La Norvège, futur cimetière du CO2 européen?

Sur les rives glacées de la mer du Nord, un "cimetière" en construction suscite l'espoir des experts du climat : bientôt, le site abritera une - petite - partie du CO2 émis par l'industrie européenne, l'empêchant ainsi de finir dans l'atmosphère. (Photo d'Alexiane LEROUGE / AFP)
Sur les rives glacées de la mer du Nord, un "cimetière" en construction suscite l'espoir des experts du climat : bientôt, le site abritera une - petite - partie du CO2 émis par l'industrie européenne, l'empêchant ainsi de finir dans l'atmosphère. (Photo d'Alexiane LEROUGE / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 04 septembre 2022

La Norvège, futur cimetière du CO2 européen?

  • La piste de la capture et du stockage de carbone (CCS) est désormais en vogue sur une planète qui peine à réduire ses émissions malgré l'urgence climatique
  • Dans la localité d'Øygarden, en Norvège, un terminal réceptionnera d'ici quelques années des tonnes de CO2 liquéfié, acheminé d’Europe par bateaux après avoir été capté à la sortie des cheminées d'usines

ØYGARDEN, Norvège : Sur les rives glaciales de la mer du Nord, un «cimetière» en construction suscite les espoirs d'experts du climat: bientôt, le site accueillera une petite partie du CO2 émis par l'industrie européenne, évitant ainsi qu'il ne finisse dans l'atmosphère.

Longtemps perçue comme une solution techniquement compliquée et coûteuse à l'utilité marginale, la piste de la capture et du stockage de carbone (CCS) est désormais en vogue sur une planète qui peine à réduire ses émissions malgré l'urgence climatique.

Dans la localité d'Øygarden, sur une île toute proche de Bergen (ouest de la Norvège), un terminal en cours de construction réceptionnera d'ici quelques années des tonnes de CO2 liquéfié, acheminé du Vieux Continent par bateaux après avoir été capté à la sortie des cheminées d'usines.

De là, le carbone sera injecté via un pipeline dans des cavités géologiques à 2.600 mètres sous les fonds marins. Avec l'ambition qu'il y reste indéfiniment.

C'est «la toute première infrastructure de transport et de stockage en accès libre du monde, permettant à tout émetteur qui a capté ses émissions de CO2 de les voir prises en charge, transportées et stockées de façon permanente en toute sécurité», souligne le directeur de projet, Sverre Overå.

Principal producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège posséderait également le plus gros potentiel de stockage de CO2 du continent, notamment... dans ses gisements pétroliers épuisés.

- Accords commerciaux -

Le terminal d'Øygarden s'inscrit dans le plan «Langskip», le nom norvégien des bateaux vikings. Oslo a financé 80% des infrastructures en mettant 1,7 milliard d'euros sur la table afin de développer le CCS dans le pays.

Deux sites de la région d'Oslo, une cimenterie et une usine de valorisation énergétique des déchets, devraient à terme y expédier leur CO2.

Mais la particularité du projet réside dans sa facette commerciale en donnant aussi aux industriels étrangers la possibilité d'y envoyer leur propre dioxyde de carbone.

Pour ce faire, les géants énergétiques Equinor, TotalEnergies et Shell ont mis en place un partenariat, baptisé Northern Lights, qui sera le premier service transfrontalier de transport et de stockage de CO2 au monde lorsque ses opérations démarreront en 2024.

Deux jalons importants pour le CCS en Norvège ont été franchis ces derniers jours.

Lundi, les partenaires de Northern Lights ont annoncé un premier accord commercial transfrontalier qui portera sur le transport --par bateaux spéciaux-- et la séquestration, chaque année, de 800.000 tonnes de CO2 captées sur une usine néerlandaise du fabricant d'engrais Yara à compter de 2025.

Le lendemain, Equinor a dévoilé avec l'allemand Wintershall Dea un projet de construction d'un pipeline de 900 kilomètres visant à transporter du CO2 d'Allemagne pour le stocker en Norvège. Un projet similaire avec la Belgique est déjà dans les tuyaux.

- Pas une solution miracle -

Le CCS n'est cependant pas une solution miracle contre le réchauffement.

Dans sa première phase, Northern Lights pourra traiter 1,5 million de tonnes de CO2 par an, une capacité qui sera ensuite portée à 5-6 millions de tonnes.

A titre de comparaison, l'Union européenne a, selon l'Agence européenne pour l'environnement, émis 3,7 milliards de tonnes de gaz à effet de serre en 2020, une année plombée par la pandémie.

Mais tant le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) que l'Agence internationale de l'énergie estiment cet outil nécessaire pour enrayer la montée du thermomètre.

Chez les défenseurs de l'environnement, la technologie ne fait pas l'unanimité. Certains s'inquiètent qu'elle serve de motif à une prolongation de l'exploitation des énergies fossiles, qu'elle détourne de précieux investissements des énergies renouvelables ou encore des risques de fuite.

«Nous nous sommes toujours opposés au CCS, mais du fait de l'inaction face à la crise climatique, il devient de plus en plus difficile de tenir cette position», explique Halvard Raavand, un représentant de Greenpeace Norvège.

«L'argent public serait tout de même mieux investi dans des solutions que nous savons efficaces et qui pourraient en plus réduire la facture des gens normaux, comme l'isolation des logements ou les panneaux solaires», souligne-t-il.


L'Inde et l'Egypte s'engagent dans un «partenariat stratégique»

Le Premier ministre indien Narendra Modi s'exprime lors d'un point de presse conjoint avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à la Hyderabad House à New Delhi, le 25 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le Premier ministre indien Narendra Modi s'exprime lors d'un point de presse conjoint avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à la Hyderabad House à New Delhi, le 25 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les échanges commerciaux ont atteint 7,26 milliards de dollars en 2021-2022», soit 6,68 milliards d'euros, affirme Bassam Radi dans un communiqué
  • Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre indien Narendra Modi visent «12 milliards de dollars d'ici cinq ans», soit 11 milliards d'euros.

LE CAIRE: L'Inde et l'Egypte s'engagent dans un "partenariat stratégique" pour quasiment doubler en cinq ans leurs échanges commerciaux et renforcer leurs liens sur la scène diplomatique internationale, indique jeudi le porte-parole du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi en visite en Inde.

"Les échanges commerciaux ont atteint 7,26 milliards de dollars en 2021-2022", soit 6,68 milliards d'euros, affirme Bassam Radi dans un communiqué, portant l'Inde à la septième place des partenaires commerciaux de l'Egypte, le plus peuplé des pays arabes.

Désormais, M. Sissi et le Premier ministre indien Narendra Modi visent "12 milliards de dollars d'ici cinq ans", soit 11 milliards d'euros.

Actuellement, les investissements indiens en Egypte représentent 3,15 milliards de dollars et l'Egypte espère plus: elle a proposé à l'Inde "un secteur spécifique dans la zone économique du canal de Suez".

Les deux hommes se sont également engagés à plus de coopération dans des domaines aussi variés que l'agro-alimentaire, la recherche spatiale ou le tourisme.

Sur le plan diplomatique, M. Modi a invité M. Sissi à participer au G20 prévu en septembre en Inde où tous deux entendent porter "les intérêts et les priorités du Sud".

Les deux hommes ont également plaidé pour "des réformes complètes du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment en élargissant les deux catégories de membres et en renforçant la représentation des pays en développement".

En 2022, l'Inde avait interdit les exportations de blé pour protéger ses réserves et réduire l'inflation, faisant flamber les prix mondiaux. Elle avait toutefois débloqué à titre exceptionnel des cargaisons à destination de l'Egypte, premier importateur de blé au monde avec 104 millions d'habitants et un territoire en grande partie désertique.

Forcée de dévaluer fortement sa monnaie par un nouveau prêt du FMI, l'Egypte cherche désormais à diversifier ses partenaires commerciaux, notamment ceux qui ne réclament pas des dollars, dont elle manque. Elle a ainsi récemment obtenu de la Banque centrale russe de pouvoir importer en livres égyptiennes.


L’Arabie saoudite stimule la croissance des marchés de l’immobilier commercial dans la région MEA

Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise. (Shutterstock)
Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise. (Shutterstock)
Short Url
  • Le marché saoudien de l’immobilier commercial dispose de bases solides pour une croissance future, même s’il est touché par les effets de la récession économique mondiale
  • Selon un rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise

RIYAD: Le secteur de l’immobilier commercial en Arabie saoudite connaît une reprise alors que le plan du Royaume pour diversifier son économie continue de stimuler la demande sur le marché immobilier global, selon un nouveau rapport de la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS).

Selon le Global Commercial Property Monitor de l’entreprise, les conditions solides du marché dans la région Moyen-Orient et Afrique (MEA) continuent de résister à la situation macroéconomique mondiale.

Le rapport de la RICS révèle que la demande des locataires et des investisseurs est en hausse dans tous les secteurs, et que les attentes en matière de croissance des loyers et de la valeur du capital restent très positives, grâce à une opinion particulièrement optimiste en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis (EAU) et au Nigeria.

Selon le rapport, 81% des personnes interrogées basées en Arabie saoudite estiment que le marché est en phase de reprise, le Royaume connaissant actuellement un essor dans le secteur de l’immobilier, stimulé par les infrastructures, le logement et les loisirs.

Le rapport indique également que la croissance globale de la demande des locataires de l’immobilier commercial a légèrement diminué, passant de 60% au troisième trimestre à 43%. Toutefois, le rapport ajoute que ce chiffre correspond aux 43% enregistrés au quatrième trimestre de 2021, ce qui démontre un taux stable de forte croissance au cours de l’année écoulée.

«Comme dans une grande partie de la région MEA, cette tendance se manifeste dans tous les segments du marché en Arabie saoudite, où les résultats pour le secteur des bureaux restent plus positifs que ceux des secteurs du commerce de détail et de l’industrie», précise le rapport de la RICS.

Le secteur des bureaux en Arabie saoudite a affiché un taux de 59% d’occupation, soit une légère baisse par rapport aux 64% enregistrés au troisième trimestre, selon le rapport. Il ajoute que les secteurs du commerce de détail et de l'industrie connaissent toujours une forte croissance, respectivement de 32% et 38%.

Le rapport de la RICS montre que la demande d’investissements internationaux a pris de l’ampleur au cours de chacun des trois derniers trimestres, tous les secteurs ayant connu une hausse pendant cette période. En tête de liste, l’Arabie saoudite a attiré une forte croissance de l’intérêt des acheteurs étrangers au cours du quatrième trimestre, atteignant un solde net de 49%.

Dans l’ensemble, les conclusions du rapport révèlent que le marché saoudien de l’immobilier commercial, à l’instar de son voisin émirati, dispose de bases solides pour une croissance future, même s’il est touché par les effets de la récession économique mondiale.

Le rapport ajoute que le marché de l’immobilier commercial des EAU reste lui aussi solide malgré les défis mondiaux, deux tiers des personnes interrogées estimant que le marché est en plein essor. De même, la croissance de la demande des locataires aux EAU s’est accélérée dans tous les secteurs du marché au cours du quatrième trimestre de 2022.

Les perspectives du marché de l’immobilier commercial aux EAU restent positives, car les estimations de la valeur du capital sur douze mois continuent d’augmenter, affirme le rapport de la RICS, qui ajoute que les investissements étrangers reflètent une confiance croissante dans le marché et une poursuite de la croissance.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le patron de Marks & Spencer s'affole de mesures post-Brexit envisagées

Logo de la chaine de magasins Marks & Spencer. (Photo, Twitter, @marksandspencer)
Logo de la chaine de magasins Marks & Spencer. (Photo, Twitter, @marksandspencer)
Short Url
  • Le patron de la chaine de magasins Marks & Spencer juge «stupéfiantes» et «trop pesantes» des mesures à l'étude qui pourraient notamment porter sur un étiquetage différent des produits en Irlande du nord
  • Le Royaume-Uni comme l'UE espèrent parvenir à un accord pour résoudre l'impasse sur le protocole nord-irlandais lié au Brexit avant l'anniversaire des 25 ans des accords de paix entre la république d'Irlande et l'Irlande du nord

LONDRES: Le patron de la chaine de magasins Marks & Spencer fustige les mesures post-Brexit envisagées par Londres pour fluidifier les échanges entre l'Irlande du nord, le reste du Royaume-Uni, et l'Union européenne, d'après des propos rapportés jeudi par The Daily Telegraph.

Dernière personnalité des affaires à critiquer le gouvernement sur le front du Brexit, il juge "stupéfiantes" et "trop pesantes" des mesures à l'étude qui pourraient notamment porter sur un étiquetage différent des produits en Irlande du nord.

Cela se traduirait selon lui par "des augmentations de coûts et un choix réduit pour les consommateurs, et désavantagerait encore plus les agriculteurs et fournisseurs britanniques", argumente M. Norman.

Cela nuirait aussi "à la compétitivité des détaillants britanniques sur les autres marchés internationaux", poursuit-il dans une lettre au ministre des Affaires étrangères dont le Telegraph rapporte des extraits.

Des porte-parole de M&S n'étaient pas immédiatement disponibles pour confirmer ces informations.

"A l'ère numérique, quand en touchant son téléphone mobile un client peut être connecté à un magasin qui peut localiser sa commande en moins de 60 secondes, il est juste stupéfiant que le gouvernement (britannique) et l'Union européenne reviennent en arrière de quatre décennies pour discuter d'une +solution+ coûteuse qui impliquerait des autocollants et de l'étiquetage", critique M. Norman.

Le Royaume-Uni comme l'UE espèrent parvenir à un accord pour résoudre l'impasse sur le protocole nord-irlandais lié au Brexit avant l'anniversaire des 25 ans des accords de paix entre la république d'Irlande et l'Irlande du nord, dits "accords du vendredi saint" fin avril.

Les critiques de M. Norman suivent de près celles du milliardaire britannique James Dyson estimant que le premier ministre Rishi Sunak avait une vision "à courte vue" du fonctionnement des entreprises.

Le fondateur du groupe d'électroménager et appareils électroniques qui porte son nom, désormais basé à Singapour alors même que M. Dyson était l'un des plus célèbres avocats du Brexit, a par ailleurs appelé M. Sunak et son chancelier de l'Echiquier Jeremy Hunt à plus "encourager l'innovation dans le secteur privé et à faire preuve d'ambition pour la croissance".

Lundi lors d'un discours le directeur général de la CBI, la principale organisation patronale britannique, a pour sa part estimé qu'il serait une erreur d'abandonner dès la fin de cette année les réglementations héritées de l'UE.

Il a aussi déploré les obstacles à la venue des travailleurs originaires de l'UE au Royaume-Uni, notamment pour le personnel hautement qualifié.

La pénurie de travailleurs de l'UE depuis l'entrée en vigueur effective du Brexit est évaluée à quelque 300.000 personnes, et touche de nombreux secteurs, notamment l'agriculture ou l'hôtellerie-restauration.