L'ascension irrésistible de Giorgia Meloni hante les marchés et Bruxelles

La chef du parti Frères d'Italie, Giorgia Meloni, le 22 septembre 2022, lors d'un rassemblement commun des partis de droite italiens Frères d'Italie (FdI), Ligue (Lega) et Forza Italia sur la Piazza del Popolo à Rome, en vue des élections générales du 25 septembre. (Photo par Andreas Solaro / AFP)
La chef du parti Frères d'Italie, Giorgia Meloni, le 22 septembre 2022, lors d'un rassemblement commun des partis de droite italiens Frères d'Italie (FdI), Ligue (Lega) et Forza Italia sur la Piazza del Popolo à Rome, en vue des élections générales du 25 septembre. (Photo par Andreas Solaro / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

L'ascension irrésistible de Giorgia Meloni hante les marchés et Bruxelles

  • Bien placée pour devenir la prochaine Première ministre, la pasionaria de la droite italienne milite pour une «Europe confédérale» qui «respecte la souveraineté des Etats membres»
  • Elle réclame la renégociation du plan de relance post-Covid italien, financé à hauteur de près de 200 milliards d'euros par l'Europe, pour tenir compte de la flambée des coûts de l'énergie dans la foulée de la guerre en Ukraine

MILAN : La victoire apparemment inéluctable aux élections législatives en Italie de Giorgia Meloni, dirigeante du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, préoccupe au plus haut point les marchés et Bruxelles, qui redoutent des remous dus à son discours eurosceptique et l'envolée du coût de l'énorme dette du pays.

Elle a eu beau afficher sa volonté de rompre avec un passé encombrant et enterrer son rêve de voir l'Italie sortir de l'euro, les inquiétudes persistent, d'autant qu'elle vient de réitérer son soutien au régime hongrois dirigé par l'ultranationaliste Viktor Orban.

«Je ne connais pas de souverainistes qui ne soient pas anti-institutions européennes. Donc ce qu'ils disent aujourd'hui n'a aucune importance», a assuré le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans début septembre dans un entretien au journal La Repubblica.

Si Giorgia Meloni s'affirme désormais «pro-européenne», elle a changé de ton lors d'un meeting électoral mi-septembre à Milan: «La fête est finie», l'Italie «va commencer à défendre ses intérêts nationaux» auprès de Bruxelles, «comme le font les autres».

- Renégocier le plan de relance -

Bien placée pour devenir la prochaine Première ministre, la pasionaria de la droite italienne milite pour une «Europe confédérale» qui «respecte la souveraineté des Etats membres» en leur laissant le soin de décider de la «politique de proximité» concernant directement les citoyens.

Dans cette optique, elle réclame la renégociation du plan de relance post-Covid italien, financé à hauteur de près de 200 milliards d'euros par l'Europe, pour tenir compte de la flambée des coûts de l'énergie dans la foulée de la guerre en Ukraine.

Or, le déboursement des fonds est lié à une série de réformes dont la mise en œuvre a été scrupuleusement respectée par le gouvernement sortant de Mario Draghi et qui semblent désormais compromises.

«Nous pourrions nous retrouver avec un sérieux conflit d'idées entre l'Italie, qui est de loin le plus grand bénéficiaire du plan de relance, et l'UE», redoute Nicola Nobile du cabinet Oxford Economics.

«Il y a beaucoup de risques, mais tout dépendra de savoir quelle Meloni dirigera le gouvernement, celle qui a attaqué l'Europe dans le passé ou celle qui prône désormais une approche plus modérée et pourrait poursuivre le statu quo en matière budgétaire», commente-t-il.

- Dérapage de la dette? -

Les inquiétudes sur un relâchement dans la mise en œuvre des réformes et un dérapage de la dette publique après les élections de dimanche ont déjà amené les agences de notation Standard & Poor's et Moody's à dégrader la perspective liée à la note de solvabilité du pays.

L'Italie croule sous une dette de plus de 2.700 milliards d'euros, soit quelque 150% du PIB, le ratio le plus élevé de la zone euro derrière la Grèce.

Sans surprise, la coalition des droites réclame une «révision des règles du Pacte de stabilité», suspendues en raison de la crise sanitaire, qui fixent un plafond de 3% du PIB pour le déficit et de 60% pour la dette.

S'il est légitime d'assouplir certains critères jugés obsolètes, «il serait politiquement suicidaire de se moquer de toutes les règles existantes», prévient Peter Bofinger, professeur d'économie de l'université de Würzburg.

«Au cas où l'Italie s'écarte du consensus européen» et ne respecte pas un minimum de discipline budgétaire, «même la Banque centrale européenne ne pourra pas l'aider», a-t-il déclaré.

- Promesses coûteuses -

Les promesses électorales de la coalition entre Fratelli d'Italia, la Ligue anti-immigration de Matteo Salvini et Forza Italia du conservateur Silvio Berlusconi pourraient avoir un effet néfaste sur les comptes publics.

«Leur programme est très vague et n'explique pas comment financer ces mesures», estime Nicola Nobile. Si elles étaient pleinement appliquées, le déficit public dépasserait 6% du PIB pendant les cinq prochaines années, «propulsant la dette publique déjà élevée à des niveaux insoutenables», d'après Oxford Economics.

La mesure phare, un impôt à taux unique, soit 15% pour la Ligue et 23% pour Forza Italia, pourrait coûter entre 20 et 58 milliards d'euros, selon l'Observatoire des comptes publics italiens. S'y ajoutent d'autres baisses d'impôts, des mesures de «paix fiscale» (amnisties) et le relèvement de la pension minimum.

Les investisseurs craignent qu'un tel gouvernement populiste termine comme ses prédécesseurs: celui de Silvio Berlusconi a ainsi dû démissionner en 2011, sous la pression des marchés et d'une envolée du coût de la dette.

Des craintes pour les droits civiques avec Meloni au pouvoir

De l'avortement au mariage de personnes de même sexe, les militants des droits civiques en Italie craignent un recul significatif avec la victoire attendue aux législatives de dimanche d'un parti d'extrême droite défendant des «valeurs familiales et traditionnelles».

Giorgia Meloni, 45 ans, qui a fait campagne sous la devise «Dieu, patrie et famille», pourrait devenir la première femme cheffe de gouvernement si son parti post-fasciste Fratelli d'Italia (FdI) l'emporte conformément aux sondages.

«Oui aux familles naturelles, non au lobby LGBT! Oui à l'identité sexuelle, non à l'idéologie du genre! Oui à la culture de la vie, non à l'abîme de la mort!», a crié une Giorgia Meloni survoltée lors d'un discours en juin.

Elle a par la suite ajusté un peu le tir, affirmant qu'elle «changerait le ton, pas le contenu» de ce discours prononcé lors d'un rassemblement du parti espagnol d'extrême droite Vox.

Une série de célébrités de la mouvance de gauche, dont l'influenceuse Chiara Ferragni, ont tiré la sonnette d'alarme concernant FdI et ses alliés, la Ligue anti-immigrés de Matteo Salvini et Forza Italia, le parti conservateur de Silvio Berlusconi.

«Il ne suffit pas de demander de nouveaux droits, nous devons nous battre pour nous assurer de garder ceux que nous avons déjà», a ainsi lancé jeudi dans le quotidien La Repubblica Pierpaolo Piccioli, directeur créatif de la maison de mode Valentino.

- Peppa Pig -

La récente attaque d'un haut responsable de FdI contre le dessin animé britannique Peppa Pig, qui a introduit un couple de mères lesbiennes dans un épisode, a suscité malaise et ironie.

Alessia et Eleonora, mères d'un garçon d'un an à Rome, racontent leur désarroi: «Nous faisons les mêmes choses que tous les parents (...) mais nous ne sommes pas reconnus comme une famille en Italie», a confié à l'AFP Alessia, préférant ne pas donner son nom de famille.

Le Parti démocrate (PD, centre-gauche) assure que le mariage homosexuel et l'adoption par des personnes du même sexe sont des priorités, et son leader Enrico Letta que le plus important pour les enfants est «d'être aimé».

Ils ont besoin «d'un père et d'une mère», a rétorqué Mme Meloni.

Le PD veut aussi donner la nationalité italienne aux enfants nés en Italie de parents migrants, une idée à laquelle la droite s'oppose.

- Droit à l'avortement -

Les craintes qu'un gouvernement dirigé par Mme Meloni puisse violer des principes fondamentaux de l'UE, comme cela s'est produit en Hongrie et en Pologne, sont probablement «exagérées», estime pour l'AFP Mabel Berezin, sociologue de l'université américaine Cornell.

Les risques pourraient être plus subtils, selon l'ex-commissaire européenne Emma Bonino, cheffe du parti +Europa.

L'avortement est ainsi devenu l'un des sujets les plus controversés de la campagne électorale, après les déclarations de Mme Meloni affirmant vouloir offrir un choix aux femmes hésitant à avorter: «Nous ne toucherons pas à la loi sur l'avortement, nous voulons juste que (les femmes) sachent qu'il y a d'autres options».

Giorgia Meloni va probablement tenir parole et ne pas criminaliser l'avortement, estime Mme Bonino, qui a fait de la prison dans les années 1970 en raison de son combat pour le légaliser.

Mais elle craint qu'elle «ne fasse pression pour que la loi (sur l'avortement) soit ignorée», exacerbant des problèmes qui existent déjà: difficulté à se procurer des pilules abortives ou à trouver des gynécologues disposés à effectuer l'avortement.

«Il y a des régions entières où (...) tous les gynécologues sont objecteurs de conscience» et refusent de pratiquer l'avortement, a rappelé Mme Bonino, citant la région des Marches (centre), dirigée par FdI.

- Valoriser les femmes -

Les partisans de Giorgia Meloni la voient comme un symbole de l'émancipation des femmes: une mère active, vivant en concubinage et sur le point de briser le plafond de verre politique.

Laura Boldrini, ex-présidente de la Chambre des députés, ne pense cependant pas qu'avec Mme Meloni au gouvernement «la vie des femmes va s'améliorer».

«Mme Meloni n'a jamais parlé d'affirmer les droits des femmes, de valoriser les femmes ou de briser les préjugés dont elles sont victimes», a-t-elle déploré cette semaine.

Giorgia Meloni, «violente» par nature, «a appris à parler de manière rassurante», a analysé Michela Murgia, écrivaine et activiste politique. L'Italie ferait bien de se souvenir de la Meloni «qui semblait possédée» au rassemblement de Vox et pourrait introduire «la même violence dans son pouvoir politique».


La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
Short Url
  • Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon
  • Pour la Chine, les essais de missiles par Pyongyang sont «étroitement liés» aux exercices militaires américano-sud-coréen

SÉOUL: La Corée du Nord a lancé jeudi deux nouveaux missiles balistiques et a qualifié ces essais d'armes de "justes mesures de rétorsion" contre Washington et Séoul et leurs exercices militaires dans la région.

Les nouveaux tirs sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile nord-coréen qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt.

Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les gardes-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles.

Ce sixième lancement en moins de deux semaines, est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Mardi, un missile de type Hwasong-12 avait survolé le Japon et parcouru environ 4 600 km, soit probablement la distance la plus longue jamais atteinte par Pyongyang dans le cadre de ses essais, selon Séoul et Washington.

C'était la première fois en cinq ans qu'un projectile nord-coréen passait au-dessus du territoire japonais.

La Corée du Nord, qui a adopté en septembre une nouvelle doctrine rendant "irréversible" son statut de puissance nucléaire, a intensifié cette année ses tirs et a lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois depuis 2017.

Ces tirs constituent "les justes mesures de rétorsion de l'Armée populaire coréenne contre les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a déclaré jeudi le ministère nord-coréen dans un communiqué.

À la suite du lancement de mardi, Washington avait appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, y a blâmé elle aussi les Etats-Unis.

La Chine blâme Washington

Les essais de missiles par Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a déclaré devant le Conseil l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies, Geng Shuang.

Il a accusé Washington d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional".

Séoul, Tokyo et Washington ont multiplié les manoeuvres militaires conjointes ces dernières semaines, notamment des exercices de lutte anti-sous-marine et des manoeuvres navales à grande échelle.

Mercredi, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient tiré cinq missiles balistiques -dont un s'est écrasé après son lancement- vers des cibles fictives en mer du Japon. Et la veille, les aviations des deux pays avaient mené des exercices de tir en mer Jaune.

Séoul a également annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan qui a effectué en septembre des exercices avec la marine sud-coréenne.

La réunion du Conseil de sécurité a été soutenue par la France, le Royaume-Uni, l'Albanie, la Norvège et l'Irlande.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield y a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", et a apppelé à un renforcement des sanctions contre Pyongyang.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, alors que l'instance avait adopté à l'unanimité de lourdes sanctions en 2017.

Selon les analystes, le régime du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un saisit l'occasion de l'impasse à l'ONU pour pousser toujours plus loin ses essais d'armes.

Séoul et Washington s'attendent à ce que la Corée du Nord reprenne ses essais nucléaires, interrompus depuis 2017, probablement après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre.

"A ce stade, pour Kim, faire marche arrière et arrêter les provocations paraîtrait contre-productif pour ses intérêts. Sans parler de la quantité de ressources gaspillées pour mener ces essais d'armes", a expliqué Soo Kim, analyste à la RAND Corporation.

"Nous sommes assurément dans un cycle de provocation armée", a-t-elle estimé.


L'Espagne «respecte» le paquet énergétique allemand, cible de nombreuses critiques européennes

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique
  • L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie

LA COROGNE: L'Espagne "respecte" la décision de l'Allemagne de mettre en place un plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger son économie face à la crise énergétique, a déclaré mercredi le Premier ministre espagnol, alors que la mesure fait l'objet de nombreuses critiques en Europe.

"Nous respectons la décision du gouvernement allemand", a ainsi affirmé le socialiste Pedro Sánchez lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne.

Il faut être "empathiques avec la situation que traverse l'Allemagne, qui voit son économie, son industrie et les foyers allemands davantage affectés par la guerre" en Ukraine, a jugé le Premier ministre espagnol.

L'Allemagne "étant la principale économie européenne, nous souhaitons tous qu'elle se porte bien économiquement", a commenté Pedro Sánchez.

La France ainsi que d'autres responsables de l'Union européenne se sont dits préoccupés par l'initiative de l'Allemagne, accusée de faire cavalier seul avec son plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger ménages et entreprises, et ont suggéré de mieux coordonner les plans nationaux.

Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique: depuis le début de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, Moscou a drastiquement réduit son approvisionnement en gaz naturel.

L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie.

De son côté, Olaf Scholz a défendu son paquet énergétique. Le chancelier a expliqué que des plans avec les mêmes objectifs avaient été annoncés dans plusieurs pays européens, comme en Espagne ou en France.

Si on prend en compte "la taille de l'économie allemande", le plan de Berlin est conforme avec "les décisions prises dans d'autres pays", a-t-il estimé.

Il a par ailleurs réitéré son soutien "de manière explicite" au MidCat, un projet de gazoduc entre la Catalogne (dans le nord-est de l'Espagne) et le sud-est de la France, une idée défendue par Madrid à laquelle Paris s'oppose.

Les travaux du gazoduc avaient été interrompus en 2019 en raison de son impact environnemental et d'un intérêt économique alors jugé limité, mais depuis l'Espagne a réactivé l'idée d'un tel pipeline en pleine crise énergétique.

Défendu par Madrid mais aussi par Berlin, qui y voit un moyen de réduire la dépendance de l'UE vis-à-vis du gaz russe, le MidCat (abréviation de Midi-Catalogne) permettrait à l'Espagne, qui dispose de 30% des capacités européennes de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL), d'exporter du gaz, venu par bateau des Etats-Unis ou du Qatar, vers le reste de l'Europe.


Ethiopie: Gouvernement et rebelles du Tigré acceptent une invitation de l'UA à discuter

La lettre d'invitation de l'UA parle de «discussions entre les deux parties» et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles (Photo, AFP).
La lettre d'invitation de l'UA parle de «discussions entre les deux parties» et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces pourparlers sont prévus ce weekend en Afrique du Sud
  • Le chef des autorités rebelles du Tigré Debretsion Gebremichael s'est dit «prêt» à envoyer des négociateurs

ADDIS ABEBA: Gouvernement éthiopien et rebelles de la région septentrionale du Tigré se sont dit disposés mercredi à se rendre à des pourparlers en Afrique du Sud auxquels les a invités l'Union africaine (UA).

Redwan Hussein, conseiller à la Sécurité nationale du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé que le gouvernement avait "accepté" l'invitation de l'UA et le chef des autorités rebelles du Tigré Debretsion Gebremichael s'est dit "prêt" à envoyer des négociateurs, tout en soulevant des questions sur les modalités des discussions.

Selon une lettre envoyée aux deux parties par le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, et transmise à l'AFP par le ministère sud-africain des Affaires étrangères, ces pourparlers sont prévus ce weekend en Afrique du Sud, pour tenter de mettre fin à presque deux ans de conflit dans le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique.

L'UA "a envoyé une invitation à des discussions de paix. Le gouvernement d'Ethiopie a accepté cette invitation, dans la lignée de notre position de principe concernant la résolution pacifique du conflit et la nécessité de discussions sans préconditions", a indiqué dans un tweet dans la matinée Redwan Hussein.

Dans la soirée, les autorités rebelles du Tigré ont publié un communiqué de M. Debretsion, dans lequel il indique à M. Faki être prêt à envoyer "une équipe de négociateurs en Afrique du Sud" tout en demandant des "clarifications sur certaines questions".

"Y aura-t-il des acteurs supplémentaires invités en tant que participants, observateurs ou garants, quel rôle envisagez-vous pour la communauté internationale", demande notamment M. Debretsion.

La lettre d'invitation de l'UA parle de "discussions entre les deux parties" et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles, semblant indiquer que l'Erythrée voisine, un des pays les plus fermés et autoritaires au monde, dont l'armée épaule les forces gouvernementales éthiopiennes, n'est pas invitée.

Les rebelles tigréens ont toujours déclaré qu'ils refuseraient la présence d'Asmara à d'éventuels pourparlers.

Interrogé par l'AFP sur ces pourparlers, la porte-parole du président de la Commission de l'UA, Ebba Kalondo, a répondu que les détails seraient communiqués "au moment opportun, en consultations avec les parties".

La missive de M. Faki indique aussi que les discussions se feront sous l'égide de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo - envoyé spécial de l'UA pour la Corne de l'Afrique -, assisté de l'ancien président kényan Uhuru Kenyatta et de l'ex-vice-présidente sud-africaine Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Après cinq mois de trêve, qui avaient laissé entrevoir des espoirs de négociations de paix, les combats ont repris le 24 août dans le nord de l'Ethiopie entre les rebelles tigréens et l'armée fédérale éthiopienne, épaulée par des forces des régions frontalières du Tigré et par celles de l'Erythrée.

Déjà venu en septembre, l'envoyé spécial américain pour la Corne de l'Afrique Mike Hammer est de retour dans la région depuis le 3 octobre pour "parvenir à une cessation immédiate des hostilités dans le nord de l'Ethiopie et soutenir le lancement de pourparlers de paix sous l'égide de l'Union africaine", selon le département d'Etat.

Il était jeudi à Nairobi, selon l'ambassade américaine au Kenya.

Hostilités à huis clos

Le conflit dans le nord éthiopien a commencé en novembre 2020 quand Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale éthiopienne au Tigré pour en déloger les dirigeants du gouvernement régional, qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires sur place.

Les hostilités se déroulent largement à huis clos, le nord de l'Ethiopie étant interdit aux journalistes et le Tigré largement coupé du monde.

Selon des sources concordantes, les forces fédérales et régionales éthiopiennes et les troupes érythréennes prennent le Tigré en tenailles, menant des offensives depuis les quatre points cardinaux.

L'armée de l'Erythrée a en septembre franchi en plusieurs endroits les quelque 500 km de frontière séparant le pays du nord du Tigré mais a peu progressé, selon ces sources, et les positions sur le terrain ont peu évolué ces dernières semaines, malgré des combats meurtriers.

Rapidement défaits en novembre 2020, les rebelles tigréens ont ensuite repris mi-2021 le contrôle de l'essentiel du Tigré lors d'une contre-offensive qui les a vus s'approcher d'Addis Abeba. Ils s'étaient ensuite repliés vers le Tigré et accusent depuis le gouvernement "d'assiéger" la région, ce que ce dernier dément.

Le bilan de cette guerre meurtrière est inconnu. Mais elle a déplacé plus de deux millions de personnes et plongé des centaines de milliers d'Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.

Région de six millions d'habitants, le Tigré est privé depuis plus d'un an d'électricité, de télécommunications, de services bancaires ou de carburant et l'ONU a totalement interrompu l'acheminement de son aide humanitaire depuis la reprise des combats.