Israël, la Jordanie et la Palestine peuvent ralentir la disparition de la mer Morte

En raison de la forte salinité de l’eau, la mer Morte, bordant la Jordanie et Israël recule d’environ un mètre chaque année laissant de vastes étendues de plaines salées et minérales (Photo, AFP).
En raison de la forte salinité de l’eau, la mer Morte, bordant la Jordanie et Israël recule d’environ un mètre chaque année laissant de vastes étendues de plaines salées et minérales (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 06 décembre 2022

Israël, la Jordanie et la Palestine peuvent ralentir la disparition de la mer Morte

  • Les niveaux de l’eau ont chuté au cours du dernier demi-siècle, mettant en danger l’existence même du lac
  • L’effort conjoint pour faire revivre le Jourdain et un canal vers la mer Méditerranée font partie des solutions potentielles

AMMAN : Depuis l’époque gréco-romaine, la nature faisait seule l’équilibre de la mer Morte. L’eau douce des rivières et des sources voisines s’est déversée dans le lac, se combinant ainsi avec de riches dépôts de sel puis s’évaporant, laissant derrière elle une saumure de 33% de salinité.

Or, en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs climatiques et anthropiques, cet équilibre a été rompu. En conséquence, la mer Morte a reculé à un rythme alarmant au cours du dernier demi-siècle, mettant en danger son existence même.

Lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, COP27, qui s’est déroulée à Charm el-Cheikh en novembre, un accord conjoint israélo-jordanien a été signé pour tenter de faire face au déclin de la mer Morte.

Cependant, certains disent que les chances de réussite de l’accord sont faibles, étant donné qu’il excluait les Palestiniens et avait été signé par un fonctionnaire sortant du ministère israélien de l’Environnement.

Sans financement suffisant et en l’absence d’un accord tripartite, la Jordanie et Israël ont plutôt décidé de se concentrer sur le nettoyage du Jourdain afin d’aider à reconstituer la principale source d’eau de la mer Morte.

La mer Morte a reculé à un rythme alarmant au cours du dernier demi-siècle (Photo, AFP).

Ce qui a été signé par des responsables israéliens et jordaniens en marge de la COP27 était un accord en ce sens. Or, si la mer Morte doit être vraiment sauvée, il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire afin de réparer les dommages causés à ses sources naturelles d’eau douce et de mettre de coté les rivalités politiques pour le bien commun de l’environnement.

Tout le monde ignore comment la mer Morte a vu le jour. Selon la Bible et d’autres textes religieux, ce lac sans vie situé au point le plus bas de la terre aurait été créé lorsque Dieu avait fait pleuvoir le feu et le soufre sur les villes pécheresses de Sodome et Gomorrhe.

Des experts russes ont même essayé de creuser sous le lit du lac dans l’espoir de trouver des preuves à l’appui du récit biblique. La grotte de Lot, un site religieux voisin, serait l’endroit ou le neveu d’Abraham et ses filles ont vécu après avoir fui la destruction.

Quant à eux, les scientifiques soulignent les origines géologiques plus banales du lac. Ils affirment que la mer Morte est le produit des mêmes changements tectoniques qui ont formé la vallée Rift afro-arabe il y a des millions d’années.

Au milieu du XXe siècle, l’une des premières grandes décisions prises par le nouvel État d’Israël a été de détourner de grandes quantités d’eau par des pipelines du Jourdain vers le sud du Néguev, afin de réaliser le rêve du Premier ministre israélien David ben-Gurion pour faire « fleurir le désert ».

Si la mer Morte doit être vraiment sauvée, il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire afin de réparer les dommages causés à ses sources naturelles d’eau douce (Photo, AFP).

En 1964, la Compagnie nationale des eaux Mekorot d’Israël a inauguré son projet National Water Carrier, qui a donné au barrage de Degania – achevé au début des années 1930 – un nouvel objectif : réguler le débit d’eau de la mer de Galilée au Jourdain.

L’un des résultats a été que la part d’eau atteignant la Jordanie a chuté de façon drastique, privant ainsi la mer Morte de millions de mètres cubes d’eau douce par an de sa source principale.

Un autre facteur contributif potentiel à l’heure actuelle est la société israélienne à l’origine de l’eau minérale Ein Gedi. L’usine d’embouteillage de cette dernière a monopolisé l’utilisation de l’eau douce d’une source qui se situe à l’intérieur des frontières d’Israël (1948) et qui a longtemps alimenté la mer Morte.

Cependant, tout le blâme pour ce déclin ne repose pas sur un seul pays. Selon Elias Salameh, professeur de sciences de l’eau à l’Université de Jordanie, tous les pays de la région portent une part de responsabilité.

Il a déclaré à Arab News : « Nous sommes tous responsables à des niveaux différents. » Israël, la Jordanie, le Liban et la Syrie ont tous puisé l’eau destinée à la mer Morte pour satisfaire leurs propres besoins.

En bref

  • La mer Morte reçoit presque toute son eau du Jourdain
  • C’est le point d’eau le plus bas de la planète
  • Au milieu du XXe siècle, elle était à 400 mètres sous le niveau de la mer
  • Au milieu de l’an 2010, elle était tombée à 430 mètres sous le niveau de la mer

En 1955, le plan d’eau unifié de la vallée du Jourdain (Jordan Valley Unified Water Plan) négocié par l’ambassadeur américain Eric Johnston, a permis à Israël d’utiliser 25 millions de mètres cubes d’eau du fleuve Yarmouk par an, la Syrie 90 millions et la Jordanie 375 millions.

Selon Salameh, « tous les pays n’ont pas respecté les engagements envers l’Américain Johnston. Cet accord n’a jamais été signé parce que les pays arabes n’avaient pas reconnu Israël et ont donc refuser de signer tout accord avec le pays. La Syrie a pris la plus grande partie, s’en tirant avec 260 à 280 millions de mètres cubes par an. »

Dans les années 1870, la Jordanie et la Syrie ont commencé leur propre détournement du fleuve Yarmouk, le plus grand affluent du Jourdain, réduisant ainsi à nouveau son débit. En 1986, un autre accord a donné à la Jordanie le droit à 200 millions de mètres cubes. Pourtant, le pays n’en a pris que 20 millions.

« Le changement climatique a frappé la Jordanie de manière agressive au cours des deux dernières années » a déclaré Motassem Saidan, professeur à l’Université de Jordanie (Photo fournie).

Selon l’ONU, la Jordanie est le second pays le plus pauvre en eau au monde. Les guerres arabo-israéliennes de 10948 et 1967 qui ont à l’époque conduit à l’exode massif des palestiniens ont plus que doublé la population de la Jordanie, accentuant davantage ses besoins en eau.

Suite à ces accords et détournements, la mer Morte est passée d’environ 298 mètres sous le niveau de la mer en 1976 à environ 430 mètres sous le niveau de la mer en 2015. L’accélération de ce déclin est inquiétante.

Au cours des 20 premières années après 1976, le niveau d’eau a baissé en moyenne de six mètres par décennie. Au cours de la décennie suivante, du milieu des années 1990 jusqu’au début des années 2000, il a chuté de 9 mètres. Jusqu’en 2015, il aurait chuté de 11 mètres.

 Pour certains, ce déclin accéléré du changement climatique aurait été causé par l’homme. Les climatologues affirment que le réchauffement climatique a déjà entrainé des modifications importantes des systèmes humains et naturels, dont l’un est l’augmentation du taux d’évaporation des masses d’eau.

En parallèle, les eaux de la mer Morte ne se reconstituent pas assez rapidement.

Bien que la mer Morte borde la Jordanie, Israël et la Palestine et malgré les efforts vaillants des organisations non gouvernementales telles que Earth Peace qui comprend des militants des 3 communautés, aucune action collective sérieuse n’a été entreprise pour faire face à la catastrophe écologique.

Selon les scientifiques, la mer Morte est le produit des mêmes changements tectoniques qui ont formé la vallée du Rift afro-arabe il y a des millions d’années (Photo, AFP).

La coopération est cependant essentielle pour éviter les conséquences environnementales plus larges ; la plus préoccupante étant une rapide prolifération des gouffres le long du littoral de la mer Morte.

Plus d’un mille gouffres sont apparus seulement au cours des 15 dernières années, avalant des bâtiments, une portion de route et des plantations de palmiers dattiers, principalement sur la côte nord-ouest. Les experts environnementaux pensent que les hôtels israéliens le long du littoral sont désormais en danger.

La rive orientale de la mer Morte met également le sort des complexes touristiques de luxe jordaniens en danger.

« Si la situation n’est pas corrigée, l’autoroute principale, qui est l’artère de tous les grands hôtels jordaniens risque de s’effondrer. », a déclaré Salameh.

Israël a mis en place un système qui prédit ou le prochain gouffre apparaitra, basé sur des images fournies par un satellite exploité par l’Agence spatiale italienne, qui passe au-dessus de la mer Morte tous les 16 jours et produit par la suite une image radar de la zone.

En comparant des ensembles d’images, même des changements minimes dans la topographie peuvent être identifiés avant tout effondrement majeur.

Les responsables israéliens ont cherché des solutions pour empêcher une nouvelle baisse des niveaux d’eau et ainsi éviter la propagation des gouffres. Une suggestion serait la construction d’un canal entre la mer Rouge et la mer Morte.

La mer Morte est passée d’environ 398 mètres sous le niveau de la mer en 1976 à environ 430 mètres sous le niveau de la mer en 2015 (Photo, AFP).

Selon un rapport compilé pour évaluer l’impact potentiel du transfert de l’eau de la mer Rouge dans la mer Morte plus basse, un débit modéré pourrait ralentir, mais pas arrêter, le retrait de la mer Morte et réduire le nombre de nouveaux gouffres par an.

Ironiquement, ce rapport a constaté que trop d’eau de la mer Rouge pouvait avoir l’effet inverse. Si le débit était suffisamment important pour élever le niveau de la mer Morte, le rapport prévoyait que le problème des gouffres serait alors exacerbé.

Vu que la mer Rouge est moins salée que la mer Morte, cela augmenterait probablement la dissolution des dépôts de sel souterrains et accélérerait ainsi l’apparition de gouffres.

Bien que de nombreuses solutions aient été proposées pour aider à lutter contre le déclin de la mer Morte, aucune n’a été mise en œuvre à cause du manque de financement.

Selon Salameh, la solution la plus logique proposée à ce jour est le projet Med-Dead, qui permettrait de faire passer un canal de la mer Méditerranée à la mer Morte.

Deux des sites proposés pour ce canal sont Qatif, près de la bande de Gaza, et Bisan, au nord du Jourdain en Jordanie. Cependant, un tel plan nécessiterait d’abord des approbations jordaniennes et palestiniennes.

La Jordanie a également suggéré un projet similaire établissant un canal à partir de la mer Rouge, mais selon Salameh, cela n’est pas faisable.

Il a déclaré : « La distance est longue ; ce n’est pas un projet viable. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: L’Arabie saoudite condamne le massacre de civils lors d'une distribution d'aide

Des Palestiniens rassemblés autour d’un cadavre, le 29 février à l’hôpital d’Al-Shifa, à Gaza (Photo, AFP).
Des Palestiniens rassemblés autour d’un cadavre, le 29 février à l’hôpital d’Al-Shifa, à Gaza (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des témoins, les troupes israéliennes ont tiré sur une foule de Palestiniens qui se précipitaient pour recevoir de la nourriture d'un convoi d'aide humanitaire dans la ville de Gaza, jeudi
  • Plus de 100 personnes ont été tuées dans le chaos, ce qui porte à plus de 30 000 le nombre de morts depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas

RIYAD: L'Arabie saoudite a fermement condamné et dénoncé le fait que des civils sans défense aient été pris pour cible dans le nord de la bande de Gaza, a déclaré jeudi le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Selon des témoins, les troupes israéliennes ont tiré sur une foule de Palestiniens qui se précipitaient pour recevoir de la nourriture d'un convoi d'aide humanitaire dans la ville de Gaza jeudi.

Plus de 100 personnes ont été tuées dans le chaos, ce qui porte à plus de 30 000 le nombre de morts depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon les autorités sanitaires.

Le ministère a affirmé le rejet catégorique de l’Arabie saoudite des violations du droit international humanitaire par toute partie et sous tout prétexte.

L’Arabie saoudite a renouvelé son appel à la communauté internationale pour qu'elle adopte une position ferme en obligeant Israël à respecter le droit humanitaire international, à ouvrir immédiatement des couloirs humanitaires sûrs, à autoriser l'évacuation des blessés et à permettre l'acheminement de l'aide d'urgence et du matériel médical sans restriction afin d'atténuer la catastrophe humanitaire et d'empêcher son aggravation.

Le Royaume a également réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat afin d'éviter de nouvelles victimes civiles innocentes.

«Catastrophe humanitaire»

Ce jeudi, les Émirats arabes unis ont également fermement condamné le fait que l'armée ait pris pour cible des milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza qui attendaient l'arrivée de l'aide humanitaire. Ils ont appelé à une enquête indépendante et transparente sur l'incident, tout en demandant que les responsables rendent des comptes, a rapporté l'Agence de presse des Émirats arabes unis.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a exprimé sa «profonde inquiétude face à l'escalade de la catastrophe humanitaire» dans la bande de Gaza, qui menace de faire d'autres victimes civiles innocentes.

Il a pareillement souligné que la priorité immédiate était de mettre fin à l'escalade des opérations militaires et d'instaurer un cessez-le-feu immédiat.

Le ministère a réitéré la position des Émirats arabes unis, qui appelle à la protection des civils innocents et à la facilitation de l'acheminement immédiat, sûr, à long terme et sans entrave des secours et de l'aide humanitaire.

Il a également souligné l'importance d'éviter des répercussions au niveau régional, qui pourraient conduire à davantage de violence, de tension et d'instabilité.

Le ministère des EAU a exhorté la communauté internationale à soutenir tous les efforts déployés pour parvenir à une paix globale et juste fondée sur une solution à deux États incluant un État palestinien indépendant.

Le Koweït a lui aussi dénoncé les actions d'Israël, les qualifiant de «crime de guerre», a rapporté l'agence de presse koweïtienne.

Le ministère des Affaires étrangères du pays a réitéré l'appel du Koweït en faveur d'un cessez-le-feu immédiat et d'un accès sans obstacles à l'aide humanitaire dans la bande de Gaza, ainsi que son rejet sans équivoque du ciblage systématique de civils innocents par Israël.

Le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric, a insisté sur le fait que ces événements «doivent faire l'objet d'une enquête».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Lancement d’un programme de visas pour attirer les étudiants étrangers

Khaled al-Sabti, président de la Commission d’évaluation de l’éducation et de la formation (Photo fournie).
Khaled al-Sabti, président de la Commission d’évaluation de l’éducation et de la formation (Photo fournie).
Short Url
  • Un haut responsable a fait part de son espoir de voir l’amélioration du système éducatif avoir un impact positif sur le produit intérieur brut (PIB) du Royaume
  • Il a salué la création de la Commission d’évaluation de l’éducation et de la formation

RIYAD: L’Arabie saoudite a annoncé la mise en place d'un nouveau programme de visas d’études visant à attirer des étudiants et des universitaires dans le Royaume afin de stimuler ses secteurs de la recherche et de l’éducation.

Cette annonce coïncide avec la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines qui se déroule actuellement à Riyad. Au cours de cet événement, un haut responsable a fait part de son espoir de voir l’amélioration du système éducatif avoir un impact positif sur le produit intérieur brut (PIB) du Royaume.

Khaled al-Sabti, président de la Commission d’évaluation de l’éducation et de la formation, a déclaré que l’amélioration des résultats scolaires serait bénéfique pour l’économie du Royaume et a assuré que l’Arabie saoudite s’efforçait d’élever son système éducatif afin qu’il corresponde aux normes internationales.

«Nous travaillons actuellement en étroite collaboration avec la Banque mondiale pour estimer l’impact potentiel de l’amélioration de la qualité de l’éducation sur la croissance économique. Les premiers résultats sont très impressionnants si l’on se base sur la performance de l’Arabie saoudite aux examens internationaux», a-t-il ajouté. 

Selon M. Al-Sabti, l’étude estime que «si nous parvenons à hisser nos performances au niveau international», cela stimulera considérablement la croissance du PIB.

Le responsable a évoqué l’impact considérable de l’éducation sur la prospérité économique, mettant en évidence les résultats des recherches empiriques menées depuis la fin des années 1960.

Il a souligné que chaque année de scolarité supplémentaire contribuait positivement à la prospérité économique, avec un rendement monétaire constant d’au moins 9%, ce qui témoigne d’un retour sur investissement élevé.

«Une analyse récente démontre que la qualité de l’éducation est plus importante que la quantité», a indiqué M. Al-Sabti.

«Les compétences cognitives sont plus importantes que le niveau d’éducation», a-t-il poursuivi.

En outre, il a salué la création par le gouvernement d’une organisation indépendante chargée de veiller à la qualité de l’éducation et de la formation.

«Nous l’appelons la Commission d’évaluation de l’éducation et de la formation. Nous aspirons à construire un modèle de qualité saoudien à fort impact, pionnier au niveau mondial, pour l’éducation et la formation», a déclaré M. Al-Sabti.

«Répondre aux exigences futures»

Le ministre saoudien de l’Éducation, Youssef al-Benyan, a attiré l’attention sur l’importante transformation de son ministère, qui est passé d’un organisme axé sur des tâches opérationnelles telles que la construction d’écoles et la maintenance à un rôle de régulateur et de facilitateur.

«Nous nous concentrons sur les élèves, sur les programmes, sur les écoles, et sur la manière de rendre nos enseignants suffisamment compétents pour répondre aux exigences futures», a-t-il expliqué. 

«Nous devrions ajouter les compétences numériques manquantes. Un grand nombre de rapports indiquent qu’il nous reste un long chemin à parcourir pour réaliser notre objectif», a-t-il souligné.

Il a ensuite expliqué l’approche multidimensionnelle adoptée pour améliorer le système éducatif, mettant notamment l’accent sur l’augmentation des investissements dans la formation des enseignants.

«Deuxièmement, nous disposons de la bonne formule dans notre programme d’études, qui est axé davantage sur les compétences et les valeurs qui sont vraiment nécessaires», a affirmé M. Al-Benyan.

«Troisièmement, nous avons lancé des programmes très clairs il y a quelques années et nous sommes en train de nous positionner encore mieux dans le domaine de l’éducation préscolaire», a-t-il poursuivi. 

La ministre qatarie de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Bouthaina al-Nuaimi, a souligné le rôle crucial de l’éducation dans la stratégie de développement national de son pays.

«Nous nous sommes attachés à réaligner le programme d’études sur la demande en constante évolution du marché du travail. Nous le faisons en partenariat avec les employeurs, car il est très important d’aligner les besoins personnels de l’apprenant sur les exigences du développement national», a précisé Mme Al-Nuaimi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'ambassadeur de Turquie fait ses adieux et revient sur son séjour en Arabie saoudite

L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
L'ambassadeur de Turquie, Fatih Ulusoy (Photo fournie)
Short Url
  • Une cérémonie d'adieu a été organisée au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad à la fin de la mission de l’ambassadeur de Turquie pendant deux ans et demi
  • «J’ai eu la chance d’être témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales», a affirmé l'ambassadeur

RIYAD: L'ambassadeur de Turquie en Arabie saoudite, Fatih Ulusoy, a fait ses adieux au Royaume à la fin de son mandat à Riyad, et s’est exprimé sur le développement des relations saoudo-turques au cours des deux dernières années et demie.

«J'ai passé d’excellents moments ici. On est généralement plus ou moins ému lorsque l’on fait ses adieux à un pays, mais quand on est diplomate, on est plutôt habitué à se déplacer d'un endroit à un autre», a indiqué M. Ulusoy à Arab News.

«Je me sens privilégié d’avoir été ambassadeur de Turquie à Riyad, car j'ai eu l'occasion d'être personnellement témoin de la transformation historique du Royaume, de ses progrès tangibles et de la dynamique positive dans les relations bilatérales entre la Turquie et l'Arabie saoudite», a affirmé l'ambassadeur.

«Au cours de mes deux ans et demi en poste, j'ai assisté à trois visites du président Recep Tayyip Erdogan en Arabie saoudite, et à la visite du prince héritier et Premier ministre Mohammed ben Salmane à Ankara au cours de cette période.»

«De retour de sa visite à Djeddah en avril 2022, le président Erdogan a annoncé le soutien ferme de la Turquie à la candidature de Riyad à l'Expo 2030. Nous sommes heureux de voir que Riyad accueillera l'Expo 2030, car cette année signifie beaucoup pour l'Arabie saoudite. Les entreprises turques seront prêtes à travailler avec leurs homologues saoudiennes pour faire de l’Expo 2030 un énorme succès», a soutenu M. Ulusoy.

«En marge de la visite d'Erdogan à Djeddah en juillet 2023, quatre protocoles d'accord gouvernementaux et un accord G2B ont été signés dans les domaines de la défense, de l'investissement, de l'énergie, des médias et de l'industrie de défense, rapprochant ainsi davantage la Turquie et l'Arabie saoudite, deux pays frères. Ce sont des secteurs clés pour notre future collaboration, cependant notre coopération avec l'Arabie saoudite ne se limite pas à ces domaines. Nous avons régulièrement des visites ministérielles de haut niveau entre les deux pays», a-t-il indiqué.

«À titre d’exemple, lors du FII7 fin octobre, notre ministre des Finances, Mehmet Simsek, a signé un accord de coopération dans le domaine financier avec son homologue saoudien, Mohammed al-Jadaan.»

«Le 29 octobre 2023 a été un jour spécial pour nous, celui de notre centenaire. Nous avons ainsi célébré notre fête nationale à notre ambassade avec une foule d'invités. J'ai été très heureux et ému de voir ce jour-là des drapeaux turcs sur les écrans géants du Riyadh Boulevard», a confié l'ambassadeur.

«À la mi-février, un forum d'investissement turco-saoudien s'est tenu à Istanbul avec la participation de quatre importants ministres de deux pays frères. J'ai été ravi de constater le grand intérêt pour ce forum clé, ainsi que la  présence de centaines d'entreprises des deux côtés», a-t-il poursuivi. 

«Au cours de l'année écoulée, nous avons assisté à des contacts fructueux entre deux pays frères dans le domaine de l'industrie militaire et de la défense. La Turquie a participé au Salon mondial de la défense en février 2024 avec 63 entreprises, couvrant 15 % de l'ensemble de la surface de l'exposition. J'étais vraiment heureux de voir nos équipes de voltigeurs, les Turkish Stars et les Saudi Hawks, effectuer leurs figures ensemble dans le ciel, côte à côte, lors du World Defence Show au début du mois», a aussi affirmé M. Ulusoy.

«Je veux mettre en avant le domaine du tourisme, qui représente un énorme potentiel de coopération entre nos pays frères. La Turquie est prête à faire partager son expérience à l'Arabie saoudite, car nous sommes l'une des principales destinations touristiques du monde. Nous avons annoncé l'entrée sans visa en Turquie pour les citoyens saoudiens en décembre 2023, et nous sommes impatients d'accueillir chaque année de plus en plus de frères et sœurs saoudiens», a souligné l’ambassadeur.

«Les touristes saoudiens voyageant en Turquie peuvent bénéficier d'une entrée sans visa depuis la décision en décembre dernier d'Erdogan d’accorder aux citoyens saoudiens une exemption de visa, leur permettant de visiter la Turquie à des fins touristiques sans obtenir de visa au préalable. Ils sont autorisés à séjourner jusqu'à quatre-vingt-dix jours sur une période de six mois.

«Nous attendons la visite de notre ministre du Commerce, Omer Bolat, en Arabie saoudite au cours de la première semaine de mars. Une foire commerciale et un forum d'affaires turcs se tiendront également à Riyad au cours de la même semaine», a assuré M. Ulusoy.

«Nous espérons également que davantage d’accords seront signés dans un avenir proche entre nos deux pays frères. La philosophie centrale de notre coopération avec l'Arabie saoudite est de conjuguer nos forces et d'obtenir des résultats gagnant-gagnant. Alors que le pays connaît une très importante transformation, cette époque représente d’énormes opportunités pour faire prospérer davantage nos relations et notre coopération. Nous avons contribué au développement de l'Arabie saoudite dans le passé, et nous l’accompagnerons tout au long de son important parcours, dans le cadre de la Vision 2030 », a affirmé l’ambassadeur.

Le doyen du corps diplomatique accrédité auprès du Royaume a organisé une cérémonie d'adieu au Palais culturel, dans le quartier diplomatique de Riyad, à la fin de la mission d'Ulusoy comme ambassadeur de Turquie, à laquelle ont participé de nombreux ambassadeurs et leurs épouses.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com