Sadr veut s'imposer comme la principale figure politique chiite d'Irak

Moqtada Sadr, prononce un discours appelant ses partisans à se retirer du quartier gouvernemental de la capitale, depuis sa maison de Najaf, en Irak, le mardi 30 août 2022 (Photo, AP).
Moqtada Sadr, prononce un discours appelant ses partisans à se retirer du quartier gouvernemental de la capitale, depuis sa maison de Najaf, en Irak, le mardi 30 août 2022 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Jeudi 01 septembre 2022

Sadr veut s'imposer comme la principale figure politique chiite d'Irak

  • «Sadr cherche à devenir l'acteur chiite le plus puissant d'Irak», estime Renad Mansour du centre de réflexion Chatham House
  • L'Irak est gouverné selon un système de partage communautaire du pouvoir, dans un pays à majorité chiite qui compte également d'importantes minorités sunnite et kurde

BAGDAD : Le leader chiite irakien Moqtada Sadr a annoncé son "retrait définitif" de la vie politique mais ses intentions semblent être tout autres, estiment des experts, après les violences meurtrières déclenchées après sa décision.

"Sadr cherche à devenir l'acteur chiite le plus puissant d'Irak", estime Renad Mansour du centre de réflexion Chatham House. "Cela passerait par une déstabilisation du système politique mais surtout de la maison chiite pour la reconstruire avec lui au centre."

Depuis l'invasion américaine de 2003 et la fin du règne de Saddam Hussein, l'Irak est gouverné selon un système de partage communautaire du pouvoir, dans un pays à majorité chiite qui compte également d'importantes minorités sunnite et kurde.

Moqtada Sadr, dont le père était un religieux très respecté en Irak, est devenu au fil des années un acteur politique clé bénéficiant du soutien d'une base chiite qu'il sait mobiliser quand il en a besoin.

Ainsi, entre lundi et mardi, les Brigades de la paix de Moqtada Sadr ont affronté des unités de l'armée irakienne et des hommes du Hachd al-Chaabi, d'anciens paramilitaires pro-Iran intégrés aux troupes régulières.

Echec tactique

Ces violences, déclenchées lundi dès l'annonce par le leader chiite de son retrait de la politique, sont le point d'orgue de la crise que traverse l'Irak depuis les législatives d'octobre 2021, remportées par Moqtada Sadr.

Les barons de la politique ayant été incapables de s'accorder sur le nom d'un nouveau Premier ministre, le pays n'a ni nouveau gouvernement, ni nouveau président depuis le scrutin.

Preuve de l'autorité du leader chiite: dans la minute où il leur a ordonné de se retirer mardi, ses partisans ont déserté la Zone Verte, 24H après avoir envahi ce secteur ultra-protégé de la capitale, qui abrite ambassades et ministères, et des violences ayant fait 30 morts et près de 600 blessés dans les rangs des pro-Sadr.

"Ce n'est pas la première fois qu'il envoie des manifestants et leur demande ensuite de se retirer", explique M. Mansour. "Son objectif ultime est de devenir la principale force politique chiite en Irak".

Arrivé premier aux législatives avec 73 sièges (sur 329), il a tenté sans succès une série de manoeuvres pour "assurer sa domination (...) et exclure ses rivaux", explique Fanar Haddad, spécialiste de l'Irak à l'Université de Copenhague.

Il a échoué à former un gouvernement malgré ses tentatives de s'allier avec les camps sunnite et kurde.

En juin, il a fait démissionner ses 73 députés pour essayer de déstabiliser le Parlement, mais ce retrait a fait du Cadre de coordination la plus grande formation à l'Assemblée.

Fin juillet, il a dénoncé la candidature au poste de chef de gouvernement d'un ancien ministre proposée par le Cadre de coordination et ses partisans ont envahi le Parlement, réclamant de nouvelles élections et campant devant l'Assemblée.

Mais le Cadre de coordination, qui exige la nomination d'un Premier ministre avant tout scrutin, maintient sa position.

Les violences cette semaine représentent un nouvel échec tactique pour Moqtada Sadr, estime M. Haddad.

Lâché par son mentor

Car, "le Cadre de coordination n'a pas (...) fait de concession", après le retrait ordonné par Moqtada Sadr à ses partisans, explique-t-il.

"Cela pousse encore davantage tout le monde à camper sur ses positions (...), la possibilité de réconciliation semble s'amenuiser."

Moqtada Sadr est connu pour ses prises de position souvent changeantes et notamment concernant son retrait de la vie politique, promesse qu'il a déjà faite plusieurs fois.

Sa décision lundi est intervenue au lendemain d'une déclaration de l'ayatollah Kazem al-Haeri – considéré comme le mentor de Moqtada Sadr – qui a critiqué ce dernier et appelé ses partisans à se ranger derrière le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Moqtada a toujours tenu à dire qu'il (...) bénéficiait de l'appui religieux" de Haeri, donc cette déclaration lui a porté un "coup", souligne le politologue Sajad Jiyad.

Moqtada Sadr, qui conteste l'influence iranienne dans son pays, a désormais peu d'options, selon M. Jiyad.

"Il pourrait relancer des manifestations (...) pour empêcher le Cadre de coordination de former un gouvernement ou continuer à réclamer la dissolution du Parlement et un nouveau scrutin, en tentant dans le même temps de paralyser le travail des ministères et des champs pétroliers", explique-t-il.

"Il pourrait aussi y avoir davantage d'escalade", dit-il.


La coopération entre l'Arabie saoudite et la Chine atteint de nouveaux sommets chaque année

Des enfants jouent avec un robot quadrupède lors de la Conférence mondiale des robots 2022 à Pékin (Photo, AFP).
Des enfants jouent avec un robot quadrupède lors de la Conférence mondiale des robots 2022 à Pékin (Photo, AFP).
Short Url
  • 2022 s'est avérée être l'année où les projets de collaboration sino-saoudiens dans divers domaines ont véritablement prospéré
  • La Chine cherche à renforcer ses relations énergétiques avec les pays du Golfe afin de s'assurer un approvisionnement suffisant en pétrole

RIYAD: Les relations entre l'Arabie saoudite et la Chine ont prospéré en 2022 grâce aux efforts de coopération élevés entre les pays dans divers domaines, notamment l'aviation, l'énergie, le tourisme, l'intelligence artificielle et la technologie.

Le 27 novembre, le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères a rencontré l'ambassadeur de Chine au Royaume à Riyad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion, Waleed al-Khuraiji et Chen Weiqing ont passé en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer afin de servir les intérêts communs. Ils ont également discuté de questions d'intérêt commun.

Aviation

fd
Le protocole d'accord vise également à promouvoir la croissance du trafic aérien et à renforcer la coopération dans le domaine du transport aérien (Photo, Arab News).

Au début de cette année, en octobre, l'Arabie saoudite et la Chine ont signé un protocole d'accord visant à augmenter le nombre de vols et d'escales entre les deux pays. 

Le protocole d'accord vise également à promouvoir la croissance du trafic aérien et à renforcer la coopération dans le domaine du transport aérien entre les deux pays, a rapporté Zawya.

Énergie

En septembre, l'organisation régionale qu'est la Ligue arabe a annoncé que le premier sommet arabo-chinois de son genre sera accueilli par l'Arabie saoudite en décembre, ce qui constitue une étape importante dans la collaboration stratégique entre les pays arabes et le géant asiatique.

Selon le journal South China Morning Post, basé à Hong Kong, Pékin cherche à renforcer ses relations énergétiques avec les pays du Golfe afin de s'assurer un approvisionnement suffisant.

Tourisme

En septembre, l'autorité saoudienne du Tourisme et la société financière UnionPay, basée à Shanghai, ont signé un protocole d'accord visant à augmenter le nombre de visiteurs chinois en Arabie saoudite.

Dans le cadre de cet accord, la société publique chinoise de services financiers facilitera les opérations de paiement au sein du Royaume pour les détenteurs de cartes UnionPay, a rapporté la SPA.

Culture

Dans le cadre de la coopération culturelle entre l'Arabie saoudite et la Chine, la bibliothèque publique roi Abdelaziz a signé un protocole d'accord et une collaboration avec le groupe chinois Bayt al-Hikma en avril.

L'accord vise à renforcer la coopération entre les deux pays dans différents domaines culturels, de la connaissance et des langues qui intéressent les deux parties.

Cela comprend également l'échange de services de publication et de visites culturelles entre les deux pays, ainsi que l'organisation de réunions scientifiques et d'expositions spécialisées et l’organisation de points culturels communs par le biais de forums.

Intelligence artificielle

ds
Le fournisseur de solutions Taqnia ets ont signé un protocole d'accord avec l'entreprise aérospatiale chinoise Star Vision (Photo, Arab News).

En mars, l'entreprise aérospatiale Taqnia et le fournisseur de solutions Taqnia ets, basés à Riyad, ont signé un protocole d'accord avec l'entreprise aérospatiale chinoise Star Vision afin d'améliorer la chaîne d'approvisionnement du secteur spatial et de travailler main dans la main sur les applications et les technologies d'intelligence artificielle.

En vertu du protocole d'accord, toutes les parties participeront à des recherches collaboratives et travailleront ensemble de manière à faciliter le développement de technologies spatiales, de satellites et de produits géospatiaux de premier ordre, a rapporté la revue commerciale Times Aerospace.

Le protocole d'accord vise à introduire des services et des produits localisés qui s'alignent sur l'industrie spatiale et géospatiale stratégique du Royaume et de la région.

Technologie

En mars, la société saoudienne ACES (Advanced Communications and Electronics Systems Co.) s'est associée au China Electronics Technology Group pour fabriquer des systèmes de charge utile pour les drones dans le Royaume.

Dans le cadre de ce partenariat, China Electronics Technology Group, conglomérat d'État spécialisé dans l'électronique à double usage, entend aider ACES à mettre en place un centre de recherche et développement et une équipe de fabrication pour divers types de systèmes de charge utile pour drones.  

Pétrole

En mars, une unité de la Compagnie pétrolière saoudienne a signé un premier accord avec China Petroleum & Chemical Corp, connu sous le nom de Sinopec, en vue d'une éventuelle collaboration en aval en Chine.

La filiale, Saudi Aramco Asia Company Ltd, et Sinopec visent à soutenir Fujian Refining and Petrochemical Co. dans la réalisation d'une étude de faisabilité sur l'optimisation et l'expansion des capacités, selon un communiqué.  

Construction et bâtiment

En janvier, Aramco et l'Académie chinoise des matériaux de construction ont annoncé leur intention de lancer conjointement un nouveau centre d'excellence et d'innovation pour les produits non métalliques.

Également appelé Nexcel, le nouveau centre sera basé à Pékin et fera progresser l'utilisation des matériaux non métalliques dans le secteur du bâtiment et de la construction.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Des divisions apparaissent entre les deux alliés politiques du pays

Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Le Premier ministre Najib Mikati présidant une réunion du Conseil des ministres au palais du gouvernement à Beyrouth, le 5 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Courant patriotique libre laisse entendre qu'il se sépare du Hezbollah, l'accusant d'attaquer la position du président
  • Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président

BEYROUTH: La colère du Courant patriotique libre (CPL) à l'égard du Premier ministre intérimaire, Najib Mikati, qui a convoqué une session du Conseil des ministres lundi, a entraîné un bouleversement des relations entre le parti et son allié, le Hezbollah.

Le chef du CPL, Gebran Bassil, a exprimé mardi, lors d'une conférence de presse, sa colère face à «une décentralisation élargie, même sans lois».

Le Hezbollah et le Mouvement Amal ont fourni une couverture politique à Mikati pour qu'il convoque une session du Conseil des ministres afin d'approuver le processus d'obtention de médicaments pour les patients sous dialyse ou atteints de cancer, ce que Mikati considère comme une nécessité absolue.

Le CPL refuse de tenir toute session du Conseil des ministres en raison du vide présidentiel afin d'empêcher Mikati d'exercer les pouvoirs du président chrétien, d'autant plus que le mouvement estime que le gouvernement intérimaire n'a pas le droit de jouer ce rôle.

Alors que le pays traverse une crise économique dévastatrice, huit tentatives d’élire un président par le Parlement libanais ont échoué après la fin du mandat du président, Michel Aoun, il y a plus d'un mois.

Bassil, le gendre d'Aoun, s'est indirectement présenté comme un candidat à la présidence, étant donné que son bloc parlementaire est le plus grand bloc chrétien et qu'il a le droit de nommer le futur président.

Bassil rejette la candidature de l'ancien ministre Sleiman Frangieh pour le poste, qui est soutenu par le Hezbollah et Amal.

Lors d'une conférence de presse, Bassil a signalé que la session du Conseil des ministres de lundi était «inconstitutionnelle, illégale et non conventionnelle», la décrivant comme «une exécution de la Constitution et un coup fatal à l'accord de Taëf».

Les ministres du CPL ont boycotté la session du Conseil des ministres, à l'exception du ministre de l'Industrie George Bouchkian, qui a assuré le quorum pour la session. Son comportement a eu pour conséquence que son parti, le Tachnag, allié du CPL, l'a renié pour ne pas avoir respecté sa décision de boycotter la session.

Le site web du CPL a indiqué que «le Hezbollah contribue à la normalisation du vide et à l'attaque de la position du président».

Bassil s'est indirectement adressé au Hezbollah, en disant: «Si quelqu'un pense qu'il fait pression sur nous sur la question présidentielle, nous aimerions lui dire que cela ne fonctionnera pas.»

«Nous n'assisterons pas aux sessions du Parlement si nous ne trouvons pas une grande nécessité nationale à le faire, et nous chercherons à abandonner le vote blanc plus rapidement et à opter pour un candidat présidentiel», a-t-il ajouté.

Le député Michel Moussa, membre du bloc parlementaire Développement et Libération dirigé par le président du Parlement, Nabih Berri, a minimisé la possibilité d'un changement de la carte politique au niveau des élections présidentielles suite aux tensions qui ont suivi la séance du Conseil des ministres. «Ne pas élire un nouveau président contribue à approfondir ces conflits», a-t-il jugé.

Moussa a souligné la nécessité de mener un dialogue sérieux et efficace entre toutes les parties afin d’apaiser les tensions et d’élire un président.

Le Hezbollah a évité de commenter les déclarations de Bassil.

Le député Bilal Abdallah, membre du bloc du Rassemblement démocratique, a déclaré: «Un parti a tenté sans succès d'élever le discours sectaire. Le Hezbollah n'a pas réagi.»

Un observateur politique, préférant garder l'anonymat, a révélé: «En participant à la session du Conseil des ministres, le Hezbollah a tenté d'assurer à Bassil qu'il n'était pas seul sur la scène.»

Le Front souverain pour le Liban, qui s'oppose au Hezbollah, a souligné que les députés doivent rester dans la salle du Parlement jusqu'à ce qu'un nouveau président soit élu, pour le bien du pays et de la Constitution.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les sommets de Riyad reflètent la volonté du Royaume de renforcer ses relations avec la Chine

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participe aux travaux de la 154e session du Conseil ministériel préparatoire (Photo, SPA).
Short Url
  • Le prince Faisal ben Farhane a déclaré que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance, la coopération et la coordination
  • Xi devrait participer à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement

RIYAD: Trois sommets prévus à Riyad dans les prochains jours reflètent la détermination commune du Royaume, des autres pays du Conseil de coopération du Golfe et du monde arabe en général à renforcer la coopération et à améliorer les relations stratégiques avec la Chine en vue d'une plus grande croissance et prospérité pour tous les pays et leurs peuples, selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane.

«Les relations entre le Royaume et la Chine sont stratégiques et étroites à la lumière des développements et des changements internationaux en cours», a-t-il affirmé.

Il a ajouté que les relations bilatérales sont caractérisées par l'amitié, la confiance mutuelle, la coopération et la coordination continue, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

Ses commentaires sont intervenus alors que le président chinois, Xi Jinping, est arrivé à Riyad mercredi soir pour une visite officielle de trois jours, au cours de laquelle il devrait assister à un sommet saoudo-chinois, au sommet Golfe-Chine pour la coopération et le développement et au sommet arabe-Chine de Riyad pour la coopération et le développement.

Le prince Faisal a salué la contribution apportée par un comité mixte saoudo-chinois de haut niveau au développement des relations entre les deux pays dans de nombreux domaines. Il a indiqué que les relations économiques bilatérales progressent rapidement dans le contexte du plan de développement et de diversification, la Vision 2030 du Royaume et de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route », qui offrent des opportunités prometteuses de coopération, de développement durable et d’intérêts mutuels.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a soutenu que la Chine se classe comme le premier partenaire commercial du Royaume depuis 2018, et que la valeur du commerce bilatéral en 2021 était de 309 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,25 euro), soit une augmentation de 39% par rapport à l'année précédente.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com