Rentrée littéraire: 900 pages pour redonner vie à une morte spectaculaire

L'écrivain français Grégoire Bouillier pose lors d'une séance photo le 24 septembre 2022 à Manosque, dans le sud de la France, lors du 24e festival littéraire "Les Correspondances" . (Photo de Joel Saget / AFP)
L'écrivain français Grégoire Bouillier pose lors d'une séance photo le 24 septembre 2022 à Manosque, dans le sud de la France, lors du 24e festival littéraire "Les Correspondances" . (Photo de Joel Saget / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 septembre 2022

Rentrée littéraire: 900 pages pour redonner vie à une morte spectaculaire

  • Le livre de Grégoire Bouillier s'appelle «Le cœur ne cède pas», une phrase issue du journal que tint Marcelle Pichon, Parisienne de 63 ans, lors de son agonie
  • L'enquête de Grégoire Bouillier révèle une foule de faits occultés, de scoops à retardement, de déformations

PARIS : À la une des journaux en 1985, Marcelle Pichon est morte de manière spectaculaire, en refusant de manger. Dans la littérature, elle retrouve une vie, un parcours, une personnalité, grâce à un roman de 900 pages, en lice pour le prix Goncourt.

Le livre de Grégoire Bouillier s'appelle «Le cœur ne cède pas», une phrase issue du journal que tint cette Parisienne de 63 ans lors de son agonie.

Pendant des décennies, l'écrivain a été hanté par ce «drame de la solitude» qu'il avait entendue raconter une nuit sur France Culture. Il avait défrayé la chronique pendant un week-end, après la découverte du corps momifié d'une femme morte neuf mois plus tôt, en novembre 1984.

L'enquête de Grégoire Bouillier révèle une foule de faits occultés, de scoops à retardement, de déformations. Par exemple que, contrairement à ce qu'avait écrit à l'époque un journaliste à l'imagination trop libre, les voisins n'avaient pas été alertés par l'odeur.

Or pas du tout: selon des habitants de l'immeuble où s'est déroulé ce drame, au pied de la butte Montmartre, les asticots qui ont dévoré le cadavre ont ensuite attaqué le plancher, jusqu'à tomber dans l'appartement du dessous.

- «Un opéra» -

«L'image est assez forte pour qu'il n'y ait pas besoin d'en rajouter», dit l'écrivain, interrogé par l'AFP au festival littéraire Correspondances de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).

«Quand j'ai terminé j'aurais aimé, et je pensais que ça ferait 500, 550 pages. Et quand ils l'ont mis dans la maquette ça en faisait 900», se souvient-il. «Mon but n'était pas de faire un gros livre: je sais que c'est compliqué, que ça pèse lourd». L'éditeur, Flammarion, n'a pas demandé de coupe.

Le Monde parle de «quelques longueurs, inévitables quand on tient à rendre compte de toutes les facettes de la réalité», mais d'un «livre aussi intellectuellement stimulant que profondément sensible».

Au jury du prix Goncourt, le roman a deux adeptes déclarés (sur 12 jurés). Pierre Assouline a écrit son admiration. Le président Didier Decoin a confié sur France Inter qu'il s'agissait de son «chouchou absolu», à savoir «un fait divers qui est vraiment sordide, odieux, moche, laid, et il finit par faire un opéra».

Ce ne fut pas sans peine. «Il y avait un truc qui était compliqué, c'est que je n'avais rien sur Marcelle Pichon. Rien, pas de matière», raconte l'auteur.

Il ne sait même plus, quand il se lance, le nom de cette femme, ni de quand précisément date sa mort. Mais il suffira pour retrouver son identité, dans les archives de l'audiovisuel (INA), des mots «mannequin», son ancien métier, et «faim», la cause de sa mort.

- Thème astral –

Comment un «livre sur rien», comme en rêvait Gustave Flaubert, finit-il par prendre ces proportions gargantuesques? Grégoire Bouillier va passer plus de trois ans à tirer tous les fils possibles.

La généalogie de cette femme, les traces qu'ont laissées sa vie et celle de ses proches, le contexte historique dans lequel elle a vécu, ce qu'en pensent les survivants de cette histoire, même le thème astral (étonnamment révélateur) établi par Élizabeth Teissier: tout y passe, voire plus.

Les Pichon viennent de l'Indre? Occasion de revisiter l'histoire de la misère dans le Berry. Marcelle Pichon fut mannequin chez Jacques Fath? Grégoire Bouillier découvre que ce grand couturier est décrit dans les archives de la CIA comme proche de l'occupant nazi.

L'histoire est sombre, la biographie de Marcelle Pichon traversée par la douleur, et les souvenirs de ceux qui l'ont connu à la fin de sa vie plutôt amers.

Pourtant le livre est joyeux, sautant de découverte qui récompense l'obstination en trouvaille miraculeuse. Grégoire Bouillier, qui à 62 ans n'avait jamais attiré les foules, voit que «les gens ont l'air incroyablement enthousiastes» face à cette chasse au trésor.


Les Faucons verts quittent la Coupe du monde avec un goût d’inachevé

Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Short Url
  • Les joueurs et les supporters saoudiens ont montré pourquoi ils manqueront cruellement au tournoi
  • En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant

DOHA: L'Arabie saoudite quittera cette Coupe du monde en ayant développé une relation ambivalente avec le stade Lusail. C'est dans ce chef-d'œuvre architectural que leur Coupe du monde a pris vie de manière sensationnelle, avec une victoire éclatante sur l'Argentine lors du match d'ouverture, qui restera gravée dans les mémoires.

Après avoir perdu contre la Pologne lors du deuxième match, ils n'ont pas pu enchaîner avec une victoire contre le Mexique lors de la rencontre finale. C'est ainsi qu'au stade Lusail, mercredi, leur campagne a connu une fin quelque peu décevante.

Les supporters saoudiens ont cependant eu l’occasion de montrer pourquoi ils allaient tant nous manquer pendant le reste du tournoi. Malgré la défaite, ils ont fêté dans la bonne humeur l’un des meilleurs parcours en coupe du monde du football saoudien.

En marchant – ou plutôt en courant – vers le stade Lusail avant le match, dans une course effrénée après avoir vu l'Australie entrer dans l'histoire au stade Al-Janoub, laissant à penser qu'il y avait autant de fans à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Le boulevard Lusail était plus resplendissant que jamais, avec les drapeaux des nations en compétition flottant au-dessus des têtes, tandis que des dizaines de milliers de supporters se mêlaient à la foule et que le match commençait.

À mon arrivée peu après le coup d'envoi, les cris et les acclamations se faisaient entendre à une certaine distance du stade. Si les supporters saoudiens étaient nombreux et bruyants, les supporters mexicains n'avaient rien à leur envier.

Il y avait tellement de vert à l'intérieur du stade Lusail qu'il était difficile de savoir quelle équipe était la plus soutenue car, une fois de plus, l'atmosphère générée par les deux groupes de supporters était incroyable.

Malgré leur victoire sur l'Argentine et leur impressionnante prestation contre la Pologne, les Faucons verts ont été sous pression pendant la majeure partie de la première mi-temps face à une équipe mexicaine inlassable. Les Mexicains savaient qu'ils devaient marquer plusieurs buts pour avoir une chance de se qualifier pour les huitièmes, et ont joué avec cette intention.

En l'absence d'un grand nombre de titulaires, la victoire n'était pas évidente pour l'équipe d'Hervé Renard. Les Faucons verts ne se sont créé que peu d’occasions. Leurs tacles et les arrêts désespérés du gardien saoudien ont toutefois récolté des salves d’applaudissements.

A la pause, les Saoudiens étaient toujours en vie. Avec un score à 0-0, ils avaient une chance, et avec Salem al-Dawsari, il y a toujours des raisons d'être optimiste.

Le stade Lusail est devenu instantanément un stade emblématique de la Coupe du monde. De sa superbe façade dorée scintillante aux rangées abruptes de sièges dans les tribunes, qui permettent aux quelque 90 000 supporters d'être au cœur de l'action, le stade offrira un cadre incroyable pour la finale qui aura lieu dans un peu plus de deux semaines.

Mais ce soir, le Mexique a fait à l'Arabie saoudite ce que les Saoudiens ont fait à l'Argentine lors de la première journée, en marquant deux buts en quatre minutes dans les dix premières minutes de la deuxième mi-temps, ce qui a mis fin à la rencontre et fait taire les supporters saoudiens, d'habitude très vocaux.

Les cris saoudiens ont laissé place à ceux des supporters mexicains. Tambours battants, chants hurlants, drapeaux agités, les supporters mexicains ont animé le stade Lusail et la fête ne s'est pas arrêtée au coup de sifflet final.

La grande honte pour la suite du tournoi est que ces deux équipes ont été éliminées, car la Coupe du monde a perdu les deux groupes de supporters les plus passionnés, soit ceux du Royaume et ceux du Mexique.

Mais la fête s'est poursuivie sur le boulevard Lusail bien après la fin du match, ce qui nous a rappelé que la Coupe du monde n'est pas seulement une affaire de succès sur le terrain, mais aussi d'expérience, d'atmosphère et d'union du monde.

En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains et les fans du monde entier qui se mêlaient et partageaient l'expérience, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc-Canada: Les Lions de l'Atlas sont aux portes des huitièmes de finale

Séance d'entrainement des Lions de l'Atlas près de Doha (Photo, AFP).
Séance d'entrainement des Lions de l'Atlas près de Doha (Photo, AFP).
Short Url
  • Un match nul suffirait à qualifier les Lions de l’Atlas pour la deuxième fois de leur histoire aux huitièmes de la compétition
  • Le sélectionneur national s’est montré extrêmement rassurant sur l’état de santé du portier sévillan

CASABLANCA: Le Maroc rêve d’écrire une nouvelle page de son histoire au Mondial 2022 ce jeudi. Un match nul suffirait à qualifier les Lions de l’Atlas pour la première fois depuis 1986.

La sélection nationale appréhende, toutefois, sa dernière confrontation en première phase de la Coupe du monde face au Canada. Un jugement que modère immédiatement le sélectionneur national Walid Regragui qui s’est exprimé, ce mercredi, à Doha lors d’une conférence de presse d'avant-match en insistant sur la détermination intacte des joueurs depuis la dernière confrontation face à la Belgique.  

Il faudra mériter son ticket

Deuxièmes de leur groupe F du Mondial 2022, à égalité avec la Croatie en nombre de points, les hommes de Walid Regragui ont encore leur destin entre les mains. L’expression a été martelée par Walid Regragui à la veille du match en conférence de presse, comme pour motiver ses troupes à aller chercher la qualification au mérite face à une jeune équipe canadienne ne manquant pas de qualités offensives, mais plus fébrile défensivement.

Tempérant l’enthousiasme des commentateurs après la victoire du Maroc 2 but à 0 lors du deuxième match des phases de groupe face à la Belgique, l’entraineur des Lions de l’Atlas a souhaité remettre les compteurs à zéro en insistant sur la nécessité de s’imposer sans attendre les autres résultats de son groupe, ce qui qualifierait d’office la sélection marocaine pour la deuxième fois de son histoire. 

Le duel attendu n’est pas sans risque pour les coéquipiers d’Achraf Hakimi. Les Canadiens seront ce jeudi libérés de toute pression après leur élimination précoce, a souligné Regragui mettant, par là-même, en garde ses joueurs pour prévenir un éventuel relâchement de l’effort défensif.  

Bounou reste le gardien numéro 1 de la sélection marocaine

L’inquiétude est dissipée concernant Yassine Bounou. Le portier des Lions de l’Atlas a dû céder sa place à Munir El Kajoui quelques minutes avant le coup d’envoi du match face à la Belgique. En conférence de presse d’avant-match, Walid Regragui a tenu à dissiper les craintes. Le sélectionneur national s’est montré extrêmement rassurant sur l’état de santé du portier sévillan. 

Relancer le compteur pour le Canada 

John Herdman, sélectionneur de l’équipe du Canada ne s’attend pas à une rencontre de tout repos face à public acquis aux Lions de l’Atlas, quelques soit l’adversaire contre lequel elle joue. Le sélectionneur s’est également exprimé, ce mercredi, en conférence de presse estimant que la rencontre sera différente par nature des précédentes. La sélection canadienne, selon John Herdman, essayera de montrer un beau visage et d’éviter de terminer dernière du groupe à 0 points.

Au terme des deux journées de la compétition, la Croatie est première du groupe F avec 4 points, devançant très légèrement, au goal-average, le Maroc. La Belgique est troisième avec une victoire et t le Canada ferme la marche avec un compteur à plat.


Arabie saoudite: Ouverture du premier cinéma indépendant à Djeddah

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend une salle de 168 places (Photo fournie).
Short Url
  • Le cinéma Hayy comprend une salle de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives
  • Il vise à élargir l'expérience cinématographique en servant de point de rencontre

DJEDDAH: Le centre Art Jameel a annoncé que le premier cinéma indépendant saoudien ouvrira ses portes le 6 décembre, coïncidant avec le deuxième Festival international du film de la mer Rouge. Le cinéma Hayy, situé dans le quartier Hayy Jameel de Djeddah, a pour objectif d'élargir l'expérience cinématographique, en servant de point de rencontre où s’échangent les connaissances.

Développé en collaboration avec le Festival international du film de la mer Rouge (RSIFF), le cinéma comprend un théâtre principal de 168 places, une salle de projection communautaire de 30 places, une bibliothèque multimédia et un espace d'expositions éducatives.

Les fondateurs du cinéma ont affirmé qu'il célèbrera les légendes de l'âge d'or du cinéma arabe. Les premières projections comprendront une rétrospective de cinq versions nouvellement restaurées de films révolutionnaires du maître égyptien Youssef Chahine, l'un des cinéastes de la région les plus reconnus internationalement.

Le cinéma présentera également une exposition soulignant la contribution du célèbre photographe Gamal Fahmy à la force révolutionnaire du cinéma dans la région.

«Il s'agit de la première maison de cinéma indépendante sur mesure en Arabie saoudite, conçue pour soutenir la scène cinématographique locale – non seulement les réalisateurs mais aussi le public qui les apprécie», a déclaré Antonia Carver, directrice du centre Art Jameel.

«Grâce à un programme annuel de films saoudiens, régionaux et internationaux, ainsi qu'à des conférences, des expositions et des festivals de cinéma organisés dans ses différents espaces communautaires, le cinéma devient un lieu de rencontre convivial, ouvrant un tout nouveau monde de narration et d'imagination.

«Nous croyons que l'accent mis par Hayy Cinema sur la présentation et la documentation de la grande largeur du cinéma mondial, et sur le fait de retracer l'histoire des cinémas et des films du Golfe, complète les blockbusters de la scène commerciale saoudienne en pleine croissance et les initiatives industrielles menées par le gouvernement.»

Les fondateurs ont indiqué qu'à travers des rétrospectives et des expositions d'archives soigneusement sélectionnées, le cinéma invite le public à découvrir des films importants et à en savoir plus sur l'influence historique que l'industrie cinématographique indépendante a eue sur les tendances sociales et politiques.

Son programme d'ouverture comprend cinq films de Chahine: «Alexandrie...pourquoi?» («Iskandariya... Leh», 1978); «Alexandrie encore et toujours» («Iskandariya Kaman we Kaman», 1989); «Adieu Bonaparte» («Al-Wadaa Ya Bonaparte», 1985); «Le sixième jour» («Al-Yom el-Sadis», 1986); et «Le retour de l’enfant prodigue» («Awdet El-Ibn El-Dal», 1976).

Zohra Ait el-Jamar, directrice générale de Hayy Cinema, a souligné que «l'ouverture du Hayy Cinema à Djeddah marque un moment de passion et de soutien croissants pour le cinéma local et mondial en Arabie Saoudite.

«La collaboration avec le RSIFF pour le programme d'ouverture du cinéma Hayy reflète l'éthique du centre Art Jameel : notre modèle a longtemps été dynamique et adaptable, travaillant avec de nombreuses institutions partenaires de manière à établir des collaborations de programmation ancrées dans le contexte spécifique des besoins et des aspirations de notre communauté créative.

«Je remercie l'équipe du RSIFF et me réjouis de continuer à travailler avec le festival et la communauté cinématographique saoudienne afin de susciter une appréciation toujours plus grande du cinéma à travers le Royaume.»

Le jour de l'ouverture du cinéma marque également le premier anniversaire de Hayy Jameel, un complexe dédié aux arts et à la créativité à Djeddah, qui est l'une des deux institutions d’Art Jameel.

Art Jameel s'efforce de soutenir les artistes et d'encourager les communautés créatives. Fondé et soutenu par les philanthropies de la famille Jameel, il décrit ses programmes, ses comités, ses recherches, ses initiatives d'apprentissage et ses bâtiments communautaires comme étant fondés sur une compréhension dynamique des arts comme étant fondamentaux à la vie et accessibles à tous.

Le programme d'ouverture du cinéma marque la deuxième collaboration entre Art Jameel et le RSIFF; en décembre de l'année dernière, Hayy Jameel a accueilli «Red Sea: Immersive», une sélection de ce qu'elle a décrit comme des projets de réalité virtuelle importants et marquants, organisée par Liz Rosenthal.

La deuxième édition du RSIFF débute aujourd'hui à Djeddah et se poursuit jusqu'au 10 décembre. Son programme comprend 131 longs et courts métrages en provenance de 61 pays, en 41 langues, dont 7 longs métrages et 24 courts métrages d'Arabie saoudite.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com