La nomination du nouveau représentant américain froidement accueillie côté palestinien

Short Url
Publié le Vendredi 25 novembre 2022

La nomination du nouveau représentant américain froidement accueillie côté palestinien

  • Des responsables à Ramallah ont déclaré que la nomination de Hady Amr n'aura aucun impact pratique sur l'impasse entre Israël et les Palestiniens
  • «Amr est un véritable héros, qui se soucie des Palestiniens et de la cause palestinienne» selon Jim Moran, ancien député américain

WASHINGTON: La nomination de Hady Amr au poste de représentant spécial des États-Unis pour les affaires palestiniennes ne répond pas aux attentes d'un engagement plus ferme de l'administration Biden, a affirmé l'Autorité palestinienne.
Amr, qui occupait auparavant le poste de secrétaire d'État adjoint chargé des affaires israélo-palestiniennes, se concentrera désormais sur les questions palestiniennes au sein du Bureau des affaires du Proche-Orient du département d'État.
Un geste plus qu'insuffisant pour les dirigeants palestiniens, qui attendent encore la réouverture du consulat américain à Jérusalem, fermé au cours de l'ère Trump.
Israël n'ayant montré aucun intérêt à s'engager sérieusement dans des pourparlers de paix, il est peu probable qu'Amr puisse exercer une influence sur la situation des territoires palestiniens occupés, ont-ils ajouté.
L'administration Biden ne respecte pas les objectifs qu'elle s'est fixés, ont-ils alerté, à savoir mettre fin à l'occupation israélienne des territoires palestiniens et ouvrir la voie à la création d'un État palestinien indépendant.
Selon la diplomatie américaine, le Bureau s'engagera étroitement avec les Palestiniens et leurs dirigeants et, en coopération avec l'ambassade américaine, continuera à communiquer avec Israël sur les questions liées aux Palestiniens
La nomination d'Amr reflète «l'engagement de l'administration de Washington à renforcer l'engagement des États-Unis avec les Palestiniens», a-t-elle affirmé.
«Le président Biden a réaffirmé qu'en Israël et en Cisjordanie, nous restons attachés à la réouverture de notre consulat général à Jérusalem et à la vision d'une solution à deux États.»
«La vraie question pour nous, Palestiniens, est de savoir quel sera le mandat d’Amr dans ce nouveau poste, alors qu'Israël s'oriente vers des politiques plus extrémistes contre les Palestiniens», a réagi un responsable du Fatah.
«Amr va-t-il superviser et mettre en œuvre les objectifs politiques déclarés par Biden, ou nous donner encore deux ans de course en rond sans aucun résultat réel sur le terrain?»
La réticence de l'administration Biden à prendre des «mesures tangibles» en faveur des Palestiniens illustre selon lui un manque de volonté à trouver une solution durable au conflit.
Pour Jim Moran, ancien député américain, la frustration des Palestiniens à l'égard de l'administration Biden est compréhensible. Il a toutefois rappelé qu'«Amr s'est battu pour qu'ils soient représentés à Washington.»
Amr a dû faire face à «obstacles insurmontables à Washington de la part d'opposants à son combat», a-t-il poursuivi.
«Amr est un véritable héros, qui se soucie des Palestiniens et de la cause palestinienne.»
Un responsable de l'Autorité palestinienne qui a parlé à Arab News sous couvert d'anonymat a dévoilé qu'une partie du problème de l'Autorité Palestinienne avec l'administration Biden est qu'elle a refusé de prendre des mesures réelles dans le but d’annuler les mesures prises par l'administration Trump dans le cadre de son soi-disant «accord du siècle».
La frilosité de l'administration Biden à tourner le dos aux mesures prises sous l'ère Trump, a notamment suscité la méfiance de l'Autorité palestinienne, selon l'un de ses membres qui a souhaité garder l'anonymat.
«L'accord du siècle de Trump est toujours en vigueur sous l'administration Biden», a-t-il rappelé, en faisant référence à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par les Etats-Unis en 2017. L'ambassade américaine en Israël avait en conséquence été déplacée dans la ville sainte, où elle est toujours installée.
«Bien qu'Amr soit très respecté au sein de la direction palestinienne, cette nomination ne suffit pas à nous faire croire que l'administration Biden est sérieuse quant à son engagement en faveur de la solution à deux États.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Egypte: rare manifestation d'avocats au Caire

La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
Short Url
  • Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances
  • Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques

LE CAIRE : "Des milliers d'avocats" ont manifesté lundi au siège de leur syndicat dans le centre du Caire, a déclaré l'avocat Tarek el-Awadi, dans un pays où les manifestations publiques sont interdites.

Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances.

Me Awadi a déclaré à l'AFP "qu'en exprimant leur opposition au système de facturation électronique, les avocats exerçaient un droit légitime". Ils dénoncent un système de facturation qui les accablerait de frais exorbitants.

Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques.

Les pharmaciens et les médecins ont également exprimé leur mécontentement à l'approche de l'échéance du 15 décembre pour s'inscrire au nouveau système, dénonçant des frais d'inscription annuels importants.

Les avocats devraient être exemptés car ils "ne sont pas des prestataires de services", mais sont "chargés d'aider le pouvoir judiciaire pour que justice soit faite", a déclaré dimanche le chef adjoint du syndicat, Magdy al-Sakhy, à la télévision d'Etat.

Les frais de mise en place du système, a déclaré Me Awadi, pourraient dépasser "ce qu'un cabinet (d'avocats) moyen gagne en quatre mois".

En 2013, des manifestations de masse contre l'ancien président islamiste Mohamed Morsi ont conduit à son éviction par le chef de l'armée de l'époque, Abdel Fattah al-Sissi.

La même année, une loi a été adoptée interdisant toutes les manifestations sauf celles autorisées par la police.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi et l'arrivée au pouvoir l'année suivante d'Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s'est abattue sur toute forme de dissidence dans le pays.