En Hongrie, un refuge pour les Juifs orthodoxes d'Ukraine

Des hommes prient dans la salle à manger d'un camp casher récemment ouvert sur la rive sud du lac Balaton à Balatonoszod le 29 juillet 2022. (AFP)
Des hommes prient dans la salle à manger d'un camp casher récemment ouvert sur la rive sud du lac Balaton à Balatonoszod le 29 juillet 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 août 2022

En Hongrie, un refuge pour les Juifs orthodoxes d'Ukraine

  • Réparti sur 18 hectares et comptant de 35 à 40 bâtiments, le complexe désaffecté durant une décennie servait auparavant de lieu de villégiature aux fonctionnaires hongrois
  • Le mémorial de l'Holocauste de Drobytskiy Yar à Kharkiv et celui de Babi Yar à proximité de Kiev, où 30 000 Juifs ont été assassinés par les occupants nazis de l'Ukraine en 1941, ont été endommagés par des frappes russes

BALATONOSZOD: Nourriture casher, discussions religieuses, section réservée aux femmes pour nager dans le lac Balaton: Rina Jalilova, 18 ans, se sent "vraiment bien" en Hongrie, dans un camp de réfugiés ukrainiens spécialement conçu pour accueillir les Juifs pratiquants.

Situé dans la station balnéaire de Balatonoszod, à 130 kilomètres au sud-ouest de Budapest, le refuge "Machne Chabad", qui accueille plusieurs centaines de personnes, est "unique en Europe" selon son instigateur, le rabbin Slomo Köves, issu du mouvement hassidique Habad-Loubavitch.

"C'est le seul qui soit destiné à ceux qui veulent respecter la coutume religieuse, les règles alimentaires de la tradition juive et vivre en communauté", explique à l'AFP ce religieux de 43 ans.

«A temps pour Pessah»

Contacté par un rabbin ukrainien en vue de trouver un lieu d'accueil "à temps pour Pessah", la Pâque juive, M. Köves s'est tourné vers le gouvernement du nationaliste Viktor Orban, dont il est proche.

Le Premier ministre hongrois est régulièrement accusé de flirter avec l'antisémitisme. En juillet, il a été pris à partie par le comité d'Auschwitz et le grand rabbin Robert Frölich après de virulents propos contre le "mélange des races".

Face aux critiques, il brandit une tolérance zéro pour les actes antisémites et rappelle qu'il a rénové plusieurs synagogues.

Et s'il refuse d'ouvrir ses portes aux réfugiés originaires d'Afrique et du Moyen-Orient, il a rapidement accordé l'usage de ces infrastructures à Slomo Köves.

«Recharger leur âme»

Réparti sur 18 hectares et comptant de 35 à 40 bâtiments, le complexe désaffecté durant une décennie servait auparavant de lieu de villégiature aux fonctionnaires hongrois.

Il a été réaménagé "en quelques semaines seulement et les réfugiés ont pu célébrer" la fête, se réjouit M. Köves dans la synagogue, une ancienne vinothèque au joli toit de chaume.

Depuis, environ 2.000 personnes ont déjà transité par lui, certains y restant quelques jours avant de gagner Israël ou les Etats-Unis, les autres sans point de chute y restant plus longtemps.

Pendant qu'on assaisonne le poisson certifié casher en cuisine, des hommes barbus prient dans la salle à manger. Cheveux couverts, des femmes en jupes longues discutent de la Torah au bord de l'eau.

Financés par des dons principalement américains et européens, "c'est un endroit apaisant pour les personnes traumatisées", explique Yaakov Goldstein, 33 ans, un rabbin ukrainien qui a organisé en avril des opérations d'évacuation après l'invasion russe du 24 février.

"Ici, elles peuvent recharger leur âme", estime-t-il alors que des cygnes nagent majestueusement dans les eaux vertes du plus grand lac d'Europe centrale, à peine dérangés par l'installation de mobile-homes visant à augmenter les capacités d'accueil.

Le fonctionnement au quotidien est géré par Alina Teplitskaya, 45 ans, la directrice de la fédération des communautés juives d'Ukraine. "A l'heure actuelle, on affiche complet", regrette-t-elle alors qu'environ "500 personnes sont sur liste d'attente".

Nouvelle épreuve

La guerre est la dernière épreuve en date pour la communauté juive d'Ukraine, qui n'a cessé de diminuer au rythme des pogroms de l'époque tsariste, du génocide durant la seconde guerre mondiale et des purges soviétiques.

Devant les bombardements incessants, des milliers de Juifs pratiquants ont fui l'Ukraine, l'un des berceaux du hassidisme, un courant majeur de la tendance orthodoxe.

Le mémorial de l'Holocauste de Drobytskiy Yar à Kharkiv a été endommagé par des frappes russes tandis que celui de Babi Yar à proximité de Kiev, où 30.000 Juifs ont été assassinés par les occupants nazis de l'Ukraine en 1941, était situé non loin de frappes début mars.

"C'était terrible, comme un tremblement de terre", témoigne Margarita Yakovleva, qui se trouvait dans son appartement près de Babi Yar quand les bombes sont tombées.

Cette cinéaste de 40 ans fait la queue dans le camp avec son chien Yena pour s'enregistrer auprès de responsables de l'immigration hongroise en visite.

Elle est dans l'inconnu pour la suite, comme Rina Jalilova, originaire d'Odessa et arrivée en mai avec sa famille.

"Nous n'avons pas de projets, on verra", confie la jeune fille qui, en attendant, passe ses journées à peindre, dessiner et jouer avec les enfants du camp.


Tuerie dans une crèche en Thaïlande: des parents désemparés déposent des roses blanches

Les portraits des jeunes victimes d'une fusillade dans une crèche sont exposés sur leurs cercueils alors que les préparatifs des funérailles sont en cours au temple Wat Si Uthai, dans la province de Nong Bua Lam Phu, dans le nord-est de la Thaïlande, le 7 octobre 2022. (Photo de Manan Vatsyayana / AFP)
Les portraits des jeunes victimes d'une fusillade dans une crèche sont exposés sur leurs cercueils alors que les préparatifs des funérailles sont en cours au temple Wat Si Uthai, dans la province de Nong Bua Lam Phu, dans le nord-est de la Thaïlande, le 7 octobre 2022. (Photo de Manan Vatsyayana / AFP)
Short Url
  • Une mère effondrée en pleurs serre dans ses bras la couverture rouge et jaune préférée de son fils décédé et son biberon de lait, encore à moitié plein
  • L'auteur de la tuerie, Panya Khamrab, récemment exclu de la police, a tué au moins 36 personnes, dont 23 enfants à la crèche ou à proximité, ainsi que sa propre femme et son fils

NA KLANG, Thaïlande : Un à un, des parents endeuillés viennent déposer vendredi des roses blanches sur les marches de la crèche thaïlandaise où leurs enfants ont été brutalement abattus la veille par un ancien policier.

Certains inclinent la tête en signe de prière, d'autres se serrent les uns contre les autres pour se consoler en déposant les fleurs, une pour chaque jeune vie brisée.

Une mère effondrée en pleurs serre dans ses bras la couverture rouge et jaune préférée de son fils décédé et son biberon de lait, encore à moitié plein.

À l'extérieur de la crèche, dans un bâtiment aux murs jaunes de l'administration locale du Nord-Est de la Thaïlande, des dizaines de parents traumatisés se sont rassemblés.

L'auteur de la tuerie, Panya Khamrab, récemment exclu de la police, a tué au moins 36 personnes, dont 23 enfants à la crèche ou à proximité, ainsi que sa propre femme et son fils, lors de son attaque au pistolet et au couteau, l'une des pires tueries de masse jamais commises dans le royaume.

- «Incompréhensible» -

Certains enfants étaient âgés de seulement deux ans, comme le petit Kamram, dont la mère Panita, 19 ans, est inconsolable. «C'est incompréhensible» sanglote-t-elle, sa fille de 11 mois dans les bras.

«Il était très doux, très gentil, il partageait toujours des choses avec les enfants, avec tout le monde», raconte la tante de l'enfant, Naliwan Duangkot, venue épauler sa sœur dans l'épreuve.

La veille de la tuerie, «il nous avait demandé une pizza. Nous sommes tellement tristes de ne pas la lui avoir achetée», déclare Naliwan à l'AFP.

«Sa dernière nuit, il n'était pas bien et il a demandé à dormir avec ses parents et sa petite sœur», a-t-elle ajouté. «Nous n'acceptons pas que cela ait été sa dernière nuit».

La famille a été informée de la fusillade par des voisins.

Panita et son mari se sont alors précipités sur les lieux en moto, à la recherche de Kamram, et ont appris le pire.

Au fur et à mesure de la journée, sous une chaleur moite, de plus en plus de personnes se regroupent à la crèche, formant une petite communauté rurale unie dans le chagrin.

Alors qu'il y a deux jours, les enfants jouaient joyeusement, les adultes sont maintenant assis en état de choc, leur silence incrédule ponctué de pleurs.

«J'ai été très choquée et effrayée. Je ne pouvais pas dormir, je ne pensais pas que ce serait mes deux petits-fils», déclare à l'AFP Buarai Tanontong, 51 ans, la grand-mère de deux enfants de trois ans victimes du tueur.

«Tout le monde connaissait le tireur. C'était un officier de police. C'était un type sympa mais plus tard, nous savions tous qu'il prenait de la meth», raconte Kamjad Pra-intr, venue soutenir les familles.

«C'est une petite communauté donc nous nous connaissons et nous sommes comme une famille, je connais trois ou quatre enfants qui sont morts là-bas», ajoute-t-elle.

A l'hôpital de Nong Bua Lam Phu, la ville la plus proche, les familles des rescapés attendaient à tour de rôle aux soins intensifs pour rendre visite à leurs enfants ou parents, apportant de la nourriture, des couches et d'autres affaires de première nécessité.


Harvey Weinstein jugé à Los Angeles à partir de lundi

L'ancien producteur de films Harvey Weinstein (à gauche) interagit avec son avocat Mark Werksman au tribunal du Clara Shortridge Foltz Criminal Justice Center de Los Angeles, en Californie, le 4 octobre 2022. (Photo par Etienne Laurent / Pool / AFP)
L'ancien producteur de films Harvey Weinstein (à gauche) interagit avec son avocat Mark Werksman au tribunal du Clara Shortridge Foltz Criminal Justice Center de Los Angeles, en Californie, le 4 octobre 2022. (Photo par Etienne Laurent / Pool / AFP)
Short Url
  • Agé de 70 ans, le producteur de «Pulp Fiction» purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol à New York
  • En cas de condamnation, l'ancien magnat d'Hollywood encourt jusqu'à 140 ans de prison, en plus de sa condamnation new-yorkaise, dont l'appel a été rejeté

LOS ANGELES : L'ex-producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein, déjà condamné à New York, va être jugé lors d'un nouveau procès pour viols et agressions sexuelles qui s'ouvre lundi à Los Angeles, cinq ans après les révélations sur son comportement de prédateur et le début du mouvement #MeToo.

Agé de 70 ans, le producteur de «Pulp Fiction» purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol à New York.

Pour ce nouveau procès à Los Angeles, une ville où il régnait autrefois en maître sur Hollywood, il est accusé d'avoir violé ou sexuellement agressé cinq femmes dans des hôtels, entre 2004 et 2013.

L'audience, qui doit durer deux mois, débutera lundi avec le choix des jurés. En juillet 2021, M. Weinstein avait plaidé non coupable lors d'auditions préliminaires devant le tribunal de Los Angeles, où il était apparu en fauteuil roulant revêtu avec sa combinaison de détenu marron.

En cas de condamnation, l'ancien magnat d'Hollywood encourt jusqu'à 140 ans de prison, en plus de sa condamnation new-yorkaise, dont l'appel a été rejeté. Il est également inculpé au Royaume-Uni pour des agressions sexuelles qui remonteraient à 1996.

Les accusations tentaculaires concernant le comportement de prédateur de M. Weinstein ont éclaté en 2017 et sa condamnation en mars 2020 à New York, suivie d'une mise sous écrou immédiate, a constitué une victoire majeure du mouvement #MeToo.

Au total, près de 90 femmes dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agressions sexuelles, ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, dont certaines remontent à 1977.

L'ancien producteur a toujours assuré que toutes ses accusatrices étaient consentantes.

Les allégations ne sont «pas prouvées, pas crédibles et non fondées», avait déclaré son avocat Mark Werksman en juillet 2021 à la presse, plaidant qu'il n'existait aucune preuve médico-légale ou de témoin crédible pour les étayer.

- Film sur son emprise -

Lors du procès de New York, l'accusation a demandé aux jurés de croire en la parole des victimes, sans présenter des éléments médico-légaux et sans appeler de témoin à la barre.

En Californie, Harvey Weinstein est notamment accusé d'avoir violé une mannequin italienne dans un hôtel de Beverly Hills en février 2013, puis d'avoir agressé sexuellement Lauren Young, une actrice en devenir, dans la salle de bain d'un autre hôtel.

Cette dernière, la seule accusatrice à ne pas être anonyme dans cette affaire, avait déjà témoigné lors du procès de New York.

Tenir un nouveau procès à Los Angeles est essentiel pour les victimes, avait martelé l'an dernier l'avocate de plusieurs d'entre elles, en soulignant que celles-ci n'ont «jusqu'à présent eu aucun accès à la justice».

Depuis la chute de M. Weinstein, la libération de la parole provoquée par le mouvement #MeToo a fait émerger une quantité impressionnante d'accusations, débouchant sur de nombreuses procédures judiciaires.

L'acteur Kevin Spacey est par exemple actuellement jugé à New York dans un procès civil intenté par l'acteur américain Anthony Rapp, qui l'accuse «d'agression sexuelle» quand il avait 14 ans en 1986.

Le nouveau procès de M. Weinstein coïncide également avec la première du film «She Said», qui sera présenté la semaine prochaine au New York Film Festival et retrace l'enquête des deux journalistes du New York Times sur l'emprise et les méfaits du tout puissant producteur.

Avant sa chute, son influence sur Hollywood était immense. A la fin des années 1970, il avait fondé le studio Miramax avec son frère, revendu à Disney en 1993, puis The Weinstein Company, derrière de grands succès, comme «Inglourious Basterds» de Tarantino.

Au fil des années, les films produits par Weinstein ont reçu plus de 300 nominations aux Oscars et 81 statuettes.


L'Australie veut faire pousser des plantes sur la lune d'ici 2025

La pleine lune se lève sur la plage de Bondi à Sydney, le 21 septembre 2021. (Photo de Saeed KHAN / AFP)
La pleine lune se lève sur la plage de Bondi à Sydney, le 21 septembre 2021. (Photo de Saeed KHAN / AFP)
Short Url
  • Les graines seront transportées par le vaisseau spatial Beresheet 2 - une mission spatiale privée israélienne
  • Les types de plantes seront choisis en fonction de leur capacité à résister à des conditions météorologiques extrêmes mais aussi en fonction de la vitesse de leur germination

SYDNEY : Des scientifiques australiens veulent tenter de faire pousser des plantes sur la lune d'ici 2025 dans le cadre d'une nouvelle mission dévoilée vendredi avec pour objectif de développer une colonie.

«Ce projet est une première étape vers une culture des plantes pour l'alimentation, la médecine et la production d'oxygène, qui sont toutes cruciales pour l'établissement d'une vie humaine sur la lune», ont déclaré les chercheurs dans un communiqué.

Brett Williams, biologiste des plantes à l'université de technologie du Queensland, a fait savoir que les graines seront transportées par le vaisseau spatial Beresheet 2 - une mission spatiale privée israélienne.

Après l'atterrissage et une fois en terre, les graines seront arrosées dans une chambre scellée et les scientifiques surveilleront tout signe de germination.

Les types de plantes seront choisis en fonction de leur capacité à résister à des conditions météorologiques extrêmes mais aussi en fonction de la vitesse de leur germination.

A part créer les prémices d'une vie humaine sur la lune, cette mission pourrait également servir de laboratoire pour trouver des solutions aux problèmes de sécurité alimentaire causé par le réchauffement climatique, avance Caitlin Byrt, professeure à l'université nationale australienne.

«Si l'on peut créer un système pour faire pousser des plantes sur la lune, alors on peut créer un système pour faire pousser des aliments dans certains des environnements les plus difficiles sur Terre», a-t-elle  noté dans un communiqué.

Ce projet est dirigé par l'organisation Lunaria One, qui inclut des scientifiques australiens et israéliens.