Crise en Irak: séance cruciale du Parlement pour élire un président

Un manifestant lève une pancarte portant un slogan en arabe qui se lit "élections anticipées" lors d'une manifestation antigouvernementale appelant à la dissolution du parlement irakien près de la zone verte de la capitale Bagdad, le 9 septembre 2022. Depuis les élections d'octobre dernier année, la politique irakienne a été paralysée en raison d'un désaccord entre les factions chiites sur la formation d'une coalition, laissant le pays sans nouveau gouvernement, Premier ministre ou président. (AFP).
Un manifestant lève une pancarte portant un slogan en arabe qui se lit "élections anticipées" lors d'une manifestation antigouvernementale appelant à la dissolution du parlement irakien près de la zone verte de la capitale Bagdad, le 9 septembre 2022. Depuis les élections d'octobre dernier année, la politique irakienne a été paralysée en raison d'un désaccord entre les factions chiites sur la formation d'une coalition, laissant le pays sans nouveau gouvernement, Premier ministre ou président. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 13 octobre 2022

Crise en Irak: séance cruciale du Parlement pour élire un président

  • A trois reprises cette année, le Parlement a tenté sans succès d'organiser l'élection du président
  • La présidence de la République, fonction hautement honorifique traditionnellement réservée à un Kurde, cristallise les tensions entre les deux grands partis historiques de l'importante minorité kurde

BAGDAD: Le Parlement irakien se réunit jeudi pour tenter d'élire un nouveau président de la République et ainsi ouvrir la voie à la formation d'un gouvernement, afin de sortir le pays d'une profonde impasse politique après une année émaillée de violences et de tensions.

L'incertitude la plus totale plane encore sur cette séance parlementaire prévue à 11H00 (08H00 GMT) dans la Zone verte, quartier de Bagdad bouclé par les forces de sécurité et abritant ambassades et institutions gouvernementales.

Car depuis les législatives du 10 octobre 2021, les barons de la politique n'ont toujours pas réussi à s'entendre sur un nouveau président, ni à désigner un Premier ministre. Dans un Irak multiconfessionnel et multiethnique, la polarisation n'a fait que s'aggraver.

En filigrane transparaissent les luttes d'influences entre les deux grands pôles chiites dominant le pouvoir: d'un côté les factions pro-Iran du Cadre de coordination, de l'autre l'imprévisible et tempétueux chef religieux Moqtada Sadr.

Mais la présidence de la République, fonction hautement honorifique traditionnellement réservée à un Kurde, cristallise les tensions entre les deux grands partis historiques de l'importante minorité kurde.

Le poste revient généralement à l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), tandis que le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) garde la haute main sur les affaires du Kurdistan autonome. Mais désormais le PDK exige la présidence à Bagdad.

A trois reprises cette année, le Parlement a tenté sans succès d'organiser l'élection du président, ne parvenant pas à atteindre le quorum des deux-tiers requis pour le vote (220 députés sur 329).

« Tout peut changer »

Parmi la trentaine de candidats, trois profils se démarquent.

Le président sortant Barham Saleh, candidat officiel de l'UPK, l'ancien ministre Abdel Latif Rachid -- un ancien de l'UPK qui s'est présenté de son propre chef -- et Rebar Ahmed, ministre de l'Intérieur de la région du Kurdistan et candidat du PDK.

Une fois élu, le président pourra désigner un Premier ministre -- choisi par la plus grande coalition au Parlement -- qui entamera ensuite des tractations ardues pour former un gouvernement.

"Il n'est pas encore clair si les partis kurdes sont parvenus à un accord sur un président", souligne Hamzeh Hadad, chercheur invité au Conseil européen pour les relations internationales (ECFR).

Pour le poste de Premier ministre, "le favori est Mohamed Chia al-Soudani", indique le politologue, en référence à l'ancien ministre et ex-gouverneur de province âgé de 52 ans, choisi par le Cadre de coordination.

"Mais en politique irakienne tout peut changer jusqu'à la dernière minute".

En Irak, depuis l'invasion américaine qui renversa en 2003 Saddam Hussein, la communauté chiite, majoritaire, domine le pouvoir et ses partis donnent le là à la vie politique.

Cet été, la candidature de Mohamed Chia al-Soudani avait mis le feu aux poudres et provoqué des tensions entre le Cadre de coordination et le Courant sadriste -- les partisans de Sadr allant jusqu'à occuper les environs du Parlement pendant un mois.

Mais le Cadre de coordination, qui regroupe notamment les ex-paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, rival historique de M. Sadr-- n'a jamais fait marche arrière.

Coûte que coûte, cette coalition veut former un gouvernement -- elle représente aujourd'hui la première force au sein du Parlement, après le retrait inattendu des 73 députés du Courant sadriste.

Habitué aux coups d'éclats, le trublion de la politique Moqtada Sadr exige lui une dissolution du Parlement et des législatives anticipées, avant tout scrutin.

Reste à savoir quelle pourrait être sa réaction désormais. Il a démontré ces dernières semaines sa capacité à déstabiliser l'échiquier politique en mobilisant des dizaines de milliers de manifestants dans les rues.

L'épreuve de force a atteint son paroxysme le 29 août, quand plus de 30 partisans sadristes ont été tués dans des affrontements contre l'armée et les forces du Hachd al-Chaabi, intégrées aux troupes régulières.


Damas responsable d'une attaque au chlore à Douma en Syrie en 2018

Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Cette photo montre des bâtiments détruits à Douma le 15 août 2018. (AFP)
Short Url
  • Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma
  • Cette attaque a tué 43 personnes

LA HAYE: Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pensent que la Syrie est responsable d'une attaque au chlore en 2018 à Douma qui a tué 43 personnes, selon un rapport très attendu publié vendredi.

"Il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes arabes syriennes sont les auteurs de l'attaque aux armes chimiques du 7 avril 2018 à Douma", a déclaré dans un communiqué l'OIAC, basée à La Haye.


Tombes égyptiennes anciennes et objets découverts près des pyramides de Gizeh

Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Les autorités estiment que les tombes découvertes remontent aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. (AFP)
Short Url
  • Le cercueil n’aurait pas été touché depuis quatre mille trois cents ans, selon l'archéologue principal, Zahi Hawass
  • «Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire»

LE CAIRE: L'archéologue le plus renommé d'Égypte a annoncé la découverte de dizaines de vestiges, parmi lesquels deux tombes anciennes, dans une nécropole pharaonique située à proximité du Caire.
Zahi Hawass, ancien ministre du gouvernement et directeur des fouilles, a déclaré que les découvertes faites à Saqqarah, près des pyramides de Gizeh, remontaient aux cinquième et sixième dynasties de l'Ancien Empire. Ces dernières ont régné de 2500 à 2100 avant Jésus-Christ.

egypte
«Les travaux de fouille de la mission réalisée avec le Conseil suprême des antiquités égyptiennes ont permis de trouver des tombes qui datent de l'époque de l'Ancien Empire, ce qui indique la présence d'un immense cimetière avec de nombreuses tombes importantes», a-t-il précisé.
«La première d'entre elles est la tombe de Khnoumdjedef, prêtre et responsable des nobles dans le complexe pyramidal d'Ounas, le dernier roi de la cinquième dynastie. La tombe est colorée et présente des scènes de la vie quotidienne.

egypte
«La seconde est destinée à Messi, connu comme le gardien des secrets et le commandant adjoint du grand palais», a indiqué M. Hawass.
L'équipe a également découvert un certain nombre de statues en calcaire coloré. Elles représenteraient des serviteurs de Messi.
Elle a en outre découvert un cercueil en calcaire qui serait celui d’un homme appelé Haka Shabis dans une pièce cachée au fond d'un puits de 15 mètres, a fait savoir M. Hawass.

egypte
«Il est apparu que ce cercueil n'avait pas été touché depuis environ quatre mille trois cents ans. Lorsque nous avons ouvert son couvercle, nous avons trouvé la momie d'un homme recouverte de feuilles d'or. Cette momie est considérée comme la plus complète et la plus ancienne momie non royale trouvée à ce jour.»
Il y avait également plusieurs statues du juge et écrivain Fatak, situées à côté d'une table d'offrandes et d'un cercueil qui contenait ses restes momifiés.
Le Dr Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, a déclaré que si de nombreuses statues avaient été déterrées dans la région de Saqqarah au cours du siècle dernier, très peu avaient la taille des dernières découvertes.

egypte
«De nombreuses amulettes, des outils cosmétiques, des statues de l'idole Ptah Sokar, d’autres qui représentent des divinités, des poteries et des récipients votifs ont également été trouvés», a-t-il révélé.
Selon M. Hawass, la région archéologique de Saqqarah recèle encore de nombreux secrets qui attendent d'être découverts.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attaque contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran: un mort

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions. (Arab News)
Short Url
  • Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique
  • Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un «état satisfaisant», selon le communiqué

BAKOU: L'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran a été attaquée vendredi matin par des inconnus armés et  l'incident a fait un mort et deux blessés, a déclaré le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le 27 janvier (...), une attaque armée s'est produite contre l'ambassade d'Azerbaïdjan en Iran. Un homme armé d'une Kalachnikov a tué le chef de la garde de la mission diplomatique", indique le communiqué.

Deux autres gardiens de l'ambassade ont été blessés et se trouvent dans un "état satisfaisant", selon la même source.

Une enquête est en cours, ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

L'Iran, où résident des millions d'Azéris, a longtemps accusé son voisin de fomenter un sentiment séparatiste sur son territoire.

Les relations entre Bakou et Téhéran sont traditionnellement délicates, l'Azerbaïdjan turcophone étant un proche allié de la Turquie, une rivale historique de l'Iran.

Téhéran redoute également que le territoire azerbaïdjanais ne soit utilisé pour une éventuelle offensive contre l'Iran par Israël, le principal fournisseur d'armes à Bakou.