Faire sonner les cloches de Mossoul: le sacerdoce d'une fonderie française

Trois cloches nées dans la fonderie de Villedieu-les-Poêles (ouest de la France) vont s'envoler vers l'Irak pour rejoindre l'église du couvent Notre Dame de l'Heure, partiellement détruit par l'Etat islamique. (AFP).
Trois cloches nées dans la fonderie de Villedieu-les-Poêles (ouest de la France) vont s'envoler vers l'Irak pour rejoindre l'église du couvent Notre Dame de l'Heure, partiellement détruit par l'Etat islamique. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 06 décembre 2022

Faire sonner les cloches de Mossoul: le sacerdoce d'une fonderie française

  • L'une des trois cloches, déjà nettoyée et accordée, a sonné lundi pour la première fois sous les coups de battant de l’ambassadeur d'Irak en France, Wadee al-Batti
  • La pose et la maintenance seront assurées en Irak par une équipe de locaux formée sur place par Paul Bergamo, directeur et propriétaire de la fonderie

VILLEDIEU-LES-POELES: Gabriel, Michel et Raphaël sonneront bientôt à Mossoul : trois cloches nées dans la fonderie de Villedieu-les-Poêles (ouest de la France) vont s'envoler vers l'Irak pour rejoindre l'église du couvent Notre Dame de l'Heure, partiellement détruit par l'Etat islamique.

L'une des trois cloches, déjà nettoyée et accordée, a sonné lundi pour la première fois sous les coups de battant de l’ambassadeur d'Irak en France, Wadee al-Batti, accompagné de la directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay et le provincial dominicain Nicolas Tixier.

La délégation avait fait le déplacement pour assister au "déchapage" (retrait du moule extérieur, ndlr), et donner le premier coup de brosse aux deux autres cloches encore sous moule avant le transport des trois instruments par avion vers de la deuxième ville d'Irak, à l'extrême nord.

"En tant que chrétien de la ville de Mossoul, j'ai beaucoup de souvenirs de ce clocher, pendant toute mon enfance, pendant mes études, il a rythmé ma vie", a déclaré M. al-Batti, également ambassadeur à l'UNESCO depuis dimanche.

Faire sonner à nouveau des cloches à Mossoul est pour lui "une victoire de la vie: celle d'être réunis ensemble contre le terrorisme et la violence".

Première école de filles en Irak, première école d’institutrices, le couvent de Notre-Dame de L’Heure (al Saa-a en arabe) a été construit par des frères dominicains au milieu du XIXe siècle sur les plans d’un architecte français.

Le campanile de son église (cloches et horloges) avait été payé sur les deniers personnels de l'impératrice Eugénie.

Ce symbole avait été détruit en 2017 par les hommes de Daesh avant d’être chassés de la ville par l’armée irakienne.

L’UNESCO supervise la reconstruction de la vieille ville de Mossoul après sa destruction durant les combats contre l'Etat Islamique, un chantier à plus de 100 millions d'euros.

La directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay a vu dans ce projet "un soutien à la société mossouliote dans sa diversité, culturelle, cultuelle, de connaissance, d'université, de librairie, il s'agit de reconstruire cet esprit, et pas uniquement des pierres".

« Parler à toutes les confessions »

Le frère Nicolas, habillé d'une seule tunique blanche malgré le thermomètre tutoyant le zéro dans la fonderie Cornille Havard, a estimé que "ces cloches portent l'espoir, et pas uniquement pour la communauté chrétienne", avant d'évoquer un souvenir: "je suis allé à Mossoul récemment et un policier musulman m'a demandé quand les cloches allaient revenir".

Ces trois cloches de bronze, qui pèsent de 110 à 270 kg (fa, mi, sol) ont été fondues en novembre dans un alliage caractéristique composé de 78% de cuivre et 22% d'étain.

La pose et la maintenance seront assurées en Irak par une équipe de locaux formée sur place par Paul Bergamo, directeur et propriétaire de la fonderie.

"Aller à Mossoul était bouleversant, c'est un projet qui me marquera pour un moment", a déclaré celui qui se voulait "passeur de savoir" dans cette aventure.

Son atelier emploie 15 artisans à plein temps et exporte 25% de sa production, entre autres vers le Vietnam, l'Irlande ou encore le Bénin: 100 cloches d'église par an, pour 200 à 300 cloches de maison.

Il n'existe plus que deux fonderies de cloches en France (l'autre est en Savoie, dans le sud-est), et une trentaine dans le monde.

L'installation des cloches, nommées après les trois archanges, Gabriel, Michel et Raphaël pour "parler à toutes les confessions", selon M. Bergamo, est prévue avant le 6 mars 2023.

La fin complète des travaux de reconstruction du couvent est prévue pour décembre 2023 au plus tard.


A Rouen, les énergies renouvelables s'installent sur un HLM

Cette photographie prise à Rouen ouest de la France, le 2 février 2023, montre une éolienne en toiture, appelée "WindBoxes", sur le toit d'un immeuble d'habitation. (Photo de Lou Benoist / AFP)
Cette photographie prise à Rouen ouest de la France, le 2 février 2023, montre une éolienne en toiture, appelée "WindBoxes", sur le toit d'un immeuble d'habitation. (Photo de Lou Benoist / AFP)
Short Url
  • Sur cet immeuble d'un quartier populaire, géré par l'office HLM Rouen Habitat, huit éoliennes de toit sont en phase de test, avec une promesse : produire 20 à 30% de la consommation électrique des parties communes des 84 logements
  • WMR a un cahier des charges précis: une zone venteuse, la hauteur (8 à 10 mètres en plaine, 20 à 30 en ville), un toit plat pour cumuler vents horizontaux et ascendants, et aucun bâtiment de la même hauteur à moins de 100 mètres

ROUEN : «Je n'ai pas le vertige mais je déteste les échelles», déclare Yanis Maacha, 27 ans, ingénieur et cofondateur de Wind My Roof (WMR), à l'origine d'un système d'éoliennes combinées à des panneaux solaires testé sur le toit d'un immeuble HLM à Rouen.

Sur cet immeuble d'un quartier populaire, géré par l'office HLM Rouen Habitat, huit éoliennes de toit sont en phase de test, avec une promesse : produire 20 à 30% de la consommation électrique des parties communes des 84 logements grâce à une énergie verte et (ultra) locale, selon WMR, qui commercialise ces «windbox».

On ne voit rien depuis la rue, de ces huit cubes en tôle d'une tonne et six mètres-cube surmontés de panneaux solaires, installés à trente mètres du sol, à la jointure entre la façade et le toit plat de l'immeuble de 10 étages, «parce que c'est là que l'accélération du flux d'air est la plus importante», assure M. Maacha.

L'ingénieur explique que «le flux d'air arrive sur la façade du bâtiment, est contraint de remonter jusqu'au toit, le vent horizontal qui souffle au sommet le guide alors vers la windbox pour faire tourner l'éolienne».

A savoir un rotor horizontal, avec des pales en aluminium, relié par courroie à un générateur qui produit 1.500 watts. Les deux panneaux solaires sur le toit du cube produisent eux 750 watts, pour une emprise au sol de 4 m2.

Multiplié par huit, le dispositif permettrait de produire l'équivalent de 20% à 30% de la consommation annuelle des deux ascenseurs, de l'éclairage et des VMC.

C'est en moyenne 14MWh par an, «trois fois plus que la même surface occupée uniquement par des panneaux photovoltaïques», selon Yanis Maacha.

Mais ces énergies sont intermittentes. «En hiver, les panneaux cessent de produire à 17h», reconnaît l'ingénieur.

- toit plat -

Les éoliennes produisent en moyenne 15 à 25% de leur capacité maximale (facteur de charge) et «quand elles produisent, le compteur de l'immeuble tire moins sur le réseau extérieur», selon lui.

Pour pouvoir implanter ses windbox, WMR a un cahier des charges précis: une zone venteuse, la hauteur (8 à 10 mètres en plaine, 20 à 30 en ville), un toit plat pour cumuler vents horizontaux et ascendants, et aucun bâtiment de la même hauteur à moins de 100 mètres.

Et une bonne isolation : «la toiture vient d'être refaite, nous avons veillé à l'étanchéité et l'absorption acoustique» du toit, détaille Paul Bernstein, 34 ans, chef de projet exploitation chez Rouen Habitat, le seul risque de nuisance étant les potentielles vibrations qui pourraient se transmettre au bâtiment.

La start-up se veut aussi locale: «Toute l'éolienne est sourcée en France et assemblée à Saint-Nazaire, sauf le générateur, la Chine ayant le monopole des aimants permanents, les panneaux solaires viennent de Lituanie», précise M. Maacha.

Fondée avec un ami rencontré à l'école des Ponts et Chaussées, sa start-up parisienne est arrivée à Rouen après une rencontre fortuite entre son associé et le maire de la ville, Nicolas Mayer-Rossignol, également à la tête de la métropole, et de Rouen Habitat, qui a supporté le coût total de l'opération de 53.000 euros.

«C'est extrêmement important comme projet, très innovant et je crois, unique en France», a déclaré le maire à l'AFP.

«Nous cherchions des moyens de faire baisser les factures d’électricité avec des énergies renouvelables», se remémore l'élu, qui entend «répondre aux enjeux +fin du monde+ et +fin du mois+» avec ce projet «bon pour l'écologie et pour le pouvoir d'achat des locataires».

Installées depuis novembre 2022, les windbox restent en test pendant un an, en cas de succès, quatre nouveaux bâtiments potentiels aux alentours sont sur la liste d'attente pour produire leur propre énergie renouvelable.


Le «Signal», dix ans de bataille autour de l'érosion côtière

Un homme et une femme se tiennent à un poste surplombant le bâtiment Signal avant sa démolition, le 3 février 2023 à Soulac-sur-Mer, dans le sud-ouest de la France. (Photo de Philippe Lopez / AFP)
Un homme et une femme se tiennent à un poste surplombant le bâtiment Signal avant sa démolition, le 3 février 2023 à Soulac-sur-Mer, dans le sud-ouest de la France. (Photo de Philippe Lopez / AFP)
Short Url
  • Construit en 1967 à 200 mètres du rivage, l'immeuble a vu la distance qui le sépare des flots être grignotée, au fil des ans, par une érosion côtière accentuée
  • Le chantier de démolition de l'immeuble à l'abandon, qui doit durer trois semaines, est lancé le 3 février

BORDEAUX : La destruction du «Signal», immeuble du bord de plage à Soulac-Sur-Mer (Gironde), marque la fin de près de 10 ans de bataille juridique autour d'un lieu devenu symbole de l'érosion côtière.

. Janvier 2014: au bord du gouffre

Du haut de ses quatre étages, Le Signal et ses 78 logements sont en danger. Construit en 1967 à 200 mètres du rivage, l'immeuble a vu la distance qui le sépare des flots être grignotée, au fil des ans, par une érosion côtière accentuée. Début 2014, après une série de grandes marées et de fortes houles, il n'est plus qu'à une vingtaine de mètres de la dune, transformée en falaise sableuse, et menace de s'effondrer. Les autorités ordonnent son évacuation.

. Septembre 2014: début d'une bataille juridique

Contraints de laisser leur logement, les copropriétaires se voient proposer par l'Etat une enveloppe de 1,5 million d'euros, soit 20.000 euros par logement. Insuffisant selon eux: ils veulent bénéficier du fonds d'indemnisation dit «Barnier», réservé aux risques naturels majeurs mais pas à l'érosion dunaire, pour couvrir le prix d'achat de leur appartement. Cette revendication est portée devant le tribunal administratif de Bordeaux, qui exempte les collectivités locales et l'État de toute obligation.

. Juin 2018: désamiantage

Craignant une «catastrophe écologique» liée à un éventuel affaissement de l'immeuble, l'ancien préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement décide de faire désamianter le bâtiment afin d'empêcher la libération de «12.000 tonnes de gravats contaminés». Un chantier à 870.000 euros, pris en charge exceptionnellement par l'État et achevé en juillet 2019.

. Août 2018 : défaite devant le Conseil d'État

Après la cour administrative d'appel de Bordeaux puis le Conseil constitutionnel en avril 2018, le Conseil d'État dit à son tour «non» à l'indemnisation des propriétaires, qui commencent à perdre espoir. Soixante-quinze avaient lancé la bataille, dont beaucoup de retraités, certains décédés depuis.

. Décembre 2018: l'Assemblée au secours

Quatre ans après l'évacuation du Signal, l'Assemblée nationale vote un amendement au budget 2019 qui permet de débloquer sept millions d'euros en faveur des propriétaires. Le texte prévoit une indemnisation à hauteur de 70% de la valeur originelle estimée du logement. Deux ans plus tard, un protocole «exceptionnel» est signé entre l'État, la mairie de Soulac et la communauté de communes Médoc Atlantique, qui devient propriétaire de l’immeuble en vue de sa destruction.

. 2023: Le Signal disparaît

Le chantier de démolition de l'immeuble à l'abandon, qui doit durer trois semaines, est lancé le 3 février. «Un événement triste qui a beaucoup coûté d'un point de vue affectif et patrimonial et, peut-être, porté atteinte à l'image de Soulac à un moment», admet ledirecteur de Médoc Atlantique, Frédéric Boudeau. Qui voit néanmoins dans cette destruction une manière «de repartir». Et de tirer des leçons.


Mister Géopolitix: le vulgarisateur des jeunes passionnés de géopolitique

Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés. (AFP).
Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés. (AFP).
Short Url
  • Dans ses vidéos, qui durent entre 15 et 45 minutes, il recourt aux cartes et glisse des références à des séries populaires comme Narcos
  • Si son audience est plutôt masculine, Charlotte Wyn, 20 ans, regarde les vidéos de Mister Géopolitix depuis trois ans

PARIS: Avec les tensions internationales croissantes, le grand public redécouvre la géopolitique, une discipline que Gildas Leprince décrypte et renouvelle pour ses près de 200.000 abonnés Youtube, principalement des jeunes de moins de 35 ans.

Que ce soit aux côtés de l'armée française en Estonie ou dans la peau d'un humanitaire, Mister Géopolitix est aussi actif sur Instagram et TikTok, aux côtés de quelques autres youtubeurs français présents sur ces sujets.

"70% de ma communauté a entre 18 et 35 ans", souligne le jeune homme de 32 ans qui, revêtu de sa chemise verte kaki, devient Mister Géopolitix dans son appartement de région parisienne.

Dans ses vidéos, qui durent entre 15 et 45 minutes, il recourt aux cartes et glisse des références à des séries populaires comme Narcos, pour séduire un public plus habitué au divertissement qu'au reportage géopolitique.

"Les visuels sont magnifiques et c'est le seul qui fait du reportage de terrain", souligne Vincent Lièvre, étudiant de 23 ans qui le suit depuis 2017, et qui s'informe par ailleurs via des médias traditionnels.

Si son audience est plutôt masculine, Charlotte Wyn, 20 ans, regarde les vidéos de Mister Géopolitix depuis trois ans. Elle apprécie qu'il n'impose pas d'avis personnel: "Je peux me faire ma propre opinion" et "ça reste ludique".

"Je traite un sujet quand j'ai une plus-value à apporter. C'est pour ça que je n'ai pas parlé de la guerre en Ukraine", reconnaît celui qui se considère avant tout comme un vulgarisateur.

S'il voyage pour certains sujets, il travaille aussi beaucoup depuis la France. Digérant de nombreux livres, documentaires et rapports pour préparer ses vidéos, il interroge aussi des experts.

« Idées préconçues »

"C'est bien d'avoir des contenus adaptés à un public plus jeune avec un effort de vulgarisation", souligne Marc Hecker, chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri) intervenu à deux reprises sur la chaîne de Mister Géopolitix.

Des qualités également louées par Pierre Razoux, directeur académique de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques (FMES): "Son but est de passer l'information la plus équilibrée possible tout en se mettant à la portée de son public, largement composé de lycéens et de jeunes étudiants."

C'est aussi une manière de lutter contre "les idées préconçues sur internet", souligne-t-il.

À la différence de ces spécialistes, Gildas Leprince n'a pas fait d'études de relations internationales. Après un master en économie des pays en voie de développement, il se lance dans un voyage de neuf mois à la découverte des questions géopolitiques du bassin méditerranéen.

"À ce moment-là, des vulgarisateurs français comme Nota Bene ou Cyrus North ont commencé à avoir une bonne audience sur Youtube", se souvient-t-il. Une source d'inspiration qui le décide à lancer Mister Géopolitix en 2016.

Barman puis secouriste en parallèle, cet autodidacte voit ses revenus augmenter à mesure qu'il gagne de l'audience, mais pas seulement. S'il a recourt aux traditionnels placements de produits, une partie de sa rémunération découle de projets d'éditions.

Immersion géopolitique

Grâce à ce modèle économique hétéroclite, Gildas Leprince vit à 100% de Mister Géopolitix depuis 2019 et a pu réaliser son "rêve": faire du reportage. En Egypte, au Mexique et même en Arctique, il a produit une dizaine "d'aventures géopolitiques".

Sa vidéo la plus vue: un reportage avec les militaires français luttant contre l'orpaillage illégal en Guyane. Depuis 2015, l'armée française ouvre régulièrement ses portes aux créateurs de contenus.

"On sait que c'est ce que les gens regardent et ça nous permet de toucher un public différent", explique Yann Gravêthe, directeur de la Délégation à l'information et à la communication de la Défense.

Des contenus embarqués qui ne sont pas un souci pour Gildas Leprince: "je ne suis pas rémunéré et ça me permet d'approcher des zones où je n'aurai pas pu aller seul".

Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés.