Nazisme: face au passé, l'Alsace commence à «sortir du malaise»

Rassemblement Nazi à Strasbourg, place Kléber (photo, domaine public)
Rassemblement Nazi à Strasbourg, place Kléber (photo, domaine public)
Short Url
Publié le Samedi 29 octobre 2022

Nazisme: face au passé, l'Alsace commence à «sortir du malaise»

  • A la différence du reste de la France occupée, la région a été annexée par le Reich qui considérait le territoire et ses habitants comme allemands
  • Dans cette région frontalière où l'on a changé quatre fois de nationalité entre 1871 et 1945, l'annexion hitlérienne est un sujet douloureux, dont certains aspects ont longtemps été tus

STRASBOURG : «On sort du malaise»: plus de 80 ans après son annexion de fait par le IIIe Reich, l'Alsace regarde en face son douloureux passé sous la botte hitlérienne, alors que se multiplient expositions, livres et conférences sur un sujet qui demeure «sensible».

«Il y a une prise de conscience et une volonté de prendre en charge ce passé qu'on voulait ignorer», analyse le sociologue Freddy Raphaël, spécialiste du judaïsme alsacien.

Le sujet reste «sensible» mais «on est en train de sortir du malaise», abonde Catherine Maurer, enseignante d'histoire contemporaine à l'Université de Strasbourg.

Dès les années 70, des chercheurs s'étaient penchés sur l'histoire de l'annexion de l'Alsace-Moselle (1940-1944). A la différence du reste de la France occupée, la région a été annexée par le Reich qui considérait le territoire et ses habitants comme allemands.

Plusieurs ouvrages ont ainsi été consacrés au Struthof (unique camp de concentration nazi en France, installé par les nazis en 1941 non loin de Strasbourg), ou au drame des incorporés de force, les 130.000 «malgré-nous» versés dans l'armée allemande.

Mais dans cette région frontalière où l'on a changé quatre fois de nationalité entre 1871 et 1945, l'annexion hitlérienne est un sujet douloureux, dont certains aspects ont longtemps été tus.

- «Germanité» -

«Il y a une part de non-dit qui naît après guerre», «on ne souhaite plus parler vraiment de cette période», explique Jérôme Schweitzer, conservateur à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS), où il a monté avec Mme Maurer l'exposition «Face au nazisme. Le cas alsacien» à l'occasion des 80 ans de l'incorporation de force (1942).

Parmi les thèmes explorés jusqu'au 15 janvier: la propagande sur la «germanité» de l'Alsace, la «culture au service de l'idéologie» ou encore la résistance alsacienne au nazisme. L'épineuse question des «ralliés», ces Alsaciens qui ont épousé, par conviction, la doctrine national-socialiste, est également abordée.

De nombreux documents d'époque sont exposés, comme des affiches de propagande, ainsi qu'un plan de Strasbourg aux noms nazifiés, à l'image de l'actuelle place Broglie, alors baptisée «place Adolf-Hitler».

«Il n'y a sans doute jamais eu» dans la région «d'exposition de cette ampleur sur le sujet», estime Mme Maurer.

Elle coïncide avec une actualité dense autour de l'annexion, alors qu'on dénombre actuellement pas moins de six expositions sur le sujet en Alsace.

En mai, le rapport de l'Université de Strasbourg sur la faculté de médecine de la Reichsuniversität nazie avait déjà fait grand bruit en passant au crible les «crimes médicaux de guerre» commis en son sein, notamment des «expérimentations humaines».

Auparavant, les livres de deux pasteurs («La demeure du silence», de Gérard Janus et «Ces protestants alsaciens qui ont acclamé Hitler», de Michel Weckel), pointant les compromissions d'une partie du monde protestant local avec le nazisme, avaient suscité des remous.

- «Victimaire» -

L'an passé, un ouvrage avait levé le voile sur les affinités d'extrême-droite et les fonctions sous Vichy de Pierre Pflimlin, ex-maire de Strasbourg et figure de la IVe République («La face cachée de Pierre Pflimlin», par  Claude Mislin).

«Nous sommes à un moment où des choses surgissent», constate Michel Weckel. L'Alsace a «souffert du joug nazi» mais a eu «un peu tendance à se positionner de manière victimaire», estime le pasteur, qui appelle à ne pas occulter les pans «plus sombres».

Des aspects que Freddy Raphaël, aujourd'hui âgé de 86 ans, a cherché à pointer il y a quelques dizaines d'années avec un «groupe informel» d'historiens et de sociologues. «La nuit, je recevais des appels anonymes pour me dire +les fours sont encore chauds+ ou me traiter de +Nestbeschmutzer+ (littéralement en allemand : «celui qui salit le nid»), se souvient-il.

Depuis, le temps a passé, autorisant un rapport moins passionnel, «plus ouvert» à cette période, estime Mme Maurer. L'ouverture fin 2015 des archives de Vichy a aussi offert aux chercheurs de nouvelles perspectives, insiste-t-elle.

«L'histoire de l'Alsace a longtemps fait partie d'une sorte de déni», relève Jérôme Schweitzer, et des champs de recherche «restent inexplorés». Sur cette période, son histoire «n'est pas encore écrite».


Guillaume Meurice convoqué à une commission de discipline le 30 mai

L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
L'humoriste français Guillaume Meurice (Photo, AFP).
Short Url
  • Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu
  • L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France

L'humoriste de France Inter Guillaume Meurice, suspendu depuis trois semaines dans l'attente d'un possible licenciement, est convoqué à une commission de discipline le 30 mai à 14h30 par la direction des ressources humaines de Radio France, a-t-il annoncé à l'AFP mercredi.

"La sanction envisagée est la rupture anticipée pour faute grave" de son contrat de travail, est-il rappelé dans sa convocation, consultée par l'AFP et qui fait suite à un entretien préalable jeudi dernier.

"Aucune décision définitive de sanction" ne sera "notifiée moins de deux jours ouvrables après la tenue de la commission" et  l'humoriste pourra demander "au cours de la réunion (...) que ce délai minimum soit augmenté à huit jours calendaires", est-il précisé.

Sollicitée par l'AFP, la direction de Radio France n'a pas souhaité commenter.

Guillaume Meurice a été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur Benjamin Netanyahu tenus fin octobre.

Nazi

Il avait comparé le Premier ministre israélien à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui lui avait valu des accusations d'antisémitisme et une plainte, récemment classée sans suite.

L'humoriste, qui pourra être assisté le 30 mai d'une personne de son choix parmi les salariés de Radio France, était accompagné d'un délégué syndical Sud lors de son entretien préalable la semaine dernière.

A l'issue de cet entretien, le syndicat avait expliqué qu'il était reproché à Guillaume Meurice d'avoir répété ses propos polémiques "en sachant que l'Arcom (le régulateur de l'audiovisuel) avait adressé à Radio France une mise en demeure" la première fois.

Ainsi, le chroniqueur aurait "manqué de loyauté envers son employeur" et l'aurait fait "afin de servir des intérêts personnels", rapporte Sud qui conteste cela.

"La DRH de Radio France dispose des éléments suffisants pour renoncer à une sanction pouvant aller jusqu'à la rupture anticipée du contrat de travail", estime le syndicat.

Une grève contre la suspension de Guillaume Meurice avait empêché dimanche 12 mai la diffusion de l'émission de Charline Vanhoenacker, dont il fait partie, et perturbé les programmes de cette station durant la journée.


Le patron des Républicains souhaite que la France quitte la CPI

Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Le chef du parti d'opposition de droite LR, Eric Ciotti (Photo, AFP).
Short Url
  • «Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée»
  • Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages

PARIS: La Cour pénale internationale "s'est définitivement décrédibilisée" avec un mandat d'arrêt requis contre Benjamin Netanyahu et la France doit la quitter, a estimé mercredi le patron des Républicains Eric Ciotti, tandis que le président du Sénat Gérard Larcher a qualifié "d'outrageuses" les demandes de son procureur.

"Je crois que la CPI s'est définitivement décrédibilisée, qu'elle n'existera plus", a déclaré M. Ciotti sur BFMTV et RMC, jugeant "ridicule" de "mettre en accusation le Premier ministre d'un Etat démocratique qui se défend de la pire attaque terroriste qui ait jamais eu lieu".

Le procureur de la juridiction basée à La Haye a requis des mandats d'arrêt à l'encontre du chef de gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, ainsi que son ministre de la Défense Yoav Gallant, visés au même titre que les trois plus hauts chefs du Hamas (Ismaïl Haniyeh, Mohammed Deif, Yahya Sinouar).

Ce qui revient pour M. Ciotti à "mettre sur le même plan des terroristes immondes, des islamistes", qui ont "les mêmes racines que ceux qui ont attaqué le Bataclan et la promenade des Anglais à Nice".

«Décrédibilisé»

Le député des Alpes-Maritimes a déploré que l'on "donne du crédit à des institutions politisées".

Quitte à sortir de la CPI? "Oui, absolument, elle s'est décrédibilisée", a-t-il insisté, avant de lancer: "Est-ce qu'elle attaque l'ayatollah Khamenei en Iran ? Est-ce qu'elle attaque M. Erdogan ? Est-ce qu'elle attaque Xi Jinping ? Enfin, où est-on là ? C'est ridicule".

Le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui recevait dans la matinée le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz ainsi que plusieurs familles d'otages, a lui estimé que "mettre sur le même plan un gouvernement démocratique et des terroristes" était "une comparaison outrageuse et outrageante".

"Il faut faire attention à ce que ne se retrouvent pas sur le même banc ceux qui sont responsables d'assassinats et ceux qui ont été les victimes. C'est ma conception de la justice et je ne souhaite pas qu'elle s'égare", a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse après cette visite ministérielle.

Le sujet divise depuis lundi la classe politique française: d'un côté la droite, l'extrême droite mais aussi le camp présidentiel se sont émus d'une décision traçant un "parallèle" ou une "équivalence" entre Israël et le Hamas, placés "sur un pied d'égalité"; de l'autre la gauche a salué l'action d'une CPI "dans son rôle".


Macron en route pour la Nouvelle-Calédonie, nouveaux incendies dans la nuit à Nouméa

Short Url
  • Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa"
  • Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission"

NOUMEA: Après plus d'une semaine d'émeutes, Emmanuel Macron est en route mercredi pour la Nouvelle-Calédonie avec l'objectif d'y renouer le fil du dialogue et d'accélérer le retour à l'ordre à Nouméa, où deux écoles et un concessionnaire automobile ont été incendiés pendant la nuit.

La visite surprise du chef de l'Etat a été annoncée mardi en Conseil des ministres, alors que se multiplient les demandes de report du projet de loi constitutionnelle sur le corps électoral, rejeté par les indépendantistes.

Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a signalé dans un communiqué le Haut-Commissariat de la République. Selon la municipalité de Nouméa, interrogée par l'AFP, deux écoles et 300 véhicules d'un concessionnaire sont notamment partis en fumée.

Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Elysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique Sud pour y installer une "mission", a précisé la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, sans fournir plus de détail.

"Très peu de temps après l'annonce" de sa venue, la Nouvelle-Calédonie a par ailleurs été visée par une cyberattaque "d'une force inédite" visant à "saturer le réseau calédonien", a indiqué lors d'une conférence de presse Christopher Gygès, membre du gouvernement collégial calédonien.

L'attaque, consistant en l'envoi simultané de "millions d'emails", a été stoppée "avant qu'il y ait des dégâts importants", a-t-il dit.

Dans un quartier aisé du sud de Nouméa épargné par les émeutes, Jean, 57 ans, se relaie depuis une semaine avec ses voisins sur une barricade destinée à empêcher d'éventuelles intrusions.

La venue du président est "une bonne nouvelle", estime-t-il: "La situation est totalement bloquée, il faut espérer que ça permette aux esprits de se calmer, qu'une porte de sortie va être trouvée."

Sur un barrage de Dumbéa, un fief indépendantiste à l'ouest de Nouméa, Mike, 52 ans, souhaite lui aussi que "Macron arrive pour voir ce qui se passe", tout en répétant que "nous, on reste sur l'opposition: c'est non au dégel".

"Je ne comprends pas pourquoi notre sort doit être discuté par des gens qui n'habitent même pas ici", déplore-t-il.