Londres subventionnera à grands frais les factures d'énergie cet hiver

La Première ministre britannique Liz Truss traverse le siège des Nations Unies à New York, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre britannique Liz Truss traverse le siège des Nations Unies à New York, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 21 septembre 2022

Londres subventionnera à grands frais les factures d'énergie cet hiver

La Première ministre britannique Liz Truss traverse le siège des Nations Unies à New York, le 20 septembre 2022. (Photo, AFP)
  • «Le gouvernement a fixé un prix de gros subventionné» pour six mois, qui devrait représenter «moins de la moitié des prix de gros prévus cet hiver» pour les entreprises, ONG et établissements publics visés par la mesure
  • Face aux craintes de récession, le gouvernement britannique compte en effet doper la croissance grâce à des réductions de taxes tous azimuts, qui ont tendance à favoriser les plus aisés, qui paient l'impôt, comparé aux plus défavorisés

LONDRES: Après le gel des factures énergétiques déjà promis aux ménages, le gouvernement britannique de la nouvelle Première ministre Liz Truss paiera aussi, à grands frais, la moitié des coûts de l'énergie des entreprises cet hiver pour amortir l'envolée des prix. 

"Le gouvernement a fixé un prix de gros subventionné" pour six mois, qui devrait représenter "moins de la moitié des prix de gros prévus cet hiver" pour les entreprises, ONG et établissements publics visés par la mesure, selon un communiqué mercredi du ministère de l'Énergie et des Entreprises. 

Le soutien "sera équivalent" à celui déjà annoncé pour les particuliers – qui plafonne pour deux ans les prix de l'énergie pour un ménage moyen à 2 500 livres par an, soit une ristourne de quelque 1 000 livres – et il comprend la suppression de certains prélèvements écologiques, précise l'exécutif. 

Si la somme qui sera prise en charge dépendra in fine de la situation et des contrats de chaque établissement, elle pourra se traduire par une réduction de plus de 40% de la facture pour un pub ou une école, selon des exemples fournis par le gouvernement. 

Le mécanisme pourrait à terme être prolongé et davantage ciblé, ou remplacé par un soutien focalisé sur les entreprises ou les établissements les plus vulnérables. 

La flambée des prix de l'énergie est l'un des principaux facteurs dopant une inflation au plus haut depuis 40 ans outre-Manche, à 9,9% sur un an en août, et l'exécutif compte mettre un coup d'arrêt à ces hausses de prix qui frappent ménages et entreprises. 

Le monde des affaires applaudit. "Cela permettra à de nombreuses entreprises qui risquaient de fermer, licencier du personnel ou réduire leur production, de passer l'hiver", commente Shevaun Haviland, directrice générale des Chambres de commerce britanniques. 

Mais certaines "auront tout de même du mal à honorer leurs factures" et "six mois d'accompagnement ne suffisent pas pour faire des plans d'avenir", et notamment pour investir, prévient-elle. 

« Ça n'a jamais fonctionné » 

Mme Truss défend mercredi à New York, où elle participe à l'Assemblée générale de l'ONU, son plan pour une économie "plus compétitive", "qui attire la croissance en récompensant l'innovation, en défendant l'investissement et l'entreprise" et qui repose surtout sur des baisses d'impôts. 

Une approche critiquée indirectement par le président américain Joe Biden avant même leur rencontre bilatérale, qui s'est lui dit "fatigué de cette économie du ruissellement" (la richesse redescendant jusqu'aux plus modestes). "Ça n'a jamais fonctionné", a-t-il lâché dans un tweet. 

Face aux craintes de récession, le gouvernement britannique compte en effet doper la croissance grâce à des réductions de taxes tous azimuts, qui ont tendance à favoriser les plus aisés, qui paient l'impôt, comparé aux plus défavorisés. 

Le quotidien The Times évoque une baisse de la taxe sur les transactions immobilières, en plus de celles déjà annoncées des contributions sociales, et de l'impôt sur les sociétés. 

La suppression des limites aux bonus des banquiers, une législation héritée de l'UE, serait aussi envisagée, selon la presse britannique. 

Le gouvernement doit présenter vendredi un "mini-budget" pour détailler le financement de ces mesures, qui devrait dépasser 100 milliards de livres. 

Entre les baisses d'impôts et les subventions énergétiques, les économistes de Barclays l'ont même chiffré mardi à plus de 200 milliards de livres. 

Ce plan doit être financé par l'emprunt, faisant craindre un dérapage des finances publiques. 

L'ampleur du soutien ressemble "presque à une réaction de panique", a commenté mercredi le directeur du centre de réflexion Institute for Fiscal Studies (IFS), Paul Johnson, sur la BBC. Mais de telles mesures "étaient inévitables" face à l'envolée des prix, selon lui. 

Si l'emprunt public a baissé sur un an en août, après les sommets atteints avec les aides liées à la pandémie, il reste très élevé à 11,8 milliards de livres, selon des données publiées mercredi. La dette publique s'élève 96,6% du PIB. 

Pour autant, juge de son côté Martin Beck, économiste de EY Item Club, "la baisse significative des prix de gros de l'énergie récemment indique que le gel des factures pourrait s'avérer moins coûteux que ne le laissaient présager les premières estimations".


Les dépenses du secteur touristique saoudien bondissent de 93% pour atteindre 185 milliards de riyals en 2022

Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Short Url
  • Le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente
  • Le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain

RIYAD: Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,24 euro), contre 95,6 milliards en 2021, alors que le Royaume continue de diversifier son économie dans le cadre de la Vision 2030.

Le ministre du Tourisme, Ahmed ben Aqil al-Khatib, a révélé ces détails lors de sa réunion mensuelle avec les citoyens, a rapporté l’Agence de presse officielle saoudienne.

Passant en revue les réalisations du secteur au cours de l’année 2022, le ministre a précisé que «la contribution directe du secteur dans le produit intérieur brut s’est élevée à 3,2% de l’objectif total de 10% d’ici à 2030».

En outre, il a noté que le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente.

«Le pourcentage de femmes saoudiennes dans le secteur du tourisme s’est également accru pour atteindre 44% de l’ensemble des employés du secteur», ajoute M. Al-Khatib.

Il a aussi exhorté les investisseurs du secteur à adhérer aux nouvelles réglementations établies par le ministère afin de créer un environnement concurrentiel sain, à la fois équitable et attractif pour les investissements.

La nouvelle réglementation vise à élaborer les procédures et les exigences appropriées pour la pratique des activités touristiques, tout en tenant compte de la diversité des services fournis et en élevant les niveaux de qualité.

Par ailleurs, le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain, qui est le principal facteur de mise à niveau du secteur.

«Le ministère cherche à créer un million d’emplois dans le secteur du tourisme grâce à ses diverses activités, ce qui nécessite la mise en place d’instituts de formation et la construction et le développement de programmes et de services de formation dans le domaine de l’hôtellerie et du tourisme», explique M. Al-Khatib.

De plus, le ministère a lancé un programme d’emprunt conjoint avec le secteur bancaire pour financer les moyennes, petites et microentreprises afin d’améliorer les investissements dans ce secteur.

Au cours de l’année 2022, le ministère du Tourisme a également mis en œuvre quelque onze campagnes publicitaires pour présenter et commercialiser le tourisme dans le Royaume. Ces campagnes ont été diffusées dans trente-cinq pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


OpenAI lance le service d'abonnement ChatGPT à 20 dollars par mois

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Short Url
  • Le mode payant soutiendra la version hors subventions
  • ChatGPT est l'application qui connaît la croissance la plus rapide de l'histoire

LONDRES: La société mère de ChatGPT, OpenAI, a annoncé mercredi le lancement d'un plan d'abonnement pilote pour son chatbot très prisé, alimenté par l'intelligence artificielle (IA), appelé ChatGPT Plus, pour 20 dollars (1 dollar = 0,92 euro) par mois.

Dans le cadre du forfait préférentiel, les abonnés auront accès à ChatGPT même pendant les heures de pointe, ainsi qu’à des réponses plus rapides et un accès prioritaire aux nouvelles fonctions et améliorations.

La compagnie a indiqué que la version pilote sera initialement mise en œuvre auprès d'un nombre limité d'utilisateurs sur la liste d'attente, mais a ajouté qu'elle prévoyait de rendre le service accessible au grand public dans un proche avenir.

Le nouveau mode basé sur un abonnement aidera à soutenir la version gratuite, a déclaré la compagnie, le postant sur un blog.

Les experts estiment que le chatbot alimenté par l'IA, qui est capable de produire des textes et des conversations interactives de type humain, coûte à OpenAI au moins 100 000 dollars par jour, ou 3 millions de dollars par mois pour fonctionner.

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie.

Mercredi, une étude de l’UBS a montré que ce système a atteint en janvier près de 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, ce qui en fait l’application à la croissance la plus rapide de l’histoire. 

Au-delà de l'enthousiasme, ce moyen a également soulevé des inquiétudes et des dilemmes, notamment des défis au niveau de l’éthique, la propriété du droit d'auteur, les préjudices fondamentaux et la question de l'authenticité.

ChatGPT a notamment soulevé des questions sur la facilitation de la malhonnêteté et de la désinformation au niveau universitaire, incitant les universités du monde entier à interdire aux étudiants de recourir à ce moyen pour leurs devoirs et examens.

Pour résoudre le problème, OpenAI a publié mardi un moyen «imparfait» conçu pour détecter les œuvres écrites rédigées par l'intelligence artificielle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Aldar s'associe à Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations

Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Short Url
  • Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse
  • Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets

RIYAD: Aldar Properties, basée à Abu Dhabi, est sur le point de lancer ses projets à Dubaï après avoir signé un accord d’entreprise commune avec Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations dans trois collectivités de Dubaï.

Ces projets se concrétiseront au cœur de la banlieue de la ville, le long des corridors E311 et E611 sur 38,2 millions de pieds carrés de terrain, selon un communiqué de presse.

Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse.

«Notre entrée à Dubaï est une étape majeure pour Aldar. Nous sommes enthousiasmés par notre potentiel de croissance à long terme dans l'émirat aux côtés de Dubai Holding, un partenaire stratégique de premier plan», a affirmé Talal al-Dhiyebi, PDG du groupe auprès d’Aldar Properties.

Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets.

«Cette entreprise commune avec Aldar témoigne du parcours incomparable de Dubai Holding en tant que «partenaire de choix» stratégique pour de grands investisseurs régionaux et institutionnels. Conformément à notre vision d'opérer pour de meilleurs lendemains, nous continuerons à créer des opportunités qui positionnent Dubaï comme une destination de premier plan pour les investissements du monde entier», a précisé Amit Kaushal, PDG de Dubai Holding.

«En conjuguant nos efforts avec ceux d’Aldar, l'un des leaders du marché dans ce domaine, nous atteignons notre objectif commun de stimuler la croissance économique des Émirats arabes unis et de créer une valeur durable à long terme pour tous nos partenaires», a ajouté Kaushal.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com