L’art de la céramiques avec ses formes et couleurs

Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine (Photo, El Watan).
Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine (Photo, El Watan).
Short Url
Publié le Mardi 16 août 2022

L’art de la céramiques avec ses formes et couleurs

  • Il a dirigé plusieurs organismes publics et des recherches
  • Les collections de céramiques se donnent à découvrir sans une nostalgie certaine

A travers sa dernière publication intitulée Céramiques d’Alger, toute une histoire, Rachid Sidi Boumedine propose une véritable plongée dans l’univers de la céramique ancienne.

Publié récemment aux éditions ANEP, ce beau livre de 199 pages se donne à feuilleter avec beaucoup d’intérêt. En effet, l’incipit Céramiques d’Alger, toute une histoire s’ouvre avec intérêt et se referme avec des bénéfices plein le cœur. Rachid Sidi Boumedine est enseignant-chercheur en urbanisme et aménagement.

Il a dirigé plusieurs organismes publics et des recherches. Après sa retraite, il a travaillé pour l’Unesco et dirigé des recherches au Cread, en qualité de directeur de recherches associé, avant sa retraite, il se consacre à la consultation et à l’écriture.

Dans la préface, l’historien et archéologue Abderrahmane Khelifa note que «les céramiques apposées aux murs des maisons du vieux centre historique ou dans les maisons du hafs sont une preuve vivante et historique du rôle que joua Alger dans l’histoire de la Méditerranée. Et Rachid nous montre que la notion du patrimoine ne saurait recouvrir des choses mortes mais fait partie des héritages vivants de notre société…

Son travail ne revient pas figer la présentation de ces carreaux sous forme d’un catalogue comme il en existe tant, mais consiste à intégrer leur utilisation dans la décoration des habitations et palais dans le contexte économique et social de l’époque, à savoir la période qui va du XVIIe au XIXe siècle inclus.» Céramiques d’Alger, toute une Histoire, de Rachid Sidi Boumedine, est avant tout un beau livre à la maquette soignée, rehaussée d’une iconographie de grande qualité.

Les collections de céramiques qui se donnent à découvrir sans une nostalgie certaine se conjuguent avec esthétiques raffinées. Les belles illustrations authentiques sont accompagnés le plus souvent d’un texte explicatif, situant les céramiques dans leur contexte historique et artistique à la fois, entraînant plus d’un dans la magie de ces fabuleux décors et dans les arcanes de leur provenance.

Dans une introduction en guise de plaidoyer, l’enseignant et chercheur Rachid Sidi Boumedine avertit qu’il n’est ni un historien de l’art, ni un architecte, encore moins un céramiste. «A la rigueur, je peux me souvenir de ce que je fus chimiste dans une vie antérieure e que je sais donc ce qu’est un oxyde, base en général, de la confection des métaux.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Clôture du festival international de l’enluminure: L’art de la miniature, terreau des arts islamiques

La présidente du jury Amel Difallah a évoqué des œuvres de « grandes qualités» (Photo, El Watan).
La présidente du jury Amel Difallah a évoqué des œuvres de « grandes qualités» (Photo, El Watan).
Short Url
  • Lors de son allocution de clôture, Samia Kaderine, commissaire du festival est revenue sur la richesse artistique de cette édition
  • Seize œuvres ont concouru aux trois prix du festival

La douzième édition du festival international de l’enluminure et de la miniature a pris fin jeudi dernier au centre des études andalouses à Tlemcen. Placé sous le slogan « Ponts en or « dans le but d’étudier le lien entre les différentes écoles mondiales de ces arts d’exception et de l’école algérienne, des ateliers, sessions de formation, colloque scientifique et un concours international ont été les principaux axes de cette manifestation culturelle.

Seize œuvres ont concouru aux trois prix du festival. La présidente du jury Amel Difallah a évoqué des œuvres de « grandes qualités», ce qui dénote d’ une bonne formation, de la créativité et du talent d’artistes algériens, amateurs ou professionnels. Le premier prix a été attribué à Djilali Grine de Mostaganem, le deuxième prix a été octroyé à Syed Abdel Irfan du Pakistan. Trois encouragements ont été également attribués à des artistes qui se sont distingués, Feriel Mekhnachi, Amina Kadi et Nadjib Mahmoudi.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Iran: Une inondation dans le pays du guide suprême

Une femme place des photographies de la femme kurde Mahsa Amini sur un arbre (Photo, AFP).
Une femme place des photographies de la femme kurde Mahsa Amini sur un arbre (Photo, AFP).
Short Url
  • Ils ont dit au monde que l'hymne national ne représente plus la nation iranienne, seulement le régime
  • Elles sont comme les femmes qui ont refusé de se voir imposer le voile et les étudiantes qui ont refusé de voir leurs libertés bafouées

La caractérisation des événements en Iran ne diffère pas beaucoup de la caractérisation de ce qui s'est passé en Syrie, il est donc normal de résumer. Ici aussi, les scènes sont tout droit sorties d'un film. En effet, les images et les clips enregistrés et partagés par les manifestants iraniens visent à documenter l'inondation dans le pays du guide suprême, ce qui est aussi important que la documentation du célèbre film "A Flood in Baas Country" réalisé par le regretté réalisateur syrien Omar Amiralay. .

Parce que le baasisme n'est plus un monopole arabe ou méditerranéen, le baasisme iranien a monopolisé pendant des décennies l'État, l'autorité, l'art et le sport, et semble aujourd'hui incapable de monopoliser toute la scène ou d'imposer un scénario et de mater les acteurs ou de choisir les réalisateurs. L'inondation dans le pays du guide suprême est plus significative qu'un réalisateur et un acteur qui se sont rebellés, refusant d'être des témoins silencieux et des athlètes envoyant un message éloquent avec leur silence. Ils ont dit au monde que l'hymne national ne représente plus la nation iranienne, seulement le régime. 

Elles sont comme les femmes qui ont refusé de se voir imposer le voile et les étudiantes qui ont refusé de voir leurs libertés bafouées. La mauvaise qualité de vie est leur grief commun, et ils le partagent avec les communautés kurdes, baloutches, arabes et laris, qui sont victimes de discrimination pour des raisons ethniques, sectaires et régionales. Ils sont aussi comme les paysans de Qazvin, Khorasan et Kerman, qui avaient sacrifié et accepté le peu qu'ils avaient. Les autorités ne pouvaient tolérer leurs exigences limitées et leur poursuite d'une vie décente. Ils représentent tous un Iran qui a perdu le présent et risque de gâcher son avenir.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Terre mère»: Exposition de l'artiste peintre Wafaa Mezouar à la galerie Dar d'art

L’artiste peintre Wafaa Mezouar (Photo, La Presse).
L’artiste peintre Wafaa Mezouar (Photo, La Presse).
Short Url
  • Elle détourne les signes et les symboles rattachés au corps et les réinterprète avec beaucoup de lyrisme et de purisme
  • C’est dans ce sens de recherche que l’approche plastique de Wafaa Mezouar vise à libérer l’imaginaire collectif

L’artiste peintre Wafaa Mezouar investit la galerie tangéroise Dar d’art du 26 novembre au 31 décembre 2022. Intitulée «Terre mère», l'exposition dévoile le langage iconique de l'artiste. 

C'est ainsi qu'elle exprime et partage les valeurs cosmopolites de la créativité, voire de la sincérité d’être, celle du talent jaillissant dans un univers éminemment conçu : labyrinthe plastique qui ouvre pour nous d’immenses continents de plaisir et de savoir devenir. Passionnée par le patrimoine visuel du Maroc, Wafaa Mezouar anime la surface de ses toiles par des graphismes lyriques, pour aller s’abreuver spontanément à l’art du tapis, du tatouage et de la décoration authentique en général.

Elle détourne les signes et les symboles rattachés au corps et les réinterprète avec beaucoup de lyrisme et de purisme. C’est dans ce sens de recherche que l’approche plastique de Wafaa Mezouar vise à libérer l’imaginaire collectif et assurer une admirable réhabilitation d’un patrimoine pictographique que l’utilisation a confiné dans la dimension utilitaire. Actuellement, cette artiste matiériste opte pour des atmosphères telluriques d’une abstraction gestuelle délibérée et abondante. Il s’agit d’un acte plastique qui rappelle, entre autres, l’être et le paraître, les racines et les appartenances. 

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.