«C'est pas fini»: En Irak, les rebelles kurdes iraniens face aux missiles de Téhéran

Un peshmerga kurde iranien membre du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (KDPI) inspecte les dégâts au siège du parti suite à une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koye (Photo, AFP).
Un peshmerga kurde iranien membre du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (KDPI) inspecte les dégâts au siège du parti suite à une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koye (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 28 novembre 2022

«C'est pas fini»: En Irak, les rebelles kurdes iraniens face aux missiles de Téhéran

  • Dénonçant les discriminations dont souffre la minorité kurde d'Iran, le PDKI veut un «Iran fédéral»
  • «Nous sommes laïques et nous luttons pour les droits des femmes»

KOYSINJAC, Irak: Un toit enfoncé, un mur explosé et des éclats de verre: "c'est les missiles du régime". Dans leur base arrière du nord de l'Irak, les rebelles kurdes iraniens recensent les dégâts causés par le feu de Téhéran, en attendant de nouvelles frappes.

Leur QG, ils l'appellent "La Citadelle". Ce fort de l'époque de Saddam Hussein semble tout droit sorti du "Désert des Tartares". Il est planté à flanc d'une colline désertique, à l'écart de Koysinjaq (Koya, en kurde), gros bourg du Kurdistan d'Irak où le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI), qualifié de "terroriste" par Téhéran, a élu domicile en 1993.

C'est aussi l'une des cibles des drones et missiles de l'Iran.

"Le régime iranien nous a bombardés trois fois en moins de deux mois", relève Karim Farkhapour, un dirigeant du PDKI. Dans les rangs de son mouvement, douze personnes ont été tuées et 20 autres blessées, selon lui.

Les militants du PDKI ont évacué le fort, mais les dégâts sont encore nettement visibles, notamment après la dernière salve en date, tirée il y a une semaine.

Du toit de la bibliothèque pendouillent des câbles électriques, des étagères déchiquetées gisent au sol. Dans une autre salle, M. Farkhapour slalome entre les gravats pour atteindre un drapeau kurde miraculeusement indemne.

"Le régime de Téhéran va encore nous viser. C'est pas fini, vous verrez", dit-il, un revolver arrimé à la ceinture de son habit traditionnel.

«Mensonge»

Ce n'est pas la première fois que les Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique, revendiquent des frappes contre le PDKI, mais les récents bombardements, qui ont aussi visé d'autres groupes rebelles kurdes iraniens en Irak, ont pris une acuité particulière en raison du contexte politique en Iran.

Le pouvoir iranien accuse ces factions d'"importer des armes" depuis l'Irak et d'encourager les manifestations qui secouent l'Iran depuis la mort le 16 septembre de la jeune Kurde iranienne Mahsa Amini, après son arrestation par la police des mœurs.

"Faux", rétorque Moustafa Mouloudi, l'un des dirigeants du PDKI à Koysinjaq.

"Il n'y a aucune preuve que nous ayons fait passer des armes en Iran", dit-il. "C'est un mensonge proféré par le régime pour cacher la vérité au peuple. Le terroriste, c'est le régime".

Qui sont ces opposants kurdes iraniens installés au Kurdistan d'Irak?

Depuis des décennies, l'opposition kurde iranienne a trouvé refuge au Kurdistan d'Irak, région autonome frontalière de l'Iran. Ces mouvements armés ont toutefois largement abandonné leur insurrection pour se concentrer sur le militantisme politique.

Avec les manifestations qui secouent l'Iran depuis plus de deux mois, Téhéran a intensifié ses bombardements contre ces groupes.

Opposition de longue date 

Installées en Irak depuis les années 1980 - avec la bénédiction de Saddam Hussein en pleine guerre avec le voisin iranien - les factions de l'opposition kurde iranienne sont qualifiées de "terroristes" et "séparatistes" par l'Iran qui les accuse d'attaques contre les forces iraniennes.

Après des décennies d'insurrection armée, ces mouvements limitent drastiquement leurs activités militaires. Mais ils disposent de combattants, qui s'entraînent au maniement des armes sur des bases dans les montagnes du Kurdistan d'Irak (nord).

Très à gauche politiquement, encourageant les valeurs féministes, ces mouvements se présentent souvent comme des partis sociaux-démocrates.

Dénonçant les discriminations dont souffre la minorité kurde d'Iran (environ 10 millions d'habitants sur les 83 millions que compte le pays), le PDKI veut un "Iran fédéral" dans lequel serait créée une province kurde dotée d'une large autonomie, explique Karim Farkhapour.

"Nous sommes laïques et nous luttons pour les droits des femmes", assure-t-il.

«La peur au ventre»

L'organisation, financée grâce notamment aux dons des sympathisants, obéit à une hiérarchie rigide. Pour preuve: lors d'une visite aux militants du PDKI à Koysinjaq, l'AFP est invitée à ne pas s'écarter du programme établi par les instances dirigeantes.

Au sein du PDKI, "nous sommes libres", assure de son côté Shaunem Hamzi, militante de 36 ans vivant à Koysinjaq avec ses parents.

C
Une famille kurde iranienne affiliée au PDKI sont assis dans leur maison de la ville de Koye à l'est du district d'Arbil dans la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 26 novembre 2022 (Photo, AFP).

Les cheveux au vent, la jeune femme dit avoir vécu dans un camp du PDKI installé à 500 mètres de la citadelle. Avec 200 autres familles, elle habitait une de ces maisons en parpaings ou en béton de plain-pied qui formait ce village miniature. Jusqu'aux salves de Téhéran.

Les dernières attaques "ont été beaucoup plus intenses que les précédentes. Les enfants, les familles ont eu très peur. Maintenant, nous vivons la peur au ventre", énonce-t-elle.

Comme tous les autres habitants, Shaunem Hamzi a dû quitter le camp et vit un jour dans une maison trouvée par le PDKI, un autre jour dans une autre.

En tant que femme kurde iranienne, elle affirme s'identifier fortement au mouvement de contestation qui secoue l'Iran.

"Si le régime tente de nous stopper ne serait-ce que temporairement, les manifestations repartiront quand même de plus belle, parce que c'est dans nos cœurs", tonne-t-elle. "Les protestataires n'obéiront jamais aux règles du régime".


Une joueuse d’échecs iranienne refuse de filmer une vidéo d’excuses pour avoir retiré son voile

La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
La joueuse d’échecs iranienne Sara Khadem participe, sans porter de voile, aux Championnats du monde d’échecs de parties rapides et de blitz de la FIDE à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Reuters)
Short Url
  • On a demandé à Khadem de justifier sa décision de ne pas porter le voile pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale
  • La joueuse d’échecs espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne

LONDRES: Une joueuse d’échecs iranienne qui a participé à un tournoi sans voile a déclaré au Telegraph qu’elle s’était réfugiée en Espagne après avoir refusé l’ordre de Téhéran de filmer une vidéo d’excuses.

Sara Khadem est la 17e meilleure joueuse d’échecs au monde et la première femme iranienne à devenir maître international.

Une photo virale de Khadem participant à un tournoi au Kazakhstan sans voile a fait d’elle un symbole des manifestations antirégime en cours dans le pays.

La jeune femme de 25 ans raconte qu’on lui a demandé de justifier sa décision de ne pas se couvrir la tête pendant le tournoi en invoquant la pression occidentale.

«Je n’allais pas faire cela», lance Khadem.

Bien qu’elle ne se soit auparavant couvert la tête que lors des tournois internationaux, à l’occasion de présentations et de photographies officielles, elle a commencé à trouver cela hypocrite.

«Cette fois, j’ai senti que si je faisais comme avant, je manquerais de respect au peuple», souligne-t-elle.

Ces dernières années, Khadem s’est exprimée ouvertement contre le gouvernement de son pays. En 2019, elle a fait part de son soutien à une jeune star iranienne des échecs qui avait refusé d’accepter la politique de Téhéran exigeant que les joueurs déclarent forfait lors de parties contre des adversaires israéliens.

En janvier 2020, Khadem a annoncé sa retraite de l’équipe nationale d’échecs pour protester contre l’abattage par l’Iran d’un avion commercial ukrainien, un incident qui a coûté la vie à 176 personnes.

Elle a également utilisé des hashtags pour afficher sa solidarité avec les manifestants antirégime à la suite de la mort de Mahsa Amini.

Khadem, qui se trouve toujours en Espagne avec son mari et son fils, confie que ses parents, qu’elle avait l’habitude de visiter «presque tous les jours», lui manquent.

«J’espère que je serai la seule à être tenue pour responsable de ce que j’ai fait», poursuit-elle.

«Nous sentons que nous sommes les bienvenus en Espagne, mais nous avons laissé en Iran certaines des choses les plus importantes de la vie, donc les sentiments sont mitigés», ajoute-t-elle. 

Khadem espère entrer dans le top 10 mondial depuis sa nouvelle base en Espagne, mais elle veut aussi représenter l’Iran dans les tournois en tant que joueuse individuelle, rapporte The Telegraph.

«Je suis une joueuse d’échecs. Je ne suis pas une personnalité politique. En tant que joueuse d’échecs, j’ai certaines responsabilités vis-à-vis de ce qui se passe autour de moi, mais les échecs sont ma priorité dans la vie. Je ne me vois pas comme une militante», déclare-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite condamne fermement une attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine

Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Les proches d’un Palestinien tué lors de l’attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée, pleurent lors des funérailles, le 26 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées
  • Le ministère des Affaires étrangères saoudien a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes

RIYAD: L’Arabie saoudite a fermement condamné et dénoncé une attaque israélienne dans un camp de réfugiés à Jénine, qui a entraîné la mort d’au moins neuf Palestiniens.

La journée la plus sanglante en Cisjordanie depuis des années a été marquée par une attaque dans le camp de réfugiés surpeuplé de la ville de Jénine, dans le nord du pays. Des coups de feu ont retenti dans les rues et de la fumée s’est échappée des barricades en feu.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le bilan des affrontements s’élevait à 9 morts, dont une femme, et que 20 personnes avaient été blessées avant que les forces israéliennes ne se retirent en milieu de matinée.

Plus tard, l’armée israélienne a abattu un Palestinien de 22 ans dans un autre incident.

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume a indiqué qu’il rejetait les graves violations du droit international perpétrées par les forces israéliennes, réitérant son appel à la communauté internationale pour qu’elle assume ses responsabilités afin de mettre fin à l’occupation, d’arrêter l’escalade et les agressions israéliennes et de fournir la protection nécessaire aux civils.

Le ministère a également présenté les sincères condoléances du Royaume aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple de Palestine, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Koweït et Oman ont eux aussi condamné l’attaque, ont rapporté leurs agences de presse nationales jeudi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Raid à Jénine: l'Autorité palestinienne met fin à sa coordination sécuritaire avec Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 20 juillet 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués
  • L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne a annoncé jeudi mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël, après un raid militaire israélien durant lequel neuf Palestiniens ont été tués dans le camp de réfugiés de Jénine, ville du nord de la Cisjordanie occupée.

"A la lumière des agressions répétées contre notre peuple et des violations d'accords signés, notamment sécuritaires, nous considérons que la coordination sécuritaire avec le gouvernement d'occupation israélien cesse d'exister à partir de maintenant", a indiqué dans un communiqué le bureau du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

L'Autorité palestinienne avait déjà pris une décision similaire en mai 2020 pour protester contre un projet israélien d'annexion de pans de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

La coordination sécuritaire entre Israéliens et Palestiniens - héritée des accord de paix d'Oslo (1993) ayant débouché sur la création de l'Autorité palestinienne - avait repris en novembre 2020. Sa suspension avait eu un effet notamment sur les transferts de patients palestiniens vers des hôpitaux israéliens.

Cette annonce palestinienne fait suite à une incursion militaire israélienne jeudi matin dans le camp de réfugiés de Jénine, au cours de laquelle neuf Palestiniens ont été tués.

L'armée israélienne a indiqué y avoir mené une "opération de contre-terrorisme" visant des membres de l'organisation Jihad islamique qui, d'après le ministre de la Défense Yoav Gallant, planifiaient une attaque en Israël.

D'autres incidents ont éclaté ailleurs en Cisjordanie. Un dixième Palestinien a été tué par balles par les forces israéliennes jeudi, à Al-Ram près de Jérusalem, dans des conditions non précisées.

Ces décès portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.