L'agression israélienne contre les Palestiniens menace d’une nouvelle vague de violence, prévient la Jordanie

Des manifestants palestiniens se mettant à l'abri lors d'affrontements vendredi avec des soldats israéliens en Cisjordanie occupée. La Jordanie a averti que cette escalade militaire d'Israël contre les Palestiniens menaçait de déclencher une nouvelle vague de violence. (AFP)
Des manifestants palestiniens se mettant à l'abri lors d'affrontements vendredi avec des soldats israéliens en Cisjordanie occupée. La Jordanie a averti que cette escalade militaire d'Israël contre les Palestiniens menaçait de déclencher une nouvelle vague de violence. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 09 décembre 2022

L'agression israélienne contre les Palestiniens menace d’une nouvelle vague de violence, prévient la Jordanie

  • Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que la violence ne faisait que générer davantage de violence
  • Le ministère des Affaires étrangères et des expatriés a dénoncé les incursions israéliennes actuelles et les attaques répétées contre des villes palestiniennes

AMMAN: Vendredi, la Jordanie a mis en garde contre l’escalade militaire d'Israël contre les Palestiniens, qui menace de déclencher une nouvelle vague de violence où toutes les parties seront perdantes. 

Le ministère des Affaires étrangères et des expatriés a dénoncé les incursions israéliennes actuelles et les attaques répétées contre des villes palestiniennes, dont la dernière en date à Jénine jeudi en début de journée.

Sinan Majali, porte-parole du ministère, a déclaré que la violence ne ferait que générer davantage de violence, a rapporté vendredi l'Agence de presse jordanienne.

Il a ajouté que les incursions israéliennes ne faisaient que perpétuer l'occupation, et que la stagnation du processus de paix poussait la région vers une escalade dangereuse dont Israël porterait la responsabilité.

Majali a appelé Israël à cesser toutes ses opérations militaires contre les Palestiniens et toutes ses mesures illégales compromettant la solution à deux États et les chances de parvenir à la paix.

Il a appelé la communauté internationale à fournir immédiatement une protection au peuple palestinien et à lancer un nouvel élan en faveur d'une paix juste qui mette fin à l'occupation et permette la création d'un État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale, conformément aux résolutions adéquates de la légitimité internationale et de l'initiative de paix arabe.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Emoi en Irak après la mort d'une jeune YouTubeuse tuée par son père

Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Tiba al-Ali (Photo, Twitter).
Short Url
  • Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya
  • Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie

BAGDAD: Le meurtre d'une YouTubeuse irakienne de 22 ans tuée par son père en raison d'un "différend familial" suscitait l'émoi vendredi en Irak, pays largement patriarcal où les féminicides commis au nom de l'"honneur" ne sont pas rares.

Tiba al-Ali a été tuée par son père dans la nuit du 31 janvier au 1er février dans la province de Diwaniya (sud), a indiqué vendredi sur Twitter Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Selon lui, la police avait auparavant tenté une médiation entre la jeune femme et ses proches pour "résoudre de manière définitive le différend familial" les opposant.

Dans des enregistrements de leurs conversations partagés sur les réseaux sociaux, on peut entendre combien son père est ulcéré que Tiba al-Ali vive seule en Turquie. 

Saad Maan a expliqué qu'une unité de police suivant les questions de société était intervenue. Au lendemain d'une première rencontre, "alors que nous devions les revoir, nous avons été surpris par la nouvelle du meurtre par son père, qui a fait des aveux initiaux après s'être livré à la police", a-t-il précisé.

Sollicité par l'AFP, un responsable des services de sécurité de Diwaniya a confirmé que des "différends familiaux" remontant à 2015 étaient à l'origine du drame.

La famille s'était rendue en Turquie en 2017. Mais au moment de rentrer en Irak, Tiba al-Ali avait refusé de se joindre à ses proches. Elle vivait depuis en Turquie, selon ce responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Son meurtre a eu lieu alors qu'elle était en visite en Irak.

Sur son compte YouTube, la jeune femme partageait des vidéos de son quotidien dans lesquelles apparaissait très souvent son fiancé.

Le drame a provoqué un tollé et des militants ont appelé à manifester dimanche devant un tribunal de Bagdad.

Dans une société irakienne largement patriarcale, avocates et militantes luttent pour défendre les droits des femmes souvent piétinés. Elles dénoncent l'inaction des autorités face aux violences domestiques, aux mariages précoces et aux crimes dits d'"honneur".

"Les femmes dans nos sociétés sont les otages de coutumes arriérées en raison de l'absence de lois dissuasives et de mesures gouvernementales qui ne sont pas à la hauteur de l'ampleur des violences domestiques", a déploré sur Twitter l'ancienne députée kurde Ala Talabani.

"Tant que les autorités irakiennes n'auront pas adopté de législation assez solide pour protéger les femmes et les filles des violences sexistes, nous continuerons à être témoins de meurtres aussi épouvantables que celui de Tiba Ali", a réagi vendredi Aya Majzoub, directrice régionale adjointe à Amnesty International.


Tunisie: le président s'en prend aux syndicats «pour détourner l'attention»

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, prononce son discours inaugural devant plusieurs centaines de salariés du secteur des transports, le 30 novembre 2022 à Tunis, et met en garde contre la dégradation de la situation sociale et économique du pays. (AFP)
Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi, prononce son discours inaugural devant plusieurs centaines de salariés du secteur des transports, le 30 novembre 2022 à Tunis, et met en garde contre la dégradation de la situation sociale et économique du pays. (AFP)
Short Url
  • «Le président essaye de détourner l'attention de ce qui s'est passé au 2e tour des législatives et de l'échec cuisant de ses choix économiques et sociaux», a dénoncé le chef du syndicat UGTT
  • «L'Etat utilise l'intimidation pour réprimer les opposants», a accusé M. Taboubi

TUNIS: Le président Kais Saied s'en prend aux syndicats pour "détourner l'attention" après la forte abstention aux législatives et "l'échec" de sa politique économique et sociale, a dénoncé vendredi le chef du syndicat UGTT après l'arrestation d'un responsable de cette influente centrale.

"Le message est clair que l'UGTT est visée", a déclaré Noureddine Taboubi au début d'une réunion du syndicat portant entre autres sur l'interpellation mardi du responsable UGTT pour la branche autoroutes, Anis Kaabi.

"Le président essaye de détourner l'attention de ce qui s'est passé au 2e tour des législatives et de l'échec cuisant de ses choix économiques et sociaux", a dénoncé le chef de ce syndicat, fort de près d'un million d'adhérents. "L'Etat utilise l'intimidation pour réprimer les opposants", a accusé M. Taboubi.

Les législatives ont été marquées dimanche - comme au premier tour mi-décembre - par une abstention record de quasi 90%, analysée par l'opposition comme un rejet des réformes lancées par le président Saied après son coup de force du 25 juillet 2021.

M. Saied concentre tous les pouvoirs depuis 18 mois et a révisé la Constitution pour réduire les prérogatives du Parlement et revenir à un système ultra-présidentialiste similaire à celui d'avant la Révolution de 2011 et la chute du dictateur Ben Ali.

Outre les divisions politiques que ce processus a provoquées, le pays a vu son économie se détériorer avec une forte inflation (plus de 10%), une augmentation de la pauvreté et un creusement de la dette.

Suite à un débrayage de deux jours sur les péages autoroutiers, M. Kaabi a été interpellé mardi, juste après un discours du président Saied dénonçant une instrumentalisation du droit de grève "à des fins politiques".

Le syndicaliste a été placé en détention provisoire jeudi dans l'attente d'un procès fixé au 23 février. Il est poursuivi pour "exploitation de sa qualité de fonctionnaire en vue de porter préjudice à l'administration". La société publique Tunisie Autoroutes a déposé deux plaintes à son encontre pour les pertes financières provoquées par la grève.

Soulignant que cette grève était parfaitement "légale", l'UGTT a demandé sa "libération immédiate" et fustigé une "violation des droits syndicaux et des conventions internationales" signées par la Tunisie.

L'UGTT a reçu des messages de solidarité de la CGT en France et de la fédération IndustriALL Global Union, présente dans 140 pays et basée à Genève.


Nouvelles découvertes sur l'embaumement en Égypte antique

Cette image publiée par l'Université Ludwig-Maximilian de Munich montre une scène d'embaumement, qui pourrait avoir eu lieu à Saqqara, en Égypte (Photo, AFP).
Cette image publiée par l'Université Ludwig-Maximilian de Munich montre une scène d'embaumement, qui pourrait avoir eu lieu à Saqqara, en Égypte (Photo, AFP).
Short Url
  • Des chercheurs ont dévoilé la nature des matériaux utilisés dans le processus de momification, selon le ministère
  • Susanna Beck a mentionné que ces recherches contribuaient grandement aux connaissances sur de nombreux éléments de l'embaumement

LE CAIRE: Des chercheurs ont dévoilé les secrets du processus de momification utilisé dans l'Égypte antique, a déclaré le ministère du Tourisme et des Antiquités.
Une équipe de chercheurs des universités Ludwig Maximilian et de Tubingen en Allemagne, en coopération avec le Centre national de recherche du Caire, a entrepris d'étudier les matériaux utilisés par les embaumeurs de l'époque.
Les spécialistes ont analysé les restes organiques trouvés à l'intérieur de poterie découverts dans un atelier de momification mis au jour par la mission archéologique égypto-allemande dirigée par Ramadan Badri à Saqqara en 2018.
Leur travail s'inscrivait dans le cadre d'un projet de tombes axé sur l'époque d'El-Sawy, entre 664 et 525 avant JC.
Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités d'Égypte, a affirmé que les résultats de la recherche ont été publiés dans la revue scientifique Nature le 1er février.
La mission a trouvé les noms des restes organiques utilisés pendant le processus de momification écrits en langue égyptienne ancienne sur la surface des récipients en poterie, ainsi que les noms des organes et des parties du corps sur lesquels les matériaux organiques étaient utilisés pendant le processus de momification.
Des spécialistes les ont étudié pour déterminer leurs propriétés chimiques et identifier chaque matériau en fonction de la partie du corps visée.
Les recherches ont révélé trois informations importantes sur le processus de momification: le matériau lui-même, son nom dans la langue égyptienne ancienne et son lieu d'utilisation.
Waziri a indiqué que cette découverte mettait à jour des textes connus sur les techniques de momification de l'Égypte antique.
L'équipe a pu déterminer avec précision le matériau utilisé afin d’embaumer des parties spécifiques du corps pour la première fois après avoir comparé les matériaux identifiés avec les inscriptions sur les ustensiles, a-t-il signalé.
Les recherches ont révélé qu'un certain nombre de matériaux utilisés dans le processus de momification étaient importés du pourtour méditerranéen et d'Asie du Sud-Est, ce qui indique l'existence de liens et de communications entre ces régions à cette époque.
Susanna Beck, chef adjointe de la mission, a mentionné que ces recherches contribuaient grandement aux connaissances sur de nombreux éléments de l'embaumement.
Les restes trouvés dans les pots ont été partiellement isolés pour déterminer leurs composants chimiques, a-t-elle précisé.
Par exemple, la substance «antiu», fréquemment mentionnée dans la description des processus de momification, a été traduite par «encens», mais les résultats de l'étude ont montré qu'il s'agissait d'un mélange d'huile de bois de cèdre, d'huile de genévrier (cyprès) et de graisse animale.
Beck a soutenu que l'étude a été réalisée en utilisant la chromatographie en phase gazeuse et la spectrométrie de masse sur les matériaux découverts.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com