La fonction publique, rêve de jeunes Irakiens, casse-tête pour le gouvernement

Des diplômés irakiens du gouvernorat de Dhi Qar manifestent dans sa grande ville de Nasiriyah (Photo, AFP).
Des diplômés irakiens du gouvernorat de Dhi Qar manifestent dans sa grande ville de Nasiriyah (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 02 octobre 2022

La fonction publique, rêve de jeunes Irakiens, casse-tête pour le gouvernement

  • Riche en hydrocarbures, dont il tire 90% de ses revenus, l'Irak marche sur une seule jambe: la fonction publique
  • La fonction publique a un coût, qui donne des maux de tête au Premier ministre Moustafa al-Kazim

BAGDAD: Salaires "corrects" et stabilité: la fonction publique fait saliver nombre de jeunes diplômés mais elle "épuise" les finances de l'Irak, pays embourbé dans des crises politique et économique où le secteur privé peine à séduire.

"On veut du travail!": la scène se reproduit quasi-quotidiennement depuis plusieurs années. A Nassiriyah (sud), de jeunes hommes fraîchement diplômés manifestent pour exiger des postes dans le secteur public, "un droit légitime", martèle Maïtham Mohammed Redha, 32 ans.

Las, dans le sud paupérisé comme dans le reste du pays, seul compte le piston, la "wasta".

Mais Maïtham n'a pas de "wasta", il interpelle donc directement le gouverneur de sa province pour trouver un poste, dans un pays de 42 millions d'habitants où l'Etat est, de loin, le premier employeur.

Riche en hydrocarbures, dont il tire 90% de ses revenus, l'Irak marche sur une seule jambe: la fonction publique. Les jeunes actifs, dont quatre sur dix sont au chômage, y voient un refuge face aux turbulences qui traversent leur pays.

Mohammed Al-Obeidi, fonctionnaire dans un ministère depuis 19 ans, en sait quelque chose. "Les salaires sont corrects", fait-il valoir. "Certains ministères ont de bonnes mutuelles" et le départ à la retraite est "autour de 55, 60 ans", ce qui permet de reprendre un travail dans le privé tout en touchant une pension.

Pratiques pourries
Mais la fonction publique a un coût, qui donne des maux de tête au Premier ministre Moustafa al-Kazimi.

Il affirmait cet été que "les gouvernements précédents (avaient) fait gonfler le nombre d'employés du secteur public dans un vain populisme qui a épuisé l'économie".

De 2004 --un an après le renversement de Saddam Hussein-- jusqu'à 2019, leur nombre "a augmenté de 400%", s'échauffait-il, notant que la fonction publique comptait pour "deux-tiers du budget de l'Etat" fédéral.

Un tissu économique difficilement tenable dans ce pays où "le secteur public emploie environ 3,3 millions de personnes, soit 37,9% de la population active, l'un des taux les plus élevés au monde", résume Maha Kattaa, cheffe de l'antenne irakienne de l'Organisation internationale du travail (OIT).

"C'est une pression énorme sur le gouvernement", relève-t-elle.

Moustafa al-Kazimi l'a reconnu lui-même: il n'a pas les "mains libres" pour réformer. Car sa survie à la tête du gouvernement dépend des tractations entre les caciques de la politique. Or, un an après les législatives d'octobre 2021, ils n'ont toujours pas réussi à se mettre d'accord sur un nouveau gouvernement.

Dans le secteur public, comme dans le privé, le recrutement se fait souvent par cooptation entre membres d'une même tribu ou d'un même parti politique. Les compétences et les diplômes importent peu.

Des "pratiques pourries qui annihilent la morale et les fondements matériels" de l'Irak, dénonçait en août l'ancien ministre des Finances Ali Allawi dans une lettre lue au Conseil des ministres le jour où il a démissionné avec fracas de son poste.

L'ancien ministre avait mis l'accent sur la corruption, "un cancer" selon lui, estimant que "l'Etat n'était pas parvenu à se libérer du contrôle de partis politiques et de groupes d'intérêts étrangers".

Améliorer les conditions
L'occasion pour le secteur privé de tirer son épingle du jeu?

Oui, estime Maha Kattaa de l'OIT, mais les entreprises doivent "améliorer les conditions de travail".

"Il y a l'assurance maladie à payer. Ensuite elles devront atteindre les mêmes niveaux de salaires que le public. C'est plus compliqué car, dans le privé, ce qui compte c'est le profit", dit-elle.

Pourtant, timidement, des entrepreneurs se lancent. Ils espèrent profiter d'une économie en pleine reconstruction après des décennies de guerre et qui devrait croître de 10% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).

A l'instar de Maïtham Saad. Cet Irakien de 41 ans a créé il y a trois ans Berhyah, une société qui commercialise des dattes du sud de l'Irak. Sa PME d'une trentaine de personnes a pourtant du mal à recruter, notamment des jeunes.

"Mais une fois qu'ils sont employés dans le privé et si leur patron est correct, ils sont sereins, ils peuvent négocier leur salaire (...) et font vraiment partie d'une famille", explique-t-il.


Deux membres de factions palestiniennes tués dans un raid israélien en Cisjordanie

L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
L'armée a mené des mois d'arrestations en Cisjordanie, provoquées par une série d'attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes. (AFP)
Short Url
  • Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens et Zubaidi l'un de ses proches associés
  • De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux «leaders importants» des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine

JENINE: Un raid israélien a tué jeudi deux Palestiniens, un leader du Jihad islamique et l'un de ses proches associés, dans le secteur de Jénine, au coeur ces derniers mois de la plus importante vague de violence depuis sept ans en Cisjordanie, ont indiqué les autorités locales.

Selon le ministère palestinien de la Santé, Mohammed Ayman al-Saadi, 26 ans, et Naïm Jamal Zubaidi, 27 ans, ont été "tués par balle par l'armée israélienne lors d'une opération à l'aube", dans le secteur de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Selon des sources locales, Al-Saadi était un leader de la branche armée du Jihad islamique dans le camp de réfugiés palestiniens considéré comme un bastion des factions armées palestiniennes, et Zubaidi l'un de ses proches associés.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé avoir tué deux "leaders importants" des factions palestiniennes lors d'une opération dans le secteur de Jénine ayant aussi mené à l'arrestation de neuf personnes.

La semaine dernière, des combattants de Jénine avaient enlevé un jeune Israélien traité dans un hôpital local après avoir été blessé dans un accident de la route en Cisjordanie occupée.

D'intenses négociations ont été menées par l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas pour convaincre les combattants de restituer la dépouille du jeune homme, dont il n'est pas clair s'il avait été enlevé mort ou vivant selon les versions de la famille ou de l'armée, afin d'éviter des violences.

"De notre point de vue, il y avait deux façons de récupérer ce corps : soit via l'Autorité palestinienne, soit via une opération armée dans la ville, dans le camp, qui aurait probablement été très, très, violente", avait indiqué un responsable militaire israélien.

Les rapts d'Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi de monnaie d'échange pour des groupes armés, afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.

Dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières au printemps, l'armée a mené plus de 2 000 raids en Cisjordanie, notamment à Jénine et Naplouse. Les violences en Cisjordanie ont fait plus de 130 morts côté palestinien, bilan le plus lourd depuis sept ans, selon l'ONU.


Le ministère saoudien de la Défense et l'entreprise espagnole Navantia signent un accord sur les navires de combat

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de signature de l'accord. (SPA)
Short Url
  • Le prince Khaled a déclaré que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien
  • Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense et l'Autorité générale saoudienne des industries militaires ont signé un accord avec la société espagnole Navantia pour l'acquisition et la construction de plusieurs navires de combat polyvalents à destination des Forces navales royales saoudiennes, a rapporté jeudi l'agence de presse saoudienne.

Le ministre de la Défense du Royaume, le prince Khaled ben Salmane, et la ministre espagnole de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Maria Reyes Maroto, ont assisté à la cérémonie de ratification de l'accord.

Le prince Khaled a déclaré sur Twitter que cet accord s'inscrivait dans la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane qui consiste à renforcer les capacités du ministère de la Défense saoudien.

«Ce protocole d'accord représente le dernier effort en date pour concrétiser la vision du prince héritier et du Premier ministre: décentraliser notre industrie militaire et renforcer les capacités du ministère de la Défense. Cela contribuera à assurer la sécurité de notre pays et de notre région», a-t-il déclaré.

L'accord vise à élever le niveau de préparation des forces navales royales saoudiennes afin de renforcer la sécurité maritime dans la région, de protéger les intérêts vitaux et stratégiques du Royaume et de soutenir les objectifs opérationnels et tactiques du ministère de la Défense.

Selon cet accord, Navantia se chargera jusqu'à 100% de la construction navale, de l'intégration des systèmes de combat et de la maintenance des navires, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Il prévoit également l'intégration des systèmes de combat dans les nouveaux navires, l'ingénierie et la conception des systèmes et du matériel ainsi que le développement des logiciels.

Les essais, la vérification des systèmes, le prototypage, la simulation ainsi que le soutien logistique et la conception de programmes de formation font également partie de cet accord.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite et du Koweït discutent d’un plan d’action commun

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, rencontre son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah. (Agence de presse saoudienne)
Short Url
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité
  • Le plan d’action commun permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a rencontré son homologue du Koweït, cheikh Salem Abdallah al-Jaber al-Sabah, ainsi que la délégation qui l’accompagnait, lors de sa visite officielle dans la capitale, Riyad, a annoncé mercredi dernier le ministère du Royaume.

Au cours de la réunion, les deux parties ont souligné l’importance de renforcer le plan d’action commun entre les deux pays en application des directives du roi Salmane et de l’émir du Koweït, cheikh Nawaf al-Ahmed al-Jaber al-Sabah de manière à montrer les relations solides qui existent entre les deux pays. Par ailleurs, une telle initiative permet de réaliser les ambitions des deux peuples en générant davantage de progrès et de prospérité, indique le ministère dans un communiqué.

Le prince Faisal a organisé un dîner officiel en l’honneur du ministre koweïtien des Affaires étrangères et de sa délégation.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com