans.

Originaire du Kurdistan iranien, dans le nord-ouest de l'Iran limitrophe de l'Irak, Mahsa Amini a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port de vêtements inappropriés".

Interpellée par la police des moeurs, unité chargée de faire respecter le code vestimentaire strict imposé aux femmes, elle est décédée trois jours plus tard après être tombée dans le coma.

Samedi à Erbil, les protestataires brandissaient des portraits de la jeune femme, souriante avec un voile jeté négligemment sur ses cheveux et dévoilant quelques mèches, selon la mode suivie par de nombreuses Iraniennes.

"Aujourd'hui, nous sommes rassemblés devant le siège de l'ONU contre le meurtre de Mahsa Amini et les féminicides, et contre le régime iranien", a expliqué Jwana Temsi. Cette Kurde iranienne de 20 ans fait partie de l'opposition présente au Kurdistan d'Irak et engagée dans la lutte contre le pouvoir de Téhéran.

La mort de Mahsa Amini a déclenché des manifestations dans tout l'Iran, Amnesty International dénonçant la "répression brutale" menée par les forces de sécurité.

"La situation en Iran est catastrophique, le nombre de morts est en hausse", a déploré Fatma Abdallah, Kurde iranienne de 69 ans, foulard vert lâchement posé sur ses cheveux gris.

"Quotidiennement des gens sont arrêtés et emprisonnés, malmenés et torturés, sans considération pour le fait qu'il s'agit de femmes, d'enfants ou de personnes âgées", a-t-elle ajouté.

Au moins 35 personnes ont été tuées dans "les émeutes" en Iran, selon le dernier bilan de la télévision d'Etat iranienne. Mais l'ONG d'opposition Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, fait état vendredi d'au moins 50 morts dans la répression des manifestations.


L'exposition «Artisanat saoudien» de la galerie d'art Naila reflète une nation en pleine mutation

L'exposition «Saudi Crafts» a réuni un certain nombre de studios d'artisanat collectifs et de designers locaux, tels que Desert Designs, Herfa Association, Sadu Tarha, Wuhah Studio et bien d'autres encore. (Photo fournie)
L'exposition «Saudi Crafts» a réuni un certain nombre de studios d'artisanat collectifs et de designers locaux, tels que Desert Designs, Herfa Association, Sadu Tarha, Wuhah Studio et bien d'autres encore. (Photo fournie)
L'exposition «Saudi Crafts» a réuni un certain nombre de studios d'artisanat collectifs et de designers locaux, tels que Desert Designs, Herfa Association, Sadu Tarha, Wuhah Studio et bien d'autres encore. (Photo fournie)
L'exposition «Saudi Crafts» a réuni un certain nombre de studios d'artisanat collectifs et de designers locaux, tels que Desert Designs, Herfa Association, Sadu Tarha, Wuhah Studio et bien d'autres encore. (Photo fournie)
Short Url
  • « La fête nationale est un événement que tous les citoyens et résidents saoudiens chérissent», dit Al-Debas, tout en évoquant les avancées du Royaume au fil des ans
  • Al-Ogla: «Il est temps pour nous, créatifs saoudiens, de nous exprimer, car l'ensemble de la communauté comprend désormais l'importance de l'art»

 

RIYAD: À l'occasion de la 92e fête nationale saoudienne, la galerie d'art Naila a organisé une exposition intitulée «Saudi Crafts» (Artisanat saoudien), qui réunira 30 studios, artistes et marques artisanales. Ils présenteront leurs projets créatifs du 20 au 30 septembre.

Parmi les grands noms de la scène artistique saoudienne, tels qu'Abdallah Hammas et Najla al-Saleem, figure May Hamdan, dont les œuvres mélangent des aspects et des techniques traditionnels avec des éléments contemporains dans sa première exposition. Elle a baptisé son œuvre «Mader», un mélange de deux mots arabes signifiant «passé» et «présent».

Pour sa série en plein essor, qui ne compte pour l'instant que deux œuvres, l'artiste utilise la technique de tissage traditionnelle du royaume, le Sadu, ainsi que des éléments en résine cristalline, qui constituent sa touche personnelle.

Saudi Scenes est une boutique d'œuvres d'art et de souvenirs, proposant un large éventail de créations parfaites pour un cadeau spécial provenant du pays. À travers des collections d'œuvres d'art, des poteries et des bijoux faits à la main, la boutique présente fièrement son patrimoine.
Saudi Scenes est une boutique d'œuvres d'art et de souvenirs, proposant un large éventail de créations parfaites pour un cadeau spécial provenant du pays. À travers des collections d'œuvres d'art, des poteries et des bijoux faits à la main, la boutique présente fièrement son patrimoine.

Rached al-Debas est un autre artiste qui incorpore la résine et l'art de la corde dans ses œuvres pour créer des portraits puissants. Il affirme que son travail est le premier de ce type dans le monde. L'un de ses portraits est un hommage sincère au prince héritier Mohammed ben Salmane et au défunt roi Abdelaziz. Il reflète les changements que connaît actuellement l'Arabie saoudite par rapport à la nation émergente qu'elle était depuis neuf décennies.

« J'ai choisi cette idée parce que nous voyons tous le prince héritier comme une autre version du roi Abdelaziz dans ses qualités, sa détermination, son sens