Le FMI pas favorable aux baisses d'impôts face à l'inflation

Le Fonds monétaire international (FMI) exhorte l'ensemble des États de se montrer prudents dans la mise en place de politiques de soutien, afin de maintenir un niveau de dépense soutenable, l'objectif premier devant être d'assurer l'accès à une alimentation abordable et limiter les effets de l'inflation sur les revenus les plus faibles. (Photo, AFP)
Le Fonds monétaire international (FMI) exhorte l'ensemble des États de se montrer prudents dans la mise en place de politiques de soutien, afin de maintenir un niveau de dépense soutenable, l'objectif premier devant être d'assurer l'accès à une alimentation abordable et limiter les effets de l'inflation sur les revenus les plus faibles. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 octobre 2022

Le FMI pas favorable aux baisses d'impôts face à l'inflation

Le Fonds monétaire international (FMI) exhorte l'ensemble des États de se montrer prudents dans la mise en place de politiques de soutien, afin de maintenir un niveau de dépense soutenable, l'objectif premier devant être d'assurer l'accès à une alimentation abordable et limiter les effets de l'inflation sur les revenus les plus faibles. (Photo, AFP)
  • «L'ensemble des États se retrouvent face à un dilemme de plus en plus urgent et douloureux», a reconnu le directeur du département des affaires budgétaires du Fonds Vitor Gaspar
  • Dans un contexte de chocs multiples depuis le début de l'année, les pays qui ont déjà augmenté leurs dépenses pour faire face à la pandémie n'ont plus nécessairement les marges budgétaires suffisantes pour affronter l'inflation et les hausses des prix

WASHINGTON: La hausse des prix alimentaires et de l'énergie représente un risque social pour les États, mais tenter d'en maîtriser l'impact grâce à des baisses d'impôts, des subventions ou le contrôle des prix pourrait s'avérer trop lourd pour les finances publiques, a alerté mercredi le FMI. 

C'est tout du moins la conclusion du rapport sur les politiques budgétaires, le Fiscal Monitor, publié par le Fonds monétaire international (FMI), alors que l'inflation et les conséquences de la guerre en Ukraine pèsent lourd sur le budget des ménages, en particulier les plus fragiles. 

"L'ensemble des États se retrouvent face à un dilemme de plus en plus urgent et douloureux", a reconnu le directeur du département des affaires budgétaires du Fonds Vitor Gaspar. 

"Dans un contexte de crise du coût de la vie, il est essentiel de protéger les plus vulnérables, qu'il s'agisse des foyers disposant des plus faibles revenus, mais aussi des États les plus pauvres", a-t-il ajouté. 

Dans un contexte de chocs multiples depuis le début de l'année, les pays qui ont déjà augmenté leurs dépenses pour faire face à la pandémie n'ont plus nécessairement les marges budgétaires suffisantes pour affronter l'inflation et les hausses des prix. 

Selon le rapport, il importe pour l'ensemble des États de se montrer prudents dans la mise en place de politiques de soutien, afin de maintenir un niveau de dépense soutenable, l'objectif premier devant être d'assurer l'accès à une alimentation abordable et limiter les effets de l'inflation sur les revenus les plus faibles. 

"Nous recommandons aux États de se montrer plus généreux dans leurs dispositifs d'aides face aux prix de l'alimentation, c'est une question de subsistance de base. Concernant l'énergie, il convient d'avoir une approche plus ciblée", a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur adjoint du département, Paulo Mauro. 

En revanche, tenter de répondre à ces problématiques avec la mise en place d'un contrôle des prix, des subventions ou des baisses d'impôts "sera très coûteux budgétairement parlant et, au final, peu efficace", met en garde le FMI. 

Les États peuvent cependant décider de passer par une augmentation de certaines de leurs ressources et maintenir à un niveau acceptable leurs autres dépenses, estime le Fonds. 

"Nous pensons qu'il est important d'avoir un système fiscal qui soit juste et avec une large base, cela doit inclure une imposition des revenus locatifs et des profits excessifs, mais aussi une fiscalité plus progressive", a insisté M. Gaspar. 

Compte tenu de leurs faibles ressources, les pays les plus pauvres ne pourront néanmoins pas se passer d'une aide humanitaire et de financements d'urgence. 

"Nous avons mis en place un guichet spécial de financement rapide face aux besoins alimentaires, ainsi que d'autres mesures pour limiter la crise alimentaire. Des États comme la Tanzanie ou la Géorgie en ont bénéficié", a détaillé Vitor Gaspar. 

"Plus largement", a-t-il ajouté, "nous appelons les pays les plus riches à accorder leurs droits de tirage spéciaux (DTS, un avoir sur les réserves internationales, NDLR) au bénéfice des pays pauvres" afin de leur permettre de disposer d'un accès plus important aux aides du FMI. 


COP28: l'économie de la mer Rouge de l'Arabie saoudite se tourne vers la régénération

 John Pagano, PDG de Red Sea Global (RSG). (Photo, AFP)
John Pagano, PDG de Red Sea Global (RSG). (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous avons réalisé que la durabilité seule ne suffit plus, d’où l’introduction du terme de régénération», a expliqué John Pagano, PDG de Red Sea Global
  • Red Sea Global est devenu l'un des principaux développements touristiques durables en Arabie saoudite, avec des projets alliant luxe et énergie propre

DUBAÏ: La transition de l'Arabie saoudite en faveur d’une économie durable prend forme alors que de grandes entreprises envisagent une régénération dans la région de la mer Rouge, selon le responsable d'un des gigaprojets du Royaume. 

Lors d'une table ronde organisée dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de 2023 à Dubaï, la COP28, John Pagano, PDG de Red Sea Global (RSG), a exposé la transition de l'entreprise, passant de la préservation de son environnement naturel à la réparation et à la récupération des dommages subis. 

«Il y a six ans, lorsque nous avons entamé notre parcours, notre objectif était d’établir de nouvelles normes en matière de durabilité. Nous avons rapidement réalisé que la durabilité seule ne suffit plus, d’où l’introduction du terme de régénération», a expliqué Pagano.

Il a également souligné que maintenir le statu quo était insuffisant. «Nous sommes sur une trajectoire inquiétante», a-t-il assuré. Pagano a exhorté les leaders mondiaux à agir et à «changer de cap», mettant l'accent sur les perspectives sombres quant à l'avenir. 

Aux côtés de Pagano, Carlos Duarte, professeur et scientifique marin à l'Université King Abdallah des sciences et de la technologie (Kaust), a soutenu cet appel à l'action. «Nous avons la responsabilité de ne pas léguer à notre jeunesse une planète dévastée, mais une planète avec des océans et une mer Rouge capables de soutenir les générations à venir», a déclaré Duarte. «La décision audacieuse que nous prenons à l'échelle mondiale est de passer de la conservation à la régénération», a-t-il ajouté. 

Les deux intervenants ont mis en avant le concept de «capital naturel» comme une mesure globale permettant aux investisseurs d’évaluer les performances économiques d'un pays. Le capital naturel englobe les ressources naturelles renouvelables et non renouvelables qui bénéficient aux citoyens, soulignant l'importance de préserver et de gérer les écosystèmes et leurs services pour le bien à long terme de la société.

«Le secteur privé joue un rôle clé pour l'avenir de la biodiversité et du climat, et sans son implication, nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs. Des concepts comme le capital naturel sont cruciaux, car le capital naturel devient désormais le nouvel enjeu immobilier», a déclaré Duarte. Pagano a ajouté que, outre le produit intérieur brut d'un pays, les investisseurs utiliseront le capital naturel comme mesure d'analyse des investissements. RSG est devenu l'un des principaux développements touristiques durables en Arabie saoudite, avec des projets alliant luxe et énergie propre. «Nous avons tenu les promesses faites il y a six ans, et nous le faisons de manière durable. Six Senses Southern Dunes est exclusivement alimenté en énergie renouvelable, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, complètement hors réseau», a déclaré Pagano au cours de la table ronde. «Nous sommes littéralement capables de repousser les limites de ce qui est réalisable aujourd'hui», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Paris, un cinquième des logements pas ou peu utilisés, selon une étude

Un coup d'oeil à la carte parisienne montre une très forte disparité entre arrondissements, avec une énorme proportion de logements pas ou peu utilisés pour ceux du centre, en particulier le VIIIe (36%), le VIIe (34%), le VIe et Paris Centre (30%). (Photo, AFP)
Un coup d'oeil à la carte parisienne montre une très forte disparité entre arrondissements, avec une énorme proportion de logements pas ou peu utilisés pour ceux du centre, en particulier le VIIIe (36%), le VIIe (34%), le VIe et Paris Centre (30%). (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces 262 000 logements «inoccupés», soit près de 19% du parc parisien, sont tous ceux «qui ne constituent pas la résidence principale d'un ménage»
  • Cela fait de la capitale la deuxième ville française ayant la plus forte part de logement "inoccupés", derrière Nice (28%). Suivent Grenoble (17%) et Nancy (16%)

PARIS: Environ un logement parisien sur cinq est vacant, utilisé occasionnellement ou comme résidence secondaire, selon une étude de l'Agence parisienne d'urbanisme (Apur) diffusée mardi et sur laquelle se base la mairie pour demander une évolution législative, en pleine crise du logement.

Ces 262 000 logements "inoccupés", soit près de 19% du parc parisien, sont tous ceux "qui ne constituent pas la résidence principale d'un ménage", explique l'Apur qui tire cette définition et ces données du recensement de l'Insee.

Cette étude, présentée mardi par l'Apur et la mairie, montre "une très forte hausse du nombre de logements inoccupés", de l'ordre de 4,7%, sur la dernière décennie.

Et si ce total de 262 000 logements pas ou peu utilisés remonte à 2020, l'adjoint (PCF) au logement Jacques Baudrier anticipe une nouvelle hausse à 280.000 pour 2023, car "on a déjà les relevés pour 2021 et 2022".

Dans le détail, 128 000 logements parisiens étaient vacants, et 134 000 utilisés de manière occasionnelle (travail) ou comme résidence secondaire (loisirs).

Cela fait de la capitale la deuxième ville française ayant la plus forte part de logement "inoccupés", derrière Nice (28%). Suivent Grenoble (17%) et Nancy (16%), toujours selon l'Apur.

A l'autre bout du classement figure Toulon (6%), derrière Nantes et Rennes (10%).

Un coup d'oeil à la carte parisienne montre une très forte disparité entre arrondissements, avec une énorme proportion de logements pas ou peu utilisés pour ceux du centre, en particulier le VIIIe (36%), le VIIe (34%), le VIe et Paris Centre (30%).

Il s'agit pour 72% d'entre eux de petits logements, d'une ou deux pièces, ce qui correspond aux biens "mis en location meublée touristique", souligne l'Apur.

Rappelant que la location d'une résidence secondaire ou d'un logement vacant n'est "pas légale", l'Apur estime que la hausse récente du nombre de logements "inoccupés" est "en partie liée à la hausse des locations meublées touristiques non déclarées".

Environ 25.000 logements "seraient détournés de leur usage pour être loués sur des plateformes", estime le directeur général de l'Apur, Alexandre Labasse.

Avec un solde négatif de 35.000 résidences principales sur la période 2011-2020, "il y a des quartiers entiers qui se sont en partie vidés", s'alarme le premier adjoint (PS) Emmanuel Grégoire pour qui cette situation crée de nombreux "effets de bord", notamment "l'étalement urbain et des déplacements supplémentaires", et "fragilise à très long terme l'attractivité économique" de Paris.

Fin novembre, les députés ont donné leur aval en commission à une proposition de loi transpartisane qui s'attaque, face à la pénurie de logements, à la "niche fiscale" des meublés de tourisme comme Airbnb.

Le texte pourrait faire l'objet d'un vote de l'hémicycle dans la nuit de mercredi à jeudi.

La mesure la plus débattue porte sur la baisse du taux d'abattement fiscal sur les revenus des meublés de tourisme à 30%, sauf en "zone rurale très peu dense" où un taux de 41% supplémentaire (71% au total) pourrait être appliqué.

"Notre but n'est pas de taxer" les propriétaires "mais de les inciter à louer leur logement", souligne Jacques Baudrier.


Le transport aérien n'a «jamais été aussi près» de retrouver les niveaux de 2019, selon l'Iata

Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022. (Photo, AFP)
Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le dynamisme de la fréquentation, calculée en passagers-kilomètres payants (RPK, son sigle en anglais), l'un des indices de référence du secteur, a surtout été tiré par les vols intérieurs qui évoluent à 104,8% du niveau d'avant-crise
  • Selon les dernières projections de l'Iata, le transport aérien devrait quasiment retrouver en 2023 le nombre de ses passagers d'avant la crise sanitaire, à 4,35 milliards contre 4,54 en 2019

PARIS: Le transport aérien de voyageurs n'a "jamais été aussi près" d'effacer les effets de la crise sanitaire, retrouvant en octobre 98,4% de son activité mondiale de 2019, a annoncé mardi sa principale association.

Le dynamisme de la fréquentation, calculée en passagers-kilomètres payants (RPK, son sigle en anglais), l'un des indices de référence du secteur, a surtout été tiré par les vols intérieurs qui évoluent à 104,8% du niveau d'avant-crise, a souligné l'Association internationale du transport aérien (Iata).

C'est la Chine, encore soumise il y a un an à des restrictions de déplacement pour tenter de juguler la transmission de la Covid-19, qui explique cet état de fait: les vols intérieurs y ont connu une "croissance à trois chiffres" par rapport à 2022, a précisé l'Iata dans un communiqué.

Les vols internationaux, dont la reprise a été plus tardive après la pandémie, ont également connu en octobre une forte croissance, de près de 30% en un an, pour atteindre 94,4% des niveaux du même mois de 2019.

Ce retard est surtout dû à la situation en Asie-Pacifique où les liaisons internationales n'atteignent encore que 80,5% de leur fréquentation pré-pandémie, a noté l'Iata.

Malgré tout, avec "les résultats solides d'octobre, le secteur aérien n'a "jamais été aussi près de parvenir à une reprise complète du trafic après la pandémie", s'est félicité le directeur général de l'Iata, Willie Walsh, cité dans le communiqué.

Selon les dernières projections de l'Iata, publiées en juin et censées être actualisées mercredi, le transport aérien devrait quasiment retrouver en 2023 le nombre de ses passagers d'avant la crise sanitaire, à 4,35 milliards contre 4,54 en 2019.

Au niveau mondial, les compagnies devraient dégager cette année leurs premiers bénéfices depuis l'irruption de la Covid-19, à 9,8 milliards de dollars. Elles ont perdu quelque 183 milliards de dollars cumulés entre 2020 et 2022.