L'Ukraine au menu des entretiens de la ministre française des Affaires étrangères en Inde

La cheffe de la diplomatie française, dont c'est la première visite en Inde et première visite bilatérale en Asie depuis son entrée en fonctions, a rencontré Subrahmanyam Jaishankar, ministre indien des Affaires étrangères en début d'après-midi. (Photo, AFP)
La cheffe de la diplomatie française, dont c'est la première visite en Inde et première visite bilatérale en Asie depuis son entrée en fonctions, a rencontré Subrahmanyam Jaishankar, ministre indien des Affaires étrangères en début d'après-midi. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 14 septembre 2022

L'Ukraine au menu des entretiens de la ministre française des Affaires étrangères en Inde

La cheffe de la diplomatie française, dont c'est la première visite en Inde et première visite bilatérale en Asie depuis son entrée en fonctions, a rencontré Subrahmanyam Jaishankar, ministre indien des Affaires étrangères en début d'après-midi. (Photo, AFP)
  • Colonna a rappelé que le partenariat stratégique de la France et l'Inde visait notamment «à servir l'ordre international fondé sur la règle de droit (...) nos deux pays y sont fortement attachés, nous nous voyons comme des puissances d'équilibre»
  • L'Inde et la France ont un partenariat stratégique de longue date, renforcé par des consultations régulières à haut niveau et des convergences croissantes dans divers domaines

NEW DELHI: La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, en visite officielle de deux jours en Inde, s'est entretenue mercredi avec son homologue indien notamment de la guerre en Ukraine et de la sécurité dans l'Indo-Pacifique, avant une rencontre avec le Premier ministre indien. 

La cheffe de la diplomatie française, dont c'est la première visite en Inde et première visite bilatérale en Asie depuis son entrée en fonctions, a rencontré Subrahmanyam Jaishankar, ministre indien des Affaires étrangères en début d'après-midi. 

Ils ont évoqué l'ensemble du partenariat stratégique bilatéral, les sujets régionaux et mondiaux d'intérêt commun et la coordination des questions examinées au Conseil de sécurité des Nations unies, que la France préside actuellement. 

L'Inde et la France ont un partenariat stratégique de longue date, renforcé par des consultations régulières à haut niveau et des convergences croissantes dans divers domaines. 

A l'issue de leur entretien, lors d'une conférence de presse à New Delhi, Mme Colonna a rappelé que le partenariat stratégique de la France et l'Inde visait notamment "à servir l'ordre international fondé sur la règle de droit (...) nos deux pays y sont fortement attachés, nous nous voyons comme des puissances d'équilibre". 

A cet égard, la ministre a ajouté que "la guerre d'agression déclenchée par la Russie" avait été discutée avec son homologue indien. 

"Ce que nous avons vu et ce que nous devons empêcher de se poursuivre, c'est qu'un membre important de la société internationale, membre permanent du Conseil de sécurité, a choisi de fouler au pied, en déclenchant une guerre d'agression, et continue de le faire en ce moment même, tous les principes sur lesquels l'ordre international est fondé", a déclaré la ministre. 

"La France et l'Inde refusent un monde où la force fait le droit", a-t-elle ajouté. 

S'approvisionnant en armes auprès de la Russie, l'Inde, comme la Chine, a refusé de condamner l'invasion de l'Ukraine et a augmenté ses achats de pétrole russe. 

En juin, elle a néanmoins cosigné une déclaration du G7 s'engageant à "respecter l'intégrité territoriale et la souveraineté des autres États". 

"Concernant l'Ukraine, nous en avons discuté aujourd'hui, je pense que ce qui est important, c'est qu'il y ait un retour au dialogue et à la diplomatie", a répété le ministre indien. 

"Parmi les grands pays du monde, deux dirigeants ont des contacts réguliers avec les deux parties en conflit, ce sont le Premier ministre Modi et le Président Macron", a-t-il également rappelé,"je pense que nous partageons l'idée que l'objectif final est le retour à la table des négociations". 

« Des puissances d'équilibre » 

Mme Colonna et M. Jaishankar ont également discuté de la situation dans l'Indo-Pacifique où l'influence croissante de la Chine inquiète l'Inde. 

"Les meilleures réponses sont d'y être présent à la hauteur de ce que nous sommes, des démocraties, des pays qui se voient comme des puissances d'équilibre", a souligné Mme Colonna. 

"Que tous ensemble nous ne laissions pas certains pays de la zone dans un tête-à-tête exclusif avec notre partenaire chinois", a dit la ministre. 

La cheffe de la diplomatie française devait encore être reçue mercredi après-midi par le Premier ministre Modi. 

Leurs discussions porteront sur les questions de sécurité régionale et mondiale, le renforcement de la coopération en matière de défense, ainsi que la mise en œuvre de la coopération antiterroriste de la France avec l'Inde, qui accueille cette année la conférence "No Money for Terror", selon le communiqué de l'Ambassade de France à New Delhi. 

Jeudi, Mme Colonna se rendra, au deuxième jour de son voyage, à Bombay où elle rencontrera les principaux investisseurs indiens ayant des intérêts commerciaux en France. 


Seine-Saint-Denis: la mère du nouveau-né retrouvé mort dans un sac a été identifiée

A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues (Photo, AFP).
A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues (Photo, AFP).
Short Url
  • Il s'agit d'une jeune femme âgée de 19 ans qui réside dans la ville où a eu lieu la découverte du corps du nourrisson
  • L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis

BOBIGNY: La mère du nouveau-né retrouvé mort vendredi, dans un sac sur un trottoir à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) a été identifiée, ont indiqué à l'AFP le parquet de Bobigny et une source policière.

Il s'agit d'une jeune femme âgée de 19 ans qui réside dans la ville où a eu lieu la découverte du corps du nourrisson, a précisé le parquet.

Son état actuel ne permet pas aux enquêteurs de l'entendre à ce stade, a ajouté cette source.

Le nourrisson a été découvert par des éboueurs près d'une poubelle, à une centaine de mètres de la mairie, avait relaté vendredi une source proche de l'enquête.

A ce stade, les circonstances du décès ne sont pas connues.

L'enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis.


Rhône-Alpes: deux jeunes hommes blessés par balles

Des policiers montent la garde à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle de Roissy, en région parisienne, le 1er janvier 2023 (Photo, AFP).
Des policiers montent la garde à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle de Roissy, en région parisienne, le 1er janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Fontaine, dans la banlieue de Grenoble, un jeune homme de 18 ans se trouvait à proximité d'un arrêt de tramway «lorsque le passager d'un scooter tirait en sa direction à plusieurs reprises»
  • Par ailleurs, à Valence, vers 20 heures vendredi, un adolescent de 16 ans a été blessé par balles aux jambes

DIJON: Deux jeunes hommes, de 16 et 18 ans, ont été blessés par balles vendredi à Valence et Grenoble, a-t-on appris samedi de sources policière et judiciaire.

A Fontaine, dans la banlieue de Grenoble, un jeune homme de 18 ans se trouvait à proximité d'un arrêt de tramway "lorsque le passager d'un scooter tirait en sa direction à plusieurs reprises", aux alentours de 22h30, a indiqué le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant.

Le jeune homme, touché au niveau de la jambe, a été transporté à l'hôpital. Son pronostic vital n'est pas engagé, selon la même source.

La victime est connue des services de police, a ajouté M. Vaillant, précisant qu'une enquête pour tentative d'homicide a été confiée à la police judiciaire de Grenoble.

De source policière, on précise que deux hommes ont pris la fuite.

Par ailleurs, à Valence, vers 20 heures vendredi, un adolescent de 16 ans a été blessé par balles aux jambes. Selon les premières constatations, le tireur, qui était à pied, a pris la fuite, a-t-on appris de source policière.


Nupes: LFI écrit à ses partenaires pour « franchir une nouvelle étape»

Le député de La France Insoumise (LFI) Manuel Bompard prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de l'Assemblée représentative du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), à Paris le 10 décembre 2022. (Photo, AFP)
Le député de La France Insoumise (LFI) Manuel Bompard prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de l'Assemblée représentative du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), à Paris le 10 décembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • LFI «a sollicité chacune des composantes fondatrices de la Nupes (PS, EELV, Générations, PCF) pour une rencontre afin d’échanger sur sa volonté de franchir une nouvelle étape de la Nupes»
  • LFI propose en outre de « décliner partout en France des assemblées populaires de la Nupes à l’échelle des communes, des cantons et des circonscriptions»

PARIS: La France insoumise a écrit samedi à ses partenaires de l'alliance de gauche pour leur proposer de "franchir une nouvelle étape" avec la Nupes, en vue notamment des prochaines échéances électorales, a indiqué le parti.

LFI "a sollicité chacune des composantes fondatrices de la Nupes (PS, EELV, Générations, PCF) pour une rencontre afin d’échanger sur sa volonté de franchir une nouvelle étape de la Nupes", selon un communiqué.

"Nous proposons de poursuivre et amplifier notre campagne commune sur les retraites, en favorisant partout en France la constitution de collectifs locaux sur le sujet", indique Manuel Bompard, coordinateur de LFI, dans ces messages à chacun de ses alliés, rendus publics.

Concernant la prochaine législative partielle en Ariège, après l'annulation de l'élection de Bénédicte Taurine (LFI), "nous souhaitons vérifier avec vous que nous pourrons compter, comme sur les autres circonscriptions, sur une Nupes entièrement unie derrière sa candidature", ajoute M. Bompard.

Au sein du PS, le numéro un Olivier Faure est bien décidé à soutenir la candidate LFI-Nupes, mais le Premier secrétaire délégué Nicolas Mayer-Rossignol estime lui que la question n'est "pas tranchée" si une candidate PS dissidente se présente.

LFI propose en outre de "décliner partout en France des assemblées populaires de la Nupes à l’échelle des communes, des cantons et des circonscriptions", et d'"avoir des premiers échanges sur la préparation des prochaines échéances électorales", des élections européennes ayant lieu en 2024.

"Dans ce moment de grande intensité où culmine notre confrontation à la politique d'Emmanuel Macron, nos victoires électorales et notre unité dans la lutte valident la stratégie de la Nupes forgée en juin dernier" pour les législatives, affirme M. Bompard, qui souhaite "répondre à la profonde aspiration populaire à une alternative politique dans notre pays".