Le sommet de la Francophonie se penche sur les crises politiques africaines

Une réunion bilatérale lors du 18e Sommet des pays francophones à Djerba, le 19 novembre 2022 (Photo, AFP).
Une réunion bilatérale lors du 18e Sommet des pays francophones à Djerba, le 19 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 20 novembre 2022

Le sommet de la Francophonie se penche sur les crises politiques africaines

  • Une Déclaration de Djerba doit être adoptée à l'isssue du sommet qui sera aussi l'occasion de réélire Mme Mushikiwabo, seule candidate en lice
  • Avant de repartir pour Paris samedi soir, M. Macron a annoncé que la France était candidate pour succéder en 2024 à la Tunisie, à la présidence de la Francophonie

DJERBA: Le sommet de la Francophonie en Tunisie est entré dimanche dans sa phase finale avec, au menu, une réunion consacrée à l'instabilité politique en Afrique francophone qui alimente une défiance citoyenne croissante.

Après une journée dédiée au numérique comme outil de développement et à l'ambition des 88 membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) de renforcer son rôle international, les dirigeants se sont retrouvés dimanche pour de nouvelles réunions, dont une à huis clos axée sur la "défiance citoyenne".

Avant le sommet, la secrétaire générale de l'OIF, Louise Mushikiwabo, avait dit à l'AFP vouloir provoquer une "réflexion" pour une prise de conscience chez les dirigeants du continent.

Pour elle, "la révolte qu'on voit dans la jeunesse francophone en Afrique vient d'un désenchantement politique", des "frustrations du quotidien" et vis-à-vis "de la classe dirigeante".

"Ce n'est pas du tout un rejet de la langue française", a estimé l'ancienne cheffe de la diplomatie rwandaise, en concédant que cela rejaillissait parfois sur la France, ancienne puissance colonisatrice dans la région.

Pour se distinguer des sommets ponctués par une litanie de discours, la rencontre de Djerba a adopté un nouveau format de tables rondes entre hauts dirigeants, avec un rapporteur chargé de restituer au grand public l'essentiel des discussions.

D'autres ateliers dimanche seront consacrés à la jeunesse et à l'entreprenariat féminin, avant l'ouverture d'un forum économique qui prolongera le sommet sur ces thématiques.

Position sur l'Ukraine

L'OIF, fondée en 1970, a trois missions principales : promouvoir le français, notamment par des programmes éducatifs, développer la coopération économique dans un espace francophone de 321 millions de locuteurs appelés à plus que doubler d'ici à 2050, et participer à la médiation des conflits internationaux.

Au premier jour du sommet, Mme Mushikiwabo a insisté sur l'ambition du bloc d'affirmer son "influence dans un monde fracturé" et d'avoir une "Francophonie plus soudée dans l'élaboration de positions communes" à proposer aux autres organisations multilatérales.

Des tensions entre pays francophones ont toutefois éclaboussé l'ouverture du sommet quand le Premier ministre de République démocratique du Congo, Jean-Michel Sama Lukonde a refusé de poser sur la photo de famille, à côté de Paul Kagame, président du Rwanda que Kinshasa accuse de soutenir les rebelles du M23 dans l'est de la RDC.

Autre dossier international brûlant : l'Ukraine, pays observateur de l'OIF, qui compte d'autres non francophones parmi ses membres, associés ou observateurs, comme les Emirats arabes unis et la Serbie.

Le président français Emmanuel Macron, présent au sommet samedi, a fait état d'une "déclaration de tous les membres" exprimant "une position très claire sur la guerre lancée par la Russie en Ukraine".

Le fossé au sujet de ce conflit s'est pourtant creusé récemment entre les pays africains qui regrettent le peu d'intérêt des Occidentaux pour leurs propres crises, contrastant avec la rapidité de leur intervention sur la guerre en Ukraine.

Une Déclaration de Djerba doit être adoptée à l'isssue du sommet qui sera aussi l'occasion de réélire Mme Mushikiwabo, seule candidate en lice, pour un nouveau mandat de quatre ans.

France candidate

Avant de repartir pour Paris samedi soir, M. Macron a annoncé que la France était candidate pour succéder en 2024 à la Tunisie, à la présidence de la Francophonie.

Pendant le sommet, la France a annoncé un prêt de 200 millions d'euros à la Tunisie, pour soutenir son économie chancelante, très dépendante des importations alimentaires notamment ukrainiennes et russes.

M. Macron n'a en revanche fait qu'une timide allusion à la crise politique qui secoue le pays depuis le coup de force du président Kais Saied, en juillet 2021, accusé par ses opposants d'avoir mis fin à une expérience démocratique unique dans le monde arabe.

Avant des élections législatives prévues mi-décembre en Tunisie pour renouveler un Parlement au rôle sensiblement diminué par une récente réforme constitutionnelle, M. Macron a rappelé que "les libertés fondamentales étaient intrinsèques" à "l'acquis démocratique en Tunisie".


Liban: le diplomate coordonnant le soutien international critique la «lenteur» des réformes

Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Le ministre libanais de l'Énergie par intérim Walid Fayad rencontre l'envoyé français chargé de coordonner l'aide internationale au Liban Pierre Duquesne dans la capitale Beyrouth, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars
  • Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban

BEYROUTH: Le diplomate français chargé de la coordination du soutien international au Liban a déploré vendredi la "lenteur" dans la mise en place par les autorités des réformes préalables à une aide financière du Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI avait annoncé en avril un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en œuvre de réformes cruciales dans le pays en crise.

"C'est vraiment lent", a estimé Pierre Duquesne, tout en soulignant lors d'un entretien avec des journalistes à Beyrouth, dont l'AFP, "quelques petits ajustements qui vont dans le bon sens" de la part des autorités.

Parmi les réformes réclamées par le FMI figure l'approbation par le Parlement du budget 2022, adoptée de façon "tardive" selon M. Duquesne.

Le FMI exige également la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux, qui tardent à voir le jour.

"Il n'y a pas d'autre solution que le FMI pour apporter capitaux, crédibilité et confiance (...) et réduire les inégalités", a souligné le diplomate français.

Pierre Duquesne s'est rendu à Beyrouth dans le cadre d'une mission sur l'appui de la France au redressement du secteur énergétique du Liban, qui l'a déjà conduit en Egypte et en Jordanie.

"Les deux pays ont fait part d'une extrême bonne volonté et se sont dits prêts techniquement à fournir gaz et électricité au Liban"", presque entièrement privé de courant, a dit le diplomate.

Mais le gaz devra passer par la Syrie, soumise à des sanctions américaines en vertu de la "loi César" sanctionnant les Etats commerçant avec ce pays.

M. Duquesne se rendra dans les dix prochains jours à Washington pour évoquer avec l'administration américaine "des exemptions", selon lui, afin de permettre la fourniture de gaz égyptien et d'électricité jordanienne au Liban, via la Syrie.

Il doit également rencontrer des responsables de la Banque mondiale, l'accord pour la fourniture de gaz et d'électricité au Liban étant également conditionné au financement de cette institution.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une crise socio-économique largement imputée à la corruption et l'incurie de la classe dirigeante.

En septembre 2022, le FMI avait déjà épinglé les autorités libanaises pour la "lenteur" des réformes et en octobre, la patronne du FMI les avait appelé à "faire passer d'abord la population", dont plus de 80% a basculé dans la pauvreté, selon l'ONU.


Liban: la famille d'un intellectuel assassiné en 2021 réclame une enquête de l'ONU

Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Les gens se rassemblent pour commémorer l'éminent militant et intellectuel libanais Lokman Slim place de la Sorbonne à Paris, la capitale française, le 11 février 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame
  • Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien

BEYROUTH: La famille de l'intellectuel libanais Lokman Slim a réclamé vendredi une mission d'enquête de l'ONU pour déterminer si son assassinat il y a deux ans ainsi que deux autres meurtres sont liés à la gigantesque explosion au port de Beyrouth.

Des Rapporteurs spéciaux de l'ONU ont critiqué jeudi "la lenteur des progrès" de l'enquête locale sur le meurtre de Lokman Slim, un militant réputé pour ses positions critiques envers le Hezbollah pro-iranien.

"Nous appelons le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à s'engager à mener une mission d'enquête" sur l'explosion meurtrière au port, a déclaré Monika Borgman, la veuve de Lokman Slim. Elle s'exprimait en présence d'ambassadeurs occidentaux au cours d'une commémoration de l'assassinat de son époux organisée à son domicile de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah.

Soulignant que "l'enquête locale n'avance pas et est entravée", elle a demandé à ce qu'une enquête de l'ONU engloble l'assassinat le 3 février 2021 de Lokman Slim et deux meurtres qui l'ont précédé, "qui pourraient être liés à l'explosion" ayant ravagé Beyrouth.

Des ONG et les familles de victimes de l'explosion du port, qui a fait plus de 215 morts en août 2020, réclament une enquête internationale sur ce drame, la classe politique tentant d'entraver l'investigation locale par tous les moyens.

Le juge chargé de l'enquête a même été poursuivi pour "insubordination" la semaine dernière en raison de sa détermination à faire toute la lumière sur l'explosion causée par une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée au port depuis 2013.

Lokman Slim avait été assassiné deux semaines après avoir révélé que des quantités de ce nitrate d'ammonium avaient été utilisées par le régime syrien pour larguer des barils explosifs sur les zones rebelles au plus fort de la guerre en Syrie.

Deux mois plus tôt, un officier des douanes à la retraite, Mounir Abou Rjeili, et un photographe indépendant, Joe Bejjani, avaient été assassinés, et des médias libanais avaient suggéré un possible lien avec l'explosion au port de Beyrouth.

L'enquête locale sur l'assassinat de Lokman Slim "n'avance pas pour des raisons politiques", a déclaré sa veuve de nationalité allemande à l'AFP, soulignant que sur "plus de 200 assassinats politiques au Liban depuis l'indépendance", "presque rien n'a été fait".

Lokman Slim, 58 ans, avait été retrouvé mort dans sa voiture, tué par balles, dans le sud du pays. Partisan acharné de la laïcité, issu de la haute bourgeoisie chiite, il était l'une des rares voix dissidentes au sein de sa communauté.

Peu avant son assassinat, il avait répété lors d'entretiens à la télévision que le Hezbollah prenait le Liban en otage pour le compte de l'Iran.


Emoi en Irak après la mort d'une jeune YouTubeuse tuée par son père

Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Short Url
  • Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya
  • Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie

BAGDAD: Le meurtre d'une YouTubeuse irakienne de 22 ans tuée par son père en raison d'un "différend familial" suscitait l'émoi vendredi en Irak, pays largement patriarcal où les féminicides commis au nom de l'"honneur" ne sont pas rares.

Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya (sud), a indiqué vendredi sur Twitter Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Selon lui, la police avait auparavant tenté une médiation entre la jeune femme et ses proches pour "résoudre de manière définitive le différend familial" les opposant.

Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie. 

Saad Maan a expliqué qu'une unité de police suivant les questions de société était intervenue. Au lendemain d'une première rencontre, "alors que nous devions les revoir, nous avons été surpris par la nouvelle du meurtre par son père, qui a fait des aveux initiaux après s'être livré à la police", a-t-il précisé.

Sollicité par l'AFP, un responsable des services de sécurité de Diwaniya a confirmé que des "différends familiaux" remontant à 2015 étaient à l'origine du drame.

La famille s'était rendue en Turquie en 2017. Mais au moment de rentrer en Irak, Tiba al-Ali avait refusé de se joindre à ses proches. Elle vivait depuis en Turquie, selon ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Son meurtre a eu lieu alors qu'elle était en visite en Irak.

Sur son compte YouTube, la jeune femme partageait des vidéos de son quotidien dans lesquelles apparaissait très souvent son fiancé.

Le drame a provoqué un tollé et des militants ont appelé à manifester dimanche devant un tribunal de Bagdad.

Dans une société irakienne largement patriarcale, avocates et militantes luttent pour défendre les droits des femmes souvent piétinés. Elles dénoncent l'inaction des autorités face aux violences domestiques, aux mariages précoces et aux crimes dits d'"honneur".

"Les femmes dans nos sociétés sont les otages de coutumes arriérées en raison de l'absence de lois dissuasives et de mesures gouvernementales qui ne sont pas à la hauteur de l'ampleur des violences domestiques", a déploré sur Twitter l'ancienne députée kurde Ala Talabani.

"Tant que les autorités irakiennes n'auront pas adopté de législation assez solide pour protéger les femmes et les filles des violences sexistes, nous continuerons à être témoins de meurtres aussi épouvantables que celui de Tiba Ali", a réagi vendredi Aya Majzoub, directrice régionale adjointe à Amnesty International.