Les Faucons verts quittent la Coupe du monde avec un goût d’inachevé

Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Les Faucons verts ont été éliminés de la compétition mercredi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 01 décembre 2022

Les Faucons verts quittent la Coupe du monde avec un goût d’inachevé

  • Les joueurs et les supporters saoudiens ont montré pourquoi ils manqueront cruellement au tournoi
  • En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant

DOHA: L'Arabie saoudite quittera cette Coupe du monde en ayant développé une relation ambivalente avec le stade Lusail. C'est dans ce chef-d'œuvre architectural que leur Coupe du monde a pris vie de manière sensationnelle, avec une victoire éclatante sur l'Argentine lors du match d'ouverture, qui restera gravée dans les mémoires.

Après avoir perdu contre la Pologne lors du deuxième match, ils n'ont pas pu enchaîner avec une victoire contre le Mexique lors de la rencontre finale. C'est ainsi qu'au stade Lusail, mercredi, leur campagne a connu une fin quelque peu décevante.

Les supporters saoudiens ont cependant eu l’occasion de montrer pourquoi ils allaient tant nous manquer pendant le reste du tournoi. Malgré la défaite, ils ont fêté dans la bonne humeur l’un des meilleurs parcours en coupe du monde du football saoudien.

En marchant – ou plutôt en courant – vers le stade Lusail avant le match, dans une course effrénée après avoir vu l'Australie entrer dans l'histoire au stade Al-Janoub, laissant à penser qu'il y avait autant de fans à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Le boulevard Lusail était plus resplendissant que jamais, avec les drapeaux des nations en compétition flottant au-dessus des têtes, tandis que des dizaines de milliers de supporters se mêlaient à la foule et que le match commençait.

À mon arrivée peu après le coup d'envoi, les cris et les acclamations se faisaient entendre à une certaine distance du stade. Si les supporters saoudiens étaient nombreux et bruyants, les supporters mexicains n'avaient rien à leur envier.

Il y avait tellement de vert à l'intérieur du stade Lusail qu'il était difficile de savoir quelle équipe était la plus soutenue car, une fois de plus, l'atmosphère générée par les deux groupes de supporters était incroyable.

Malgré leur victoire sur l'Argentine et leur impressionnante prestation contre la Pologne, les Faucons verts ont été sous pression pendant la majeure partie de la première mi-temps face à une équipe mexicaine inlassable. Les Mexicains savaient qu'ils devaient marquer plusieurs buts pour avoir une chance de se qualifier pour les huitièmes, et ont joué avec cette intention.

En l'absence d'un grand nombre de titulaires, la victoire n'était pas évidente pour l'équipe d'Hervé Renard. Les Faucons verts ne se sont créé que peu d’occasions. Leurs tacles et les arrêts désespérés du gardien saoudien ont toutefois récolté des salves d’applaudissements.

A la pause, les Saoudiens étaient toujours en vie. Avec un score à 0-0, ils avaient une chance, et avec Salem al-Dawsari, il y a toujours des raisons d'être optimiste.

Le stade Lusail est devenu instantanément un stade emblématique de la Coupe du monde. De sa superbe façade dorée scintillante aux rangées abruptes de sièges dans les tribunes, qui permettent aux quelque 90 000 supporters d'être au cœur de l'action, le stade offrira un cadre incroyable pour la finale qui aura lieu dans un peu plus de deux semaines.

Mais ce soir, le Mexique a fait à l'Arabie saoudite ce que les Saoudiens ont fait à l'Argentine lors de la première journée, en marquant deux buts en quatre minutes dans les dix premières minutes de la deuxième mi-temps, ce qui a mis fin à la rencontre et fait taire les supporters saoudiens, d'habitude très vocaux.

Les cris saoudiens ont laissé place à ceux des supporters mexicains. Tambours battants, chants hurlants, drapeaux agités, les supporters mexicains ont animé le stade Lusail et la fête ne s'est pas arrêtée au coup de sifflet final.

La grande honte pour la suite du tournoi est que ces deux équipes ont été éliminées, car la Coupe du monde a perdu les deux groupes de supporters les plus passionnés, soit ceux du Royaume et ceux du Mexique.

Mais la fête s'est poursuivie sur le boulevard Lusail bien après la fin du match, ce qui nous a rappelé que la Coupe du monde n'est pas seulement une affaire de succès sur le terrain, mais aussi d'expérience, d'atmosphère et d'union du monde.

En regardant les fans saoudiens portant des chapeaux mexicains et les fans du monde entier qui se mêlaient et partageaient l'expérience, je me suis rappelé que ce soir, il n'y avait vraiment aucun perdant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Il y a dix ans, l'avalanche meurtrière de l'Everest changeait les conditions de vie des sherpas

Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Cette photo prise le 18 avril 2014 montre un hélicoptère de sauvetage népalais atterrissant au camp de base de l'Everest pendant les opérations de sauvetage suite à une avalanche qui a tué seize sherpas népalais dans la cascade de glace du Khumbu, au pied du mont Everest.
Short Url
  • Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.
  • "Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

KATAMANDOU : Il y a dix ans, une avalanche sur l'Everest a enseveli seize guides locaux, braquant les projecteurs sur les dangers considérables auxquels les sherpas népalais sont confrontés pour permettre à des étrangers fortunés de réaliser leurs rêves d'alpinisme.

Sans leur travail, essentiel pour tracer les voies d'escalade, fixer les cordes, réparer les échelles et transporter le lourd matériel en altitude, peu d'alpinistes pourraient atteindre le sommet le plus haut du monde.

Le 18 avril 2014, un mur de neige s'est abattu sur les Népalais qui, dans l'obscurité glaciale, hissaient du matériel lourd sur la périlleuse cascade de glace du Khumbu.

La force de l'avalanche a projeté Dawa Tashi d'une dizaine de mètres, le blessant à la cage thoracique, à l'omoplate gauche et au nez. Le jeune homme, âgé alors de 22 ans, se souvient bien de ses amis qui ont péri dans la coulée. Trois d'entre eux n'ont jamais été retrouvés.

"J'ai eu de la chance de survivre", déclare-t-il à l'AFP. "A l'hôpital, chaque fois que j'essayais de dormir, ils apparaissaient devant mes yeux".

- "Point de bascule" -

"C'était très difficile à l'époque", se souvient Nima Doma Sherpa, qui a perdu son mari Tsering Onchu de 33 ans dans l'avalanche.

"Que faire quand le principal pilier de votre foyer n'est pas là ? Les enfants étaient petits et je me demandais comment je pourrais les éduquer et comment nous pourrions subvenir à nos besoins".

Car après la catastrophe, le gouvernement népalais qui tire des revenus très conséquents de la lucrative industrie de l'alpinisme dans l'Himalaya n'avait proposé que l'équivalent de 400 dollars pour les frais d'obsèques aux familles des victimes.

Une aumône rejetée en bloc par des Népalais en colère qui ont alors déclenché un mouvement de protestation sans précédent, pour réclamer aux autorités de meilleures indemnités en cas de décès ou de blessure en montagne.

Le drame "fut un point de bascule pour les jeunes sherpas qui étaient frustrés", a déclaré Sumit Joshi, pour la société Himalayan Ascent, qui a perdu trois guides dans l'avalanche de 2014.

Depuis lors, ses équipes n'effectuent plus l'ascension à la date anniversaire.

- Améliorations mais encore insuffisantes -

Auparavant, nombre des sherpas étaient contraints de compter sur la charité des alpinistes occidentaux, bien que jouant un rôle fondamental dans le succès de cette industrie de plusieurs millions de dollars.

Lors de la dernière saison en 2023, le gouvernement népalais a gagné plus de 5 millions de dollars uniquement avec les droits d'accès à l'Everest.

En 2014, les manifestants du camp de base réclamaient surtout une amélioration des indemnités d'assurance-vie et la création d'un fonds de secours.

"Nous défendions les intérêts des alpinistes népalais, en veillant à ce qu'ils bénéficient d'un maximum d'avantages", rapporte Ang Tshering Sherpa, qui dirigeait à l'époque l'Association des alpinistes népalais.

Le montant versé par l'assurance a été augmenté de 50% pour atteindre 1,5 million de roupies népalaises (11.250 dollars) en cas de décès en montagne.

Les hélicoptères sont désormais autorisés à acheminer des fournitures vers les camps les plus élevés, ce qui réduit le nombre d'expéditions effectuées par les Népalais à travers la dangereuse cascade de glace du Khumbu.

Les entreprises népalaises ont supplanté les opérateurs étrangers pour attirer la majorité des alpinistes, et les conditions de vie se sont améliorées pour les guides des grandes entreprises.

Mais ces progrès restent insuffisants, estime le guide Mingma G Sherpa, "les politiques gouvernementales ne sont toujours pas bonnes".

- "Les épouses ne sont pas d'accord" -

Les dangers de la montagne sont tels que de nombreux guides ont quitté le secteur.

"Le nombre de sherpas a considérablement diminué. Aujourd'hui, ce sont les entreprises qui doivent aller chercher des sherpas" et non l'inverse comme c'était le cas par le passé, ajoute Mingma G Sherpa.

"Nous voulons aller grimper car nous connaissons l'environnement là-bas, mais (...) les mères et les épouses ne sont pas d'accord", confie-t-il.

Rescapé de l'avalanche de 2014, Dawa Tashi, lui, est retourné sur l'Everest en 2021. Celui qui a commencé les treks à l'âge de 11 ans, n'a pas renoncé à guider les alpinistes et se prépare à accompagner six Américains vers le sommet Mera, qui culmine à 6.461 mètres.

"Il y a eu des améliorations après la catastrophe, mais ce n'est pas suffisant", dit-il aussi.

Et d'évoquer les 11.000 dollars que chaque étranger doit payer au gouvernement pour gravir l'Everest. "Les clients seraient heureux de payer cette somme sachant qu'elle sera utilisée" pour leur équipe, estime-t-il, appelant "le gouvernement à créer un fonds de protection" des travailleurs de la montagne.


Des tours médiévales illuminées pour accueillir la flamme olympique

Une statue de Jeanne d'Arc est visible dans l'enceinte de la cathédrale catholique romaine médiévale Notre-Dame de Reims, également connue sous le nom de Notre-Dame de Reims, le 17 avril 2019 (AFP)
Une statue de Jeanne d'Arc est visible dans l'enceinte de la cathédrale catholique romaine médiévale Notre-Dame de Reims, également connue sous le nom de Notre-Dame de Reims, le 17 avril 2019 (AFP)
Short Url
  • Des tours de guet médiévales des Pyrénées-Orientales s'illumineront dans la soirée du 7 mai
  • Construites entre le XIIe et le XIVe siècle, les tours à signaux étaient des éléments défensifs destinés à alerter

PERPIGNAN : Des tours de guet médiévales des Pyrénées-Orientales s'illumineront dans la soirée du 7 mai pour annoncer l'arrivée sur les côtes françaises de la flamme olympique, a fait savoir lundi l'entreprise organisatrice de l'évènement.

La flamme olympique doit arriver à Marseille le 8 mai, après un voyage de plus de dix jours depuis Athènes à bord du trois-mâts Belem (58 mètres), construit à Nantes en 1896, l'année des premiers Jeux olympiques modernes.

Le 7 mai au soir, une quinzaine de tours à signaux médiévales des Pyrénées-Orientales, équipées de puissants projecteurs, devraient s'allumer successivement.

Ce spectacle sera visible par tous les habitants de ce département frontalier avec l'Espagne, précise l'organisateur de l'évènement, l'entreprise de fourniture d'électricité verte Llum ("lumière" en catalan).

Construites entre le XIIe et le XIVe siècle, les tours à signaux étaient des éléments défensifs destinés à alerter, à faire transiter une information d'un lieu à un autre, de jour et de nuit.


Wehrlein remporte l'E-Prix de Misano après la défaite de Rowland dans le dernier tour

Pascal Wehrlein de TAG Heuer Porsche fête sa victoire lors de la deuxième étape du Misano E-Prix dimanche (Formula E)
Pascal Wehrlein de TAG Heuer Porsche fête sa victoire lors de la deuxième étape du Misano E-Prix dimanche (Formula E)
Short Url
  • La victoire du pilote TAG Heuer Porsche est la sixième de sa carrière en Formule E.
  • Le champion en titre Jake Dennis remporte la deuxième place pour l'Andretti Formula E Team, tandis que Nick Cassidy de Jaguar TCS Racing s'empare de la troisième place.

MISANO : Le E-Prix de Misano a vu Pascal Wehrlein, de l'équipe TAG Heuer Porsche Formula E Team, sortir vainqueur d'une bataille intense pour la 7e manche du championnat du monde ABB FIA de Formule E, dans la nuit de dimanche à lundi.

Lors de la deuxième manche du premier E-Prix de Misano, Wehrlein a fait oublier la mauvaise performance de la Porsche TAG Heuer lors de la première course samedi. Son trophée de la première place de la septième manche est le sixième de sa carrière en Formule E, après une erreur de calcul déchirante dans le dernier tour qui a conduit Oliver Rowland, alors leader de la course, à manquer d'énergie et à abandonner.

Le champion du monde ABB FIA de Formule E en titre, Jake Dennis, de l'équipe Andretti Formula E, a pris la deuxième place, tandis que Nick Cassidy, de Jaguar TCS Racing, a décroché la troisième place avec cinq centièmes de seconde d'avance, devant un public de 25 000 personnes.

Le triomphe de Wehrlein lui permet d'être à égalité avec Dennis en tête du classement des pilotes, tandis que le précédent leader, Rowland, est rétrogradé à la troisième place. Pendant ce temps, Jaguar TCS Racing mène le classement des équipes avec une marge significative.

"Hier, il aurait été préférable de gagner, mais je suis très heureux de la course d'aujourd'hui", a déclaré Wehrlein. "C'était à nouveau assez chaotique au début et jusqu'à la mi-course. Je ne savais pas si je devais rester en tête ou laisser Oli (Rowland) prendre le rythme. Son rythme semblait un peu bizarre et trop rapide pour essayer de le défendre, alors je ne l'ai pas beaucoup défendu. J'ai été un peu surpris par son énergie, je n'étais pas sûr que l'équipe ait eu les bonnes informations ou non. Mais en fin de compte, cela s'est avéré être la bonne chose à faire. Il a fallu gérer beaucoup de choses : l'énergie, la batterie, les pneus. Tout, tout.

"Je pense que nous avions le rythme nécessaire ce week-end pour gagner les deux courses. Malheureusement, hier, dans ce genre de course, j'ai été un peu victime de mon aileron avant et je me suis retrouvé à l'arrière, mais aujourd'hui, c'était une grande rédemption pour nous."

La huitième manche du championnat du monde ABB FIA de Formule E sera le E-Prix de Monaco 2024, le samedi 27 avril.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com