Le port de l'uniforme à l'école, rare et jamais généralisé en France

Aujourd'hui, s'il est porté dans de nombreux pays, l'uniforme scolaire ne l'est en France que dans de rares établissements (Photo d'illustration/AFP)
Aujourd'hui, s'il est porté dans de nombreux pays, l'uniforme scolaire ne l'est en France que dans de rares établissements (Photo d'illustration/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 12 janvier 2023

Le port de l'uniforme à l'école, rare et jamais généralisé en France

  • Aujourd'hui, s'il est porté dans de nombreux pays, l'uniforme scolaire ne l'est en France que dans de rares établissements
  • En outre-mer, le port de l'uniforme est beaucoup plus répandu, notamment en Martinique et Guadeloupe ainsi qu'en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, y compris dans des établissements publics

PARIS: L'uniforme à l'école, défendu par Brigitte Macron mais sur lequel le ministre de l'Education refuse de légiférer, fait l'objet d'un débat récurrent teinté de nostalgie bien qu'il n'ait jamais été généralisé en France.

Les uniformes scolaires n'ont en effet jamais été obligatoires dans l'ensemble de l'enseignement public en France métropolitaine.

En revanche, beaucoup d'enfants ont porté la blouse à l'école, principalement pour éviter les taches d'encre quand ils utilisaient la plume et l'encrier, rappelle l'historien de l'éducation Claude Lelièvre, dans son livre "L'école d'aujourd'hui à la lumière de l'histoire". Elle a commencé à disparaître dans les années 1960 avec le développement du stylo à bille.

Les uniformes, eux, ou la blouse d'uniforme, étaient plutôt portés dans des établissements privés ou certains établissements publics sélectifs comme signe de distinction, souligne l'historien.

Dans les lycées, les élèves de l'enseignement secondaire ont dû porter un uniforme lors de leur création en 1802 par Napoléon Bonaparte. Celui-ci (habit vert, culotte bleue, collet bleu, chapeau rond et boutons jaune métal) était fixé par arrêté. L'obligation de porter un uniforme ou une blouse a ensuite perduré dans certains lycées publics et privés, parfois jusqu'à la fin des années 1960. Mais la crise de 1968 a amené beaucoup d'établissements qui l'imposaient encore à l'abandonner.

Aujourd'hui, s'il est porté dans de nombreux pays, l'uniforme scolaire ne l'est en France que dans de rares établissements. C'est le cas notamment dans les lycées militaires, ou dans les maisons d'éducation de la Légion d'honneur, réservées aux filles, petites-filles et arrière-petites filles de décorés de la Légion d'honneur. Elles y portent une robe chasuble bleu marine et un chemisier blanc.

Plusieurs établissements privés imposent également le port de l'uniforme, ou un code vestimentaire assez strict. C'est le cas par exemple au collège Stanislas à Paris, où a été scolarisé l'ancien ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, qui rend obligatoire le port de chaussures de ville en cuir et interdit certains vêtements, comme les hauts à "messages ou motifs ostentatoires". Le port du tablier bleu marine y est obligatoire en primaire.

En outre-mer, le port de l'uniforme est beaucoup plus répandu, notamment en Martinique et Guadeloupe ainsi qu'en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, y compris dans des établissements publics. Un tiers des établissements publics de Martinique l'imposent par exemple.

Pap Ndiaye a rappelé que "les établissements en toute liberté, par une modification de leur règlement intérieur, peuvent imposer, s’ils le souhaitent, une tenue scolaire". Il s'est opposé en revanche à une loi imposant le port de l'uniforme à l'école.


Agriculteurs: Attal demande à l'inspection de réfléchir à l'assouplissement des contrôles

Le Premier ministre Gabriel Attal a ordonné début février à l'inspection générale de l'environnement de lui rendre un rapport détaillant comment pouvaient être assouplis les contrôles des agriculteurs (Photo, AFP).
Le Premier ministre Gabriel Attal a ordonné début février à l'inspection générale de l'environnement de lui rendre un rapport détaillant comment pouvaient être assouplis les contrôles des agriculteurs (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre souhaite en particulier éviter la multiplication des contrôles
  • L'assouplissement des contrôles promis par M. Attal inquiète également certaines ONG

PARIS: Le Premier ministre Gabriel Attal a ordonné début février à l'inspection générale de l'environnement de lui rendre un rapport détaillant comment pouvaient être assouplis les contrôles des agriculteurs et les sanctions qui en découlent, dans une lettre que l'AFP a pu consulter vendredi.

En ordonnant une "mission flash" sur la révision des contrôles, Gabriel Attal souhaite "éviter les procédures infamantes et avoir des sanctions davantage proportionnées et progressives", détaille cette même lettre.

Le Premier ministre souhaite en particulier éviter la multiplication des contrôles, "qui prennent du temps et qui pèsent sur nos agriculteurs", expliquait-il mercredi. "C'est pourquoi, comme je m'y étais engagé, j'ai lancé le travail pour mettre au point un contrôle unique, hors procédure judiciaire," avait-il élaboré dans une conférence de presse.

Une promesse d'un seul contrôle par an à laquelle ne croit pas l'intersyndicale des agents du ministère de l'Agriculture, arguant qu'il est impossible de réunir en un seul des contrôles qui se font en réaction à des plaintes ou qui ne sont possibles qu'à certains moments de l'année.

L'assouplissement des contrôles promis par M. Attal inquiète également certaines ONG, craignant qu'il n'ouvre la porte à un retour en arrière sur la protection de l'environnement.

"Tout cela est uniquement fait pour faire plaisir à la FNSEA et aux Jeunes agriculteurs", l'alliance de syndicats majoritaires parmi les agriculteurs, affirme auprès de l'AFP Jean-David Abel de l'association France Nature Environnement.

"On est dans une volonté de déréglementation totale", continue-t-il, dénonçant l'argumentaire selon lequel les contrôles des agriculteurs seraient drastiques.

"Les contrôles se font toujours dans la pédagogie, et les sanctions sont rares, généralement dans des cas de récidive," estime Jean-David Abel.

La mission flash commandée par le Premier ministre auprès de l'inspection générale de l'environnement et du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) doit rendre ses conclusions d'ici trois mois.


Environ 18 000 enfants ukrainiens scolarisés en France

La ministre française de l'Éducation, Nicole Belloubet, visite une salle de classe de l'école Furstenberger à Mulhouse, dans l'est de la France, le 23 février 2024 (Photo, AFP).
La ministre française de l'Éducation, Nicole Belloubet, visite une salle de classe de l'école Furstenberger à Mulhouse, dans l'est de la France, le 23 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour aider ces élèves à s'intégrer, «des professeurs ukrainiens contractuels» ont été recrutés
  • Selon le ministre, parallèlement à leurs cours en France, certains suivent quelques enseignements à distance

PARIS: Moins de 18.000 élèves ukrainiens sont scolarisés actuellement en France, un nombre un peu inférieur aux deux premières années du conflit russo-ukrainien, certains enfants étant repartis chez eux, a indiqué vendredi la ministre de l'Éducation, Nicole Belloubet dans un entretien aux quotidiens régionales du groupe Ebra.

"En janvier dernier, 17.739 élèves ukrainiens étaient scolarisés en France, 15% en maternelle, 38% en élémentaire, 32% au collège, 15% au lycée", avec "une forte présence" dans les académies d'Ile-de-France et de Nice, at-elle déclaré.

"Ce nombre a varié, car à l'été 2022, ils étaient 18.000 et début 2023, ils étaient 21.000", at-elle expliqué, s'exprimant alors que l'Ukraine entre dans sa troisième année de guerre.

Pour aider ces élèves à s'intégrer, "des professeurs ukrainiens contractuels" ont été recrutés "dans certaines académies" en plus des "150 emplois" attribués aux académies pour leur prise en charge dès leur arrivée à partir de février 2022, a résumé Mme Belloubet.

Selon le ministre, "parallèlement à leurs cours en France, certains suivent quelques enseignements à distance dispensés en Ukraine, afin de ne pas perdre le lien avec le système éducatif de leur pays".


Foot: «99% de chances que Mbappé signe au Real Madrid», selon Tebas

Le président de la Ligue espagnole de football Javier Tebas a estimé qu'il y avait "99% de chances" que Kylian Mbappé "signe au Real Madrid" (Photo d'illustration, AFP).
Le président de la Ligue espagnole de football Javier Tebas a estimé qu'il y avait "99% de chances" que Kylian Mbappé "signe au Real Madrid" (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Dans un entretien accordé à l'Equipe Javier Tebas estique qu'il y avait «99% de chances» que Kylian Mbappé "signe au Real Madrid" l'année prochaine
  • Kylian Mbappé a annoncé début février aux dirigeants parisiens qu'il quitterait le club de la capitale l'été prochain

PARIS: Le président de la Ligue espagnole de football Javier Tebas a estimé qu'il y avait "99% de chances" que Kylian Mbappé "signe au Real Madrid", dans un entretien publié vendredi sur le site du quotidien sportif français L'Equipe.

"Sachant qu'il quitte le PSG, il y a 99% de chances que Mbappé signe au Real. Mais je ne sais pas si c'est d'ores et déjà signé", a déclaré le patron de la Liga.

Le capitaine de l'équipe de France (25 ans), qui sera en fin de contrat avec le PSG en fin de saison, a annoncé début février aux dirigeants parisiens qu'il quitterait le club de la capitale l'été prochain après sept ans de présence.

Le Real Madrid, le club qui fait rêver Mbappé depuis son plus jeune âge et le convoite depuis plusieurs années, fait figure de grandissime favori pour l'enrôler et des négociations salariales ont déjà été entamées entre les deux parties, selon une source proche du dossier.

"C'est une grande nouvelle pour le Real et pour le football espagnol. Il est l'un des meilleurs joueurs du monde. De mon point de vue, (Jude) Bellingham, (Erling) Haaland et Mbappé sont les trois joueurs dominants sur la planète, et deux sont au Real Madrid", a ajouté Javier Tebas.

Le dirigeant de la Ligue espagnole en a également profité pour saluer la gestion du Real Madrid, à qui il s'est pourtant opposé ces derniers mois au sujet du projet de Superligue, toujours porté par le club madrilène et le FC Barcelone.

"Le Real est un club économiquement dans une situation optimale. Le président et le directeur général sont de très bons gestionnaires, mais ils sont très mauvais lorsqu'ils veulent organiser de nouvelles compétitions. Au niveau économique, ils sont très réactifs. Actuellement, leurs résultats financiers sont très bons et ils peuvent dépenser beaucoup plus qu'ils ne le font. Le Real a été très prudent financièrement et s'est préparé à la signature de Mbappé", a expliqué Javier Tebas.