Afrique du Sud: l'avenir politique du président dans la tourmente

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa. (Photo, AFP)
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 décembre 2022

Afrique du Sud: l'avenir politique du président dans la tourmente

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa. (Photo, AFP)
  • Après l'hypothèse tenace d'une démission la veille, plusieurs indicateurs penchaient désormais du côté de la stabilité. M. Ramaphosa devrait s'adresser aux Sud-Africains, sans doute dans les prochains jours
  • «Cyril» ou le chaos. C'est bien ce qui préoccupe nombre de Sud-Africains, y compris dans l'opposition, et les grands acteurs économiques

JOHANNESBURG: Il reste ou il jette l'éponge? L'avenir politique du président sud-africain Cyril Ramaphosa restait incertain vendredi, en raison d'un scandale lié à un cambriolage chez lui, où des liasses de dollars ont été retrouvées cachées dans un canapé.

Après l'hypothèse tenace d'une démission la veille, plusieurs indicateurs penchaient désormais du côté de la stabilité. M. Ramaphosa devrait s'adresser aux Sud-Africains, sans doute dans les prochains jours.

En attendant, les caciques du parti de Nelson Mandela, plombé par la corruption et une guerre de factions, se sont brièvement réunis dans l'après-midi. Majoritaire au Parlement depuis 1994, l'ANC choisit le chef de l'Etat depuis la fin de l'apartheid et l'avènement de la démocratie.

Son secrétaire général Paul Mashatile est sorti en polo jaune au sigle de l'ANC pour s'adresser aux journalistes. Le parti veut examiner de plus près les faits dans l'affaire visant le président, avant de se réunir à nouveau, a-t-il expliqué en substance. Comme pour ralentir le tempo.

"Les débats sont féroces, mais il (Ramaphosa) va s'en sortir", croyait savoir un cadre du parti sous couvert d'anonymat. "L'ambiance reste à l'urgence", confiait de son côté un partisan du président.

Le porte-parole de M. Ramaphosa avait prévenu jeudi soir que le président examinait "toutes les options" mais que l'heure était trop grave pour prendre des décisions "à la hâte".

Cyril Ramaphosa avait passé la journée à consulter les poids lourds de son parti, écoutant les conseils, pesant ses soutiens.

Et il en a reçu beaucoup, le monde des affaires et une bonne partie de l'ANC volant à son secours tout comme, plus surprenant, le chef de l'Eglise anglicane.

"Personne ne devrait être au-dessus de la loi, mais porter un jugement définitif sur une personne en se basant sur une commission d'enquête préliminaire, qui n'a pas fait de détermination finale des faits, pourrait conduire à l'anarchie", a plaidé Mgr Thabo Makgoba, successeur de Desmond Tutu.

Menace de destitution

"Cyril" ou le chaos. C'est bien ce qui préoccupe nombre de Sud-Africains, y compris dans l'opposition, et les grands acteurs économiques. Le rand, monnaie nationale, s'est stabilisée après une vive chute jeudi.

Tout semblait pourtant aller au mieux pour le président en début de semaine, à quinze jours d'une conférence cruciale de l'ANC. Il partait grand favori pour obtenir la confiance du parti en vue d'un deuxième mandat en 2024.

Mais mercredi, une commission parlementaire a publié un rapport accablant sur le scandale de Phala Phala, du nom d'une propriété du richissime président, où il élève du bétail.

M. Ramaphosa, 70 ans, "a pu commettre" des "violations et des fautes" dans le cadre du cambriolage en 2020 dans cette ferme, qui a révélé 580 000 dollars en espèces cachés sous les coussins d'un canapé dans "une chambre d'amis peu utilisée", selon le rapport.

Il se retrouve ainsi sous la menace d'une destitution. Le Parlement se réunit mardi pour voter ou non le déclenchement d'une procédure en ce sens.

L'ANC y jouit d'une confortable majorité mais fera-t-il bloc autour de son président? Plusieurs de ses membres influents en ont donné le gage, multipliant les interventions.

"Nous irons au Parlement mardi, nous rejetterons ce rapport et la vie reprendra comme avant", assure confiant le député Mathole Motshekga, partisan affiché du président.

"Le rapport ne dit pas qu'il doit répondre de cette affaire, il dit qu'il pourrait avoir à en répondre", nuance-t-il, assurant que désormais "l'affaire est politique".

Le scandale a éclaté en juin quand un ex-responsable du renseignement a révélé le cambriolage, accusant le président d'avoir tenté de le dissimuler en ne le signalant ni à la police ni au fisc.

M. Ramaphosa a toujours démenti. Selon lui, un homme d'affaires soudanais est venu dans son domaine acheter vingt buffles et a payé en liquide. Un employé aurait ensuite cru bon de cacher l'argent sous des coussins plutôt que dans un coffre-fort auquel plusieurs salariés avaient accès.


Après l'attaque contre deux églises, Algésiras défend la coexistence entre les communautés

Des amis de la victime se rassemblent près de l'église où un sacristain a été tué la veille sur la place Alta à Algésiras, dans le sud de l'Espagne, le 26 janvier 2023 (Photo, AFP)
Des amis de la victime se rassemblent près de l'église où un sacristain a été tué la veille sur la place Alta à Algésiras, dans le sud de l'Espagne, le 26 janvier 2023 (Photo, AFP)
Short Url
  • Saïda Laroussi, installée depuis près de trente ans à Algésiras, ville connue pour ses nombreux ferrys partant vers le Maroc, craint que les musulmans ne soient stigmatisés après cette attaque
  • Des centaines de personnes sont venues se recueillir jeudi sur la place devant cette église pour rendre hommage au sacristain

ALGECIRAS: A quelques kilomètres des côtes marocaines, Algésiras défend la coexistence entre ses communautés et espère qu'elle ne sera pas remise en péril par l'attaque meurtrière de mercredi soir contre deux églises.

"Nous avons toujours été bien ici. Nous avons vu ce genre de choses ailleurs, mais à Algésiras, c'est la première fois", se désole Rosa Amado, retraitée de 73 ans, venue rendre hommage à Diego Valencia, le sacristain tué dans l'attaque, qu'elle voyait tous les dimanches à l'église Nuestra Señora de La Palma.

Sous un beau soleil d'hiver, des centaines de personnes sont venues, comme elle, se recueillir jeudi sur la place devant cette église pour rendre hommage au sacristain et exprimer leur rejet d'un acte qu'elles n'auraient jamais cru voir dans leur ville.

Le prêtre d'une autre église, située à quelques centaines de mètres, a été gravement blessé dans cette attaque à la machette perpétrée par un jeune Marocain de 25 ans, mais il est désormais hors de danger.

"Dans ces moments-là, tu crois être dans un film", car "quand cela t’arrive, tu n'y crois pas", a confié à l'AFP Juan José Marina, prêtre de Nuestra Señora de La Palma, qui n'était pas à Algésiras au moment de l'attaque.

"Si je suis vivant, c'est parce que Diego est mort", a-t-il ajouté, ému et les yeux gonflés par une nuit sans sommeil.

Jamais eu de "divisions" 

Il espère désormais que cette attaque, qui a entraîné l'ouverture d'une enquête pour terrorisme, ne mettra pas en danger l'entente qui règne entre les communautés religieuses.

"J'essaie par tous les moyens de faire en sorte que cela ne soit pas utilisé pour faire ressortir les divisions qui sont fréquentes (ailleurs), car ici, il n'y en a jamais eu", insiste-t-il devant l'église, dont les portes sont fermées.

L'auteur présumé de l'attaque "a invoqué le nom de Dieu pour le mal", dénonce-t-il.

Nombre d'habitants de confession musulmane sont également venus rendre hommage au sacristain tué.

Parmi eux, Saïda Laroussi, installée depuis près de trente ans à Algésiras, ville connue pour ses nombreux ferrys partant vers le Maroc, et qui craint que les musulmans ne soient stigmatisés après cette attaque.

"Ce jeune ne devait tuer personne, car l'Islam, c'est la paix. Nous sommes ici pour dire aux habitants que nous sommes avec eux, que nous sommes contre cela", insiste cette professeure d'arabe de 50 ans aux cheveux recouverts d'un voile beige.

"Honte" 

Femme au foyer de 67 ans, Carmen bat en brèche l'image de bonne entente et préfère ne pas donner son nom de famille quand elle dénonce l'absence d'intégration de familles musulmanes dans son quartier. "Nous sommes tous sous le choc, mais on le voyait venir" affirme-t-elle.

Un discours contre lequel veut lutter Hicham Ayoubi, venu exprimer sa "honte" d'une attaque commise par un jeune homme né au Maroc comme lui.

"Nous avons très peur que cela ait un impact sur notre intégration dans la ville, parce que nous nous sentons espagnols, nous nous sentons d'Algésiras et nous ne voulons pas que cela arrive de nouveau", assure ce chauffeur routier de 41 ans, arrivé de Tanger il y a 22 ans.


USA: blessée par balle par un enfant, une institutrice poursuit son école

Une maîtresse d'école américaine, qui avait été blessée par balle par un élève de 6 ans, a annoncé mercredi poursuivre la direction de l'établissement, qui selon elle a ignoré à plusieurs reprises la menace posée par l'enfant (Photo d'illustration, AFP)
Une maîtresse d'école américaine, qui avait été blessée par balle par un élève de 6 ans, a annoncé mercredi poursuivre la direction de l'établissement, qui selon elle a ignoré à plusieurs reprises la menace posée par l'enfant (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • L'élève, en possession d'un pistolet Taurus de calibre 9 mm, a tiré une balle qui a perforé la main de Mme Zwerner, avant de l'atteindre à la poitrine
  • Les autorités locales ont décidé de retirer temporairement la garde de l'enfant à ses parents et de le faire admettre dans un centre médical, en attendant de décider d'éventuelles poursuites

WASHINGTON: Le 6 janvier, jour de ce drame qui a choqué l'opinion publique, l'institutrice Abigail Zwerner et ses collègues ont averti à trois reprises les responsables de l'école primaire Richneck à Newport News, en Virginie, que l'élève de CP pouvait être armé et menaçait ses camarades, a assuré Diane Toscano, l'avocate de l'enseignante.

"Mais l'administration de l'école n'a pas paru s'en soucier", a poursuivi l'avocate en détaillant sa plainte en justice, lors d'une conférence de presse mercredi.

L'élève, en possession d'un pistolet Taurus de calibre 9 mm, a tiré une balle qui a perforé la main de Mme Zwerner, avant de l'atteindre à la poitrine.

La victime âgée de 25 ans affirme avoir prévenu le matin la direction de l'établissement que le garçon, dont l'identité n'a pas été révélée, avait menacé de frapper un autre enfant.

Une heure après, un autre enseignant avait lui averti que l'enfant avait probablement apporté un pistolet à l'école sans qu'il ait pu l'apercevoir dans son cartable.

Enfin, un troisième instituteur a signalé qu'un élève lui avait dit en pleurant qu'il venait de voir l'arme et d'être menacé avec.

Malgré ces avertissements, les enseignants n'ont pas obtenu la permission de fouiller l'élève.

"Cette tragédie aurait pu être totalement évitée si les responsables de la sécurité de l'école avaient joué leur rôle et pris des mesures lorsqu'ils ont eu connaissance d'un danger imminent", a déclaré Diane Toscano.

Mercredi soir, le conseil scolaire de Newport News a annoncé le départ prochain du responsable des autorités scolaires, George Parker, dans le cadre d'un accord "à l'amiable".

La décision a été prise "sans motif", en se basant uniquement "sur la trajectoire et les besoins futurs" du district scolaire, a assuré la présidente du conseil, Lisa Surles-Law, dans un communiqué, qualifiant le responsable de "compétent".

L'enseignante a survécu à une balle dans la poitrine mais doit subir d'autres opérations.

Les autorités locales ont décidé de retirer temporairement la garde de l'enfant à ses parents et de le faire admettre dans un centre médical, en attendant de décider d'éventuelles poursuites.

Compte tenu de son jeune âge, il devrait être considéré comme irresponsable sur le plan pénal, même si la police a qualifié le tir d'"intentionnel".

Ses parents pourraient en revanche être inculpés pour violation d'une loi locale qui interdit de laisser des armes chargées accessibles à des enfants de moins de 14 ans.

Les Etats-Unis, où près de 400 millions d'armes sont en circulation, sont régulièrement endeuillés par des fusillades dans des écoles mais il est très rare que les tireurs soient aussi jeunes.


Un des principaux réseaux d'attaques au rançongiciel au monde a été démantelé

Le procureur général américain Merrick Garland prend la parole lors d'une conférence de presse au ministère de la Justice à Washington, DC, le 24 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le procureur général américain Merrick Garland prend la parole lors d'une conférence de presse au ministère de la Justice à Washington, DC, le 24 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • «La nuit dernière, le ministère de la Justice a démantelé un réseau international de rançongiciel qui a extorqué ou tenté d'extorquer des millions de dollars à ses victimes», a déclaré le ministre Merrick Garland
  • L'opération a été menée en coordination avec les forces de police allemande et néerlandaise, ainsi qu'Europol, a précisé le directeur de la police fédérale américaine (FBI) Christopher Wray

WASHINGTON: Les autorités américaines et allemandes ont annoncé jeudi le démantèlement d'un des principaux réseaux d'attaques au rançongiciel au monde, baptisé "Hive", accusé d'avoir pris pour cible quelque 1 500 entités dans 80 pays. 

"La nuit dernière, le ministère de la Justice a démantelé un réseau international de rançongiciel qui a extorqué ou tenté d'extorquer des millions de dollars à ses victimes", a déclaré le ministre Merrick Garland lors d'une conférence de presse à Washington. 

Les serveurs du groupe ont été saisis et la police fédérale a pris le contrôle de son site sur le "darkweb", la partie d'internet non référencée par les navigateurs classiques, a-t-il précisé. 

L'opération a été menée en coordination avec les forces de police allemande et néerlandaise, ainsi qu'Europol, a ajouté le directeur de la police fédérale américaine (FBI) Christopher Wray. 

Détecté pour la première fois en juin 2021, le groupe criminel Hive est accusé d'avoir collecté plus de 100 millions de dollars de rançon. 

Après s'être infiltrés dans un système informatique, les pirates au rançongiciel cryptent les données des entreprises et exigent un paiement pour les débloquer. 

Selon des firmes spécialisés en cybersécurité, le rançongiciel de Hive, ou "ransomware" en anglais, a été déployé contre des hôpitaux américains, la chaîne allemande de magasins d'électronique Telemarkt ou encore le géant indien Tata. 

« Hacké les hackeurs » 

En juin, le FBI avait réussi à pénétrer dans les réseaux de Hive et avait récupéré sa clé de chiffrement, qu'elle a offerte aux victimes dans le monde entier les mois suivants, leur permettant d'éviter de payer 130 millions de dollars de rançons, a précisé Christopher Wray. 

La police fédérale avait également distribué des copies de cette clé aux anciennes victimes de Hive pour qu'elles récupèrent intégralement leurs données. 

"Malheureusement, au cours de ces sept mois, nous avons découvert que seules 20% des victimes de Hive avaient alerté la police", a déploré le chef du FBI en appelant toutes les entreprises et entités à contacter au plus vite ses agents en cas d'attaque. 

Le parquet de Stuttgart, en Allemagne, a précisé dans un communiqué que l'opération, baptisée "Dawnbreaker", trouvait sa source dans une enquête ouverte par ses services après des attaques contre des entreprises de la région. Celles-ci n'ont toutefois "pas cédé au chantage et ont informé les autorités", a-t-il ajouté. 

"Une fois de plus, il s'est avéré qu'une coopération intense et mutuelle de confiance par-delà les frontières et les continents est la clé d'une lutte efficace contre la grande cybercriminalité", a déclaré Udo Vogel, le chef de la police de Reutlingen (sud-ouest de l'Allemagne), cité dans le communiqué. 

"On a hacké les hackeurs", a pour sa part déclaré la numéro 2 du ministère américain de la Justice, Lisa Monaco. "Pendant des mois, on a aidé les victimes à lutter contre leurs agresseurs et on a privé le réseau de ses profits criminels", a-t-elle déclaré.