Bangladesh: au moins 68 morts après le naufrage d'un bateau dans une rivière

Des gens se rassemblent le long des rives de la rivière Karatoya au lendemain du naufrage dans une rivière du Nord du Bangladesh d'un bateau transportant des pèlerins hindous. (Photo, AFP)
Des gens se rassemblent le long des rives de la rivière Karatoya au lendemain du naufrage dans une rivière du Nord du Bangladesh d'un bateau transportant des pèlerins hindous. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

Bangladesh: au moins 68 morts après le naufrage d'un bateau dans une rivière

Des gens se rassemblent le long des rives de la rivière Karatoya au lendemain du naufrage dans une rivière du Nord du Bangladesh d'un bateau transportant des pèlerins hindous. (Photo, AFP)
  • Parmi les personnes décédées figurent vingt-deux enfants, selon la police
  • Selon le chef de la police de Boda Sujay Kumar Roy, les secouristes ont découvert plus d'une dizaine de corps dans la rivière Karotoa, en aval de la ville de Boda où le bateau a basculé et coulé

BODA: Au moins 68 personnes sont mortes et plusieurs toujours portées disparues mardi selon un nouveau bilan de la police, après le naufrage dimanche dans une rivière du nord du Bangladesh d'un bateau transportant des pèlerins hindous.

Parmi les personnes décédées figurent vingt-deux enfants, selon la police.

Selon le chef de la police de Boda Sujay Kumar Roy, les secouristes ont découvert plus d'une dizaine de corps dans la rivière Karotoa, en aval de la ville de Boda où le bateau a basculé et coulé.

"Quelques autres personnes sont toujours portées disparues", a-t-il déclaré à l'AFP.

Des pompiers, des plongeurs de la marine et des villageois participaient aux recherches, selon lui.

Abdur Razzaque, un inspecteur de police, a déclaré qu'au moins 30 des morts étaient des femmes.

"Parmi les morts, 67 étaient hindous et un était musulman .... Les recherches ont été supendues aujourd'hui (mardi) et reprendront demain", a-t-il ajouté. "Un comité a été formé pour enquêter sur l'accident", a-t-il dit.

Certains des enfants n'étaient âgés que de quatre ans, d'après des vidéos.

L'embarcation transportait environ 90 personnes, dont une cinquantaine de pèlerins hindous, soit trois fois sa capacité.

Des dizaines de proches anxieux se pressaient encore sur la rive mardi pour tenter d'avoir des nouvelles des disparus.

"Trois femmes de ma famille étaient portées disparues depuis que le bateau a chaviré", a témoigné Bikash Chandra, désemparé, tard dans la journée de mardi.

"Nous en avons retrouvé une le matin vers 10 heures, qui avait été secourue plus tôt. Mais je n'ai pas encore pu retrouver les deux autres".

Des milliers d'hindous se rendent chaque année dans le temple de Bodeshwari.

Dimanche marquait le début de la Durga Puja, la principale fête hindoue au Bangladesh - comme dans l'Est de l'Inde - qui attire de grandes foules dans les temples.

Cet accident allonge une longue liste de catastrophes comparables dans ce pays de 170 millions d'habitants, pauvre et traversé par de nombreux fleuves et rivières.

Les tragédies liées aux naufrages de bateaux sont principalement imputées au manque d'entretien, aux standards de sécurité laxistes et à la surpopulation à bord.

En juin 2021 un ferry a coulé à Dacca après une collision avec un autre navire, tuant au moins 32 personnes.

Au moins 78 personnes sont mortes en février 2015 lorsqu'un bateau surpeuplé est entré en collision avec un cargo dans une rivière à l'ouest de la capitale.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.


Blinken met en garde Netanyahou contre la création de nouvelles colonies en Cisjordanie

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Short Url
  • Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes
  • Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international

WASHINGTON: Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a prévenu dimanche que les Etats-Unis s'opposeraient à l'établissement de nouvelles colonies par le prochain gouvernement israélien en Cisjordanie occupée, au moment où Benjamin Netanyahou s'apprête à retrouver le pouvoir grâce à une coalition avec l'extrême droite.

"Nous continuerons également à nous opposer sans équivoque à toute action qui mette la solution à deux États en danger, notamment l'extension des colonies, des mesures en vue de l'annexion de la Cisjordanie, le fait de perturber le statu quo historique des lieux saints, les démolitions et les expulsions, et l'incitation à la violence", a indiqué le secrétaire d'État lors d'une intervention auprès du groupe progressiste américain pro-Israël J Street.

Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes du 1er novembre, avec 64 sièges sur 120, permettant à Benjamin Netanyahou d'entamer des négociations pour former un gouvernement.

Lors de son intervention dimanche, Antony Blinken a félicité M. Netanyahou, dont les relations avec les Etats-Unis ont parfois été orageuses.

"Nous jugerons le gouvernement (israélien) à l'aune de ses politiques et non à celle de ses personnalités individuelles", a toutefois noté le secrétaire d'État, ajoutant que l'administration Biden travaillerait "sans relâche" pour préserver un "horizon d'espoir" en vue de la création d'un État palestinien.

«Développer la colonisation»

Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international, soit environ quatre fois plus qu'à la signature, dans les années 1990, des accords d'Oslo qui n'ont pas débouché à une paix durable entre Israéliens et Palestiniens.

Engagé dans les négociations gouvernementales, Benjamin Netanyahou a signé jeudi un accord de coalition avec une des trois formations d'extrême droite, qui a ainsi obtenu un posté clé dans l'essor de la colonisation en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

En vertu de cet accord, le parti "Sionisme religieux" obtient notamment le portefeuille -- en rotation -- des Finances, celui de l'Immigration, ainsi que des "fonctions" dans la branche du ministère de la Défense chargée des colonies israéliennes en Cisjordanie.

Le chef de cette formation, Bezalel Smotrich, a dit son intention de "développer la colonisation", dans un communiqué conjoint avec M. Netanyahou.

En vertu des lois israéliennes, il a jusqu'au 11 décembre pour former un gouvernement, mais peut aussi demander une extension de 14 jours.


Mondial: l'Angleterre écarte le Sénégal et se tourne vers la France

D'abord chahuté par le champion d'Afrique, le vice-champion d'Europe a laissé passer l'orage puis sanctionné la naïveté défensive des Sénégalais par Henderson (38e) et Kane donc (45+3) avant le repos, puis par Saka (57e) après. (Photo, AFP)
D'abord chahuté par le champion d'Afrique, le vice-champion d'Europe a laissé passer l'orage puis sanctionné la naïveté défensive des Sénégalais par Henderson (38e) et Kane donc (45+3) avant le repos, puis par Saka (57e) après. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Angleterre a lourdement (3-0) coupé le Sénégal dans son élan dimanche
  • Il s'agissait de la première opposition de l'histoire entre les deux nations de football

AL KHOR: L'Angleterre a sèchement écarté le Sénégal (3-0) avec un premier but de Harry Kane dimanche en huitième de finale du Mondial, un succès qui lui ouvre les portes des quarts de finale contre le tenant du titre Français samedi dans ce même stade Al-Bayt.

Il s'agissait de la première opposition de l'histoire entre les deux nations de football.

Les premières vingt minutes ont été calmes et équilibrées, sans véritable occasion de but si l'on excepte une percée de Boulaye Dia (4e) ou une tête du défenseur central John Stones au-dessus sur un corner de Phil Foden (21e).

Mais à la 23e minute, les Lions sénégalais ont causé une première frayeur aux Anglais lorsque, sur un centre de Krépin Diatta repris par Boulaye Dia et contré par Stones (avec l'aide involontaire de son bras), Ismaila Sarr a hérité du ballon tout près de la ligne de but, mais a tiré au-dessus.

Une nouvelle occasion encore plus nette neuf minutes plus tard pour les joueurs d'Aliou Cissé, une frappe du gauche de Dia, légèrement excentré côté gauche de la surface de réparation, a contraint Pickford à effectuer un arrêt réflexe (32e).

Piqués au vif, les Anglais -privés de Raheem Sterling, forfait en raison de problèmes familiaux- sont alors sortis de leur torpeur et la rencontre a totalement changé de physionomie.

Et sur un contre rondement mené, Jude Bellingham, idéalement lancé par Harry Kane, a centré en retrait pour Jordan Henderson dont la reprise imparable au point de penalty a trompé Edouard Mendy, le gardien de Chelsea (38e).

Kane ouvre son compteur

Deux minutes plus tard nouvelle opportunité pour l'Angleterre: un centre de Bukayo Saka a trouvé Kane dont la reprise en déséquilibre du pied droit est passée au-dessus (41e).

Ce n'était que partie remise pour le capitaine des Trois Lions qui a assommé ceux de la Téranga dans le temps additionnel de la première période, d'une belle frappe à la conclusion d'un contre-attaque initiée par Bellingham et relayée par Foden (45+3).

Le canonnier de Tottenham a ainsi ouvert son compteur buts dans cette Coupe du monde, lui qui avait terminé meilleur buteur de la précédente, avec six réalisations.

La domination anglaise a ensuite tourné à la démonstration à la 57e minute: un centre de Foden côté gauche a trouvé Saka qui a devancé Ismail Jakobs et marqué d'une reprise piquée du pied gauche. De quoi mettre une sourdine aux chants et percussions des nombreux Sénégalais en tribunes.

L'Angleterre, vice-championne d'Europe chez elle en 2021 et demi-finaliste du Mondial-2018 en Russie, poursuit donc son chemin vers peut-être un second sacre mondial après celui de 1966 à domicile.

De son côté le Sénégal, champion d'Afrique, n'a pas pu réitérer son exploit de 2002, lorsqu'il avait atteint les quarts de finale du Mondial en Corée du Sud et au Japon.