Le Liban dénonce l'utilisation de son espace aérien pour bombarder la Syrie

Des avions de chasse F-16 israéliens lors d’un spectacle aérien au-dessus de la plage de la ville côtière israélienne de Tel Aviv, le 5 mai 2022 (Photo, AFP).
Des avions de chasse F-16 israéliens lors d’un spectacle aérien au-dessus de la plage de la ville côtière israélienne de Tel Aviv, le 5 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 16 août 2022

Le Liban dénonce l'utilisation de son espace aérien pour bombarder la Syrie

  • Les avions de guerre israéliens ont ciblé dimanche des sites dans la campagne de Damas et dans le gouvernorat côtier de Tartous
  • Le ministère libanais des Affaires étrangères a déclaré qu'il déposera une plainte auprès du Conseil de sécurité des Nations unies

BEYROUTH: Le ministère libanais des Affaires étrangères a condamné lundi «la récente attaque israélienne contre la Syrie, et l'utilisation par l'ennemi israélien de l'espace aérien libanais pour bombarder le territoire syrien».

«Des avions israéliens ont bombardé des sites dans la campagne de Damas et dans le gouvernorat côtier de Tartous, via l'espace aérien libanais» rapportait la veille au soir l'agence de presse arabe syrienne.

Le ministère libanais des Affaires étrangères a mis en garde contre «les conséquences de ce comportement agressif et de la violation continue de la souveraineté libanaise, en flagrante violation du droit et des traités internationaux». Il a ajouté qu'il «déposera une plainte auprès du Conseil de sécurité (des Nations unies)».

Des jets de l'armée de l'air israélienne ont survolé Beyrouth alors que les membres du parlement libanais étaient réunis dans le centre-ville de Beyrouth pour élire un nouveau président (Photo, AFP).

Le 12 août a marqué le 16e anniversaire de l'approbation de la résolution 1701 de l'ONU, qui visait à mettre fin aux hostilités après l'agression israélienne contre le Liban en 2006.

Pour Fouad Siniora, Premier ministre libanais de l'époque, «la résolution 1701 a protégé le Liban et réglé la question de la souveraineté dans le sud en faveur de l'État libanais face aux agressions et aux ambitions de l'ennemi israélien».

«L’application de la résolution 1701, il y a 16 ans, a mis fin à l'agression israélienne contre le Liban, précédée par la décision unanime adoptée par le gouvernement libanais sur la base du document de l’entente nationale, de la constitution et du document de sept points concernant le déploiement de l'armée libanaise dans tout le sud, après son interdiction pendant plus de 30 ans.»

Siniora a ajouté que la résolution 1701 «a confirmé la résolution 1559 en empêchant la présence d'armes illégales sur le sol libanais, et la résolution 1680 appelant à la démarcation des frontières du Liban».

Il a rappelé l’important soutien que son pays avait reçu à l'époque du Conseil de coopération du Golfe, dirigé par l'Arabie saoudite, pour aider à reconstruire en un temps record les infrastructures et les équipements publics détruits par Israël.

M. Siniora a également accusé le Hezbollah, sans le nommer explicitement, de «chercher à causer davantage de problèmes aux Libanais et à l'État, notamment en impliquant le Liban dans des confrontations militaires et des risques que le Liban ne peut affronter ou supporter».

La condamnation par les autorités libanaises de l'attaque israélienne de dimanche a coïncidé avec la visite en Syrie, lundi, d'Issam Charafeddine, le ministre libanais sortant des Déplacés. Il conduisait une délégation du ministère dans le cadre de discussions avec les autorités syriennes sur le rapatriement des réfugiés qui vivent au Liban depuis le début de la guerre civile.

Il a rencontré un nombre de responsables syriens, dont le ministre de l'Administration locale et de l'Environnement, Hussein Makhlouf, et le ministre de l'Intérieur, Mohammed Khalid al-Rahmoun. Les deux parties auraient discuté d'un plan pour le retour des réfugiés syriens dans leur pays d'origine de manière «sûre et digne».

 «Les portes de la Syrie sont ouvertes pour le retour des réfugiés et l'État est prêt à leur fournir tout ce dont ils ont besoin, du transport à l'hospitalisation et à l'éducation. Les autorités syriennes assureront l'approvisionnement en eau et en électricité des zones libérées et fourniront des abris à ceux dont les maisons n'ont pas encore été reconstruites», a expliqué M. Makhlouf.

Les autorités libanaises souhaitent que 15 000 réfugiés syriens rentrent chez eux chaque mois, un objectif qui nécessitera la coopération du gouvernement syrien. Le gouvernement libanais estime qu'il y a environ 1,5 million de réfugiés syriens au Liban, dont 880 000 sont enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ainsi que d'autres qui sont entrés dans le pays, légalement ou illégalement, pour travailler.

Le gouvernement libanais s'est plaint de la «faiblesse» de l'aide financière fournie par l'ONU par rapport aux besoins du pays, compte tenu de la grave crise économique qu’il traverse depuis plus de trois ans.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants iraniens déstabilisés par la montée des protestations

Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Short Url
  • L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême
  • Alarmés par l'ampleur de l'indignation populaire, certains religieux et politiciens de haut rang ont appelé au calme

DJEDDAH: Les dirigeants religieux iraniens semblent avoir du mal à trouver un moyen d'écraser les manifestations antigouvernementales de masse, alors que les tactiques de sécurité sont remises en question et que des manœuvres de haut niveau sont menées pour désigner le successeur de l'ayatollah Ali Khamenei, indiquent les analystes.

L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police iranienne des mœurs, a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême, âgé de 83 ans –  une nouvelle qui menace l'establishment religieux iranien.

Bien que l'Assemblée des experts composée de 86 membres soit, en théorie, chargée de choisir le prochain dirigeant, les luttes d'influence ont déjà commencé, ce qui empêche les religieux au pouvoir de s'unir autour d'une série de tactiques de sécurité. 

« Cette course a semé la zizanie au sein de la direction. L'aggravation des désaccords est bien la dernière chose dont nous ayons besoin dans un pays en pleine tourmente », affirme un responsable du parti de la ligne dure. « La question principale à l'heure actuelle est la survie de la République islamique ».


Un ministère saoudien remporte deux prix de communication aux EAU

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Short Url
  • 53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix
  • L'obtention des prix est due au travail acharné des employés, dit le ministre adjoint aux services partagés du ministère

CHARJAH, EAU : Le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a remporté deux prix lors de la 9e édition de l’événement « Sharjah Government Communication Awards », aux Émirats arabes unis.

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale dans le monde arabe et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde.

53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix. Le ministère saoudien a été félicité pour la méthodologie qu'il emploie dans la mise en œuvre de ses projets, pour l'impact et les résultats obtenus, pour l'utilisation efficace de la technologie et des médias en vue d'atteindre le public-cible, ainsi que pour ses visions innovantes et proactives.

Mohammed ben Nasser al-Jasser, ministre adjoint aux services partagés du ministère, a déclaré que l'obtention des prix était due au travail acharné des employés.

Il a également indiqué que le ministère cherchait à créer un système de médias de communication efficace, capable de suivre le rythme des changements rapides qui se produisent dans les secteurs qu'il supervise, tout en répondant à la transformation numérique qui a bouleversé les médias gouvernementaux ces dernières années.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Shervin Hajipour, auteur de la chanson devenue hymne des protestations, arrêté en Iran

La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
Short Url
  • Quelques jours avant son arrestation Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique
  • Les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard

DUBAÏ: Le chanteur Shervin Hajipour a été arrêté par la police, son sort est actuellement inconnu et « nous ne savons toujours pas quelles sont les charges retenues contre lui », a indiqué le site d'information Radio Farda.

La chanson Shervin Hajipour, hautement partagée sur les réseaux sociaux ces dernières semaines,  est devenue l'hymne des manifestations anti-gouvernementales en Iran.

Quelques jours avant son arrestation le 29 septembre, Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique, déclenchée par la mort de Mahsa Amini alors qu'elle était détenue par la police des mœurs.

La chanson de Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur différentes plateformes et réseaux sociaux avant d'être supprimée.

Les paroles de la chanson de Hajipour ont été tissées à partir de tweets postés par des Iraniens après la mort d'Amini, dont beaucoup accusaient les dirigeants religieux du pays des problèmes sociaux, économiques et politiques actuels.

« Pour la honte de ne pas avoir d'argent », mentionne un des tweets cité dans la chanson de Hajipour. « Par peur d'embrasser un amant dans la rue » et « pour les prisonniers politiques », lit-on dans d’autres tweets utilisés par le jeune chanteur.

Radio Farda a également annoncé que les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard. Une fois postée, la photo de Rad a été hautement partagée sur les réseaux au point de devenir virale.

La sœur de Rad a de son côté affirmé que Donya avait été emmenée dans la prison d'Evine à Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com