L'école, un moyen pour les enfants traumatisés par la guerre de «sortir du chaos»

Yasmine Sherif, directrice de l'agence des Nations unies Education Cannot Wait (ECW), pose lors d'une interview avec l'AFP au siège de l'ECW à New York, le 9 septembre 2022. (AFP).
Yasmine Sherif, directrice de l'agence des Nations unies Education Cannot Wait (ECW), pose lors d'une interview avec l'AFP au siège de l'ECW à New York, le 9 septembre 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 18 septembre 2022

L'école, un moyen pour les enfants traumatisés par la guerre de «sortir du chaos»

  • 222 millions d'enfants vivant dans des pays en guerre ou frappés par des désastres climatiques subissent une perturbation importante de leur éducation
  • «Si vous voulez changer le monde, atteindre les objectifs (de développement), il faut investir dans l'éducation pour tous ceux qui sont laissés pour compte»

NATIONS UNIES : "Une tente et de l'eau, c'est tout ce qu'on a à leur offrir?": aux enfants qui ont tout perdu dans les conflits ou les catastrophes, la patronne d'Education Cannot Wait voudrait leur donner une chance de "sortir du chaos" grâce à l'école.

Du Pakistan à l'Ukraine, du Mali au Venezuela ou à travers l'Afrique subsaharienne, ce fonds des Nations unies - spécialisé dans l'éducation en zone de crise - estime que 222 millions d'enfants vivant dans des pays en guerre ou frappés par des désastres climatiques subissent une perturbation importante de leur éducation. Près de 80 millions d'entre eux ne mettent jamais un pied à l'école.

"C'est horrible, c'est difficile à imaginer", lance Yasmine Sherif lors d'un entretien à l'AFP avant un sommet sur l'éducation organisé lundi dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

"Ils ont tout perdu et en plus de ça, ils ont perdu leur accès à une éducation de qualité".

Pire, au lieu d'apprendre à lire et à compter, ils se retrouvent dans les rues, "exposés à la violence, les garçons facilement recrutés par des groupes armés, les filles menacées par le trafic d'être humains, les enlèvements, les mariages forcés".

Depuis 2016, Education Cannot Wait a donc mobilisé un peu plus d'un milliard de dollars pour financer la construction d'écoles, l'achat de matériel scolaire, mais aussi un repas quotidien ou des services de soutien psychosocial, permettant d'aider près de 7 millions de garçons et de filles dans 32 pays.

Mais "si nous voulons répondre aux besoins, nous devons penser en termes totalement différents pour ce qui est des financements nécessaires. On parle de milliards ici, pas de millions", explique Yasmine Sherif, qui prévoit en février 2023 à Genève une conférence pour lever 1,5 milliard de dollars pour atteindre 20 millions d'enfants supplémentaires. Un nombre encore loin des 222 millions.

«Emancipation»

"Dans les pays européens, occidentaux, l'investissement pour la scolarisation d'un enfant représente en moyenne 10 000 dollars par an. Nous tournons autour de 150 dollars par an et par enfant, le fossé est extrême".

Pourtant "si vous voulez changer le monde, atteindre les objectifs (de développement), il faut investir dans l'éducation pour tous ceux qui sont laissés pour compte", plaide la Suédoise.

"Parce qu'au-delà des traumatismes et des souffrances, ils ont une incroyable résilience", assure-t-elle.

"Imaginez 222 millions d'enfants ayant vécu le pire du pire recevoir une bonne éducation? Ils feront des choses que l'humanité n'a jamais vues. J'ai tellement foi en eux".

"Ce que nous offrons c'est un outil, un espoir, une émancipation (...) Pour sortir du chaos et devenir un exemple pour le monde", insiste-t-elle.

Et selon elle, cet outil est aussi nécessaire qu'un toit et de quoi manger.

"Bien sûr, l'eau est vitale. Et oui, avoir un abri est important. Mais est-ce que c'est tout ce qu'on a à offrir à 222 millions d'enfants? Une tente et de l'eau? Si c'est tout ce qu'on a à leur offrir, sans leur donner les moyens de s'émanciper, alors nous sommes sur la mauvaise voie", plaide-t-elle avec ferveur.

"Ils ont vu leurs villages incendiés, leurs parents exécutés, ils ont subi des violences. La seule chose qui leur reste c'est de se dire +si je peux avoir une éducation, je peux me sortir de là et changer ma vie+", souligne-t-elle.

"Nous leur enlevons ce dernier petit espoir si nous ne leur permettons pas d'avoir une éducation".

Alors la directrice d'Education Cannot Wait dénonce ceux qui privent ces enfants de leur droit: "Les systèmes éducatifs sont soumis à de graves attaques dans des conflits armés actifs où les parties en guerre bombardent des écoles, utilisent des écoles pour stocker des armes, ce qui est interdit selon le droit humanitaire international".

"Ce sont des crimes de guerre", insiste-t-elle.


Wikileaks: Cinq journaux appellent à la fin des poursuites contre Julian Assange

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, en février 2016 (Photo, AP).
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, en février 2016 (Photo, AP).
Short Url
  • Ils estiment que «douze ans après les premières publications», «il est temps pour le gouvernement des Etats-Unis d'abandonner ses poursuites contre Julian Assange»
  • Assange est actuellement détenu dans une prison de haute-sécurité près de Londres en attendant l'examen de son appel

LONDRES: Cinq médias (The New York Times, The Guardian, El Pais, Le Monde et Der Spiegel) ont appelé lundi le gouvernement américain à abandonner les poursuites contre le fondateur de Wikileaks Julian Assange pour une fuite massive de documents.

L'Australien de 51 ans est poursuivi aux Etats-Unis pour avoir publié à partir de 2010 plus de 700 000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan, à l'origine d'une série de révélations publiées notamment par ces cinq journaux. Il risque 175 ans de prison.

Arrêté par la police britannique en 2019 après sept ans reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres, il est actuellement détenu dans une prison de haute-sécurité près de Londres en attendant l'examen de son appel contre la décision du gouvernement britannique de l'extrader.

"Recueillir et diffuser des informations sensibles quand c'est nécessaire pour l'intérêt public constitue une part essentielle du travail des journalistes au quotidien", écrivent les rédacteurs en chef et directeurs de la publication des cinq journaux.

"Si ce travail est criminalisé, non seulement la qualité du débat public mais aussi nos démocraties s'en trouveront considérablement affaiblies."

Ils estiment que "douze ans après les premières publications", "il est temps pour le gouvernement des Etats-Unis d'abandonner ses poursuites contre Julian Assange", "publier n'est pas un délit".

La tribune rappelle que les responsables des rédactions des cinq journaux avaient "jugé nécessaire de critiquer publiquement son attitude en 2011 lorsque des versions non expurgées des télégrammes diplomatiques ont été rendues publiques, et certains d'entre nous restent préoccupés par l'accusation figurant dans l'acte de poursuites américain selon laquelle il aurait aidé à l'intrusion informatique dans une base de données classifiée".

"Mais nous sommes solidaires aujourd'hui pour exprimer notre grande inquiétude face aux poursuites judiciaires sans fin que subit Julian Assange", insiste la tribune.

Ses auteurs soulignent que le recours, lancé sous la présidence américaine de Donald Trump, à un texte de loi datant de 1917 pour lutter contre les espions "n'avait jamais été utilisé à l'encontre de journalistes, de médias ou de diffuseurs".

"Un tel acte d'accusation crée un précédent dangereux" et "menace la liberté d'informer".

Le mois dernier, le ministre américain de la Justice Merrick Garland a publié de nouvelles directives plus protectrices pour les journalistes, sans pour autant laisser augurer de conséquences définitives concernant Julian Assange.

Elles autorisent les poursuites contre les journalistes soupçonnés d'agir en tant qu'agents de puissances étrangères et préconisent une approche au cas par cas pour les affaires concernant les personnes qui ne sont pas forcément journalistes au sens traditionnel du terme.


Mondial: Bruno Fernandes envoie le Portugal en 1/8

Le milieu de terrain portugais Bruno Fernandes (2ndD) avec l'attaquant portugais Rafael Leao après avoir remporté le match de football du groupe H de la coupe du monde Qatar 2022 entre le Portugal et l'Uruguay au stade Lusail à Lusail, au nord de Doha, le 28 novembre 2022. ( Photo de Pablo PORCIUNCULA / AFP)
Le milieu de terrain portugais Bruno Fernandes (2ndD) avec l'attaquant portugais Rafael Leao après avoir remporté le match de football du groupe H de la coupe du monde Qatar 2022 entre le Portugal et l'Uruguay au stade Lusail à Lusail, au nord de Doha, le 28 novembre 2022. ( Photo de Pablo PORCIUNCULA / AFP)
Short Url
  • Après une victoire contre le Ghana (3-2) lors de son entrée en lice, la Seleçao portugaise est donc en tête du groupe H
  • Pour la revanche du huitième de finale du dernier Mondial, remporté par l'Uruguay (2-1), c'est bien Fernandes qui a le plus brillé

DOHA: Un meneur de jeu dans la lumière: Bruno Fernandes, d'un doublé, a permis au Portugal de battre l'Uruguay (2-0) lundi au Stade de Lusail de Doha, et de se qualifier pour les huitièmes de finale.

Après une victoire contre le Ghana (3-2) lors de son entrée en lice, la Seleçao portugaise est donc en tête du groupe H avec six points, devant le Ghana (trois pts), tandis que l'Uruguay et la Corée du Sud (un point) ferment la marche.

Le deuxième ticket qualificatif se disputera vendredi prochain à 16h00 entre les trois autres nations du groupe, et plus probablement entre le Ghana et l'Uruguay, qui s'affronteront.

Lundi soir à Lusail, dans le plus grand stade de la compétition (88.622) rempli pour l'occasion, les Portugais ont peut-être remporté un match pivot dans leur Mondial, par la performance de leur milieu de terrain offensif Fernandes.

Les attentes placées autour du joueur de Manchester United (28 ans) étaient grandes mais pas encore comblées, alors que l'autre star de l'équipe, Cristiano Ronaldo joue moins et semble moins en capacité de porter le Portugal, à 37 ans.

Surtout, les deux astres se sont enfin alignés, lors du premier but de la rencontre, un centre rentrant de Bruno Fernandes pour Cristiano Ronaldo, qui a tenté d'effleurer le ballon de la tête... en vain.

Qu'importe, ce but a permis au Portugal de forcer le cadenas de la Celeste, et le symbole est fort : les deux coéquipiers, qu'on disait en froid depuis le départ avec fracas de "CR7" du club mancunien, parvenaient à combiner et à faire taire les rumeurs leur prêtant une inimitié néfaste pour le collectif.

Revanche du Portugal

Pour la revanche du huitième de finale du dernier Mondial, remporté par l'Uruguay (2-1), c'est bien Fernandes qui a le plus brillé, inscrivant un deuxième but sur penalty, l'un de ses exercices favoris.

Des petits pas d'élan suivi d'un saut caractéristique : sa marque de fabrique a permis de prendre à contrepied Sergio Rochet (90e+3). L'ancien joueur du Sporting Portugal aurait même pu inscrire un triplé, si sa frappe n'avait par heurté le poteau en toute fin de match (90e+9).

Dans l'ensemble, le Portugal a souvent maîtrisé le match collectivement, gratifiant même ses supporters de belles séquences de possession, et semble monter en puissance dans la compétition.

En face, la Celeste a eu du mal et son duo d'attaquants Darvin Nunez-Edinson Cavani a été invisible. C'est plutôt le milieu Rodrigo Bentancur qui s'est montré, et qui a, un temps, incarné l'engagement, parfois excessif (carton jaune dès la 6e minute) de son équipe.

Après un superbe slalom entre Ruben Dias, Pepe et William Carvalho, Bentancur aurait pu donner l'avantage à son équipe, mais il a buté sur Diego Costa, bien sorti.

La Celeste est désormais dans l'obligation de battre le Ghana pour rallier les huitièmes de finale.


Amnesty International critique des députés britanniques demandant l’expulsion d’Albanais victimes de traite

Des migrants sont assis dans un bus dans le port de Douvres après avoir été secourus lors de la traversée de la Manche, Douvres, Grande-Bretagne, le 3 mai 2022. (Reuters)
Des migrants sont assis dans un bus dans le port de Douvres après avoir été secourus lors de la traversée de la Manche, Douvres, Grande-Bretagne, le 3 mai 2022. (Reuters)
Short Url
  • Un groupe de cinquante conservateurs demande au Premier ministre de supprimer les «failles» de la loi sur l’asile
  • Pour Amnesty international, renvoyer une personne victime de la traite risque de la «livrer à nouveau à une exploitation cruelle»

LONDRES: Un conflit se prépare au Royaume-Uni après qu’Amnesty International a condamné un groupe de députés conservateurs qui ont demandé au Premier ministre Rishi Sunak de renvoyer les demandeurs d’asile albanais dans leur pays d’origine, y compris ceux qui affirment être victimes de la traite des êtres humains.

Le Royaume-Uni a connu une augmentation marquée du nombre d’Albanais arrivant dans le pays au cours des douze derniers mois. Nombre d’entre eux, qui traversent la Manche sur de petites embarcations, affirment avoir été victimes de traite des êtres humains et d’esclavage moderne.

Le groupe de plus de 50 politiciens a déclaré que les mesures visant à accélérer le processus d’expulsion des Albanais étaient nécessaires afin de dissuader les migrants de faire le voyage depuis ce qui est, selon eux, un pays sûr, et afin de réduire les retards importants dans la procédure d’asile au Royaume-Uni.

Dans une lettre adressée à Sunak, les députés indiquent: «S’ils (les demandeurs d’asile) ont réellement été emmenés (au Royaume-Uni) contre leur gré, ils ne pourraient raisonnablement pas s’opposer à être renvoyés chez eux.»

«Les particularités de nos lois sur l’esclavage moderne qui empêchent cela vont clairement à l’encontre des objectifs de cette loi et devraient être supprimées.»

«Le Bureau de l’Intérieur n’interprète pas correctement les lois sur l’asile. L’objectif est de faire passer le délai de traitement des demandes des Albanais de plusieurs années à quelques jours ou semaines», a déclaré le député David Davis, l’un des signataires, à Sky News.

«C’est l’objectif et nous pensons que c’est possible. Si nous ne le faisons pas, le Bureau de l’Intérieur ne sera jamais en mesure de faire face au nombre de demandes. Il faut déjà quatre-cent jours pour obtenir une décision. Le processus sera de plus en plus long.»

Il a ajouté que la crainte d’être persécuté par des passeurs et des bandes criminelles ne devrait pas permettre aux personnes de demander l’asile. «Je ne fais pas des Albanais des boucs émissaires. Ce que je veux faire, c’est combler ces lacunes», a-t-il assuré.

Steve Valdez-Symonds, directeur du programme britannique Droits des réfugiés et des migrants d’Amnesty international, a critiqué David Davis, déclarant au Guardian: «Il semble y avoir beaucoup d’absurdités ici.»

«Il faut commencer par savoir si le gouvernement ne veut pas ou ne peut pas vous protéger contre la persécution. Il ne détermine pas qui doivent être vos persécuteurs», a-t-il expliqué. «Il pourrait s’agir d’un crime organisé, ou d’une vendetta. Il pourrait également s’agir de femmes  persécutées par leur propre famille. La question est de savoir si l’État est à la fois capable et désireux de fournir les protections qu’il est censé fournir en vertu du droit international.»

«Toutes les victimes de la traite des êtres humains ne sont pas nécessairement en danger lorsqu’elles sont renvoyées dans leur pays, mais renvoyer une personne dans le pays où elle a été victime de la traite risque de la livrer à nouveau à une exploitation cruelle, à moins que sa situation ne s’améliore de manière considérable dans ce pays», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com