Le festival des anciens royaumes d'AlUla met les trésors archéologiques de l'Arabie saoudite à l'honneur

L'oasis historique de Khaybar, un carrefour depuis des milliers d'années, est l'une des pièces maîtresses du premier festival des anciens royaumes (Photo fournie).
L'oasis historique de Khaybar, un carrefour depuis des milliers d'années, est l'une des pièces maîtresses du premier festival des anciens royaumes (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 25 novembre 2022

Le festival des anciens royaumes d'AlUla met les trésors archéologiques de l'Arabie saoudite à l'honneur

  • Lieu de résidence d'icônes royales et de personnalités légendaires, dont le dernier roi de Babylone, Tayma réécrit l'histoire de la péninsule arabique
  • Le remarquable écosystème de désert volcanique de la région et sa grande importance historique font de Khaybar une énigme unique

DUBAÏ: Pendant des siècles, l'importance des anciennes villes de Tayma, près de l'actuelle ville de Tabuk dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, et de Khaybar, une oasis au nord de Médine, a été largement oubliée.
Aujourd'hui, la Commission royale d'AlUla fait revivre ces sites d'envergures dans le cadre du premier festival des anciens royaumes, en reliant les anciennes oasis d'AlUla, Tayma et Khaybar afin de célébrer leur patrimoine et leur culture distincts.
«Cette année, nous avons célébré un moment extraordinaire en renouant la triade AlUla, Khaybar et Tayma dans une approche réfléchie fondée sur des années de recherche», a déclaré à Arab News, Eman Alankari, directrice exécutive de la gestion des sites culturels à la Commission royale d'AlUla.
«Pour la première fois dans l’histoire moderne, les sites comparables peuvent être consultés et compris en parallèle, dans un récit historique continu.»
Tayma est mentionnée dans des textes assyriens datant du quatrième siècle avant J.-C. et elle est évoquée à de nombreuses reprises dans la Bible hébraïque. Au cours du premier siècle de notre ère, Tayma aurait été une colonie essentiellement juive.

La région, notamment certaines parties comme la vieille ville de Tayma, présente des traces d'occupation humaine remontant à quatre mille ans (Photo fournie).

Cependant, son histoire remonte à bien plus loin que cela. Des découvertes archéologiques révèlent que Tayma était habitée dès l'âge du bronze, aux alentours du quatrième millénaire de notre ère.
En 2010, la Commission saoudienne du Tourisme et du Patrimoine national a annoncé qu'une équipe d'archéologues saoudiens avait découvert les premières inscriptions hiéroglyphiques du Royaume mentionnant un pharaon égyptien, en l'occurrence Ramsès III (1186-1155 av. J.-C.).
Cette découverte montre que Tayma était autrefois une importante route terrestre entre la côte occidentale de l'Arabie et la vallée du Nil en Égypte.
Les premières archives modernes connues de Tayma remontent au XIXe siècle, lorsque le voyageur, poète, écrivain et explorateur anglais Charles Montagu Doughty a visité et cartographié la région en 1877.
Doughty avait visité AlUla un an plus tôt, le mentionnant dans son livre de 1888, «Travels in Arabia Deserta» («Voyages la péninsule arabique déserte»), qui constitue le premier ouvrage occidental complet sur la géographie de la péninsule arabique.

L'ancienne ville d'Hegra de nuit (Photo fournie).

Entre 1878 et 1882, l'orientaliste et explorateur français Charles Huber s'est également rendu à AlUla pour explorer les inscriptions anciennes de la région. C'est au cours de ce voyage qu'il a découvert les pierres de Tayma – une collection de tablettes inscrites en araméen – qui ont été apportées au Louvre à Paris en 1883, où elles se trouvent encore aujourd'hui.
Les inscriptions décrivent comment un roi akkadien a envahi la ville de Tayma, massacrant et réduisant en esclavage ses habitants. Les Akkadiens (2350-2150 avant J.-C.) ont construit le premier empire antique de Mésopotamie après la civilisation de Sumer.
L'importance historique de Tayma tient à sa position stratégique sur l'ancienne route de l'encens, un réseau de routes commerciales de plus de 2 000 km qui transportait l'encens et la myrrhe du Yémen et d'Oman, dans la péninsule arabique, vers la Méditerranée.
Tayma est également connue sous le nom de «Terre des Rois», principalement à cause de l'énigmatique roi babylonien Nabonide, qui y a résidé au milieu du VIe siècle avant J.-C. Il avait autrefois régné sur l'Empire babylonien, qui comprenait les actuels Irak et Syrie.

EN BREF

* ALULA: Englobant plus de deux-cent-mille ans d'histoire humaine, AlUla abrite la cité nabatéenne d'Hegra – premier site saoudien inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco – et les tombes de Dadan – capitale des royaumes dadanites et lihyanites.

* KHAYBAR: Le remarquable écosystème volcanique désertique de la région et sa riche signification historique font de Khaybar une destination énigmatique unique, avec des sites du patrimoine intemporels et des paysages épiques.

* TAYMA: Un centre archéologique émergeant, abritant des icônes royales et des personnalités légendaires, dont le dernier roi babylonien, Tayma est en train de réécrire l'histoire du nord-ouest de l'Arabie.

Nabonide est le dernier roi de l'empire néo-babylonien, qui a régné de 556 av. J.-C. à la chute de Babylone au profit de l'empire achéménide, sous le règne du roi perse Cyrus le Grand, en 539 av. J.-C.
Un individu fascinant à étudier, certains archéologues considèrent Nabonide comme un réformateur religieux et le premier archéologue.
Nabonide a conquis Tayma et y a vécu pendant une décennie pour pratiquer son culte et rechercher des prophéties, tout en confiant le trône à son fils, Belshazzar. La raison pour laquelle il a choisi de vivre à Tayma demeure un mystère.
Les guides touristiques actuels de Tayma fournissent une théorie sur la raison pour laquelle Nabonide a négligé son empire et s'est installé à Tayma. Certains disent qu'il aurait été en désaccord avec la religion principale de Babylone et se serait installé à Tayma pour adorer le dieu de son choix, mais personne ne peut prouver cette hypothèse.
On fait allusion à son exil sur une stèle découverte par des équipes de fouilles saoudiennes et allemandes en 2005. Après sa défaite face à Cyrus le Grand, on ne sait toujours pas s'il a été exécuté ou contraint à l'exil.
Si nous ne saurons jamais pourquoi Nabonide a mystérieusement abandonné la ville de Babylone pour une oasis isolée dans le désert d'Arabie occidentale, une partie de son héritage nous éclaire sur l'importance de ces royaumes du désert, jusqu'à récemment peu connus.
Les trésors anciens de Tayma et de Khaybar constituent la pièce maîtresse d’AlUla Moments de cette année et, en particulier, du festival inaugural des anciens royaumes, qui fait revivre les trois oasis interconnectées du nord-ouest de l'Arabie.
Le festival propose une variété de spectacles culturels, d'ateliers et de visites touristiques, recréant l'histoire et les traditions de ces villes qui, pendant des milliers d'années, ont servi de carrefour pour les marchands et les explorateurs.
Depuis son ouverture aux touristes, AlUla accueille les visiteurs sur ses sites anciens, notamment le site d’Hegra, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Les histoires fascinantes qui émergent de ces carrefours commerciaux autrefois très animés de la péninsule arabique ancienne mettent l’accent sur un monde longtemps perdu dans les sables du temps. (Photo fournie)

«La Commission royale d'AlUla travaille en étroite collaboration avec une équipe internationale d'experts en archéologie et en gestion du patrimoine afin de découvrir, de faire revivre et de protéger les sites du patrimoine dans notre région d'engagement», a signalé Alankari à Arab News.
«Notre vision est de créer le plus grand musée vivant à ciel ouvert du monde et de partager les trésors qui sont révélés en emmenant le monde directement sur les sites, sur les lieux où l'histoire s'est déroulée et où les découvertes continuent d'être faites.»
Les visiteurs du festival peuvent visiter l'ancien temple de Salm, qui surplombe un vaste paysage où se trouvait autrefois un ancien lac, et les vestiges de structures datant de l'âge du fer.
Ils peuvent également voir Bir Haddaj, un puits estimé être le plus grand du monde antique, construit sous le règne de Nabonide au milieu du sixième siècle de notre ère.
Au cinquième siècle de notre ère, le puits est tombé en désuétude et est resté enterré pendant des siècles jusqu'à ce qu'un habitant juif local, Soleiman al-Gonaim, ait découvert son emplacement et l’ait restauré. En 1953, c'est au tour de l'État saoudien moderne d'ajouter quatre pompes pour aider les agriculteurs locaux à obtenir suffisamment d'eau pour leurs cultures.

La vision des organisateurs du festival est de créer le «plus grand musée vivant en plein air du monde» (Photo fournie).

À Khaybar, ouvert au public à l'occasion du festival, les visiteurs peuvent explorer de mystérieuses structures préhistoriques en pierre – à voir en hélicoptère – et le site volcanique de Harrat Khaybar, où ils peuvent profiter de sentiers d'aventure à travers les tubes de lave d'Umm Jirsan.
Parmi les moments les plus marquants d'AlUla, citons les excursions à Hegra, l'ancien royaume de Dadan, autrefois la capitale des royaumes dadanites et lihyanites, où les visiteurs peuvent participer à un programme d'«apprentis archéologues» et interagir avec des experts en la matière.
Un voyage à travers Jabal Ikmah, une montagne près de l'ancienne ville de Dadan, révèle des inscriptions anciennes, des chemins rocheux sinueux et des vues nocturnes époustouflantes de l'ancien paysage du désert de la péninsule arabique.
Cependant, les joyaux de la couronne du festival sont sans aucun doute Tayma et Khaybar, où les visiteurs peuvent avoir un premier aperçu de ces anciennes cités de la péninsule arabique encore en cours de rénovation.
Tayma est ouverte pour une durée limitée jusqu'au 31 mars 2023, après quoi elle sera fermée pour d'autres travaux d'excavation et de restauration.
Les histoires fascinantes qui émergent de ces centres commerciaux autrefois très animés de la péninsule arabique ancienne mettent l’accent sur un monde longtemps perdu dans les sables du temps.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chine: hommage national et trois minutes de silence pour Jiang Zemin

Les gens participent au service commémoratif public pour l'ancien dirigeant chinois Jiang Zemin au Grand Palais du Peuple, à Pékin, le 6 décembre 2022 (Photo, AFP).
Les gens participent au service commémoratif public pour l'ancien dirigeant chinois Jiang Zemin au Grand Palais du Peuple, à Pékin, le 6 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La cérémonie commémorative, retransmise en direct à la télévision, a eu lieu au palais du Peuple à Pékin où un immense portrait de l'ex-dirigeant était installé
  • Au premier rang se trouvait la veuve de Jiang Zemin, Wang Yeping, en fauteuil roulant

PEKIN: Les sirènes ont retenti mardi en Chine et trois minutes de silence ont été observées en hommage à l'ex-président Jiang Zemin, décédé à l'âge de 96 ans et salué comme un patriote qui a "consacré sa vie" au peuple chinois.

Dans cette journée de deuil national, les forces de l'ordre faisaient en sorte d'éviter tout grand rassemblement, après la vague de manifestations contre les restrictions sanitaires.

La cérémonie commémorative, retransmise en direct à la télévision, a eu lieu au palais du Peuple à Pékin où un immense portrait de l'ex-dirigeant était installé, accompagné de slogans et d'offrandes florales.

"Il a consacré toute sa vie et son énergie au peuple chinois, à la lutte pour l'indépendance nationale, la libération du peuple, la prospérité nationale et le bonheur de la population", a assuré le président Xi Jinping face une assemblée de hauts dignitaires chinois, tous masqués.

"Le Comité central du Parti communiste chinois appelle l'ensemble du parti, de l'armée et du peuple chinois, dans tous ses groupes ethniques, à transformer le chagrin en force", a-t-il ajouté.

Au premier rang se trouvait la veuve de Jiang Zemin, Wang Yeping, en fauteuil roulant.

«Dirigeant très important»

Alors que les autorités ont été confrontées récemment à un mouvement de contestation d'une ampleur inédite depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989, la figure de Jiang Zemin semble fédératrice. Artisan de l'arrivée de la Chine sur la scène mondiale, il est aussi celui qui avait su rétablir le calme à Shanghai en 1989.

Il a pris le pouvoir suite à cet épisode, accompagnant la transformation de la nation la plus peuplée de la planète en une puissance mondiale, qu'il a dirigée jusqu'en 2003.

Il est décédé le 30 novembre à Shanghai des suites d'une leucémie et de la défaillance de plusieurs organes, selon les médias officiels.

Son corps a été incinéré lundi à Pékin, lors d'une cérémonie à laquelle ont assisté le président Xi Jinping et d'autres hauts dirigeants, selon l'agence d'Etat Chine Nouvelle.

L'ex-président Hu Jintao --dont la sortie abrupte du palais du Peuple en octobre, durant le congrès du parti, avait suscité l'attention internationale-- était également présent.

Toute la journée, les drapeaux sont en berne et les activités récréatives suspendues.

A Yangzhou (Sud), ville natale de Jiang Zemin, une centaine de personnes se sont réunies face à son ancienne résidence pour observer le moment de silence, avant d'être dispersées par la police.

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont suspendu leurs cotations durant trois minutes, pendant que dans le port de Hong Kong des centaines de bateaux faisaient retentir leur sirène.

Au collège Scientia à Hong Kong, plusieurs centaines d'élèves et de professeurs se sont rassemblés pour un hommage à Jiang Zemin. C'est sous son mandat qu'avait eu lieu la rétrocession britannique de ce territoire, aujourd'hui région chinoise semi-autonome.

"Nous, les Hongkongais, nous avons des sentiments forts pour le président Jiang, qui a visité Hong Kong à de nombreuses reprises, notamment en assistant à la cérémonie de rétrocession", a déclaré l'un des enseignants.

Kate Leung, élève de 16 ans, a dit avoir observé le moment de silence "avec gratitude" envers l'ex-président, "un dirigeant très important".

«Une ère plus tolérante»

Populaire auprès des jeunes générations de Chinois, Jiang Zemin divise pourtant la population quant à son héritage.

On l'accuse de n'avoir pas réussi à résoudre les problèmes générés par le bond économique de la Chine, comme la corruption, les inégalités, l'impact sur l'environnement et les licenciements dus aux réformes des industries étatiques.

Sous son mandat, la répression des militants politiques s'est également faite plus féroce.

"L'ère Jiang, même si ce n'était pas la plus prospère, était plus tolérante", assurait pourtant un internaute sur le réseau social Weibo, équivalent de Twitter en Chine.

"J'ai entendu beaucoup de critiques de lui, mais le fait qu'il ait autorisé l'existence de voix critiques montre à quel point il est digne d'éloges", a-t-il ajouté, alors que les autorités traquent actuellement les participants aux manifestations contre les restrictions anti-Covid.

Depuis qu'il était à la retraite, Jiang Zemin était vu avec tendresse par ses fans des jeunes générations chinoises, qui s'appelaient eux-mêmes les "fidèles du crapaud", fascinés par sa contenance rappelant le batracien et ses manies excentriques.

Sur Weibo, beaucoup d'internautes ont commenté son décès en l'appelant "grand-père Jiang".


«Avatar 2», dévoilé à Londres avant sa sortie mondiale

L'actrice britannique Kate Winslet, l'actrice américaine Sigourney Weaver, l'actrice américaine Zoe Saldana, l'actrice américaine Bailey Bass et l'actrice américaine Trinity Jo-Li Bliss posent lors d'un photocall pour «Avatar : The Way of Water» à Londres, le 4 décembre 2022. (Photo, AFP)
L'actrice britannique Kate Winslet, l'actrice américaine Sigourney Weaver, l'actrice américaine Zoe Saldana, l'actrice américaine Bailey Bass et l'actrice américaine Trinity Jo-Li Bliss posent lors d'un photocall pour «Avatar : The Way of Water» à Londres, le 4 décembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Treize ans après «Avatar», qui approche les 3 milliards d'euros de recettes mondiales, ce deuxième reprend le chemin de l'astre Pandora, à des années-lumière de la Terre, pour une fable de science-fiction à tonalité écolo
  • Le film représente un énorme enjeu pour James Cameron, roi incontesté du box-office mondial, qui a enchaîné les records avec «Titanic» puis le premier «Avatar», qui reste à ce jour le film le plus rentable au monde

LONDRES: Les fans et la planète cinéma ont les yeux rivés sur Londres, où est projeté mardi soir "Avatar 2", le film le plus attendu de l'année par des salles qui espèrent oublier enfin la pandémie et engranger des milliards de dollars de recettes. 

"Avatar : la voie de l'eau", signé James Cameron, débarque mercredi 14 décembre dans les salles françaises, et deux jours après aux Etats-Unis, avec une triple ambition : surpasser le premier opus, plus gros succès de l'histoire du box-office mondial, démentir la mort du cinéma en salles, et faire naître une saga aussi mythique que "Star Wars". 

Treize ans après "Avatar", qui approche les 3 milliards d'euros de recettes mondiales, ce deuxième reprend le chemin de l'astre Pandora, à des années-lumière de la Terre, pour une fable de science-fiction à tonalité écolo. 

Tourné comme le premier pour la 3D, avec une montagne d'images numériques, le film s'étire sur 3 heures 12. Contrairement aux prédictions de James Cameron à l'époque, "Avatar" n'a pas permis d'imposer largement au cinéma l'image en relief, qui nécessite le port de lunettes ad hoc, mais le réalisateur s'accroche à cette technologie. 

Le secret sur l'intrigue est jalousement gardé, mais le film doit permettre de découvrir une nouvelle tribu d'extraterrestres autochtones, vivant en milieu marin, et met en scène les survivants du premier opus, Jake Sully (Sam Worthington), Neytiri (Zoe Saldana) et leurs enfants. Kate Winslet intègre le casting, un quart de siècle après "Titanic". 

Le film représente un énorme enjeu pour James Cameron, roi incontesté du box-office mondial, qui a enchaîné les records avec "Titanic" puis le premier "Avatar", qui reste à ce jour le film le plus rentable au monde. Ainsi que pour Disney : les images du troisième opus sont déjà tournées et un nouvel "Avatar" est prévu tous les deux ans au moins jusqu'au 5e, en 2028. 

"La sortie du film est un gros test pour l'industrie mondiale du cinéma, tout le monde l'attend", analyse Eric Marti, directeur général de Comscore France, qui mesure et analyse l'audience des films. 

"Pendant deux ans, il n'y en a eu que pour les plateformes. Pour les cinémas, cette sortie c'est 'L'empire contre-attaque' : la réaffirmation de la primauté de la salle" sur tous les autres canaux de diffusion, ajoute-t-il. 


L'un des ravisseurs des chiens de Lady Gaga, coupable de tentative de meurtre, condamné à 21 ans de prison

Lady Gaga (Photo, AFP).
Lady Gaga (Photo, AFP).
Short Url
  • James Howard Jackson avait été libéré le 6 avril à la suite d'une erreur administrative puis arrêté de nouveau quatre mois plus tard
  • Lady Gaga avait offert une récompense de 500 000 dollars pour le retour de ses précieux bouledogues français

LOS ANGELES: Un homme qui a agressé violemment un employé de la chanteuse américaine Lady Gaga pour enlever les chiens de la star a été condamné à 21 ans de prison lundi à Los Angeles.

James Howard Jackson, 20 ans, a plaidé coupable de tentative de meurtre, reconnaissant avoir fait partie du groupe qui avait tiré sur Ryan Fischer alors qu'il promenait les trois bouledogues français de l'interprète de "Poker Face" à Hollywood, en février 2021.

"Un accord de plaider-coupable tient James Howard Jackson responsable d'avoir perpétré un acte violent, sans cœur et rend justice à nos victimes", est-il indiqué dans un communiqué du bureau du procureur.

Des images de vidéo-surveillance montraient deux hommes sortir d'une voiture près de l'employé de la chanteuse, avant de le blesser par balle à la poitrine.

Les individus s'étaient alors emparés de deux des chiens, Koji et Gustav, s'enfuyant en laissant Ryan Fischer à terre, en sang. Le troisième chien, Miss Asia, s'était enfui mais était ensuite revenu se blottir près de son promeneur.

Ryan Fischer avait révélé par la suite sur Instagram avoir souffert de lésions pulmonaires.

Lady Gaga, connue pour ses tubes "Just Dance" ou "Bad Romance", avait offert une récompense de 500 000 dollars pour le retour de ses précieux bouledogues français.

Une femme les avait ramenés, disant les avoir trouvés attachés à un poteau, avant d'être arrêtée à son tour. Selon les policiers, elle entretenait une relation avec le père d'un des agresseurs et avait été chargée de récupérer la récompense pour leur compte.

James Howard Jackson avait été libéré le 6 avril à la suite d'une erreur administrative puis arrêté de nouveau quatre mois plus tard.

Cette sentence survient après celle de ses complices, Jaylin Keyshawn White, 20 ans, condamné à quatre ans de prison et Lafayette Shon Whaley, 28 ans, condamné à six ans de prison.

L'affaire avait illustré la popularité de ces chiens auprès des stars... et des criminels, pour qui leur petite taille et leur prix élevé en font des cibles privilégiées en vue d'une revente sur le marché noir.