Une dissolution de l'Assemblée serait un «échec collectif», pour Braun-Pivet

La présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (Photo, AFP).
La présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 03 octobre 2022

Une dissolution de l'Assemblée serait un «échec collectif», pour Braun-Pivet

  • Lors d'un dîner mercredi à l’Élysée avec les responsables de la majorité, mais sans la présidente de l'Assemblée, en déplacement en Ukraine, M. Macron a fait savoir qu'il envisageait de dissoudre si son gouvernement était renversé
  • «Les Français ont voulu une Assemblée nationale qui soit diverse, qui les représente dans la complétude de leurs opinions politiques»

PARIS: Une dissolution de l'Assemblée, envisagée par Emmanuel Macron en cas de censure du gouvernement, serait un "échec collectif", a fait valoir lundi la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet.

"La dissolution, c'est un outil qui est à la main du président de la République, élu par les Français au suffrage universel. Moi, je considèrerais finalement, si cet outil était utilisé - et il est libre de le faire - que ce serait notre échec collectif", a déclaré Mme Braun-Pivet sur RMC et BFMTV.

Lors d'un dîner mercredi à l’Élysée avec les responsables de la majorité, mais sans la présidente de l'Assemblée, en déplacement en Ukraine, M. Macron a fait savoir qu'il envisageait de dissoudre si son gouvernement était renversé.

"Les Français ont voulu une Assemblée nationale qui soit diverse, qui les représente dans la complétude de leurs opinions politiques. Nous n'avons pas de majorité et c'est ce que les Français ont voulu, pour que nous dialoguions plus, pour que nous concertions plus", a déclaré lundi Mme Braun-Pivet.

"Et donc si nous n'arrivons pas à ce dialogue-là, à cette concertation, à produire des réformes dans leur intérêt, alors oui, ce serait notre échec, ce serait un échec collectif, de tous ceux qui aujourd'hui siègent à l'Assemblée et qui ont été élus pour faire", a-t-elle ajouté.

Mme Braun-Pivet, comme le président du MoDem François Bayrou, avait fait connaître son opposition à une réforme des retraites rapide via un amendement au Budget de la Sécurite sociale. L'exécutif a finalement décidé de temporiser et de lancer un nouveau cycle de concertation.

Avec Emmanuel Macron, "bien sûr que nous nous parlons. Nous devons nous parler. J'appartiens à sa majorité", a répondu la députée Renaissance des Yvelines, élue au perchoir notamment face à Roland Lescure, devenu ministre délégué à l'Industrie.

"Je suis rentrée en politique pour Emmanuel Macron parce que je croyais et je crois encore au dépassement des clivages, à la société civile en politique, c'est la source de mon engagement politique", "de façon indéfectible" au côté du chef de l’État, a-t-elle insisté.


Sous les voitures, la juteuse razzia des voleurs de pots catalytiques

Riches en rhodium, métal six fois plus cher que l'or, : les pots catalytiques attisent en France les convoitises de plus en plus de voleurs qui les renvoient à l'étranger. (AFP)
Riches en rhodium, métal six fois plus cher que l'or, : les pots catalytiques attisent en France les convoitises de plus en plus de voleurs qui les renvoient à l'étranger. (AFP)
Short Url
  • Obligatoire depuis les années 90, le pot catalytique est une partie du système d'échappement qui sert à réduire les émissions polluantes des voitures, notamment l'oxyde d'azote et le monoxyde de carbone
  • Ses précieux et rares composants - le rhodium donc, mais aussi le platine et le palladium - ont la propriété de les transformer en produits moins dangereux, comme l'azote ou la vapeur d'eau

PARIS: Quand Olivier démarre sa voiture fin août, "un bruit de tracteur" jaillit du moteur. Sous sa Toyota, il manque "un bout". Riches en rhodium, métal six fois plus cher que l'or, : les pots catalytiques attisent en France les convoitises de plus en plus de voleurs qui les renvoient à l'étranger.

"J'ai une voiture hybride, mon garagiste m'a expliqué que c'était très recherché car la technologie fait que la teneur en métaux précieux est plus importante", témoigne auprès de l'AFP Olivier Poncet, directeur technique d'un studio de jeux vidéos à Paris.

Son catalyseur, découpé avec une scie électrique, valait 2.500 euros. Réglée en moins d'une minute, l'affaire est rentable.

Depuis, Olivier a fait installer des écrous antivol et, après une nouvelle tentative de larcin fin novembre, se gare sur un autre parking.

Obligatoire depuis les années 90, le pot catalytique est une partie du système d'échappement qui sert à réduire les émissions polluantes des voitures, notamment l'oxyde d'azote et le monoxyde de carbone.

Ses précieux et rares composants - le rhodium donc, mais aussi le platine et le palladium - ont la propriété de les transformer en produits moins dangereux, comme l'azote ou la vapeur d'eau.

Sur les marchés très spéculatifs des métaux, le volatile cours du rhodium a explosé depuis 2020, année de l'envolée des prix, sous l'effet de la reprise de l'industrie automobile post-Covid.

Il y a trois ans, le gramme de rhodium - dont une vingtaine de tonnes seulement sont produites chaque année, pour plus de 80% en Afrique du Sud - s'achetait environ 160 euros. Au 1er janvier dernier, il fallait débourser plus de deux fois plus, 335 euros.

La courbe des vols de pots catalytiques, qui peuvent contenir jusqu'à 1,5 gramme de rhodium, a épousé sans surprise la même trajectoire.

Raid 

"En zone gendarmerie, on a eu une dizaine de milliers de vols en 2022, en hausse de 50% par rapport à 2021", rapporte à l'AFP le général Marc de Tarlé, patron de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI).

Côté police, 8.235 faits ont été recensés de janvier à octobre 2022, près de deux fois plus qu'en 2021 (4.193 faits) sur la même période, d'après les chiffres du Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco).

Plusieurs profils se dégagent parmi les délinquants.

D'une part, "des groupes criminels organisés français et étrangers qui, dans une logique de raids, ciblent certains modèles de véhicules, selon la teneur en métaux précieux de certains pots, notamment Toyota", détaille William Hippert, chef du Sirasco.

Une fois la razzia terminée, "les pots sont rassemblés à un point de collecte puis très vite renvoyés à l'étranger dans des camions, mélangé au fret légal", ajoute le commissaire. La Pologne, l'Allemagne et les Pays-Bas sont les destinations les plus observées.

D'autre part, on trouve "une délinquance de proximité, opportuniste", souligne le général de Tarlé. "N'importe qui, en se mettant sous une voiture, peut aller découper deux ou trois pots avec une petite scie électrique et se faire un petit billet au recycleur du coin", poursuit-il.

Certaines sociétés de recyclage, pas toujours regardantes sur l'origine des pièces qu'on leur apporte, alimentent le trafic en acceptant les paiements en liquide.

"Que ce soit un particulier ou un professionnel, la procédure est la même: il y a un bordereau de suivi de déchets, un contrat d'achat et une traçabilité bancaire, par virement ou chèque", explique pourtant le patron d'une entreprise du secteur. Si sa société a pignon sur rue depuis 10 ans, il préfère garder l'anonymat, pour des raisons de sécurité.

En mai dernier, l'un de ses chauffeurs a été victime d'un guet-apens, lors d'une tournée de collecte en Gironde (sud-ouest). Menacé par trois hommes, il a été contraint d'abandonner son fourgon, chargé de 180 pots et d'un spectromètre d'une valeur totale de près de 40.000 euros.

Interpellés, le trio et un complice ont été condamnés début décembre à des peines allant de un à trois ans de prison ferme.


Mayotte: avec 276 euros de pension moyenne, les retraités misent sur la solidarité familiale

Les manifestants tiennent une bannière indiquant « 60 ans max », lors d'une marche aux flambeaux appelée par les syndicats des travailleurs de la FSU et de Solidaires pour protester contre le plan de réforme des retraites du gouvernement français, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 2 février 2023. (Photo de Valentine CHAPUIS / AFP)
Les manifestants tiennent une bannière indiquant « 60 ans max », lors d'une marche aux flambeaux appelée par les syndicats des travailleurs de la FSU et de Solidaires pour protester contre le plan de réforme des retraites du gouvernement français, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 2 février 2023. (Photo de Valentine CHAPUIS / AFP)
Short Url
  • Les retraites sont en moyenne de 276 euros mensuels et l'allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), l'ancien «minimum vieillesse», est plafonnée à la moitié de son montant en métropole
  • Pas de quoi vivre dignement quand, dans ce petit archipel de l'océan Indien, le coût de la vie est en moyenne 75% plus élevé que sur le reste du territoire

MAMOUDZOU: À Mayotte, la retraite moyenne ne s'élève qu'à 276 euros par mois faute d'alignement des droits sociaux. Tandis que les voix s'élèvent pour dénoncer cette situation à l'occasion de la réforme des retraites, les aînés, eux, doivent se tourner vers leur famille pour survivre.

Alors que 77% de la population mahoraise vit sous le seuil de pauvreté, pensions de retraites et minimum vieillesse ne permettent pas aux aînés de tirer leur épingle du jeu. Une situation à laquelle la réforme des retraites ne devrait rien changer, puisque le gouvernement n'a pas prévu de l'appliquer à ce territoire ultra-marin.

Les retraites sont en moyenne de 276 euros mensuels et l'allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), l'ancien "minimum vieillesse", est plafonnée à la moitié de son montant en métropole. Pas de quoi vivre dignement quand, dans ce petit archipel de l'océan Indien, le coût de la vie est en moyenne 75% plus élevé que sur le reste du territoire.

C'est donc entre générations d'une même famille qu'intervient la solidarité. Avec les moyens du bord car seul un tiers des personnes en âge de travailler détient un emploi et que "le niveau de vie médian des habitants de Mayotte est six fois plus faible que celui de la métropole", comme le rappelle l'Insee.

"La retraite ? Je préfère pas y penser, c'est déjà suffisamment compliqué au quotidien", lâche Anfardine, employé dans une supérette du sud de l'île. "À la maison, je m'occupe de mes deux parents, d'une tante et de mes quatre enfants. Le peu qu'il me reste à la fin du mois, je le mets de côté pour les études de ma fille", poursuit-il en rangeant les rayons de produits "inabordables".

"Mon père n'a jamais travaillé officiellement donc il n'a rien. Moi je galère ici avec des petits boulots, donc je n'aurai sûrement pas grand chose, mais il faut que je tienne jusqu'à ce que les enfants prennent la relève", explique le quadragénaire.

"Mayotte est le territoire où les solidarités sont les plus développées, on est encore sur un modèle avec des influences africaines où les anciens se reposent sur leurs nombreux enfants", relève Jamel Mekkaoui, chef du service régional La Réunion-Mayotte de l'Insee.

"Heureusement qu'il y a encore cela car ceux qui n'ont pas cette chance vivent dans des conditions absolument misérables", commente Salim Nahouda, secrétaire départemental de la CGT.

«Un système pérenne»

A Mayotte, la moitié de la population est mineure quand les plus de 60 ans ne représentent que 4% de la population. "Ici, tout est dérogatoire, pourquoi ne pas créer un système spécifique à Mayotte où les droits seraient les mêmes mais les cotisations versées et redistribuées ici ? On a tout ce qu'il faut et au vu de la démographie ce serait pérenne", plaide donc Salim Nahouda.

"Dire que le régime est excédentaire à Mayotte serait oublier que l'on gère aussi l'assurance- maladie par exemple", précise cependant la directrice de la Caisse de sécurité sociale de Mayotte, Ymane Alihamidi-Chanfi. Ainsi, si le rapport strict entre les cotisations sociales et les pensions de retraites est excédentaire de 62% localement, reste que les 70 millions d'euros de recettes annuels font face à 400 millions d'euros de versements de la part de la CSSM.

Toujours est-il que malgré les promesses d'alignement successives, "on n'a toujours aucun élément de la part du gouvernement", regrette Salim Nahouda.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a confirmé mardi devant l'Assemblée nationale que la réforme des retraites ne serait "pas appliquée" à Mayotte, en réponse à une question du député LR de l'archipel Mansour Kamardine. Mais il s'est dit prêt à "travailler", avec les parlementaires de Mayotte, à "mieux protéger les retraités" mahorais.

Dans ce département, le versement de certaines prestations sociales est conditionné à une situation régulière sur le territoire depuis au moins 15 ans. "C'est très politique", fait-on valoir à l'Insee. "Derrière ces sujets se cache l'épineuse question de l'appel d'air et de savoir si, in fine, on ne ferait pas bénéficier la population émigrée des Comores de cette convergence sociale".


Retraites: le ministre Dussopt fragilisé à un moment clé

Les entreprises pourraient encourir des sanctions financières si elles ne progressent pas concrètement sur l'emploi des salariés plus âgés, a prévenu samedi le ministre du Travail, Olivier Dussopt. (AFP)
Les entreprises pourraient encourir des sanctions financières si elles ne progressent pas concrètement sur l'emploi des salariés plus âgés, a prévenu samedi le ministre du Travail, Olivier Dussopt. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement prévoit d'imposer à une grande partie des entreprises de publier un «index senior» qui témoigne de la situation où elles se trouvent en matière d'emploi des plus âgés
  • Cette mesure serait immédiatement obligatoire pour les groupes de plus de 1 000 salariés, puis à partir de 2024 pour ceux de plus de 300 salariés

PARIS: En première ligne sur la très contestée réforme des retraites, le ministre du Travail Olivier Dussopt se retrouve fragilisé par des soupçons de "favoritisme" lorsqu'il était maire d'Annonay, un grief qu'il a vigoureusement contesté samedi.

M. Dussopt, qui a mené les concertations retraites à l'automne et doit défendre à partir de lundi devant l'Assemblée nationale la réforme phare du second quinquennat d'Emmanuel Macron, "a toute la confiance de la Première ministre", a indiqué Matignon.

Interrogé, l'Elysée n'a pas fait de commentaire, estimant que tout avait été dit dans la réaction d'Elisabeth Borne.

Selon les révélations vendredi de Mediapart, le parquet national financier (PNF) a retenu l'infraction de "favoritisme" pour un futur procès à l'encontre de M. Dussopt, qui portera sur un marché public conclu à la fin des années 2000 avec le groupe Saur.

L'enquête avait démarré à propos de deux lithographies du peintre Gérard Garouste qui lui avaient été offertes par un dirigeant local de la Saur en 2017. Il avait ensuite restitué les tableaux.

"En mai 2020, un article de presse a cru pouvoir mettre en cause mes relations avec un groupe d’eau dans la ville d’Annonay dont j’étais le maire" et "le parquet financier a ouvert une enquête et procédé à de très nombreuses vérifications", a rapporté le ministre samedi sur France Inter.

"A l’issue de ce travail d’enquête, le parquet avait regroupé les faits en cinq points et je constate que les explications données avec mon avocat ont convaincu le parquet de ma bonne foi puisque sur quatre de ces cinq points, le parquet a décidé qu’il y avait lieu" de les classer, sans " poursuite pour corruption, prise d’intérêt ou enrichissement", a-t-il ajouté.

Mais "le parquet considère que dans le cadre d’une procédure pour marché public en 2009 (...), il pourrait y avoir une infraction de favoritisme", "une thèse que je conteste", a martelé M. Dussopt.

D’après Mediapart, la perquisition réalisée chez le ministre par les enquêteurs financiers de l’Oclciff (Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales) a mis à jour "des échanges entre Olivier Dussopt et (la Saur) semblant laisser peu de doute sur l’existence d’un arrangement autour d’un marché public daté de 2009-2010", lorsqu'il était député et maire socialiste de cette commune d’Ardèche.

"Borne n'a pas le choix"

M. Dussopt affirme n'avoir "qu'un souhait": "continuer à convaincre et expliquer comment les choses se sont passées pour convaincre de (s)a bonne foi".

Reste que cette affaire tombe au plus mauvais moment pour le gouvernement: le marathon des retraites démarre au Parlement et deux nouvelles journées de mobilisation sont programmées par l'intersyndicale, mardi et samedi prochains, contre le recul de l'âge de départ de 62 à 64 ans.

"Olivier Dussopt aura bien favorisé quelqu'un dans sa vie", a taclé l'insoumis Hadrien Clouet sur Twitter. Mais "pas de favoritisme pour la France qui travaille dur", a souligné le député communiste Sébastien Jumel.

M. Dussopt est "coupable" d'avoir "favorisé les réponses les plus injustes, celles qui vont pénaliser le plus grand nombre de nos concitoyens", a appuyé samedi le socialiste Jérôme Guedj sur France 2.

Peut-il rester en poste? Mme Borne "n'a pas trop le choix car ça fragiliserait encore un peu plus cette réforme", selon ce député, qui pense qu'Olivier Dussopt "ne va pas avoir l'esprit totalement disponible pour défendre, mal, la réforme".

Au coeur du dispositif gouvernemental, il est aussi aux manettes, avec le ministre de l'Intérieur, sur le projet de loi immigration, et dans les prochains mois aux avant-postes sur un projet de loi dédié au plein emploi.

Olivier Dussopt n'est pas le seul ministre à se retrouver dans la tourmente en pleine réforme des retraites. Avant lui, Eric Woerth avait été éclaboussé par l'affaire Bettencourt en 2010, lors du report de l'âge légal de 62 à 64 ans - l'ex-LR avait ensuite obtenu une relaxe.

Au moment du projet de réforme du premier quinquennat Macron, le Haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, avait démissionné en décembre 2019 pour ne pas avoir déclaré plusieurs mandats à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Il a été condamné en décembre 2021 à quatre mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende.