Manifestation à Beyrouth: La famille du preneur d’otage demande sa libération

Un homme crie en protestant contre les banques à l'extérieur d'une banque où un autre homme armé détient des otages à Beyrouth, au Liban, jeudi 11 août 2022 (Photo, AP).
Un homme crie en protestant contre les banques à l'extérieur d'une banque où un autre homme armé détient des otages à Beyrouth, au Liban, jeudi 11 août 2022 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Samedi 13 août 2022

Manifestation à Beyrouth: La famille du preneur d’otage demande sa libération

  • Bassam al-Cheikh Hossein a été arrêté jeudi après avoir pris des employés en otage
  • Après s'être rendu, on lui a dit qu'il ne serait pas emprisonné

BEYROUTH: L'homme libanais qui a pris en otage huit employés de banque sous la menace d'une arme en exigeant le déblocage de ses économies gelées est resté derrière les barreaux vendredi dans l'attente d'une enquête plus approfondie.

Bassam al-Sheikh Hussein a été arrêté après avoir quitté volontairement la succursale de la Federal Bank à Beyrouth, jeudi soir, à l'issue d'un affrontement de sept heures.

Ce vendredi, des membres de sa famille ont bloqué la route Al-Ouzai à Beyrouth pour protester contre son maintien en détention, affirmant qu'il s'agissait d'une violation d'un accord conclu avec lui la veille.

Al-Cheikh Hossein, 42 ans, s'est rendu après avoir été informé que sa famille recevrait 35 000 dollars américains (1 dollar américain = 0,97 euro) de son argent et avoir reçu la promesse qu'il serait interrogé puis libéré. À l'intérieur de la banque, il était armé d'un fusil à pompe et d'essence, qu'il a déclaré vouloir utiliser pour s'immoler.

De nombreuses personnes dans la foule qui s'était rassemblée devant la banque pendant le siège ont applaudi lorsqu'il a été emmené. La banque centrale du Liban a imposé un gel de tous les dépôts bancaires en 2019.

Malgré la promesse qui lui avait été faite de pouvoir circuler librement après avoir quitté la banque, Al-Cheikh Hussein a été arrêté et placé en détention sur ordre de la justice libanaise.

L'avocat Haytham Ezzo a déclaré à Arab News que Al-Cheikh Hossein a été détenu par la Direction de l'information des Forces de sécurité intérieure libanaises et qu'il s'est vu refuser l'accès à un avocat, alors que la loi l'y autorise.

«Même si personne ne le poursuit, il y a le droit du public», a-t-il affirmé. «Soit le juge d'instruction demande sa remise en liberté après avoir été saisi par la Direction de l'information, soit il demande son arrestation.»

Ezzo a signalé qu'il était possible qu'Al-Cheikh Hussein ait été arrêté pour avoir mis en danger la sécurité de l'État ou pour avoir menacé de tuer ou d'enlever des employés de la banque.

Quant à l'argent versé à la famille, il ne pourra être réclamé par la banque car «cela ne constitue pas un outil criminel. C'est le droit et la propriété du déposant arrêté», a-t-il ajouté.

Hassan Mughnieh, le chef de l'Association des déposants du Liban, qui était chargé des négociations entre Al-Sheikh Hussein et la banque, a affirmé à Arab News que «ni les employés qui ont été pris en otage ni la Federal bank ne l'ont poursuivi en justice».

Mais le tireur restera certainement derrière les barreaux jusqu'à la semaine prochaine au plus tôt, a-t-il estimé.

Mughnieh a ajouté: «Les choses seront claires mardi, car c'est le week-end et les juges ne travaillent pas le lundi dans les palais de justice.»

«En tant qu’épargnants, nous organiserons mardi une manifestation devant le Palais de justice de Beyrouth et devant la Direction générale des forces de sécurité intérieure. L'arrestation d'Al-Cheikh Hassan ne nous pose pas de problème, mais la justice veut que le propriétaire de la banque soit également arrêté.»

Mughnieh a souligné qu'il avait reçu de nombreux appels d'autres déposants mécontents de la banque disant qu'ils voulaient agir comme Al-Cheikh Hassan l'avait fait.

Les clients des banques libanaises ont vu leurs dépôts gelés depuis le début de la crise économique du pays et la chute de sa monnaie.

Castro Abdallah, président de la Fédération nationale des syndicats du commerce et des employés, a déclaré vendredi que «les personnes concernées devraient faire front commun afin de récupérer l'argent public et l'argent des déposants qui ont été volés».

Il a appelé les syndicats à manifester jeudi prochain dans la rue commerciale de Hamra à Beyrouth.

Le vice-Premier ministre intérimaire du Liban, Saadé Chami, a prévenu que le Liban se trouvait à la croisée des chemins.

«Nous devons reconnaître la réalité et les crises auxquelles nous sommes confrontés et les affronter. Cela signifie que nous devons prendre les mesures nécessaires et mener à bien les réformes cruciales et nécessaires qui mettent le pays sur la bonne voie», a-t-il signalé.

Il a reconnu que les politiques financières et monétaires adoptées ces dernières années pour tenter de gagner du temps avaient échoué et que le temps était désormais compté.

«Personne ne nous sauvera si nous n'essayons pas de nous sauver nous-mêmes», a-t-il soutenu. «Recevoir de l'aide de la part des quelques amis qu'il nous reste dans le monde ne permettra pas d'atteindre les résultats souhaités.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un Palestinien blessé par les forces britanniques lorsqu’il était enfant veut des excuses du gouvernement britannique

Un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri. (AFP)
Un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri. (AFP)
Short Url
  • Mounib al-Masri présentera son dossier au gouvernement britannique dans le courant de l’année
  • L’ancien politicien palestinien, un proche de Yasser Arafat, a rédigé un document de 300 pages sur les exactions de l’armée britannique en Palestine entre 1917 et 1948

LONDRES: Une pétition demandant des excuses au gouvernement britannique pour les atrocités commises en Palestine durant la première moitié du XXe siècle sera déposée par un homme d’affaires et ancien politicien palestinien, a-t-on appris vendredi.

Selon la BBC, un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri, un ami proche et allié de feu le dirigeant politique palestinien Yasser Arafat.

L’homme de 88 ans a raconté à la chaîne de télévision qu’il avait été touché par une balle lorsqu’il n’était qu’un enfant en 1944, un incident qui l’a affecté dans sa vie d’adulte. «Le rôle de la Grande-Bretagne m’a beaucoup affecté parce que j’ai vu comment les gens étaient harcelés (...) Nous ne disposions d’aucune protection et n’avions personne pour nous défendre», a-t-il expliqué.

M. Al-Masri présentera son dossier au gouvernement britannique dans le courant de l’année.

Luis Moreno Ocampo, ancien procureur en chef de la Cour pénale internationale, et l’avocat britannique Ben Emmerson examinent les preuves.

Me Emmerson a indiqué à la BBC que «des crimes choquants commis par certains éléments des forces britanniques mandataires» ont été perpétrés «de manière systématique sur la population palestinienne», ajoutant que même à l’époque où ces crimes ont été commis, ils auraient été considérés comme des violations du droit international.

Selon la BBC, le ministère de la Défense britannique a affirmé qu’il était au courant d’«allégations historiques» durant la période mentionnée dans le dossier et que toute preuve serait «examinée de manière approfondie».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.