La Turquie et la Russie examinent la possibilité d'utiliser l'espace aérien syrien dans le cadre d'une opération militaire

Des soldats américains passent devant un véhicule militaire turc lors d'une patrouille conjointe avec les troupes turques dans le village d'al-Hashisha en Syrie, à la périphérie de la ville de Tal Abyad, à la frontière avec les troupes turques. (Photo d'archive AFP).
Des soldats américains passent devant un véhicule militaire turc lors d'une patrouille conjointe avec les troupes turques dans le village d'al-Hashisha en Syrie, à la périphérie de la ville de Tal Abyad, à la frontière avec les troupes turques. (Photo d'archive AFP).
Short Url
Publié le Lundi 26 décembre 2022

La Turquie et la Russie examinent la possibilité d'utiliser l'espace aérien syrien dans le cadre d'une opération militaire

  • Ankara envisage de recourir à une offensive militaire contre la milice des YPG à la suite de l'échec des efforts diplomatiques entrepris par Moscou
  • Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, vient de confier à la presse que la Turquie allait «remettre sur les rails ses relations avec la Syrie»

ANKARA: Ankara discute avec Moscou la possibilité d'utiliser l'espace aérien situé dans la zone contestée pour mener une offensive transfrontalière dans le nord de la Syrie.

Les experts estiment en effet que la Turquie sollicite l'autorisation de la Russie pour mener à bien cette opération, sans toutefois compromettre les relations bilatérales entre les deux pays; ces relations ont longtemps été tributaires des crises régionales.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a annoncé samedi que la milice kurde de Syrie, connue sous le nom de YPG (Unités de protection du peuple), serait la cible de cette opération aérienne et terrestre. Il affirme par ailleurs qu'Ankara s'est entretenu avec Moscou sur les modalités de l'opération, notamment celles liées à l'ouverture de l'espace aérien.

Pour la Turquie, les YPG sont une branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan, qui sont perçus comme un groupe terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Union européenne.

Ankara accuse le PKK et les YPG d'être responsables de l'attentat à la bombe ayant fait six morts et plus de 80 blessés le 13 novembre à Istanbul. De leur côté, le PKK et les Forces démocratiques syriennes alliées aux États-Unis, avec à leur tête les YPG, ont nié toute implication dans cet attentat.

Dans ce contexte, la ville frontalière turque de Karkamis a été frappée par des roquettes tirées depuis le nord de la Syrie à la fin du mois de novembre. Cette offensive a provoqué la mort de trois civils et a amené Ankara à accélérer sa riposte.

Aydin Sezer, expert des relations turco-russes, estime que la Russie devra obtenir le consentement du régime de Bachar al-Assad avant d'ouvrir l'espace aérien syrien.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, vient de confier à la presse que la Turquie allait «remettre sur les rails  ses relations avec la Syrie». Ces propos laissent penser qu'Ankara souhaite resserrer les liens avec le gouvernement syrien.

M. Sezer a néanmoins fait savoir que les avions à réaction F-16 turcs sont capables de frapper les unités des YPG à grande distance.

«Ankara a négocié le retrait des forces kurdes de Syrie à 30 km à l'intérieur du pays. Le Kremlin souligne dans ses déclarations officielles qu'il a convaincu la Turquie de renoncer à une opération terrestre», explique-t-il à Arab News.

En effet, Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu avec le président russe, Vladimir Poutine, la semaine dernière lors d'un appel téléphonique. Il a suggéré la mise en place d'un mécanisme tripartite réunissant les présidents turc, russe et syrien en vue de définir une stratégie antiterroriste commune.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré à la fin du mois de novembre que la Russie comprenait les préoccupations de la Turquie en termes de sécurité. Il a néanmoins rappelé que son pays s'opposait à une nouvelle escalade. Il a ainsi a laissé entendre que Moscou s'opposait à une éventuelle opération terrestre que mènerait la Turquie.

Il convient de rappeler que la Turquie a effectué à ce jour trois opérations militaires vastes en Syrie: l’opération Bouclier de l'Euphrate en 2016-2017, l’opération Rameau d'olivier en 2018 et l’opération Source de paix en 2019.

Ankara cible, depuis fin novembre, la milice kurde syrienne avec des frappes à longue portée et des drones dans le cadre de l'opération Griffe-épée. Les États-Unis one dénoncé cette opération car les drones se sont écrasés à proximité des bases de la coalition abritant des soldats américains.

Levent Kemal, expert des politiques de défense au Moyen-Orient, indique que la Turquie n'a pas besoin d'ouvrir l'espace aérien syrien pour mener à bien une opération militaire.

«Nos avions sont capables de frapper les objectifs prédéfinis depuis l'espace aérien turc sans passer par le territoire syrien», a-t-il déclaré à Arab News.

«Cependant, le Kremlin peut imposer à la Turquie certaines conditions avant de l’autoriser à lancer cette opération; il pourrait lui demander d'ouvrir son espace aérien pour une opération dans l'est de l'Euphrate ou encore convaincre Erdogan de faire une apparition en public avec Assad», explique M. Kemal.

Il a précisé que la Turquie privilégie la mise en place d'un corridor de sécurité le long de sa frontière sud avec la Syrie et qu'elle cible les villes de Tal Rifaat et Manbij. Ainsi, la médiation menée par la Russie (entre Ankara et Damas) mettra probablement les villes de la province d'Alep sous le feu de la prochaine offensive.

M. Erdogan a souligné lors d'une réunion qu'il a tenue le 3 décembre près de la frontière syrienne que «les attaques ne vont pas affaiblir notre détermination» et que le corridor de sécurité sera « certainement » mis en place.

M. Erdogan vient de s'entretenir par téléphone avec M. Poutine le 11 décembre. Il a réitéré l'importance du corridor de sécurité prévu par l'accord que les deux pays ont conclu en 2019.

Oytun Orhan occupe le poste de coordinateur des études sur la Syrie au sein du groupe de réflexion Orsam à Ankara. Pour lui, la Turquie a reporté de plusieurs mois son opération en Syrie pour laisser à la Russie le temps de se positionner.

«Cela fait environ un mois que la Russie négocie avec les Kurdes syriens pour parvenir à un compromis et les convaincre de se retirer de la frontière turque», explique-t-il à Arab News.

Les efforts de la Russie se sont toutefois heurtés à la résistance des responsables kurdes syriens qui insistent pour que les forces locales se maintiennent près de la frontière.

Cette situation conduit Ankara à privilégier l'option militaire, selon M. Orhan.

Il précise par ailleurs qu'Ankara sera probablement contrainte de pénétrer dans l'espace aérien syrien pour cibler certains sites.

«Pour cibler Tal Rifaat, par exemple, l'armée turque aurait besoin de lancer ses offensives d'une certaine profondeur aérienne», explique-t-il. «Ankara doit ainsi trouver un terrain d'entente avec la Russie pour que cette opération soit menée dans le cadre d'un accord bilatéral.»

«Autrement, les liens entre la Turquie et la Russie pourraient être compromis sur plusieurs fronts et d'autres accords seraient menacés, notamment sur le plan militaire.»

«Pour que Moscou autorise l'utilisation de l'espace aérien, elle impose une seule condition: la Turquie devra s'engager à normaliser ses relations avec le régime d'Assad et proposer un plan de sortie au terme de l'opération», ajoute-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi Salmane émet un décret royal pour accueillir mille pèlerins issus de familles de victimes palestiniennes

Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins. (Dossier/SPA)
Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Mille trois cents pèlerins provenant de plus de quatre-vingt-huit pays seront présents
  • Vingt-deux pèlerins issus des familles de jumeaux conjoints qui ont été séparés dans le Royaume participeront également à ce programme

L’agence de presse saoudienne a rapporté aujourd’hui que le roi Salmane avait émis un décret royal pour accueillir mille trois cents pèlerins provenant de plus de quatre-vingt-huit pays, dont mille membres de familles de victimes palestiniennes.

Vingt-deux pèlerins issus des familles de jumeaux conjoints qui ont été séparés dans le Royaume participeront également à ce programme.

Le ministre des Affaires islamiques, Abdelatif ben Abdelaziz, a exprimé sa profonde gratitude envers le roi Salmane et le prince héritier, Mohammad ben Salmane, pour leur générosité. Il a souligné que cet acte témoigne de leur engagement constant envers le bien-être des musulmans à travers le monde, soutenant ainsi l'islam et favorisant l'unité et la fraternité lors du Hajj, qui est entièrement financé par le roi Salmane.

En effet, le ministère met en place des services complets à La Mecque et à Médine afin de faciliter cette initiative.

Depuis l'émission du décret royal, le ministère s'est activement préparé à accueillir ces pèlerins en élaborant une stratégie impliquant plusieurs comités chargés de les accompagner de leur départ à leur retour. L'objectif est de garantir qu'ils puissent effectuer l’Omra et le Hajj sans encombre, visiter Médine et accomplir leurs prières dans la Mosquée du Prophète.

Pendant ses vingt-six années d'existence, le programme a accueilli plus de soixante mille pèlerins.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: l'OMS déplore un arrêt complet des évacuations médicales depuis 3 semaines

Les évacuations médicales désespérément nécessaires de Gaza – déjà très limitées – ont été complètement interrompues lorsqu'Israël a lancé son offensive militaire sur Rafah il y a trois semaines, a déclaré mardi l'OMS (Photo, AFP).
Les évacuations médicales désespérément nécessaires de Gaza – déjà très limitées – ont été complètement interrompues lorsqu'Israël a lancé son offensive militaire sur Rafah il y a trois semaines, a déclaré mardi l'OMS (Photo, AFP).
Short Url
  • Avant que la guerre n'éclate, 50 à 100 personnes sortaient chaque jour de Gaza afin de bénéficier de traitements complexes
  • Avant cet arrêt, l'OMS avait reçu l'autorisation de procéder à 5.800 évacuations médicales, soit environ la moitié de celles demandées

GENEVE: Plus de personnes vont mourir parce que les évacuations médicales depuis la bande de Gaza ont complètement cessé depuis le début des bombardements israéliens sur Rafah il y a trois semaines, a déploré mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS plaide depuis longtemps pour un accès permettant d'évacuer davantage de personnes gravement malades ou blessées du territoire palestinien ravagé par la guerre.

Alors que des milliers de Palestiniens ont besoin d'une évacuation médicale urgente, très peu de personnes y ont jusqu'ici été autorisées.

Depuis qu'Israël a commencé début mai à bombarder la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, "toutes les évacuations médicales ont brusquement cessé", signifiant que davantage de personnes meurent dans l'attente de soins, a déclaré la porte-parole de l'OMS, Margaret Harris.

Avant que la guerre n'éclate, 50 à 100 personnes sortaient chaque jour de Gaza afin de bénéficier de traitements complexes, pour le cancer notamment, qui n'étaient pas disponibles dans le territoire palestinien.

"Ces personnes ne sont pas parties simplement parce que le conflit a commencé, elles ont donc besoin d'un suivi", a déclaré Mme Harris aux journalistes à Genève.

Les infrastructures sanitaires de Gaza ayant été dévastées, un plus grand nombre de personnes ont besoin de partir pour accéder à des traitements (chimiothérapie, dialyse...) dont elles bénéficiaient auparavant dans le territoire, a-t-elle ajouté.

En outre, des milliers d'autres Palestiniens gravement traumatisés par la guerre doivent être évacués.

Arrêt Total 

Selon l'OMS, "quelque 10.000 personnes doivent être évacuées (...) pour recevoir le traitement médical dont elles ont tant besoin", a déclaré Mme Harris. Parmi elles, plus de 6.000  souffrent de traumatismes et au moins 2.000 sont atteintes de maladies chroniques graves.

Depuis l'arrêt total des évacuations médicales de Gaza le 8 mai, s'y est ajouté un millier de patients gravement malades ou blessés, a indiqué Mme Harris.

Avant cet arrêt, l'OMS avait reçu l'autorisation de procéder à 5.800 évacuations médicales, soit environ la moitié de celles demandées depuis le début de la guerre il y a près de huit mois. Seuls 4.900 patients avaient effectivement pu être évacués, a précisé Mme Harris.

La guerre a débuté le 7 octobre après l'attaque sur le sol israélien de commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, entraînant la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, où le Hamas, classé organisation "terroriste" par Israël, l'Union européenne et les Etats-Unis notamment, a pris le pouvoir en 2007.

Au moins 35.800 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.


Irak: l'influent Moqtada Sadr appelle à fermer l'ambassade des Etats-Unis

Short Url
  • Toutes les formations politiques irakiennes soutiennent la cause palestinienne
  • L'ex-chef de milice qui a combattu les forces américaines après l'invasion de l'Irak en 2003 conserve une importante base populaire

 

BAGDAD: L'influent leader religieux chiite irakien, Moqtada Sadr, a renouvelé mardi son appel à fermer l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad après une frappe israélienne sur un camp de Palestiniens déplacés qui a fait des dizaines de morts dans le sud de la bande de Gaza.

"Je réitère ma demande d'expulser" l'ambassadrice américaine d'Irak, Alina L. Romanowski, et "de fermer l'ambassade par des moyens diplomatiques sans effusion de sang," a déclaré M. Sadr sur X.

Moqtada Sadr a dénoncé un "génocide" à Gaza et "le bombardement des camps à Rafah" ainsi que le soutien américain "honteux" à Israël dans la guerre dévastatrice sur le territoire palestinien, déclenchée par une attaque inédite du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien.

L'ex-chef de milice qui a combattu les forces américaines après l'invasion de l'Irak en 2003 conserve une importante base populaire et exerce une grande influence sur la politique irakienne.

Indignation 

Il avait déjà réclamé fin octobre au gouvernement irakien qu'il "ferme" l'ambassade américaine à Bagdad en raison du "soutien inconditionnel" de Washington à Israël dans la guerre contre le Hamas palestinien.

La frappe israélienne à Rafah a fait dimanche soir 45 morts et 249 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, et mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens dans un camp de déplacés.

Elle a suscité une vague d'indignation à l'étranger, et le Conseil de sécurité de l'ONU soit se réunir mardi en urgence.

A Bagdad, le ministère irakien des Affaires étrangères a condamné les "actes criminels que continue de commettre l'occupant (l'armée israélienne, NDLR) dans la bande de Gaza", appelant la communauté internationale à prendre des mesures "dissuasives" et à imposer des sanctions à Israël.

Toutes les formations politiques irakiennes soutiennent la cause palestinienne, et comme son voisin l'Iran, ennemi juré d'Israël, l'Irak ne reconnaît pas l'Etat israélien.