Saveurs du pays: Le café devient la tasse de thé des Saoudiens

Le café saoudien et les dattes sont incontournables lors des réunions de famille dans le Royaume. (Photo fournie)
Le café saoudien et les dattes sont incontournables lors des réunions de famille dans le Royaume. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 29 septembre 2022

Saveurs du pays: Le café devient la tasse de thé des Saoudiens

Le café saoudien et les dattes sont incontournables lors des réunions de famille dans le Royaume. (Photo fournie)
  • Le café saoudien n'est pas qu'une boisson, c’est une partie intégrante des traditions et des valeurs familiales, selon Noura ben Mohammed
  • Au fil du temps, le café saoudien s’est invité en société, devenant un symbole de l'hospitalité et de la générosité saoudiennes

RIYAD: Cardamome, clous de girofle et safran torréfiés, mélangés à du café légèrement torréfié, servis dans un dallah (cafetière traditionnelle) et versés dans des finjals (petites tasses rondes). C'est ainsi que se présente le plateau de café de nombreuses familles, qui rassemble les générations à travers le Royaume.

De l'arôme enivrant des épices à la vaisselle traditionnelle, le café saoudien est bien plus qu'une boisson: c'est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume.

«Le café saoudien n'est pas qu'une boisson; il fait partie de nos traditions et de nos valeurs familiales», a expliqué Noura ben Mohammed à Arab News.

«Une réunion familiale n'est pas une vraie réunion sans deux éléments: le café saoudien et les dattes», a-t-elle ajouté.

1
Le café saoudien est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume. (Photo fournie)

Pour Ben Mohammed, 22 ans, qui fait ses études aux États-Unis, être loin de chez elle rend le café encore plus spécial.

«Lorsque je prépare du café saoudien, toute la pièce sent comme à la maison, comme dans la cuisine de ma mère. Ce n’est pas la même chose avec le thé ou l'expresso », a-t-elle indiqué.

«C'est une partie de nos souvenirs de famille.»

Tous les vendredis, sa famille se réunissait pour partager café, douceurs et rires – un rituel qui lui manque alors qu’elle est loin de chez elle.

Ben Mohammed n'est cependant pas seule puisque plusieurs autres étudiants saoudiens de son université aspirent au même confort familier.

Elle a donc organisé une rencontre hebdomadaire avec ses camarades saoudiennes, pour partager une tasse – ou un dallah – de café saoudien et des douceurs.

«J'invite quelques filles chez moi et nous faisons du café. Chacune apporte une friandise, et nous rions et parlons de la semaine que nous avons passée», a -t-elle précisé.

«C'est un sentiment agréable alors que je suis à Houston et que ma famille est à Riyad. Tous les vendredis, nous buvons, chacun de son côté, du café saoudien, nous discutons et nous rions», a-t-elle poursuivi.

Serait-ce différent si le groupe se réunissait autour d'un thé ou d'un café américain? Le rassemblement ne serait tout simplement pas complet sans café saoudien, a souligné Ben Mohammed.

«Si les jeunes filles s'étaient assises evnt une tasse de café américain, elles m'auraient demandé en plaisantant si je n'avais pas manqué de safran ou de cardamome pour le café», a-t-elle avoué.

1
Le café saoudien est de coutume lors des mariages et des fêtes de famille dans le Royaume. (Photo fournie)

Une petite tasse de café contient des décennies d’histoire. Elle est empreinte d'amour, d'hospitalité et de générosité, elle unit et réconforte les familles et les amis dans les moments de fête et de chagrin.

Renad Khashoggi, qui vit à Djeddah avec sa famille, prend du café saoudien chaque fois qu'elle se rend chez une amie «parce que c'est une manière traditionnelle de recevoir en Arabie saoudite».

Bien que cette boisson soit habituellement servie lors des mariages et des réunions familiales, elle est également offerte lors des funérailles, a précisé Khashoggi.

Contrairement au thé ou au café ordinaire, le café saoudien est lié à des rituels familiaux qui représentent l'identité culturelle du Royaume. Dans la culture saoudienne, il est courant pour les familles et les amis de se rendre fréquemment chez les uns et les autres pour discuter.

Au fil du temps, ces rassemblements se sont caractérisés par la présence du café saoudien, lui-même devenu le symbole de l'hospitalité et de la générosité propres à la culture saoudienne.

Cependant, si la présence du café saoudien est omniprésente dans le Royaume, son goût ne l'est pas.

«Ce qui rend l’expérience unique, c'est que nous avons plusieurs types de café saoudien provenant de différentes régions», a déclaré Momena Alamoudi, habitante de Djeddah.

1
Le café saoudien est une célébration de la culture et du patrimoine du Royaume. (Photo fournie)

Les variations des grains et des méthodes de préparation ont permis à Alamoudi et à ses amis d'explorer différentes techniques et saveurs.

«En fait, je ne suis pas accro au café et n’en suis pas dépendante», a affirmé Alamoudi, qui ne consomme du café saoudien que lors des rencontres du week-end avec ses amis et sa famille.

Cela montre que l'objectif du café n'est pas simplement de fournir une «dose de caféine», mais plutôt de permettre au buveur d’en savourer le goût, gorgée par gorgée, tout en passant du temps avec ses proches.

Comme l’affirme Alamoudi: «Le café saoudien doit être présent dans toutes les occasions et les fêtes.»

Ce sentiment est également partagé par Noor Alnahdi, une habitante de Djeddah, qui associe les iftars du ramadan à l'arôme et au parfum capiteux du café saoudien.

«Nous devons prendre du café saoudien avec des dattes pour rompre notre jeûne», a-t-elle soutenu.

Contrairement à tout autre type de café ou de boisson, le café saoudien s'accompagne d'un sens du patrimoine et de la tradition.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Festival du cheval arabe de Riyad démarre avec des éleveurs de premier plan

Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Short Url
  • Des centaines de purs-sangs seront présentés au public pendant cinq jours
  • Des cavaliers et des chevaux de premier plan participent au concours

RIYAD: Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, présentant 347 races de chevaux.

Le festival de cinq jours offre des prix d’une valeur d’un million de riyals saoudiens (1 riyal = 0,26 euro). Les concours organisés au cours de l’événement comprennent la première Coupe des éleveurs saoudiens et la Coupe des champions de production saoudiens. Elles ont toutes deux été organisées par l’Arabian Horse Organization et supervisées par le Centre du roi Abdelaziz pour les purs-sang arabes.

Le site du festival reflète l’architecture traditionnelle du Najd et rassemble cavaliers, artistes et passionnés pour des concours, des danses folkloriques, des ateliers, des conférences, de l’artisanat, de la nourriture locale et internationale, des parfums et des sandales.

Azaam al-Qasim, un cavalier et dresseur de chevaux participant au festival, a déclaré à Arab News que le concours de beauté mettrait en valeur la pureté de la race des animaux apportés par les participants locaux et internationaux.

Il a ajouté que les cavaliers arabes et leurs chevaux se distinguaient par leurs capacités et leur détermination, ce qui a permis d’attirer de nombreuses personnes vers ce sport dans le Royaume.

Rana Mohammed, une artiste dont les peintures de chevaux sont exposées au festival, a confié à Arab News: «Les chevaux sont ma passion, et plus je les peins, plus je découvre de détails sur eux, et je passe plus de temps à maîtriser ces détails.»

Faisal al-Shamsan, un visiteur, considère que les concours hippiques dans un cadre traditionnel de village avec de la nourriture et de la musique sont «tous géniaux». Il a également apprécié de regarder les danses traditionnelles avec sa famille.

Le festival fait partie du programme de Riyadh Season, organisé par l’Autorité générale pour le divertissement. Il ouvre ses portes de 15h à minuit et se poursuit jusqu’au 3 décembre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Salon du livre et de la presse jeunesse remet ses «Pépites»

Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace. (Photo : site officiel de l'événement)
Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace. (Photo : site officiel de l'événement)
Short Url
  • Le thème du Salon cette année est «Désirs de monde!»
  • C'est la 38e édition de ce salon qui attire traditionnellement une grande foule de scolaires les trois premiers jours en semaine, puis des familles le week-end

PARIS : Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis ouvre ses portes mercredi à Montreuil, à côté de Paris, et remet ses récompenses, les "Pépites".

C'est la 38e édition de ce salon qui attire traditionnellement une grande foule de scolaires les trois premiers jours en semaine, puis des familles le week-end.

Les Pépites sont remises en fin de journée mercredi, après les délibérations de jurys d'une trentaine de membres au total.

"On a reçu 900 candidatures pour devenir juré, ce qui donne une idée du succès", explique à l'AFP la directrice du Salon, Sylvie Vassallo.

Le thème du Salon cette année est "Désirs de monde!". D'après Mme Vassallo, "les enfants répondent bien à ce mot de désir, qui leur donne envie de se projeter, et qui leur parle aussi bien des littératures de l'imaginaire que du monde réel".

Après une édition 2020 perturbée par la pandémie de Covid-19, celle de 2021 avait attiré 151.000 visiteurs.

C'était moins que les 180.000 de 2019, mais le Salon a gagné des téléspectateurs qu'il n'avait pas avant la crise sanitaire. La chaîne de télévision éphémère du SLPJ est désormais bien installée: elle propose trois heures d'émissions quotidiennes, de 17H00 à 20H00.

Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace.

L'édition jeunesse, après une année 2021 exceptionnelle comme pour le reste du secteur, a connu une année 2022 plus ordinaire. D'après l'institut GfK, les ventes lors des dix premiers mois de l'année ont reculé de 13% sur un an, mais restent supérieures de 1% à celles de 2019.

Selon le Syndicat national de l'édition, le marché du livre jeunesse pesait 411 millions d'euros en 2021.


Mondial: pour les Bleus, un élan à conserver et un tableau à éclaircir

L'attaquant français #10 Kylian Mbappe célèbre le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo par FRANCK FIFE / AFP)
L'attaquant français #10 Kylian Mbappe célèbre le deuxième but de son équipe lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo par FRANCK FIFE / AFP)
Short Url
  • La presse spécialisée s'interroge mercredi sur les changements prévus par Deschamps
  • La pression est maximale sur les Aigles de Carthage avant de pénétrer dans le stade Education City, dans l'ouest de Doha

DOHA: Déjà qualifiée, la France de Kylian Mbappé a une "dynamique" à entretenir et des remplaçants à impliquer, mercredi (16h00) contre la Tunisie, avant de savoir en soirée si l'Argentine de Lionel Messi, adversaire possible en 1/8, passe au tour suivant ou à la trappe.

"Le fait d'avoir cette tranquillité-là (...) laisse un peu plus de marge. Mais il ne faut en aucun cas galvauder ce troisième match. La dynamique est importante en interne", a affirmé le sélectionneur Didier Deschamps, resté très secret sur l'étendue de sa rotation.

Des changements, "il y en aura" après les deux victoires probantes contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1). "Combien? Vous ne le saurez pas et l'adversaire surtout ne le saura pas", a-t-il glissé mardi avant un entraînement à huis clos sans enseignement définitif.

La presse spécialisée s'interroge mercredi sur les changements prévus par Deschamps: "Mise en plis pour les +coiffeurs+", titre Le Parisien, reprenant le surnom ingrat attribué aux habituels remplaçants. Le quotidien L'Equipe s'attarde lui sur le "banc d'essais" des doublures, rappelant que les derniers matches sans grand enjeu des Bleus en grande compétition (0-0 en 2014, 2016 et 2018) étaient restés "oubliables, voire carrément tartes".

Le flou demeure même sur l'identité du gardien titulaire, un poste où Deschamps n'entretient d'habitude aucun mystère. Cela se jouera donc entre le capitaine Hugo Lloris qui, avec une 142e sélection, partagerait le record national de Lilian Thuram, et le vétéran Steve Mandanda qui, à 37 ans et huit mois, deviendrait le joueur le plus âgé de l'histoire des Bleus.