Mélenchon demande «émulation plutôt que compétition» à la Nupes

Le leader du parti français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, prononce un discours lors de la manifestation "NUPES universités d'été", à Châteauneuf-sur-Isère, dans le sud-est de la France, le 28 août 2022. (AFP).
Le leader du parti français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, prononce un discours lors de la manifestation "NUPES universités d'été", à Châteauneuf-sur-Isère, dans le sud-est de la France, le 28 août 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 28 août 2022

Mélenchon demande «émulation plutôt que compétition» à la Nupes

  • M. Mélenchon a expliqué avoir approuvé «la proposition du PS, parce que le PS, qui est en train de se reconfigurer nous intéresse comme partenaire»
  • Il a précisé que les Insoumis «se mobiliseront pour rassembler les 4,5 millions et demi de voix» nécessaires si le processus recueille d'abord, comme il est nécessaire, le soutien de 20% des membres du parlement

CHATEAUNEUF-SUR-ISERE : Jean-Luc Mélenchon a demandé "émulation plutôt que compétition" à ses partenaires socialistes, écologistes et communistes de la Nupes, dimanche en clôture des "Amphis" de LFI dans la Drôme, estimant que les abstentionnistes ne seraient pas convaincus par des "querelles".

Pour preuve, a-t-il souligné devant les 5 000 personnes de l'assistance annoncées par LFI, au Palais des congrès de Châteauneuf-sur-Isère, il a dit oui à Olivier Faure sur sa proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) concernant les super-profits.

Le leader insoumis a en effet estimé qu'il fallait davantage "taxer les profiteurs de crise" dans une période de "tiers-mondisation" de la France, et désigné un responsable, Emmanuel Macron, "extra-planétaire". "Comment ose-t-il parler d'abondance, ça fait cinq ans que cet homme a vidé les poches de tout le monde... C'est une sorte de fantôme du XIXe et du XXe siècle qui est apparu là sur son jet-ski?", a-t-il lancé.

M. Mélenchon a expliqué avoir approuvé "la proposition du PS, parce que le PS, qui est en train de se reconfigurer nous intéresse comme partenaire".

Il a précisé que les Insoumis "se mobiliseront pour rassembler les 4,5 millions et demi de voix" nécessaires si le processus recueille d'abord, comme il est nécessaire, le soutien de 20% des membres du parlement.

Par ailleurs, le président LFI de la commission des Finances Eric Coquerel va lancer une "mission flash" sur la taxation des superprofits, et les Insoumis une pétition.

"Merci à Olivier Faure d'avoir fait cette proposition parce qu'elle garantit que la Nupes vivra", a insisté M. Mélenchon.

Car le troisième de la présidentielle (22%), qui a uni la gauche derrière lui aux législatives, a battu le rappel des partenaires tentant de se prémunir de l'hégémonie insoumise. "Il ne s'agit pas d'être en compétition, de se différencier par quelque méchanceté: plutôt que la compétition, l'émulation, être les meilleurs pour défendre le peuple", a-t-il plaidé.

Il s'est projeté sur la marche d'octobre, en cours de négociation entre partis de la Nupes, syndicats et associations: "Tous ensemble nous allons préfigurer ce nouveau front populaire dont nous avons besoin pour renverser la table".

Et Jean-Luc Mélenchon a demandé aux militants de la Nupes d'organiser tous azimuts des "assemblées de circonscription".

«Objet vivant»

Avant lui, plusieurs responsables des autres organisations de la Nupes ont pris la parole. Le porte-parole du PS Pierre Jouvet, très volontariste sur l'alliance dont il a été négociateur, a reçu des applaudissements nourris quand il a remarqué avec malice que "le PS pendant des années était plutôt habitué à clôturer les universités d'été du Medef".

En revanche les écologistes, par la voix de Léa Balage El-Mariky, ont tenu à rappeler leur identité historique - "nous avons parfois défendu l'écologie sans vous" - et mis un bémol, comme le communiste Léon Deffontaines: "Ne nous voilons pas la face, cet accord n'aura pas réussi à inverser la tendance" pour gagner les législatives.

Le député LFI Matthias Tavel, qui contribue aux discours de M. Mélenchon, a en retour prévenu sans ménagement, auprès de l'AFP: "la Nupes, ce n'est pas qu'une machine à cash électorale, les électeurs n'ont pas voté pour payer 23 députés écolos mais une autre politique dans le pays".

Selon lui, "les déséquilibres des forces ce n'est pas nous qui les avons créés ce sont les électeurs". Même si, a-t-il rassuré, "la Nupes est un objet vivant" et c'est à chaque parti d'être créatif.

Impensable il y a plusieurs mois, le PS semble le plus proche de LFI. "Faure est content d'avoir pu solder aussi vite la présidentielle", où sa candidate Anne Hidalgo a réalisé un abyssal 1,7%, a jugé Matthias Tavel.

Le PS va en revanche devoir s'habituer à la conflictualité insoumise, a confié à l'AFP le député de la génération montante Louis Boyard: "Le bloc absentionniste n'attend pas qu'on prenne des gants. C'est à eux qu'on veut parler. On est persuadés que c'est la bonne stratégie".

Déplaire aux modérés ne l'inquiète pas: "Les sociaux-démocrates, ils sont venus à la présidentielle" en vertu du vote utile.


Guillaume Meurice convoqué à une commission de discipline le 30 mai

L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
Short Url
  • Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu
  • L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France

L'humoriste de France Inter Guillaume Meurice, suspendu depuis trois semaines dans l'attente d'un possible licenciement, est convoqué à une commission de discipline le 30 mai à 14h30 par la direction des ressources humaines de Radio France, a-t-il annoncé à l'AFP mercredi.

"La sanction envisagée est la rupture anticipée pour faute grave" de son contrat de travail, est-il rappelé dans sa convocation, consultée par l'AFP et qui fait suite à un entretien préalable jeudi dernier.

"Aucune décision définitive de sanction" ne sera "notifiée moins de deux jours ouvrables après la tenue de la commission" et  l'humoriste pourra demander "au cours de la réunion (...) que ce délai minimum soit augmenté à huit jours calendaires", est-il précisé.

Sollicitée par l'AFP, la direction de Radio France n'a pas souhaité commenter.

Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu tenus fin octobre.

Nazi

Il avait comparé le Premier ministre israélien à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui lui avait valu des accusations d'antisémitisme et une plainte, récemment classée sans suite.

L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France, était accompagné d'un délégué syndical Sud lors de son entretien préalable la semaine dernière.

A l'issue de cet entretien, le syndicat avait expliqué qu'il était reproché à Guillaume Meurice d'avoir répété ses propos polémiques "en sachant que l'Arcom (le régulateur de l'audiovisuel) avait adressé à Radio France une mise en demeure" la première fois.

Ainsi, le chroniqueur aurait "manqué de loyauté envers son employeur" et l'aurait fait "afin de servir des intérêts personnels", rapporte Sud qui conteste cela.

"La DRH de Radio France dispose des éléments suffisants pour renoncer à une sanction pouvant aller jusqu'à la rupture anticipée du contrat de travail", estime le syndicat.

Une grève contre la suspension de Guillaume Meurice avait empêché dimanche 12 mai la diffusion de l'émission de Charline Vanhoenacker, dont il fait partie, et perturbé les programmes de cette station durant la journée.


Le patron des Républicains souhaite que la France quitte la CPI

Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée»
  • Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages

PARIS: La Cour pénale internationale "s'est définitivement décrédibilisée" avec un mandat d'arrêt requis contre Benjamin Netanyahu et la France doit la quitter, a estimé mercredi le patron des Républicains Eric Ciotti, tandis que le président du Sénat Gérard Larcher a qualifié "d'outrageuses" les demandes de son procureur.

"Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée, qu'elle n'existera plus", a déclaré M. Ciotti sur BFMTV et RMC, jugeant "ridicule" de "mettre en accusation le Premier ministre d'un Etat démocratique qui se défend de la pire attaque terroriste qui ait jamais eu lieu".

Le procureur de la juridiction basée à La Haye a requis des mandats d'arrêt à l'encontre du chef de gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, ainsi que son ministre de la Défense Yoav Gallant, visés au même titre que les trois plus hauts chefs du Hamas (Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, Yahya Sinouar).

Ce qui revient pour M. Ciotti à "mettre sur le même plan des terroristes immondes, des islamistes", qui ont "les mêmes racines que ceux qui ont attaqué le Bataclan et la promenade des Anglais à Nice".

«Décrédibilisé»

Le député des Alpes-Maritimes a déploré que l'on "donne du crédit à des institutions politisées".

Quitte à sortir de la CPI? "Oui, absolument, elle s'est décrédibilisée", a-t-il insisté, avant de lancer: "Est-ce qu'elle attaque l'ayatollah Khamenei en Iran ? Est-ce qu'elle attaque M. Erdogan ? Est-ce qu'elle attaque Xi Jinping ? Enfin, où est-on là ? C'est ridicule".

Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages, a lui estimé que "mettre sur le même plan un gouvernement démocratique et des terroristes" était "une comparaison outrageuse et outrageante".

"Il faut faire attention à ce que ne se retrouvent pas sur le même banc ceux qui sont responsables d'assassinats et ceux qui ont été les victimes. C'est ma conception de la justice et je ne souhaite pas qu'elle s'égare", a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse après cette visite ministérielle.

Le sujet divise depuis lundi la classe politique française: d'un côté la droite, l'extrême droite mais aussi le camp présidentiel se sont émus d'une décision traçant un "parallèle" ou une "équivalence" entre Israël et le Hamas, placés "sur un pied d'égalité"; de l'autre la gauche a salué l'action d'une CPI "dans son rôle".


Macron en route pour la Nouvelle-Calédonie, nouveaux incendies dans la nuit à Nouméa

Short Url
  • Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa"
  • Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission"

NOUMEA: Après plus d'une semaine d'émeutes, Emmanuel Macron est en route mercredi pour la Nouvelle-Calédonie avec l'objectif d'y renouer le fil du dialogue et d'accélérer le retour à l'ordre à Nouméa, où deux écoles et un concessionnaire automobile ont été incendiés pendant la nuit.

La visite surprise du chef de l'Etat a été annoncée mardi en Conseil des ministres, alors que se multiplient les demandes de report du projet de loi constitutionnelle sur le corps électoral, rejeté par les indépendantistes.

Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a signalé dans un communiqué le Haut-Commissariat de la République. Selon la municipalité de Nouméa, interrogée par l'AFP, deux écoles et 300 véhicules d'un concessionnaire sont notamment partis en fumée.

Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission", a précisé la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, sans fournir plus de détail.

"Très peu de temps après l'annonce" de sa venue, la Nouvelle-Calédonie a par ailleurs été visée par une cyberattaque "d'une force inédite" visant à "saturer le réseau calédonien", a indiqué lors d'une conférence de presse Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial calédonien.

L'attaque, consistant en l'envoi simultané de "millions d'emails", a été stoppée "avant qu'il y ait des dégâts importants", a-t-il dit.

Dans un quartier aisé du sud de Nouméa épargné par les émeutes, Jean, 57 ans, se relaie depuis une semaine avec ses voisins sur une barricade destinée à empêcher d'éventuelles intrusions.

La venue du président est "une bonne nouvelle", estime-t-il: "La situation est totalement bloquée, il faut espérer que ça permette aux esprits de se calmer, qu'une porte de sortie va être trouvée."

Sur un barrage de Dumbéa, un fief indépendantiste à l'ouest de Nouméa, Mike, 52 ans, souhaite lui aussi que "Macron arrive pour voir ce qui se passe", tout en répétant que "nous, on reste sur l'opposition: c'est non au dégel".

"Je ne comprends pas pourquoi notre sort doit être discuté par des gens qui n'habitent même pas ici", déplore-t-il.