Le verre soufflé de Sarafand, « une manière d’exorciser le drame de Beyrouth »

« J’ai toujours été le dernier en classe. J’étais très turbulent à l’âge de 11 ans et je ne faisais qu’à ma tête. Alors mon père m’a retiré de l’école pour que j’apprenne à ses côtés l’art du verre soufflé », se rappelle ainsi l’artisan. (Fournie)
« J’ai toujours été le dernier en classe. J’étais très turbulent à l’âge de 11 ans et je ne faisais qu’à ma tête. Alors mon père m’a retiré de l’école pour que j’apprenne à ses côtés l’art du verre soufflé », se rappelle ainsi l’artisan. (Fournie)
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

Le verre soufflé de Sarafand, « une manière d’exorciser le drame de Beyrouth »

  • C’est quand les gens ont pris conscience de l’importance du recyclage qu’il y a eu un regard nouveau sur cet artisanat millénaire
  • L’explosion du 4 août a donné un second souffle à l’atelier de la famille Khalifé

Il paraît que parfois le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que la double explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020 a fait plus de 215 morts, près de 6.500 blessés et au moins 73.000 appartements détruits, un nombre inouï de verre brisé a été ramassé pour être recyclé. 

Destination Sarafand ! Cette petite ville côtière entre Sidon et Tyr se situe à 60 km au sud de la capitale libanaise. Prospère cité artisanale du temps des Phéniciens, elle est aujourd’hui célèbre pour la fabrication du verre soufflé, dans l’atelier de la famille Khalifé.

PHOTO
Il faut une grosse commande pour se permettre de construire et d’allumer un four et l’entretenir, pendant un ou deux mois. (Fournie)

Perpendiculairement de la rue principale de Sarafand, une ruelle ombragée mène tout droit vers deux bâtiments. En face se trouve la manufacture qu’on reconnaît immédiatement grâce aux fours allumés. Un jeune ouvrier est concentré à faire tourner du verre moelleux. Le maître-artisan, lui, est assis tranquillement, beaucoup plus à l’aise avec ses outils, en train de transformer le verre en un petit bibelot artisanal. Sur la droite se trouve une salle d’exposition, où l’on trouve des centaines d’objets multicolores, sortis des fourneaux de la famille Khalifé. Dans la petite cour, s’entassent des piles de baies vitrées des appartements et des pare-brise de voitures endommagés par l’explosion de Beyrouth. 

« Nous sommes le premier et le seul atelier de verre soufflé à Sarafand depuis 1967 », confie fièrement Jaafar Khalifé, le dernier propriétaire des lieux.  Ils étaient plusieurs frères à travailler dans l’atelier fondé par son père. 

PHOTO
Dans la petite cour, s’entassent des piles de baies vitrées des appartements et des pare-brise de voitures endommagés par l’explosion de Beyrouth. (Fournie)

« J’ai toujours été le dernier en classe. J’étais très turbulent à l’âge de 11 ans et je ne faisais qu’à ma tête. Alors mon père m’a retiré de l’école pour que j’apprenne à ses côtés l’art du verre soufflé », se rappelle ainsi l’artisan. Son fils Mahmoud a suivi le même chemin malgré les différentes contraintes actuelles. 

Pour maîtriser la confection du verre, il faut au moins six ans, d’où l’intérêt de commencer tôt cette formation. La chaleur du four ne le dérange pas. Travailler douze heures d’affilé non plus. Ici il devient créateur incontesté. « Je ne m’ennuie jamais. Chaque pièce qui sort d’entre mes mains est unique. Elle est parfaite », s’enthousiasme Jaafar Khalifé. Le coté minutieux et appliqué dans son métier lui a appris la patience face aux méandres de la vie, avoue-t-il.

PHOTO
Alors que la famille Khalifé a perpétué de père en fils l'art du travail du verre, cette technique ancestrale a débuté du temps des Phéniciens, il y a plus de 2.000 ans sur ces mêmes côtes. (Fournie)

En effet, la production industrielle en masse du verre à un coût inférieur à celui des procédés artisanaux, combiné à la disparition des touristes et du déclin de l’intérêt pour le travail artisanal ont presque poussé la verrerie de la famille Khalifé à mettre la clé sous la porte. Avec le début de la révolte en octobre 2019, l’atelier a fermé ses portes pendant de longs mois. 

Depuis, la fratrie s’est dispersée. L’un d’eux a ouvert un magasin, un autre est allé travailler en Afrique… Jaafar, lui, a décidé de poursuivre l’héritage familial, tout en cumulant un second métier, celui de pêcheur, pour pouvoir joindre les deux bouts. 

Jusqu’à ce que l’explosion au port de Beyrouth vienne donner un nouveau souffle à son atelier. « Apres ce drame, on a commencé à recevoir des tonnes de verre brisé. On a ainsi repris le travail, en reconstruisant un nouveau four pour se relancer dans la production du verre soufflé », explique Jaafar. 

PHOTO
« Apres ce drame, on a commencé à recevoir des tonnes de verre brisé. On a ainsi repris le travail, en reconstruisant un nouveau four pour se relancer dans la production du verre soufflé », explique Jaafar. (Fournie)

Un des secrets du métier, est qu’un four à verre soufflé éteint, s’effrite à cause du changement de température. Il faut ainsi construire un nouveau. Il faut une grosse commande pour se permettre de construire et d’allumer un four et l’entretenir, pendant un ou deux mois.

« Nous recevons jusqu’à présent du verre brisé pour que nous le recyclons, affirme Nisrine, la fille de Jaafar. La jeune dame est responsable de la salle d’exposition. Elle raconte que l’atelier a toujours utilisé du verre brisé, celui des bouteilles, des voitures ou des fenêtres des maisons. « Ce n’est que depuis quelques années, quand les gens ont pris conscience de l’importance du recyclage qu’il y a eu un regard nouveau sur notre artisanat millénaire », poursuit Nisrine. Au début, c’était des individus qui faisaient l’effort de ramener le verre inutilisable. Par la suite, des ONGs s’en sont chargé. Actuellement, c’est les débris causés par l’explosion au port de Beyrouth qui sont leurs principales sources de ravitaillement. 

« Quand on me dit que ‘le malheur des uns fait le bonheur des autres’, je réponds que notre travail est une manière d’exorciser le drame de Beyrouth. Quand les gens savent que nous recyclons le verre brisé des explosions de Beyrouth, ils achètent plus », explique-t-elle. 

« Les modèles que nous faisons sont souvent le produit de notre imagination. Parfois des clients ou des designers nous montrent une pièce et nous commandent une série », explique-t-elle.  

PHOTO
Un des secrets du métier, est qu’un four à verre soufflé éteint, s’effrite à cause du changement de température. Il faut ainsi construire un nouveau. (Fournie)

Alors que la famille Khalifé a perpétué de père en fils l'art du travail du verre, cette technique ancestrale a débuté du temps des Phéniciens, il y a plus de 2.000 ans sur ces mêmes côtes. Ces derniers ont mis au point la technique de la canne de verrier, permettant ainsi la confection artisanale de toutes ces formes merveilleuses, comme les vases, les coupes ou les bouteilles. Connus pour être de grands marins et marchands, les Phéniciens, ont par la suite propagé ce procédé à travers la Méditerranée du temps de l’empire romain et ce jusqu’à la fameuse île de Murano, en Italie.

Le seul regret de Jaafar Khalifé c’est de ne pouvoir transmettre son savoir-faire aux nouvelles générations. « Une seule chose me rend triste, avoue-t-il, c’est le fait de ne pas enseigner tout ce que je sais aux autres. C’est mon vœu le plus fort », conclut-il.


Les Faucons verts quittent la Coupe du monde avec un goût d’inachevé

Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Short Url
  • Les joueurs et les supporters saoudiens ont montré pourquoi ils manqueront cruellement au tournoi
  • En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant

DOHA: L'Arabie saoudite quittera cette Coupe du monde en ayant développé une relation ambivalente avec le stade Lusail. C'est dans ce chef-d'œuvre architectural que leur Coupe du monde a pris vie de manière sensationnelle, avec une victoire éclatante sur l'Argentine lors du match d'ouverture, qui restera gravée dans les mémoires.

Après avoir perdu contre la Pologne lors du deuxième match, ils n'ont pas pu enchaîner avec une victoire contre le Mexique lors de la rencontre finale. C'est ainsi qu'au stade Lusail, mercredi, leur campagne a connu une fin quelque peu décevante.

Les supporters saoudiens ont cependant eu l’occasion de montrer pourquoi ils allaient tant nous manquer pendant le reste du tournoi. Malgré la défaite, ils ont fêté dans la bonne humeur l’un des meilleurs parcours en coupe du monde du football saoudien.

En marchant – ou plutôt en courant – vers le stade Lusail avant le match, dans une course effrénée après avoir vu l'Australie entrer dans l'histoire au stade Al-Janoub, laissant à penser qu'il y avait autant de fans à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Le boulevard Lusail était plus resplendissant que jamais, avec les drapeaux des nations en compétition flottant au-dessus des têtes, tandis que des dizaines de milliers de supporters se mêlaient à la foule et que le match commençait.

À mon arrivée peu après le coup d'envoi, les cris et les acclamations se faisaient entendre à une certaine distance du stade. Si les supporters saoudiens étaient nombreux et bruyants, les supporters mexicains n'avaient rien à leur envier.

Il y avait tellement de vert à l'intérieur du stade Lusail qu'il était difficile de savoir quelle équipe était la plus soutenue car, une fois de plus, l'atmosphère générée par les deux groupes de supporters était incroyable.

Malgré leur victoire sur l'Argentine et leur impressionnante prestation contre la Pologne, les Faucons verts ont été sous pression pendant la majeure partie de la première mi-temps face à une équipe mexicaine inlassable. Les Mexicains savaient qu'ils devaient marquer plusieurs buts pour avoir une chance de se qualifier pour les huitièmes, et ont joué avec cette intention.

En l'absence d'un grand nombre de titulaires, la victoire n'était pas évidente pour l'équipe d'Hervé Renard. Les Faucons verts ne se sont créé que peu d’occasions. Leurs tacles et les arrêts désespérés du gardien saoudien ont toutefois récolté des salves d’applaudissements.

A la pause, les Saoudiens étaient toujours en vie. Avec un score à 0-0, ils avaient une chance, et avec Salem al-Dawsari, il y a toujours des raisons d'être optimiste.

Le stade Lusail est devenu instantanément un stade emblématique de la Coupe du monde. De sa superbe façade dorée scintillante aux rangées abruptes de sièges dans les tribunes, qui permettent aux quelque 90 000 supporters d'être au cœur de l'action, le stade offrira un cadre incroyable pour la finale qui aura lieu dans un peu plus de deux semaines.

Mais ce soir, le Mexique a fait à l'Arabie saoudite ce que les Saoudiens ont fait à l'Argentine lors de la première journée, en marquant deux buts en quatre minutes dans les dix premières minutes de la deuxième mi-temps, ce qui a mis fin à la rencontre et fait taire les supporters saoudiens, d'habitude très vocaux.

Les cris saoudiens ont laissé place à ceux des supporters mexicains. Tambours battants, chants hurlants, drapeaux agités, les supporters mexicains ont animé le stade Lusail et la fête ne s'est pas arrêtée au coup de sifflet final.

La grande honte pour la suite du tournoi est que ces deux équipes ont été éliminées, car la Coupe du monde a perdu les deux groupes de supporters les plus passionnés, soit ceux du Royaume et ceux du Mexique.

Mais la fête s'est poursuivie sur le boulevard Lusail bien après la fin du match, ce qui nous a rappelé que la Coupe du monde n'est pas seulement une affaire de succès sur le terrain, mais aussi d'expérience, d'atmosphère et d'union du monde.

En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains et les fans du monde entier qui se mêlaient et partageaient l'expérience, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc-Canada: Les Lions de l'Atlas sont aux portes des huitièmes de finale

Séance d'entrainement des Lions de l'Atlas près de Doha (Photo, AFP).
Séance d'entrainement des Lions de l'Atlas près de Doha (Photo, AFP).
Short Url
  • Un match nul suffirait à qualifier les Lions de l’Atlas pour la deuxième fois de leur histoire aux huitièmes de la compétition
  • Le sélectionneur national s’est montré extrêmement rassurant sur l’état de santé du portier sévillan

CASABLANCA: Le Maroc rêve d’écrire une nouvelle page de son histoire au Mondial 2022 ce jeudi. Un match nul suffirait à qualifier les Lions de l’Atlas pour la première fois depuis 1986.

La sélection nationale appréhende, toutefois, sa dernière confrontation en première phase de la Coupe du monde face au Canada. Un jugement que modère immédiatement le sélectionneur national Walid Regragui qui s’est exprimé, ce mercredi, à Doha lors d’une conférence de presse d'avant-match en insistant sur la détermination intacte des joueurs depuis la dernière confrontation face à la Belgique.  

Il faudra mériter son ticket

Deuxièmes de leur groupe F du Mondial 2022, à égalité avec la Croatie en nombre de points, les hommes de Walid Regragui ont encore leur destin entre les mains. L’expression a été martelée par Walid Regragui à la veille du match en conférence de presse, comme pour motiver ses troupes à aller chercher la qualification au mérite face à une jeune équipe canadienne ne manquant pas de qualités offensives, mais plus fébrile défensivement.

Tempérant l’enthousiasme des commentateurs après la victoire du Maroc 2 but à 0 lors du deuxième match des phases de groupe face à la Belgique, l’entraineur des Lions de l’Atlas a souhaité remettre les compteurs à zéro en insistant sur la nécessité de s’imposer sans attendre les autres résultats de son groupe, ce qui qualifierait d’office la sélection marocaine pour la deuxième fois de son histoire. 

Le duel attendu n’est pas sans risque pour les coéquipiers d’Achraf Hakimi. Les Canadiens seront ce jeudi libérés de toute pression après leur élimination précoce, a souligné Regragui mettant, par là-même, en garde ses joueurs pour prévenir un éventuel relâchement de l’effort défensif.  

Bounou reste le gardien numéro 1 de la sélection marocaine

L’inquiétude est dissipée concernant Yassine Bounou. Le portier des Lions de l’Atlas a dû céder sa place à Munir El Kajoui quelques minutes avant le coup d’envoi du match face à la Belgique. En conférence de presse d’avant-match, Walid Regragui a tenu à dissiper les craintes. Le sélectionneur national s’est montré extrêmement rassurant sur l’état de santé du portier sévillan. 

Relancer le compteur pour le Canada 

John Herdman, sélectionneur de l’équipe du Canada ne s’attend pas à une rencontre de tout repos face à public acquis aux Lions de l’Atlas, quelques soit l’adversaire contre lequel elle joue. Le sélectionneur s’est également exprimé, ce mercredi, en conférence de presse estimant que la rencontre sera différente par nature des précédentes. La sélection canadienne, selon John Herdman, essayera de montrer un beau visage et d’éviter de terminer dernière du groupe à 0 points.

Au terme des deux journées de la compétition, la Croatie est première du groupe F avec 4 points, devançant très légèrement, au goal-average, le Maroc. La Belgique est troisième avec une victoire et t le Canada ferme la marche avec un compteur à plat.


Arabie saoudite: Ouverture du premier cinéma indépendant à Djeddah

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Short Url
  • Le cinéma Hayy comprend une salle de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives
  • Il vise à élargir l'expérience cinématographique en servant de point de rencontre

DJEDDAH: Le centre Art Jameel a annoncé que le premier cinéma indépendant saoudien ouvrira ses portes le 6 décembre, coïncidant avec le deuxième Festival international du film de la mer Rouge. Le cinéma Hayy, situé dans le quartier Hayy Jameel de Djeddah, a pour objectif d'élargir l'expérience cinématographique, en servant de point de rencontre où s’échangent les connaissances.

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend un théâtre principal de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives.

Les fondateurs du cinéma ont affirmé qu'il célèbrera les légendes de l'âge d'or du cinéma arabe. Les premières projections comprendront une rétrospective de cinq versions nouvellement restaurées de films révolutionnaires du maître égyptien Youssef Chahine, l'un des cinéastes de la région les plus reconnus internationalement.

Le cinéma présentera également une exposition soulignant la contribution du célèbre photographe Gamal Fahmy à la force révolutionnaire du cinéma dans la région.

«Il s'agit de la première maison de cinéma indépendante sur mesure en Arabie saoudite, conçue pour soutenir la scène cinématographique locale – non seulement les réalisateurs mais aussi le public qui les apprécie», a déclaré Antonia Carver, directrice du centre Art Jameel.

«Grâce à un programme annuel de films saoudiens, régionaux et internationaux, ainsi qu'à des conférences, des expositions et des festivals de cinéma organisés dans ses différents espaces communautaires, le cinéma devient un lieu de rencontre convivial, ouvrant un tout nouveau monde de narration et d'imagination.

«Nous croyons que l'accent mis par Hayy Cinema sur la présentation et la documentation de la grande largeur du cinéma mondial, et sur le fait de retracer l'histoire des cinémas et des films du Golfe, complète les blockbusters de la scène commerciale saoudienne en pleine croissance et les initiatives industrielles menées par le gouvernement.»

Les fondateurs ont indiqué qu'à travers des rétrospectives et des expositions d'archives soigneusement sélectionnées, le cinéma invite le public à découvrir des films importants et à en savoir plus sur l'influence historique que l'industrie cinématographique indépendante a eue sur les tendances sociales et politiques.

Son programme d'ouverture comprend cinq films de Chahine: «Alexandrie...pourquoi?» («Iskandariya... Leh», 1978); «Alexandrie encore et toujours» («Iskandariya Kaman we Kaman», 1989); «Adieu Bonaparte» («Al-Wadaa Ya Bonaparte», 1985); «Le sixième jour» («Al-Yom el-Sadis», 1986); et «Le retour de l’enfant prodigue» («Awdet El-Ibn El-Dal», 1976).

Zohra Ait el-Jamar, directrice générale de Hayy Cinema, a souligné que «l'ouverture du Hayy Cinema à Djeddah marque un moment de passion et de soutien croissants pour le cinéma local et mondial en Arabie Saoudite.

«La collaboration avec le RSIFF pour le programme d'ouverture du cinéma Hayy reflète l'éthique du centre Art Jameel : notre modèle a longtemps été dynamique et adaptable, travaillant avec de nombreuses institutions partenaires de manière à établir des collaborations de programmation ancrées dans le contexte spécifique des besoins et des aspirations de notre communauté créative.

«Je remercie l'équipe du RSIFF et me réjouis de continuer à travailler avec le festival et la communauté cinématographique saoudienne afin de susciter une appréciation toujours plus grande du cinéma à travers le Royaume.»

Le jour de l'ouverture du cinéma marque également le premier anniversaire de Hayy Jameel, un complexe dédié aux arts et à la créativité à Djeddah, qui est l'une des deux institutions d’Art Jameel.

Art Jameel s'efforce de soutenir les artistes et d'encourager les communautés créatives. Fondé et soutenu par les philanthropies de la famille Jameel, il décrit ses programmes, ses comités, ses recherches, ses initiatives d'apprentissage et ses bâtiments communautaires comme étant fondés sur une compréhension dynamique des arts comme étant fondamentaux à la vie et accessibles à tous.

Le programme d'ouverture du cinéma marque la deuxième collaboration entre Art Jameel et le RSIFF; en décembre de l'année dernière, Hayy Jameel a accueilli «Red Sea: Immersive», une sélection de ce qu'elle a décrit comme des projets de réalité virtuelle importants et marquants, organisée par Liz Rosenthal.

La deuxième édition du RSIFF débute aujourd'hui à Djeddah et se poursuit jusqu'au 10 décembre. Son programme comprend 131 longs et courts métrages en provenance de 61 pays, en 41 langues, dont 7 longs métrages et 24 courts métrages d'Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com