La Croatie intègre l'espace Schengen, Bulgarie et Roumanie recalées

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 décembre 2022

La Croatie intègre l'espace Schengen, Bulgarie et Roumanie recalées

  • A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés
  • La Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter: leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie

BRUXELLES: La Croatie fera son entrée dans l'espace Schengen de libre circulation en janvier : les Etats membres de l'Union européenne ont approuvé jeudi son adhésion, mais rejeté celles de la Roumanie et de la Bulgarie.

A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés, a indiqué la présidence tchèque du Conseil de l'UE. Les contrôles aux aéroports le seront à partir du 26 mars.

Avec ce feu vert unanime des ministres de l'Intérieur réunis à Bruxelles, la Croatie devient le 27ème membre de cette vaste zone au sein de laquelle plus de 400 millions de personnes peuvent voyager librement, sans contrôles aux frontières intérieures.

Ce pays de 3,9 millions d'habitants, membre de l'UE depuis 2013, rejoindra aussi la zone euro en janvier.

"L'intégration de la Croatie dans Schengen va bénéficier à tout le monde, les citoyens, l'économie, la Croatie et l'UE", a tweeté le ministre croate de l'Intérieur Davor Božinović.

En revanche la Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter : leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie.

Vienne, qui fait face à une forte hausse des demandes d'asile, redoutait que la levée des contrôles aux frontières avec ces deux pays n'accroisse encore le flux des arrivées de migrants.

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse, particulièrement via la route des Balkans occidentaux.

«Très déçue»

Le président roumain Klaus Iohannis a fustigé "l'attitude regrettable et injustifiée de l'Autriche (qui) risque de compromettre l'unité et la cohésion européennes".

Le ministre bulgare de l'Intérieur Ivan Demerdjiev a épinglé la position des Pays-Bas: "Il n'y a rien de constructif (...), pas d'arguments concrets", a-t-il déploré.

Le ministre néerlandais chargé des Migrations, Eric van der Burg, a expliqué que son pays avait des inquiétudes concernant "la corruption et les droits humains" dans cet Etat des Balkans et demandait à la Commission un rapport sur ces points.

Les dossiers d'adhésion de ces deux anciens pays communistes, entrés en 2007 dans l'UE et qui frappent à la porte de Schengen depuis plus de dix ans, ont été liés du point de vue procédural et le rejet de l'un entraînait de toute façon celui de l'autre.

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola s'est dite "très déçue" du refus essuyé par Sofia et Bucarest. Même sentiment chez la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson, qui s'est toutefois dite confiante sur une adhésion de ces pays "avant la fin du mandat" de la Commission en 2024.

La Commission et le Parlement européen réclamaient de longue date d'inclure les trois pays dans cette zone qui comprend la plupart des Etats de l'Union européenne plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L'adhésion de la Croatie aura notamment pour effet de supprimer les files d'attente de véhicules à ses frontières avec la Hongrie et la Slovénie et d'encourager le tourisme.

En contrepartie, les pays de Schengen doivent assumer un contrôle rigoureux des frontières extérieures de cet espace et s'engager à une coopération policière pour lutter contre la criminalité organisée ou le terrorisme.

Accusations de refoulements

Mais huit organisations de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont dénoncé le feu vert accordé à la Croatie, accusant ce pays de "refuser régulièrement aux réfugiés, demandeurs d'asile et migrants l'accès à son territoire et au droit d'asile" et de "mener des expulsions collectives, y compris des refoulements violents".

Elles indiquent que "de début août à fin novembre, un total de 1.395 personnes ont signalé avoir été illégalement refoulées de la Croatie vers la Bosnie-Herzégovine, selon des données du Conseil danois pour les réfugiés".

Dans un rapport publié jeudi, le réseau "Border Violence Monitoring Network" a quant à lui compilé plus de 1 600 témoignages concernant au total près de 25 000 personnes, battues, humiliées, détenues arbitrairement et refoulées illégalement, dans quinze pays de l'UE et des Balkans occidentaux, dont la Croatie, la Hongrie, l'Italie, la Grèce.


Sébastien Raoult: un comité de l'ONU demande la suspension de son extradition, déjà intervenue

Le tribunal de district américain est photographié où le cybercriminel français présumé Sébastien Raoult, alias Sezyo Kaizen, membre du soi-disant «ShinyHunters Group», sera mis en accusation pour complot, cybercriminalité et vol d'identité aggravé à Seattle, Washington, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP)
Le tribunal de district américain est photographié où le cybercriminel français présumé Sébastien Raoult, alias Sezyo Kaizen, membre du soi-disant «ShinyHunters Group», sera mis en accusation pour complot, cybercriminalité et vol d'identité aggravé à Seattle, Washington, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP)
Short Url
  • Il est accusé d'être un membre des «ShinyHUnters», groupe de «cybercriminels» soupçonnés par la justice américaine d'être derrière des cyberattaques d'entreprises
  • Aux Etats-Unis, l'ex-étudiant risque jusqu'à 116 ans de prison s'il est reconnu coupable, selon son avocat.

PARIS: Le Comité des droits de l'homme de l'ONU, saisi par la défense du jeune Français Sébastien Raoult accusé de cybercriminalité, a demandé mardi la suspension de son extradition du Maroc vers les Etats-Unis, quelques jours après que celle-ci soit intervenue.

Selon des sources concordantes, le Comité a enregistré la demande faite le 17 janvier d'examiner le cas de ce jeune homme, arrêté au Maroc en mai sur la base d'une notice rouge émise par Interpol à la demande de la justice américaine.

Le comité onusien a par ailleurs indiqué avoir demandé "de ne pas extrader l'auteur vers les États-Unis tant que sa requête (était) en cours d'examen", selon un courrier consulté mercredi par l'AFP.

Sébastien Raoult a néanmoins été extradé le 25 janvier et présenté trois jours plus tard devant un tribunal de Seattle, où il a plaidé "non coupable".

Il est accusé d'être un membre des "ShinyHUnters", groupe de "cybercriminels" soupçonnés par la justice américaine d'être derrière des cyberattaques d'entreprises.

"On peut se demander, le Maroc étant informé de notre requête, si la précipitation de l'extradition de Sébastien n'était pas une stratégie pour échapper à une injonction du comité", a estimé le père du jeune homme, Paul Raoult.

Le 25 janvier, la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre, avait affirmé que "le calendrier de l'extradition de M. Sébastien Raoult" relevait "des relations souveraines entre le Maroc et les Etats-Unis".

Mais pour l'avocat français du jeune homme, Me Philippe Ohayon, qui a envoyé un courrier mercredi à la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, "il ne s'agit désormais plus d’une affaire bilatérale qui concerne uniquement les Etats-Unis et le Maroc, mais également la France" car le Comité des droits de l'homme est "saisi sur le fondement du Pacte international relatif aux droits civils et politiques".

Aux Etats-Unis, l'ex-étudiant risque jusqu'à 116 ans de prison s'il est reconnu coupable, selon son avocat.


La résidence balnéaire de Biden perquisitionnée, aucun document confidentiel retrouvé

Sur cette photo prise le 7 novembre 2021, le président américain Joe Biden et la première dame Jill Biden marchent sur la plage de Rehoboth, Delaware. La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth sans y trouver de document classé confidentiel (Fichier, AFP)
Sur cette photo prise le 7 novembre 2021, le président américain Joe Biden et la première dame Jill Biden marchent sur la plage de Rehoboth, Delaware. La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth sans y trouver de document classé confidentiel (Fichier, AFP)
Short Url
  • Après 3H30 de recherche, «aucun document portant mention de classification n'a été trouvé», a fait savoir Bob Bauer dans un communiqué
  • La police fédérale avait déjà fouillé récemment une autre maison de Joe Biden dans le Delaware, située dans la ville de Wilmington, à la recherche de documents confidentiels datant des anciennes fonctions de vice-président et de sénateur

WASHINGTON: La police fédérale américaine a mené mercredi une perquisition dans la résidence balnéaire de Joe Biden à Rehoboth (Delaware, est) sans y trouver de document classé confidentiel, a annoncé l'avocat personnel du président.

Après 3H30 de recherche, "aucun document portant mention de classification n'a été trouvé", a fait savoir Bob Bauer dans un communiqué à la mi-journée.

Il ajoute toutefois que les enquêteurs "ont emporté certains documents et notes manuscrites qui semblent remonter au temps de sa vice-présidence, afin de les passer en revue".

En début de journée, l'avocat personnel du président démocrate avait annoncé que la résidence de son client faisait l'objet d'une fouille menée par le FBI, et que Joe Biden coopérait "pleinement" avec ce dernier.

"Pour des raisons de sécurité et de procédure, (le FBI) voulait procéder à cette action sans communication publique préalable et nous avons décidé de coopérer", avait-il précisé.

La police fédérale avait déjà fouillé récemment une autre maison de Joe Biden dans le Delaware, située dans la ville de Wilmington, à la recherche de documents confidentiels datant des anciennes fonctions de vice-président et de sénateur du démocrate de 80 ans.

Le président passe le plus souvent ses week-ends soit à Wilmington soit, moins régulièrement, à Rehoboth.

Depuis le mois de novembre dernier, une série de documents confidentiels, dont le nombre exact et la teneur restent inconnus à ce jour, ont été trouvés soit dans un bureau qu'occupait Joe Biden dans un cercle de réflexion de Washington, soit dans la maison de Wilmington.

Ces documents remontent à la vice-présidence de Joe Biden (2009-2017) et à ses trois décennies au Sénat, au cours desquelles il s'est beaucoup occupé de politique étrangère.

Le ministère de la Justice a nommé un procureur spécial pour enquêter sur ces découvertes, embarrassantes pour le président démocrate car elles évoquent, malgré de nombreuses différences, une affaire d'archives officielles emportées en Floride par son prédécesseur Donald Trump.

La loi aux Etats-Unis oblige les présidents et les vice-présidents à transférer l'ensemble de leurs documents officiels, communications, et autres notes aux Archives nationales.

L'ancien vice-président de Donald Trump, le très conservateur Mike Pence, avait lui aussi révélé fin janvier qu'un "petit nombre de documents portant la mention 'confidentiel'" avait été découvert dans sa résidence.


La Russie met en garde Israël contre toute livraison d'armes à l'Ukraine

La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
La Russie a mis en garde Israël contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué «examiner la question». (Photo, AFP)
Short Url
  • «S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie», a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova
  • Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien

MOSCOU: La Russie a mis en garde Israël mercredi contre d'éventuelles livraisons d'armes à l'Ukraine, après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué "examiner la question".

"S'agissant des livraisons d'armes (à l'Ukraine), on ne classe pas les pays selon la géographie. Nous disons que tous les pays qui livrent des armes doivent comprendre que nous considèrerons (ces armes) comme des cibles légitimes pour les forces armées russes", a dit la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, au sujet de la possibilité d'approvisionnements israéliens.

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février dernier, Israël a cherché à rester neutre dans ce conflit, ne fournissant par exemple pas d'armes à Kiev malgré les demandes répétées du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Israël a par ailleurs fait valoir des liens privilégiés avec Moscou, l'Etat hébreu comptant plus d'un million de citoyens originaires de l'ex-Union soviétique et la Russie disposant de troupes en Syrie, pays voisin d'Israël.

Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a cependant déclaré que son pays envisageait une aide militaire pour l'Ukraine, tout en se proposant comme médiateur dans le conflit ukrainien.

"Toute tentative -- réalisée ou même non réalisée, mais annoncée -- de livrer des armements supplémentaires, nouveaux, ou autres, aboutit et va aboutir à une escalade de cette crise. Tout le monde doit s'en rendre compte", a souligné Mme Zakharova.

Ces derniers jours, plusieurs pays occidentaux ont exprimé leur intention de fournir rapidement des chars lourds à l'Ukraine, à l'instar du Royaume-Uni qui compte fournir des Challenger fin mars et de l'Allemagne qui entend envoyer ses premiers Leopard 2 "fin mars-début avril".

Mais l'Ukraine réclame également à l'Occident des avions de combat et de l'artillerie lourde.