Jazz au Chellah : Entretien avec Majid Bekkas, directeur artistique du festival

Majid Bekkas (Photo, Le Matin).
Majid Bekkas (Photo, Le Matin).
Short Url
Publié le Mardi 04 octobre 2022

Jazz au Chellah : Entretien avec Majid Bekkas, directeur artistique du festival

  • Le public attendait ce rendez-vous annuel avec impatience
  • Le choix des artistes ne se fait pas à l'approche du festival

Quelle est la spécificité du festival Jazz au Chellah ?

Créé par l'Union européenne en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication et la wilaya de Rabat-Salé-Kénitra, le festival est basé sur la rencontre entre le jazz européen et les musiques du Maroc. C'est le seul festival qui a cette specificité, qui invite les jazzmen européens et leurs homologues marocains pour une musique exceptionnelle sur scène.

Comment le festival a-t-il été accueilli par le public après l'absence due à la pandémie Covid-19 ?

Le public attendait ce rendez-vous annuel avec impatience. Il y avait beaucoup de monde, surtout des jeunes. Des concerts étaient sold out, ceci explique l'importance du festival à Rabat.

Le Festival favorise les rencontres entre les artistes européens et marocains. Comment se fait le choix des musiciens ?

Le choix des artistes ne se fait pas à l'approche du festival. Durant toute l'année, j'essaie de découvrir des talents, je vois si l'artiste est ouvert d'esprit. L'ouverture est importante pour la fusion et les rencontres. Il faut connaître les mouvements du jazz pour dialoguer avec d'autres cultures. Jean-Pierre Bissot, le directeur artistique pour la partie européenne, m'envoie le programme et j'essaie de compléter en fonction des styles de musique et des instruments pour enrichir le festival.

Comment se sont déroulées les rencontres entre artistes européens et marocains ?

C'était une grande réussite. Preuve en est la réaction du public. Depuis quelques années, on met ensemble les musiciens européens et marocains pour échanger les musiques avant les répétitions. Le contact humain compte beaucoup dans les fusions, mais aussi pour continuer les rencontres au-delà du festival.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Tunisie: Le nombre des violences a triplé

Tunis a enregistré 46,8% des cas de violence rapportée (Photo, La Presse).
Tunis a enregistré 46,8% des cas de violence rapportée (Photo, La Presse).
Short Url
  • Le nombre des violences rapportées a triplé, atteignant 63 cas de violence ayant pris de l’ampleur sur les médias et les réseaux sociaux
  • Ces actes de violences ont varié entre meurtres, féminicides, agressions conjugales, matricides, défenestration ou encore meurtre d’un douanier

Durant le mois de septembre, le nombre des violences rapportées a triplé, atteignant 63 cas de violence ayant pris de l’ampleur sur les médias et les réseaux sociaux.

Comme chaque mois, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (Ftdes) vient de publier son rapport des mouvements sociaux, suicides, violences et migrations. Durant le mois de septembre, et par comparaison avec les mois précédents, la violence exercée a continué son ascension et ne cesse de prendre de plus en plus d’étendue et d’ampleur.

En effet, septembre se caractérise particulièrement par l’intensité plus marquée des actes rapportés. Ces actes de violences ont varié entre meurtres, féminicides, agressions conjugales, matricides, poignardements, défenestration, meurtre d’un douanier lors de l’exercice de son travail… Le nombre des violences rapportées a triplé durant ce mois, atteignant 63 cas ayant pris de l’ampleur sur les médias et les réseaux sociaux.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Gims, Dadju, Grini et Camélia Jordana à l’affiche du concert Stars in The Place

Gims, Dadju, Grini et Camélia Jordana participant au concert Stars in the place (Photo, Le Matin).
Gims, Dadju, Grini et Camélia Jordana participant au concert Stars in the place (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Le méga-concert Stars in The Place a révélé sa line-up se tenant à Marrakech le 29 décembre 2022
  • Le rap est à l'honneur avec le maître de cérémonie Gims, son frère Dadju, Eva, Naps

Se tenant à Marrakech le 29 décembre 2022, le méga-concert Stars in The Place a révélé sa line-up composé, entre autres, de l'initiateur de l'événement Gims, Dadju, Black M, Abd El Fattah Griniâ et Camélia Jordana. 

Placée sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Star in The Place est fidèle au rendez-vous avec une nouvelle édition qui a dévoilé ses têtes d'affiche. Le rap est à l'honneur avec le maître de cérémonie Gims, son frère Dadju, Eva, Naps. Les amateurs de la Pop auront rendez-vous avec Nej, Rym et Linh, Camélia Jordana sans oublier la star de la Pop à la sauce orientale Abd El Fattah Grini.

Une nouveauté fait son entrée cette année avec l'aménagement d'un village premium et d'une zone VIP. "Aujourd'hui, Stars in The Place est une marque bien établie et fédératrice.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L'espace vital dans sa version iranienne

L'ayatollah Ali Khamenei à Téhéran, le 26 novembre 2022 (Photo, AFP).
L'ayatollah Ali Khamenei à Téhéran, le 26 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Avec l'Iran nous avons affaire à un régime hiérarchique et belliqueux qui rabaisse et fait des citoyens des outils pour le servir
  • Bien sûr, les États-Unis n'ont pas dit les choses que Khamenei leur a attribuées

Parmi les quelques vertus des dirigeants iraniens, il y a le fait qu'ils aiment expliquer des sujets qui peuvent sembler litigieux ou obscurs, clarifier des questions qui pourraient être interprétées de manière contradictoire.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei illustre, à cet égard,  le propos lors d'une déclaration qu'il a faite il y a quelques jours. "Les Américains ont décidé de paralyser les pays voisins. La République islamique a une profondeur stratégique qui est explique l'agression contre l'Iran." Il a ensuite ajouté que «les Américains ont dit : il faut faire tomber ces six États, l'Irak, la Syrie- le Liban, la Libye, le Soudan et la Somalie- avant d'attaquer l'Iran... Mais l'Iran a réussi en Irak, en Syrie et au Liban, ce qui a conduit à une défaite des États-Unis dans ces pays.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.