Des millions de personnes risquent de souffrir de la famine à cause des conflits, averti le CSNU

Plus de la moitié du blé exporté dans le cadre de l'accord Ukraine-Russie était destiné à l'Afrique (Photo, AP).
Plus de la moitié du blé exporté dans le cadre de l'accord Ukraine-Russie était destiné à l'Afrique (Photo, AP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 septembre 2022

Des millions de personnes risquent de souffrir de la famine à cause des conflits, averti le CSNU

  • 60% de la population du Yémen est en situation «d’insécurité alimentaire aiguë»: Coordinateur des secours d'urgence de l'ONU
  • Selon l'envoyé des EAU, «Les Houthis doivent mettre fin à toutes les violations de la trêve humanitaire actuelle»

NEW YORK: Des millions de personnes sont confrontées au risque de famine causée par les conflits et à une insécurité alimentaire généralisée à cause des conflits armés, a appris jeudi le Conseil de sécurité des Nations unies.

La réunion du CSNU sur la «protection des civils dans les conflits armés» a été demandée par le Brésil et l'Irlande pour discuter de la «note blanche» sur les conflits et la faim.

Le 24 mai 2018, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU a appelé le secrétaire général à signaler «rapidement (au Conseil) lorsqu'il y avait un risque de famine induite par un conflit et d'insécurité alimentaire généralisée dans le contexte d'un conflit armé».

Selon le rapport, ce risque est désormais une réalité, les «conflits armés et la violence étant les principaux facteurs de ces risques» au Sud-Soudan, au Yémen, dans le nord-est du Nigeria et en Éthiopie.

Martin Griffiths, sous-secrétaire général aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d'urgence à l'ONU, a déclaré que sept années de conflit armé au Yémen avaient laissé quelque 19 millions de personnes – 60% de la population – en situation «d'insécurité alimentaire aiguë».

Au Sud-Soudan, a-t-il affirmé, 63% de la population, soit 7,7 millions de personnes, devraient être en situation de crise ou de pires niveaux d’insécurité alimentaire aiguë cette année.

«Les évaluations prévoient que 87 000 personnes, principalement dans l'État de Jonglei et dans la zone administrative de Greater Pibor, pourraient être confrontées à une catastrophe», a-t-il ajouté.

En Éthiopie, a-t-il indiqué, plus de 13 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire vitale dans les régions d'Afar, d'Amhara et de Tigré.

«En juin, 87% des personnes interrogées dans le Tigré étaient en situation d'insécurité alimentaire, plus de la moitié d'entre elles étant dans une situation grave», a ajouté Griffiths.

Selon lui, la faim est utilisée comme une «tactique de guerre», ce que les organisations humanitaires tentaient de combattre en travaillant avec des groupes locaux qui sont les premiers, et parfois les seuls, «intervenants sur le terrain. Mais trop souvent, nous sommes confrontés à des interférences, des entraves, du harcèlement et des attaques contre notre personnel, ainsi qu'au pillage ou au détournement de nos biens».

Griffiths a ajouté: «Cela nous empêche d'atteindre les personnes dans le besoin, et cela aggrave leurs souffrances. Les humanitaires resteront et fourniront des services, mais les conditions dans certains contextes sont inacceptables.»

Le Sud-Soudan, a-t-il signalé, était «l'un des endroits les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires l'année dernière, avec 319 incidents violents visant le personnel et les biens humanitaires».

Il a expliqué que cinq travailleurs humanitaires ont été tués en 2021 – cinq autres sont morts depuis le début de cette année.

Griffiths a appelé les États membres à s'engager en faveur de résolutions pacifiques et négociées aux conflits et autres situations de violence.

Il a déclaré que les États et les groupes armés devaient être «rappelés et encouragés à respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et des droits de l'homme».

Et d’ajouter que toutes les parties doivent protéger tous les objets essentiels à la survie des civils, «et assurer le passage rapide et sans entrave de l'aide humanitaire».

Griffiths a appelé à soutenir une «réponse intégrée pour s'attaquer aux facteurs sous-jacents de l'insécurité alimentaire aiguë», ainsi que «les économies des pays confrontés à une faim sévère à grande échelle».

Le rapport a demandé que le financement de l'aide humanitaire soit maintenu, affirmant: «Dans tous ces pays, nous sommes bien en dessous de la moitié du financement requis. Sans les ressources dont nous avons besoin, nous ne pouvons pas opérer à l'échelle requise.»

Maximo Torero, économiste en chef à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, a confirmé que la faim a augmenté de manière significative ces dernières années, ce qui, selon lui, a été aggravé par plusieurs facteurs, notamment les conflits, le changement climatique et une augmentation des inégalités qui s'est intensifiée depuis la Covid-19.

«Toutes ces situations ont été aggravées par une hausse des prix des denrées alimentaires», a-t-il indiqué. Les conflits, «ont un impact direct» sur l'insécurité alimentaire en réduisant la production alimentaire, en détruisant les cultures et en limitant l'accès à la nourriture.

«À long terme, les conflits entraînent la perte totale des moyens de subsistance, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, des déplacements massifs et une pression accrue sur les ressources.»

Il a expliqué que l'économie mondiale était également touchée par le conflit, ce qui a fait grimper l'inflation. Il a également a prévenu que d'ici la fin de l'année, 205 millions de personnes seraient confrontées à une insécurité alimentaire aiguë.

«Lorsque le Conseil de sécurité parle, le monde écoute. La prévention des conflits est le moyen le plus efficace de prévenir la famine», a-t-il expliqué.

David Beasly, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial des Nations unies, a affirmé qu'il avait constaté de visu l'impact que les troubles et les conflits pouvaient avoir sur des communautés entières, lors de sa visite en Amérique centrale.

«J'ai vu comment un conflit, à des milliers de kilomètres de là, jette de l'huile sur le feu de ce qui est déjà une grave crise de la faim sur un autre continent», a-t-il déclaré, ajoutant que la flambée des prix des céréales, du carburant et des engrais avait laissé les gens «dans un désespoir absolu».

Beasly a avisé: «Ces gens n'ont littéralement plus rien. Ils peuvent rester et mourir de faim, ou ils peuvent partir et risquer la mort, afin d’avoir la chance d'un meilleur avenir aux États-Unis.»

Au Yémen, la situation humanitaire a continué de se dégrader, a-t-il ajouté.

Lana Nusseibeh, représentante permanente des Émirats arabes unis auprès de l'ONU, a tenu les Houthis pour responsables des souffrances endurées par les civils à Taïz.

«Concernant le Yémen, nous réitérons que les Houthis doivent mettre fin à toutes les violations de la trêve humanitaire actuelle et la mettre pleinement en œuvre pour voir une issue à cette situation», a-t-elle déclaré, ajoutant que les blocages actuels des routes vers Taïz «perpétuent de grandes difficultés pour la population civile».

En réponse à ce rapport, Vasily Nebenzya, représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, a reproché aux pays occidentaux de ne pas livrer de céréales russes aux pays qui en ont le plus besoin, ce qui, selon Moscou, est dû aux sanctions imposées par l'Occident.

«L'idée répétée par l'UE et les États-Unis que leurs sanctions n'entravent pas l'exportation de denrées alimentaires et d'engrais ne correspond pas à la réalité», a prévenu Nebenzya.

«Ces restrictions compliquent les transactions bancaires, notamment les banques qui ont une importance systémique pour le secteur agricole russe, où les comptes courants sont tout simplement fermés.»

La réponse de l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield à la Russie était claire: «Mettez fin à la guerre en Ukraine.»

L'ambassadeur du Royaume-Uni, James Kariuki, a signalé que les millions de personnes qui risquent de mourir de faim au Sud-Soudan et au Yémen étaient un sujet de «profonde inquiétude» et que les attaques contre les travailleurs humanitaires se poursuivaient.

Il a signalé: «À cet égard, permettez-moi de réaffirmer l'importance de la poursuite de la mise en œuvre de l'accord sur les céréales de la mer Noire négocié par les Nations unies, qui a contribué à une baisse de 5,1% des prix mondiaux du blé.»

Kariuki a précisé que 23 000 tonnes de céréales ukrainiennes ont été livrées à Djibouti le mois dernier, «dont une partie est déjà entrée en Éthiopie».

En réponse aux affirmations de Moscou sur les sanctions alimentaires occidentales contre la Russie, Kariuki a éclairci: «Je suis sûr que les gens proches de ce dossier répondront à certaines des allégations insensées... Il n'y a pas eu de sanctions sur la nourriture et les engrais.»

Il a soutenu que plus de la moitié du blé exporté dans le cadre de l'accord était destiné à l'Afrique. Il a conclu en disant: «Comme l'ont annoncé mes collègues américains, rien de tout cela ne serait nécessaire si la Russie mettait fin à sa guerre illégale.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nord Stream: La police allemande mobilise en mer «toutes les forces disponibles»

Le ministre allemand de l'Économie et de la Protection du climat Robert Habeck, le ministre des Finances Christian Lindner lors d'une conférence de presse sur l'approvisionnement énergétique avec la participation du chancelier allemand Olaf Scholz par vidéo (Photo, AFP).
Le ministre allemand de l'Économie et de la Protection du climat Robert Habeck, le ministre des Finances Christian Lindner lors d'une conférence de presse sur l'approvisionnement énergétique avec la participation du chancelier allemand Olaf Scholz par vidéo (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous prenons les menaces actuelles au sérieux et nous nous protégeons»
  • La Norvège a déclaré qu'elle acceptait les contributions militaires de la France et de la Grande-Bretagne pour sécuriser ses secteurs gazier

FRANCFORT: La police allemande patrouille la mer du Nord et la mer Baltique avec "toutes les forces disponibles" après les explosions qui ont endommagé les gazoducs sous-marins Nord Stream provenant de Russie, a assuré vendredi la ministre de l'Intérieur.

"Nous prenons les menaces actuelles au sérieux et nous nous protégeons", a déclaré Nancy Faeser au journal Sueddeutsche Zeitung.

Les unités de police, avec notamment des hélicoptères et les forces spéciales maritimes, disposent "de capacités spéciales afin d'intervenir dans les situations dangereuses", a ajouté la ministre.

Les gazoducs Nord Stream, qui sont fermés depuis la fin du mois d'août, étaient des artères cruciales assurant la livraison du gaz russe à l'Allemagne. L'origine des explosions est pour l'instant inconnue.

L'Allemagne "soutiendra l'enquête conjointe" sur l'incident avec le Danemark et la Suède, a déclaré le chancelier Olaf Scholz à ses homologues des deux pays lors d'un appel vidéo vendredi.

Tout porte à croire qu'il s'agit d'un "acte délibéré de sabotage", a déclaré le porte-parole du chancelier, Steffen Hebestreit.

Avec ses partenaires de l'Union européenne et de l'OTAN, l'Allemagne va "renforcer la préparation et la protection contre le sabotage des infrastructures critiques", a-t-il déclaré.

La Norvège, qui est devenue le principal fournisseur de gaz naturel d'Europe, a déclaré vendredi qu'elle acceptait les contributions militaires de la France et de la Grande-Bretagne pour sécuriser ses secteurs gazier et pétrolier.


Cuba: La lenteur du retour du courant nourrit le mécontentement

Un homme utilise le flash d'un téléphone portable lors d'une panne d'électricité à la suite de l'ouragan Ian à La Havane, Cuba, le 29 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Un homme utilise le flash d'un téléphone portable lors d'une panne d'électricité à la suite de l'ouragan Ian à La Havane, Cuba, le 29 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Les Cubains travaillent pour rétablir le courant après l'ouragan Ian à La Havane le 30 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Les Cubains travaillent pour rétablir le courant après l'ouragan Ian à La Havane le 30 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Vendredi, 60% des 856 000 usagers de la capitale avaient à nouveau l'électricité
  • Les habitants s'étaient rassemblés dans la rue, allumant parfois des feux sur la chaussée

LA HAVANE: La lenteur du rétablissement de l'électricité à Cuba, après la panne généralisée due au passage de l'ouragan Ian, nourrissait le mécontentement de la population vendredi à La Havane, après des manifestations la veille dans plusieurs quartiers de la capitale.

"Les gens sont fatigués", a déclaré à l'AFP la dissidente Martha Beatriz Roque, qui n'a pas exclu que les protestations se poursuivent "si l'électricité n'est pas rétablie dans tout le pays, car les gens manifestent aussi pour l'eau".

L'absence de courant met en péril les réserves alimentaires que les Cubains stockent dans leurs congélateurs et empêche le pompage de l'eau depuis les sources qui approvisionnent la capitale.

Mme Roque a indiqué que dans plusieurs quartiers de la capitale de 2,1 millions d'habitants, tels que Bacuranao, Cerro, Alamar et Parraga, les habitants s'étaient rassemblés dans la rue, allumant parfois des feux sur la chaussée.

Le premier secrétaire du Parti communiste cubain (PCC, parti unique) à La Havane, Luis Antonio Torres, a reconnu qu'il y avait eu des manifestations dans plusieurs quartiers de la capitale.

"Manifester est un droit, mais c'est un droit quand les responsables de l'Etat et du gouvernement ne font pas ce qu'ils doivent faire", a déclaré le responsable à la télévision.

Les manifestations, "au lieu d'aider, ralentissent l'accomplissement de notre mission" qui consiste à "obtenir un retour complet (à la normale) dans les plus brefs délais", a déclaré M. Torres, indiquant que les responsables du PCC ont dû se rendre auprès des manifestants pour leur expliquer la situation, ce qui les a empêchés d'accomplir d'autres tâches.

Aide du Mexique 

A partir de jeudi soir et au cours de la nuit, internet a été inaccessible pendant environ sept heures, notamment sur les téléphones portables.

"Alors que nous suivons les informations faisant état de manifestations pacifiques à Cuba ce soir et de coupures d'internet, nous insistons pour que le régime respecte les droits constitutionnels de ses citoyens à se réunir pacifiquement", a déclaré l'ambassade américaine sur son compte Twitter.

NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d'internet à travers le monde, indiquait jeudi soir que "les mesures montrent une quasi-disparition du trafic sur internet à Cuba". Mais vendredi matin, le site a souligné que "la connexion était en train d’être restaurée" dans l'île.

Ian, un puissant ouragan de catégorie 3, a fait trois morts et d'importants dégâts dans l'ouest du pays. Il a aussi provoqué une panne généralisée dans le système électrique, plongeant les 11,2 millions de Cubains dans le noir.

"Il n'y a pas de capacité de production suffisante pour couvrir la demande", a reconnu vendredi Lazaro Guerra, un des responsables de la compagnie publique d'électricité, Union Electrica (UNE).

Vendredi, 60% des 856.000 usagers de la capitale avaient à nouveau l'électricité, selon l'entreprise, contre 37% la veille.

"Tout ne va pas se résoudre d'un coup, mais tout sera pris en charge et personne ne sera laissé de côté", a déclaré jeudi le président Miguel Diaz-Canel.

"Les manifestations reflètent la double lassitude de la société face à l'incompétence du gouvernement et l'épuisement du régime. Ce qui en fait des protestations politiques", a déclaré à l'AFP l'opposant Manuel Cuesta Morua.

Deux avions militaires mexicains sont arrivés vendredi à La Havane avec des câbles et du matériel électrique pour fournir une assistance aux autorités cubaines. Un total de 10 vols sont prévus pour acheminer du matériel, selon la télévision cubaine.


Pyongyang tire des missiles balistiques pour la quatrième fois en une semaine

Un journal télévisé montre des images d'archives du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (Photo, AFP).
Un journal télévisé montre des images d'archives du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (Photo, AFP).
Short Url
  • La Corée du Nord a conduit un nombre record de tests d'armements cette année, notamment de missiles balistiques
  • Les responsables sud-coréens et américains avertissent que la Corée du Nord se prépare à effectuer un nouvel essai nucléaire

SÉOUL: La Corée du Nord a procédé samedi au tir de deux missiles balistiques selon l'armée sud-coréenne, le quatrième lancement de ce genre en une semaine, après la tenue vendredi d'exercices trilatéraux anti-sous-marins par Séoul, Tokyo et Washington.

Les forces armées sud-coréennes ont déclaré avoir "détecté deux missiles de courte portée entre 06H45 et 07H03 tirés depuis la zone de Sunan, à Pyongyang" vers la mer du Japon.

Les deux engins "ont volé (sur une distance) d'environ 350 km, à une altitude de 30 km (et) à la vitesse de Mach 6", selon un communiqué du chef d'état-major interarmées sud-coréen, qualifiant ces tirs de "grave provocation".

Le Japon a également fait état du lancement manifeste de deux missiles balistiques, précisant qu'ils semblaient avoir terminé leur course hors des zones économiques exclusives du Japon.

Selon le vice-ministre japonais de la Défense Toshiro Ino, les missiles "paraissent avoir suivi des trajectoires irrégulières".

"La Corée du Nord a multiplié ses tirs de missiles à un rythme sans précédent", a-t-il relevé.

Selon des experts, des trajectoires irrégulières indiquent que les missiles sont capables de manoeuvrer en vol, ce qui les rend plus difficiles à suivre et à intercepter.

Le commandement américain dans la région a estimé dans un communiqué que ces derniers tirs de missiles mettaient "en évidence la capacité de déstabilisation des programmes illégaux d'armes de destruction massive et de missiles balistiques" de la Corée du Nord.

Séoul, Tokyo et Washington ont mené vendredi des exercices trilatéraux anti-sous-marins pour la première fois en cinq ans, quelques jours après que les forces navales américaines et sud-coréennes ont conduit des manoeuvres à grande échelle au large de la péninsule.

La vice-présidente américaine Kamala Harris se trouvait jeudi à Séoul et a visité la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée, lors d'un voyage visant à souligner l'engagement "inébranlable" de Washington à défendre la Corée du Sud contre le Nord.

Pyongyang a intensifié ses programmes d'armements interdits alors que les négociations sont depuis longtemps dans l'impasse, conduisant un nombre record de tests d'armes cette année et revoyant sa législation pour rendre "irréversible" son statut de puissance nucléaire.

Visite de Kamala Harris

La Corée du Nord a accompagné le voyage à Séoul de Mme Harris de plusieurs tirs de missiles, lançant des missiles balistiques de courte portée dimanche, mercredi et jeudi, quelques heures seulement après le départ de la vice-présidente.

Les Etats-Unis ont quelque 28.500 soldats en Corée du Sud pour l'aider face à la menace d'une attaque de son voisin du Nord.

Depuis la prise de fonction en mai du président sud-coréen Yoon Suk-yeol, les deux pays ont intensifié leurs exercices conjoints, dont ils soulignent le caractère purement défensif, mais que Pyongyang considère comme des répétitions d'une invasion.

Peu avant l'arrivée à Séoul de Mme Harris, un porte-avions américain a accosté en Corée du Sud pour effectuer un exercice naval commun, dans une démonstration de force à l'égard de Pyongyang.

"Les tests de missiles balistiques de courte portée par la Corée du Nord sont moins importants qu'un essai nucléaire mais ils violent tout de même les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", observe Leif-Eric Easley, professeur à l'université Ewha de Séoul, ajoutant que le calendrier choisi était "provocateur".

Pyongyang "modernise rapidement ses armes et tire profit d'un monde divisé par la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine et l'annexion par la Russie de nouveaux territoires ukrainiens", ajoute-t-il.

"Les actions de Pyongyang démontrent à nouveau clairement la nécessité pour Washington et Séoul de renforcer leur dissuasion militaire, de durcir les sanctions économiques et d'accroître la coordination (stratégique) avec Tokyo", estime-t-il.

Un nouvel essai nucléaire? 

Des responsables américains et sud-coréens ont averti de manière répétée que le leader nord-coréen Kim Jong Un se préparait à conduire un nouvel essai nucléaire.

Mercredi, les renseignements sud-coréens ont estimé qu'il pourrait avoir lieu entre le prochain congrès du Parti communiste chinois le 16 octobre et les élections de mi-mandat aux Etats-Unis le 7 novembre.

La Corée du Nord, qui fait l'objet de sanctions de l'ONU pour ses programmes d'armement, cherche généralement à maximiser l'impact géopolitique de ses essais en choisissant le moment qui lui semble le plus opportun.

Le régime isolé a testé des armes nucléaires à six reprises depuis 2006, le plus récent remontant à 2017.