Sobriété énergétique: Borne appelle les entreprises à agir pour éviter le «rationnement»

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors de la conférence d'été du Medef à l'hippodrome de Longchamp à Paris le 29 août 2022 (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors de la conférence d'été du Medef à l'hippodrome de Longchamp à Paris le 29 août 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 29 août 2022

Sobriété énergétique: Borne appelle les entreprises à agir pour éviter le «rationnement»

  • Au-delà des entreprises, l'amélioration de la sobriété énergétique se fera «compte tenu des moyens» de chacun, a précisé Mme Borne
  • Sa mise en garde survient alors que la guerre entre l'Ukraine et la Russie, grande exportatrice de gaz, a causé une crise énergétique en Europe

PARIS: Invitée à s'exprimer devant le patronat, la Première ministre Elisabeth Borne a exhorté lundi les entreprises à agir pour améliorer leur sobriété énergétique, faute de quoi elles seraient les "premières touchées" par des mesures de "rationnement" dans les prochains mois.

"J'appelle chacune (des entreprises, NDLR) à établir, en septembre, son propre plan de sobriété", a lancé la cheffe de l'exécutif dans ce discours de rentrée.

"Si chacun ne prend pas sa part (...) nous serons amenés à imposer des baisses de consommation", a-t-elle averti. Et "si nous devions en arriver au rationnement, les entreprises seraient les premières touchées".

Alors que M. Roux de Bézieux avait estimé dans la matinée que l'Etat était "le plus grand superprofiteur", Mme Borne lui a sèchement répliqué : "Non monsieur le président, il n'y a pas de surprofits du côté de l'Etat", en soulignant les dépenses engagées pour protéger le pouvoir d'achat des Français.

Au-delà des entreprises, l'amélioration de la sobriété énergétique se fera "compte tenu des moyens" de chacun, a précisé Mme Borne soulignant qu'"évidemment, les Français en précarité énergétique ne sont pas ceux qui devront encore faire des efforts".

Sa mise en garde survient alors que la guerre entre l'Ukraine et la Russie, grande exportatrice de gaz, a causé une crise énergétique en Europe.

Depuis le mois de juin, le gouvernement français répète son objectif de réduction de 10% de la consommation énergétique en France d'ici 2024.

Un effort dans lequel les entreprises "feront leur part", a promis lundi le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

"Nous devons collectivement entrer dans une croissance sobre", a-t-il reconnu.

Reconstruction 

Mais "faisons confiance aux entreprises et aux entrepreneurs", ainsi qu'aux corps intermédiaires, a martelé le +patron des patrons+ dans un discours plus offensif qu'à l'accoutumée.

La Rencontre des entrepreneurs de France (REF) du Medef s'était ouverte en milieu de journée sur un appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky à investir dans son pays marqué par la guerre contre la Russie.

"Proposez des milliers de contrats, des milliers d'emplois, nous avons besoin de votre participation à la reconstruction après les hostilités", a lancé le chef d'Etat, invité à ouvrir les débats en visioconférence depuis Kiev.

Six mois après le lancement de l'offensive russe en Ukraine, Volodymyr Zelensky a notamment fait des appels du pied aux entreprises du bâtiment, de l'automobile et du secteur énergétique.

Si ce week-end, Elisabeth Borne avait déclaré qu'elle "ne (fermait) pas la porte" à l'idée de taxer les "super profits" des entreprises, elle ne s'est pas étendue sur le sujet lundi.

Dans une interview au Parisien, la Première ministre les avait tout de même incitées à baisser les prix ou à donner du pouvoir d'achat à leurs salariés en utilisant à plein, par exemple, le triplement des primes défiscalisées (dites "primes Macron") qu'elles peuvent verser à leurs employés.

Mme Borne avait également annoncé le déblocage d'un "fonds vert" doté d'1,5 milliard d'euros destiné aux collectivités locales pour "les aider dans l’accélération de leur transition écologique" et promis que l'exécutif allait amortir "les hausses" des prix de l'énergie après la fin du bouclier tarifaire en décembre, grâce à des "dispositions spécifiques" pour les "plus fragiles".

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait déclaré samedi que la hausse de l'électricité et du gaz en 2023 serait "contenue". Habitué de l'événement, sa prise de parole devant le Medef est prévue mardi.

Devant le Medef, Elisabeth Borne a aussi abordé la planification écologique dont le développement des énergies décarbonées et l'objectif de plein emploi du gouvernement

La REF, qui avait comptabilisé plus de 8 000 entrées l'an dernier à Paris, entend battre cette année des records de fréquentation sur ses deux jours de débats à l'hippodrome parisien de Longchamp, prévoit Patrick Martin, président délégué du Medef.


En images: Le 3e round dans la rue contre la réforme des retraites

Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Short Url
  • Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle
  • De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille

PARIS: Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle, tandis que les syndicats se montrent déterminés à poursuivre l'épreuve de force.

De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille.

retraites
Avant le départ, le leader de la CGT, Philippe Martinez, a appelé à durcir le mouvement par des grèves "plus dures, plus massives, plus nombreuses", car "si le gouvernement persiste à ne pas écouter, forcément il faudra monter d'un cran". (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)

 

greve
Un graffiti réclamant l'âge de la retraite à 60 ans est pulvérisé sur une statue à l'extérieur de la place du Palais Bourbon, devant l'Assemblée nationale lors de manifestations de militants de l'association ATTAC. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
greve
Les manifestants se rassemblent place de l'Opéra avant le début de la manifestation, à Paris. (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)
greve
Le cortège à Montpellier, dans le sud de la France. (Photo Pascal GUYOT / AFP)
greve
Un manifestant lance un projectile de gaz lacrymogène lors de la manifestation à Nantes, dans l'ouest de la France, le 7 février 2023. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
greve
Dans le cortège à Bordeaux. (Photo by THIBAUD MORITZ / AFP)
greve
Le cortège au Vieux Port de Marseille, dans le sud de la France. (Photo CHRISTOPHE SIMON / AFP)

 

nantes
Le cortège à Nantes. (Photo LOIC VENANCE / AFP)

 

 


Passage à tabac mortel diffusé sur TikTok: deux interpellations à Lyon

Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Les enquêteurs ont trouvé «le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante»
  • Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi

LYON : La police lyonnaise a arrêté deux hommes suspectés d'avoir passé à tabac un homme de 54 ans retrouvé mort dans un appartement, des violences filmées et diffusées sur le réseau social TikTok, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Lyon.

Vendredi dernier, la plateforme Pharos, sur laquelle le grand public peut signaler les comportements et contenus illicites, a alerté sur la diffusion d'une vidéo "représentant une scène de violence impliquant un homme gisant au sol, partiellement dénudé et victime de coups", a expliqué le parquet .

La vidéo, prise dans l'après-midi de vendredi, laisse apparaître deux agresseurs.

Une enquête de flagrance a été immédiatement ouverte et confiée à la police judiciaire pour "actes de torture et de barbarie en bande organisée et séquestration en bande organisée".

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'enquête a permis de localiser un appartement situé dans le centre de Lyon, "susceptible d'être le lieu de commission des faits", comme l'écrit le parquet.

Dans le salon du logement, les enquêteurs ont trouvé "le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante".

Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi.

L'enquête se poursuit "du chef de meurtre en bande organisée" afin de déterminer les circonstances et le mobile des faits.


Le Sénat examine un texte appelant au renforcement de l'aide à l'Ukraine

Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie (Photo, AFP).
Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Sénat se prononcera par un vote sur cette proposition de résolution, à l'issue d'une prise de parole de chacun des groupes politiques
  • Par ce texte, le Sénat entend réaffirmer «son plein soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l’Ukraine»

PARIS: Le Sénat à majorité de droite devrait voter mardi une proposition de résolution réaffirmant son soutien à l'Ukraine et appelant le gouvernement à renforcer l'aide fournie, "en particulier les livraisons d'armes".

Ce texte sans valeur contraignante, proposé par le président du groupe Les Indépendants Claude Malhuret, a été inscrit à l'ordre du jour à la demande du président LR du Sénat Gérard Larcher. Il est cosigné notamment par les présidents des groupes LR Bruno Retailleau, centriste Hervé Marseille, RDPI à majorité Renaissance François Patriat et RDSE à majorité radicale Jean-Claude Requier.

Le Sénat se prononcera par un vote sur cette proposition de résolution, à l'issue d'une prise de parole de chacun des groupes politiques.

Par ce texte, le Sénat entend réaffirmer "son plein soutien à l’indépendance, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières reconnues au niveau international par le mémorandum de Budapest de 1994, confirmé par la Fédération de Russie en 2009".

Le texte "invite" notamment le gouvernement "à poursuivre et à renforcer, de manière significative, son soutien politique, économique, militaire, technique et humanitaire afin d’aider l’Ukraine à se défendre contre la guerre d’agression russe (...)" et "en lien avec ses partenaires européens, à poursuivre et à renforcer en particulier les livraisons d’armes à l’Ukraine, dans les domaines identifiés comme les plus nécessaires par les autorités ukrainiennes".

A l'occasion de l'intervention de Rouslan Stefantchouk, président de la Rada, le parlement de l'Ukraine, dans l'hémicycle du Sénat mercredi dernier, Gérard Larcher avait affirmé que "l’Ukraine doit être en capacité non seulement de résister, mais aussi de prendre l’avantage stratégique. Nous devons l’y aider".

Le texte invite aussi, entre autres, le gouvernement et l'Union européenne "à favoriser toute initiative destinée à élucider et à juger les faits susceptibles de constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par la Fédération de Russie".