Afrique du Sud: Menacé de destitution, le président contre-attaque

Une plainte déposée en juin accuse Cyril Ramaphosa d'avoir tenté de dissimuler à la police et au fisc un cambriolage dans l'une de ses luxueuses propriétés (Photo, AFP).
Une plainte déposée en juin accuse Cyril Ramaphosa d'avoir tenté de dissimuler à la police et au fisc un cambriolage dans l'une de ses luxueuses propriétés (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 06 décembre 2022

Afrique du Sud: Menacé de destitution, le président contre-attaque

  • Le Parlement a annoncé repousser le vote sur une éventuelle procédure pour le démettre de ses fonctions
  • Plus tôt dans la journée, le président avait lancé une contre-offensive, saisissant la Cour constitutionnelle

JOHANNESBURG: Le président sud-africain menacé de destitution après un scandale aux relents de corruption a lancé lundi une contre-attaque et rallié le soutien du parti au pouvoir: le Parlement a annoncé repousser le vote sur une éventuelle procédure pour le démettre de ses fonctions.

Depuis des mois, Cyril Ramaphosa est gêné par une sombre affaire. Une plainte déposée en juin l'accuse d'avoir tenté de dissimuler à la police et au fisc un cambriolage dans l'une de ses luxueuses propriétés. Les malfaiteurs avaient emporté, en février 2020, 580 000 dollars en liquide camouflés sous les coussins d'un canapé.

Le Parlement devait décider mardi en session extraordinaire de lancer ou non une procédure de destitution sur la base d'un rapport parlementaire. Une commission indépendante a conclu la semaine dernière que le président "a pu commettre" des actes contraires à la loi dans le cadre de l'affaire, ouvrant la voie à une procédure de destitution.

"Nous sommes tous d'accord sur (la date du) 13 décembre", a déclaré tard dans la soirée Nosiviwe Mapisa-Nqakula, lors d'une réunion spéciale de programmation. Le report a été justifié par la nécessité de donner à chaque élu le temps de se rendre au Cap où siège le Parlement pour un vote, décrit par certains députés, comme "sans précédent".

Plus tôt dans la journée, le président avait lancé une contre-offensive, saisissant la Cour constitutionnelle pour que le rapport parlementaire et ses suites, dont le vote au Parlement, soient "revus, déclarés illégaux et rejetés".

Rescousse

Le même jour, l'ANC au pouvoir est venu à sa rescousse. Les caciques du parti historique ont annoncé qu'ils s'opposeraient à un vote pour engager une procédure de destitution.

"Si le Parlement engage le processus demain, l'ANC ne se prononcera pas en faveur du vote", a averti le secrétaire général, Paul Mashatile, à l'issue d'une réunion au sommet à Johannesburg.

Le déclenchement de la procédure nécessite une majorité de 50%. Ensuite, un vote à la majorité des deux tiers est requis pour destituer le président. Or, malgré de fortes divisions, l'ANC détient une majorité confortable au Parlement.

Affichant une visible décontraction et tout sourire, M. Ramaphosa était apparu plus tôt au centre de conférences où s'est tenue la réunion de l'organe exécutif de l'ANC, le tout-puissant Comité exécutif national (NEC).

Dans la foulée de la publication du rapport, il avait pourtant envisagé de jeter l'éponge, selon plusieurs sources politiques. Le chef d'Etat a clairement écarté l'éventualité d'une démission au cours du week-end.

"Le président n'a pas proposé de démissionner et le NEC ne le lui a pas non plus demandé", a assuré lundi le parti, qui a désigné M. Ramaphosa favori pour conserver sa présidence et prétendre à un second mandat à partir de 2024.

L'ANC se réunit le 16 décembre pour désigner son prochain candidat à la tête de l'Etat. Si toutefois le parti, au pouvoir depuis la chute de l'apartheid, sortait vainqueur du scrutin.

En Afrique du Sud, le président est élu par le Parlement. Majoritaire depuis 1994, le parti de Nelson Mandela a choisi le chef de l'Etat depuis l'avènement de la démocratie sud-africaine.

Le rapport sur le scandale a été largement critiqué ces derniers jours par des experts en droit, pour ne pas être le fruit d'une enquête mais un assemblement de "ouï-dire" tirés des déclarations de chaque partie.

Il soulève néanmoins un certain nombre de questions sur la version des faits du président, qui nie tout méfait et avance que l'argent volé provient de la vente de vingt buffles à un homme d'affaires soudanais.

Pourquoi les liasses de billets n'ont-elles pas été mises en sécurité dans une banque? Comment se fait-il que les buffles se trouvent encore dans la propriété du président près de trois ans après leur vente, interroge le rapport qui exprime "de sérieux doutes" sur l'origine des sommes.

Également visé par une enquête pénale, M. Ramaphosa, n'a pas été inculpé à ce stade.


L'Ukraine va recevoir des chars Leopard 1, Moscou revendique des «succès»

Cette photo publiée par le ministère ukrainien de la Défense le 12 septembre 2022 et prise dans un lieu indéfini montre une colonne de chars de l'armée ukrainienne lors d'une offensive, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo, AFP)
Cette photo publiée par le ministère ukrainien de la Défense le 12 septembre 2022 et prise dans un lieu indéfini montre une colonne de chars de l'armée ukrainienne lors d'une offensive, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Au moins 100 chars Leopard 1 A5» seront livrés «dans les prochains mois», ont indiqué les ministres de la Défense de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Danemark, dans un communiqué commun
  • «Actuellement, les combats évoluent avec succès dans les zones» de Bakhmout et Vougledar, a affirmé le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou

KIEV: Trois pays européens ont annoncé mardi l'envoi "dans les prochains mois" d'une centaine de chars lourds à Kiev, pour aider son armée à repousser les forces russes qui affirment mener avec "succès" une offensive dans l'est de l'Ukraine. 

Cette annonce est intervenue au moment où le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, est en visite surprise à Kiev, et alors que les dirigeants ukrainiens exhortent leurs alliés occidentaux à accélérer l'envoi de chars lourds qui leur ont été promis. 

"Au moins 100 chars Leopard 1 A5" seront livrés "dans les prochains mois", ont indiqué les ministres de la Défense de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Danemark, dans un communiqué commun. 

Ces Leopard 1, plus vieux que les Leopard 2 - dont Berlin a promis également à Kiev 14 exemplaires - proviennent de stocks et seront remis à neuf. 

Sur Twitter, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a lui affirmé ironiquement que "le 'premier' Leopard 2 est arrivé à Kiev", en postant une photo le montrant en compagnie de M. Pistorius en train de tenir un modèle réduit du char allemand. 

Le calendrier des livraisons occidentales reste toutefois flou, à l'heure où Kiev s'inquiéte de ne pas recevoir les blindés à temps pour repousser une éventuelle nouvelle attaque russe de grande envergure. 

Mardi, la Russie a même revendiqué le "succès" de sa récente offensive dans l'est de l'Ukraine. 

Depuis janvier, son armée, épaulée par les paramilitaires du groupe Wagner et renforcée par des centaines de milliers de civils mobilisés, est repassée à l'offensive, en particulier dans le Donbass, région de l'est dont Moscou revendique l'annexion. 

« Plus ou moins stable » 

"Actuellement, les combats évoluent avec succès dans les zones" de Bakhmout et Vougledar, a affirmé le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion avec les cadres de l'armée et de son ministère. 

Il a cité les récentes conquêtes de sept localités dont Soledar, petite ville voisine de Bakhmout que les forces ukrainiennes ont cédée en janvier après des combats meurtriers pour les deux camps. 

M. Choïgou a en outre mis en garde l'Occident contre un accroissement de son aide militaire à l'Ukraine. "De telles mesures entraînent les pays de l'Otan dans le conflit et peuvent conduire à un niveau imprévisible d'escalade", a-t-il dit. 

Les observateurs s'accordent à prédire que la Russie prépare une offensive majeure à la fin de l'hiver où au début du printemps, avec au minimum comme objectif de conquérir tout le Donbass, qu'elle ne contrôle que partiellement. 

Près de Bakhmout, l'artillerie a continué mardi de pilonner les positions russes, selon des reporters de l'AFP qui pouvaient entendre de fréquentes détonations. 

Plus loin du front, Iaroslav, capitaine d'une unité opérant un lance-roquettes multiple Grad, se prépare à ordonner le tir d'une salve d'une quarantaine de projectiles quand l'attaque est finalement annulée. 

"Si on n'a pas besoin de nous, c'est que la situation est plus ou moins stable" sur le front, veut croire le militaire de 35 ans, visage fouetté par un vent glacial. 

La chute de Bakhmout, théâtre depuis plusieurs mois de combats très meurtriers, ouvrirait la voie à une offensive russe vers Kramatorsk, principale ville du Donbass sous contrôle ukrainien. 

« Pas beaucoup de munitions » 

Quelque 150 kilomètres plus au sud, Moscou est également à l'offensive sur Vougledar, à proximité d’un noeud ferroviaire desservant l'est et le sud occupé du pays. 

Dans le nord du Donbass, les Russes sont également en train de presser leur adversaire, dans une zone reconquise par Kiev en septembre. 

Serguiï Solomon, un ouvrier du bâtiment ukrainien de 31 ans devenu soldat, confirme que les forces de Kiev risquent de manquer de moyens face à celles de Moscou. 

"Les Russes ont des chars, des (véhicules de) transport de troupes blindés, des (roquettes) Grad, tout ce que l'on peut imaginer", dit-il. "Nous avons de l'équipement, mais pas beaucoup de munitions". 

Face aux demandes répétées de Kiev et après avoir longtemps tergiversé de peur de provoquer une escalade, Américains et Européens ont récemment décidé d'envoyer des dizaines de chars lourds pour que l'Ukraine puisse mieux s'opposer à une offensive russe et organiser la sienne. 

Leur nombre reste cependant en deçà des attentes de Kiev. Et les Occidentaux continuent de refuser de livrer des avions de combats. 

Les Etats-Unis ont en revanche promis des armements dotés d'une portée allant jusqu'à 150 km, que Kiev réclamait pour pouvoir frapper loin derrière le front les dépôts de munitions et les lignes d'approvisionnements russes. 


Espagne: levée de l'obligation du masque dans les transports

L'Espagne avait levé en avril 2022 le port obligatoire du masque en intérieur, mais il était resté obligatoire dans les transports (métro, bus, trains...). (Photo, AFP)
L'Espagne avait levé en avril 2022 le port obligatoire du masque en intérieur, mais il était resté obligatoire dans les transports (métro, bus, trains...). (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous avons approuvé une modification du décret» sur le port du masque en vertu de laquelle «le port obligatoire dans les transports en commun» est levé, a déclaré la ministre de la Santé, Carolina Darias
  • Le port du masque restera en revanche obligatoire dans les hôpitaux, les centres de santé et les maisons de retraite

MADRID: Le masque cessera mercredi d'être obligatoire dans les transports en commun en Espagne, a annoncé mardi le gouvernement, levant ainsi l'une des dernières restrictions sanitaires encore en vigueur dans le pays.

"Nous avons approuvé une modification du décret" sur le port du masque en vertu de laquelle "le port obligatoire dans les transports en commun" est levé, a déclaré la ministre de la Santé, Carolina Darias, à l'issue du Conseil des ministres.

"L'entrée en vigueur aura lieu demain", mercredi, a ajouté la ministre qui s'est félicitée "de l'énorme stabilité de la situation épidémiologique dans le pays".

Le port du masque restera en revanche obligatoire dans les hôpitaux, les centres de santé et les maisons de retraite.

L'Espagne avait levé en avril 2022 le port obligatoire du masque en intérieur, mais il était resté obligatoire dans les transports (métro, bus, trains...).

Cette mesure a toujours été respectée dans le pays, qui a été traumatisé par la première vague de la pandémie de Covid-19, au printemps 2020, et avait alors imposé l'un des confinements les plus stricts au monde.

L'Espagne avait même été l'un des rares pays à rétablir durant quelques semaines, fin 2021, l'obligation de porter un masque en extérieur pour faire face à la déferlante du variant Omicron.


Biden devant le Congrès, pour insuffler un peu de son optimisme à une Amérique désabusée

Le président des États-Unis, Joe Biden, parle aux journalistes après son arrivée à l'aéroport régional de Hagerstown à Hagerstown, Maryland, le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Le président des États-Unis, Joe Biden, parle aux journalistes après son arrivée à l'aéroport régional de Hagerstown à Hagerstown, Maryland, le 4 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • A 80 ans, Joe Biden aura fort à faire pour convaincre ses compatriotes qu'il est leur meilleure option, maintenant et potentiellement à la présidentielle de 2024, face à un Donald Trump déjà parti en campagne
  • Joe Biden, ce modéré peu doué pour les envolées oratoires, ne se laisse jusqu'ici pas atteindre par le marasme et continue de répéter, sur tous les tons, qu'il n'a «jamais été aussi optimiste» pour la première puissance mondiale

WASHINGTON: Convaincre une Amérique désabusée qu'il est l'artisan de sa prospérité retrouvée et le garant de ses succès futurs: Joe Biden, qui envisage de se représenter en 2024, prononce mardi un discours de politique générale aux enjeux conséquents.

Le "discours sur l'état de l'Union" ou "State of the Union Address" est la longue allocution annuelle par laquelle, depuis des décennies, chaque président américain décrit son bilan et expose ses projets face au Congrès, en janvier ou février.

La Constitution oblige le locataire de la Maison Blanche à informer "de temps en temps" les parlementaires. Cette obligation s'est muée en grand rituel de la vie politique américaine, avec son lot de déclarations solennelles, d'ovations dans les travées du parti présidentiel et de mines consternées dans le camp adverse.

Tout ceci prend évidemment un relief particulier quand monte à la tribune un président, le plus âgé de l'histoire américaine, qui envisage de briguer un second mandat.

2024 

A 80 ans, Joe Biden aura fort à faire pour convaincre ses compatriotes qu'il est leur meilleure option, maintenant et potentiellement à la présidentielle de 2024, face à un Donald Trump déjà parti en campagne.

Devant un Congrès dont l'une des chambres, celle des représentants, est désormais aux mains de l'opposition républicaine, le "principal message (sera) que nous devons encore faire des progrès, mais que les gens doivent se sentir optimistes", a dit lundi le principal conseiller économique de Joe Biden, Brian Deese.

Le président démocrate a les chiffres pour lui: croissance robuste, chômage faible, créations d'entreprises en pagaille et inflation qui se calme après avoir éprouvé durement les ménages.

Mais les statistiques ne font pas le ressenti. Malgré les énormes investissements et réformes votés à l'initiative de Joe Biden, 62% des Américains estiment que leur président n'a "pas fait grand-chose" voire "rien fait ou presque" depuis janvier 2021, selon un sondage Washington Post/ABC.

Le camp démocrate lui-même ne manifeste aucun enthousiasme pour une nouvelle campagne de son patron octogénaire. Le même sondage révèle que 38% des électeurs démocrates souhaitent une autre candidature.

Ukraine et Chine 

Joe Biden, ce modéré peu doué pour les envolées oratoires, ne se laisse jusqu'ici pas atteindre par le marasme et continue de répéter, sur tous les tons, qu'il n'a "jamais été aussi optimiste" pour la première puissance mondiale, et cela malgré les périls internationaux qui s'accumulent.

Il y a un an, s'exprimant devant le Congrès juste après l'invasion de l'Ukraine, il avait promis à ses compatriotes que "tout irait bien". Cette fois, alors qu'approche le premier anniversaire de la guerre, Joe Biden ne devrait pas se priver de vanter son rôle moteur dans la riposte occidentale face à la Russie, et plus largement sa vision de "leader du monde libre" face aux autocraties.

Et en particulier face à la Chine, que les Etats-Unis accusent d'avoir envoyé un ballon "espion" au-dessus de leur territoire, aéronef finalement abattu samedi.

Au-delà de l'économie et de la géopolitique, Joe Biden voudra aussi, comme c'est l'usage, balayer un vaste éventail de sujets.

La liste des invités de la Maison Blanche, diffusée mardi, en donne un aperçu.

Seront par exemple présents les parents de Tyre Nichols, jeune homme afro-américain victime de violences policières à Memphis, l'ambassadrice d'Ukraine, le chanteur et activiste Bono, des personnes ayant survécu à un cancer, un couple de lesbiennes, le père d'une victime d'overdose au fentanyl -- ce puissant opiacé de synthèse qui fait des racages aux Etats-Unis...

Mais aussi l'un de ces "héros" que l'Amérique aime célébrer, Brandon Tsay, qui avait désarmé l'auteur d'une fusillade meurtrière ayant frappé la communauté d'origine asiatique en Californie.