Entre dromadaires et éleveurs saoudiens, un «langage» inscrit au patrimoine de l'humanité

Le berger saoudien Hamad al-Marri communique avec ses animaux lors du festival annuel du chameau du roi Abdulaziz dans le désert de Rumah, au nord-est de la capitale saoudienne Riyad, le 10 janvier 2023. (Photo Fayez Nureldine / AFP)
Le berger saoudien Hamad al-Marri communique avec ses animaux lors du festival annuel du chameau du roi Abdulaziz dans le désert de Rumah, au nord-est de la capitale saoudienne Riyad, le 10 janvier 2023. (Photo Fayez Nureldine / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 19 janvier 2023

Entre dromadaires et éleveurs saoudiens, un «langage» inscrit au patrimoine de l'humanité

  • Inscrite en décembre 2022 par l'Unesco sur la liste du patrimoine culturel immatériel, l'Alheda'a met en relief les liens particuliers entre ces animaux et les éleveurs de la région du Golfe
  • «Les dromadaires reconnaissent le son de la voix de leur propriétaire et lui répondent immédiatement», ajoute-t-il, soulignant qu'ils ne «répondent pas» à des voix inconnues

RUMAH: Dans les dunes dorées du désert saoudien, l'éleveur Hamad al-Marri émet des cris incompréhensibles pour tous, sauf pour ses dromadaires, qui réagissent instantanément et se rassemblent derrière lui en ordre de marche, perpétuant ainsi une tradition orale séculaire.

Accompagnée de chants et de gestes, cette forme d'expression appelée Alheda'a permet de diriger des troupeaux de camélidés à travers les larges étendues de sable de la péninsule arabique.

Inscrite en décembre 2022 par l'Unesco sur la liste du patrimoine culturel immatériel, l'Alheda'a met en relief les liens particuliers entre ces animaux et les éleveurs de la région du Golfe.

"Il y a un langage spécial entre le propriétaire et son dromadaire", explique ce fonctionnaire âgé de 36 ans, qui fait paître une centaine de bêtes à 150 km au nord-est de la capitale Riyad.

"Les dromadaires reconnaissent le son de la voix de leur propriétaire et lui répondent immédiatement", ajoute-t-il, soulignant qu'ils ne "répondent pas" à des voix inconnues.

Appelés les "navires du désert", les chameaux d'Arabie à une bosse ont longtemps été l'un des principaux mode de transport dans le royaume, soutenant une activité d'élevage lucrative.

"Il y a de nombreuses inscriptions rupestres montrant des dromadaires peints et racontant (leur) histoire, que ce soit dans la guerre ou pour le commerce", souligne Jasser al-Harbash, qui dirige la Commission saoudienne pour le patrimoine.

La demande d'inscription de l'Alheda'a sur la liste de l'Unesco, déposée par l'Arabie et deux pays voisins - Oman et les Emirats arabes unis - vise à "protéger" cette tradition du Golfe, et soutenir "son développement", explique le responsable saoudien.

Répertoire unique

Chaque éleveur, selon l'Unesco, utilise un répertoire unique de sons pour guider son troupeau, ou pour rassembler rapidement les bêtes en cas de danger imminent, comme une tempête de sable.

Les dromadaires sont entraînés "à différencier la droite de la gauche, à ouvrir la bouche quand on le leur demande et à s’agenouiller pour être montés", explique l'Unesco sur son site internet soulignant le "lien fort" crée avec l'animal.

La pratique se "transmet au sein des familles et des communautés, les enfants accompagnant les adultes lors de leurs déplacements quotidiens", ajoute la même source.

C'est en observant son père et ses grands-pères que l'homme d'affaires Mansour al-Qatula dit avoir appris l'art de parler aux animaux.

A son tour, il partage avec ses trois enfants un "héritage transmis de père en fils depuis des centaines d'années".

"Mes enfants adorent ça, ils demandent toujours à venir ici, et leurs voix aussi sont reconnues", raconte-t-il à l'AFP.

Concours de beauté et lifting

Avec une centaine de bêtes dans son cheptel, l'éleveur a participé au début du mois au prestigieux festival de chameaux du roi Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud, un événement très suivi organisé chaque année dans le royaume.

Au menu, des courses et un célèbre concours de beauté reposant sur des critères exigeants.

Les animaux sont jugés sur leurs lèvres, leur cou, leur bosse ou leur couleur, avec à la clé des prix dont le montant total atteint 350 millions de riyals (86 millions d'euros).

Lors de la dernière édition, plusieurs participants avaient été disqualifiés pour avoir injecté du botox à leurs camélidés.

Pour Mansour al-Qatula, l'Alheda'a permet de tisser des liens uniques avec les animaux.

"Lorsque le propriétaire s'intéresse à son chameau, prend soin de lui et lui rend visite régulièrement, il le lui rend bien", explique-t-il en caressant l'une de ses bêtes.

Lorsqu'il commence à chanter pour lui, l'animal laisse échapper un blatèrement. "Regardez", dit-il en riant. "Il partage mes sentiments."


Des designers saoudiens se distinguent au Tanween Challenge

Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en se basant sur l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet, Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi. (Fournie)
Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en se basant sur l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet, Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi. (Fournie)
Short Url
  • Tanween, le programme phare d'Ithra depuis 2019, est devenu une partie intégrante de la promotion de la communauté créative florissante dans la région.
  • Selon Sultan Al-Badran, développeur de programmes créatifs au laboratoire d'idées d'Ithra, « les projets gagnants aujourd'hui seront soutenus pendant les deux prochains mois par les partenaires de production de Tanween Challenges

DHAHRAN : Trois projets saoudiens et un projet bahreïni ont été récemment sélectionnés comme lauréats du concours annuel Tanween, organisé par le Centre du roi Abdulaziz pour la culture mondiale (Ithra).

Lors de cette compétition créative de six jours qui s'est déroulée la semaine dernière, les concurrents ont présenté leurs projets de groupe finaux au siège de Dhahran devant un jury. Chaque projet tentait de résoudre un problème lié à la nature, dans quatre catégories : conception de pavillon, conception graphique, conception de mobilier et conception de mode. Les quatre projets primés seront développés en vue d'une production commerciale.

Les gagnants ont été sélectionnés parmi 80 participants qui ont répondu à un appel ouvert aux designers du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Tanween, le programme phare d'Ithra depuis 2019, est devenu une partie intégrante de la promotion de la communauté créative florissante dans la région.

Selon Sultan Al-Badran, développeur de programmes créatifs au laboratoire d'idées d'Ithra, « les projets gagnants aujourd'hui seront soutenus pendant les deux prochains mois par les partenaires de production de Tanween Challenges

« Les projets gagnants d'aujourd'hui recevront le soutien des partenaires de production de Tanween Challenges pendant les deux prochains mois afin de transformer les idées innovantes des gagnants en solutions réelles. Les projets gagnants sont le reflet des capacités individuelles et du talent de chacun des gagnants, qui vont maintenant commercialiser leurs projets », a déclaré M. Al-Badran. « Guidés par les partenaires de connaissance Vanina, NYXO, LEAD et Data is Beautiful, qui ont apporté leur soutien tout au long des six jours de l'événement, tous les participants sont des créatifs dotés d'un immense potentiel qui peuvent poursuivre leur chemin d'apprentissage et se mettre au défi de développer davantage leurs projets. »

Projets gagnants

Défi de conception graphique : le projet « Eyes Wide Open » a gagné dans cette catégorie. L'équipe a recueilli les chiffres des décès liés à la pollution de l'air entre 1990 et 2021, et a utilisé deux yeux numériques pour illustrer les données - l'un représentant le passé et l'autre le présent.

« Les yeux ont été assemblés de manière à se faire face, soulignant l'influence continue des connaissances, des valeurs et des actions générationnelles sur les générations futures. Le projet vise à montrer que la contribution de chacun a des effets sur l'environnement », ont déclaré Zahra Mansour, Deema Albuolayan et Fatima Bukhamseen à propos de leur projet primé.

Pavilion Design Challenge : « Le projet “The Determinal” utilise une structure en acier de manière artistique pour représenter un aéroport déconstruit, en appliquant l'école architecturale du déconstructionnisme », ont déclaré les lauréats du projet Mohamed Alghoneimy, Turki Aljandal, Muzun bin Rubayan et Mahmood Alkawi.

Les participants gagnants ont rassemblé différentes trajectoires de mouvement qui ont lieu simultanément dans les aéroports - y compris les mouvements de personnes et d'avions - dans le but de montrer l'expérience du mouvement qui se produit dans les aéroports.

Centré sur le concept de l'air en tant que ligne de vie commune, le défi « City Breathe » pose la question suivante : Comment pouvons-nous réutiliser les déchets industriels pour construire un pavillon qui purifie l'air urbain afin de revitaliser les communautés locales et les écosystèmes ?

« Ce pavillon est envisagé comme une structure nomade, conçue pour être facilement montée et démontée dans diverses zones urbaines. Au-delà de sa fonction première de purificateur d'air, le pavillon vise à activer l'espace public et à favoriser l'interaction entre les citadins - humains et non-humains. Construit à partir de déchets industriels, il nous incite à repenser notre relation avec les matériaux et l'environnement », ont-ils déclaré dans un communiqué. 

Défi de conception de mobilier : Le banc « Bloom » a été créé en pensant à la nature, qui en est la muse. Le design utilise une forme organique et comprend une zone d'assise ombragée et un espace dans lequel les oiseaux et les chats peuvent boire et se nourrir. Abdullah Nasser Al-Battat, Ahmed Al-Arqan, Nader Al-Metairi, Nawaf Al-Ghamdi et Mohammed Al-Bayyabi ont remporté le concours.

« En utilisant la technologie de fabrication additive et des matériaux à base de déchets d'origine locale, les participants sont invités à concevoir des solutions provocantes qui activent les espaces publics, tout en favorisant la cohabitation entre les habitants humains et non-humains de la ville. Grâce au pouvoir du design et de l'innovation, nous souhaitons créer des interventions publiques qui enrichissent la vie de toutes les espèces qui vivent dans nos villes », c'est ainsi qu'Ithra a décrit les critères du concours. 

Défi de la création de mode : inspiré par la côte du golfe Persique, le projet « MRG » a remporté cette catégorie en utilisant du sel de mer et des écailles de poisson comme matériaux. Le sac biodégradable « reflète la clarté de la mer, qui est appréciée non seulement pour sa beauté, mais aussi pour les histoires qu'elle véhicule, nous rappelant le lien profond que nous avons avec la mer et l'importance de la protéger », ont déclaré les lauréats Ghayda Al-Nasser, Ebaa Al-Taweel et Rawan Al-Salem à propos de leur projet.

« Notre objectif est de transformer ces projets en solutions susceptibles d'avoir un impact positif sur notre relation avec la nature, et de les présenter lors de la conférence Tanween d'Ithra en novembre », a conclu M. Al-Badran.

La conférence Tanween se tiendra au siège d'Ithra du 1er au 4 novembre 2024.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


À Bahreïn, des archéologues découvrent la plus ancienne structure chrétienne du Golfe

Short Url
  • Située à Samahij, dans la ville bahreïnienne de Muharraq, la structure mise au jour est considérée comme « la première preuve matérielle de cette ancienne communauté »
  • Les fouilles ont commencé sur un monticule du cimetière de Samahij, où les archéologues ont découvert les vestiges d'une mosquée

DUBAI : Des archéologues bahreïniens et britanniques affirment avoir découvert ce qui serait la première structure chrétienne du golfe Persique, datant du IVe siècle.

Située à Samahij, dans la ville bahreïnienne de Muharraq, la structure mise au jour est considérée comme « la première preuve matérielle de cette ancienne communauté », selon le Centre national de communication de Bahreïn.

« Alors que le christianisme n'est pas principalement associé aux États du Golfe aujourd'hui, l'Église d'Orient, également connue sous le nom d'Église nestorienne, a prospéré dans la région pendant des siècles jusqu'au VIIe siècle de notre ère, coïncidant avec la généralisation de l'islam au sein des communautés en 610 de notre ère », a déclaré le NCC dans un communiqué.

Les archéologues ont déclaré que la datation au radiocarbone du site de Samahij a confirmé que « le bâtiment a été occupé entre le milieu du IVe et le milieu du VIIIe siècle de notre ère, probablement abandonné lorsque l'islam s'est répandu parmi la population locale ».

Les fouilles ont commencé sur un monticule situé dans le cimetière de Samahij, où les archéologues ont découvert les vestiges d'une mosquée.

Des fouilles plus approfondies ont révélé un grand bâtiment comprenant huit pièces, dont une cuisine, une salle à manger, un atelier et trois pièces d'habitation. On pense que la construction de la mosquée sur le site a contribué à la préservation du bâtiment situé en dessous, a ajouté la CCN.

Les découvertes suggèrent que le bâtiment pourrait avoir été la résidence de l'évêque du diocèse local, qui comprenait Samahij. Les sources historiques font référence à cette région sous les noms de « Mishmahig » ou « Mashmahig », probablement des variantes de Samahij.

Les archives indiquent également un lien entre la région et les autorités ecclésiastiques centrales, un évêque ayant été démis de ses fonctions en 410 et un autre condamné pour avoir remis en cause l'unité de l'Église au VIIe siècle.

Le projet de fouilles, fruit d'une collaboration entre l'Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités et une équipe britannique dirigée par le professeur Timothy Insoll, de l'Institut d'études arabes et islamiques de l'université d'Exeter, et le Dr Salman Al-Mahari, de l'Autorité de Bahreïn pour la culture et les antiquités, a débuté en 2019 et a abouti à ces importantes découvertes en 2023.

Cette découverte est unique en raison de son emplacement au cœur d'une ville moderne et densément peuplée, contrairement aux structures chrétiennes précédentes trouvées dans des zones éloignées le long de la côte du Golfe.

Parmi les découvertes les plus remarquables figurent trois croix en plâtre, dont deux ornent l'extérieur du bâtiment et une autre a peut-être été conservée comme souvenir personnel, ainsi que des gravures murales représentant un symbole de poisson et une partie du symbole « Chi Rho », qui représente le « Christ ».

M. Al-Mahari a expliqué que les fouilles, qui en sont actuellement à leur phase finale, constituent un élément important de l'histoire de Bahreïn, car elles fournissent des informations précieuses sur la présence chrétienne dans la région.

Les premières études ont suggéré que le site datait du sixième au huitième siècle, mais la datation au radiocarbone a confirmé son origine du quatrième siècle, ce qui en fait l'un des plus anciens bâtiments chrétiens du golfe Arabo-Persique. Parmi les découvertes récentes, on trouve une croix orientale claire sur une dalle de plâtre.

Les fouilles ont également révélé des détails sur le bâtiment et la vie de ses habitants. Construit avec des murs en pierre recouverts de plâtre et des sols en plâtre, le bâtiment comportait des prises de courant et des trous indiquant l'emplacement des portes et des sièges. La cuisine contenait des fours encastrés avec des bases et des espaces de stockage. Les artefacts suggèrent que les habitants jouissaient d'un bon niveau de vie, consommant de la viande, du poisson, des crustacés et diverses cultures. La découverte de perles d'agate semi-précieuses et de poteries indiennes brisées indique que les occupants pratiquaient le commerce, en particulier avec l'Inde. De petits verres à boire et 12 pièces de monnaie en cuivre suggèrent l'utilisation de la monnaie de l'Empire sassanide. En outre, des fuseaux et des aiguilles en cuivre laissent entrevoir la possibilité d'une production de tissus à des fins religieuses.

M. Insoll a déclaré : « Nous soulignons l'importance de ce site : « Nous insistons sur l'importance de ce site et sur la nécessité de le préserver, en soulignant sa valeur historique et archéologique ».

Il a ajouté : « Nous avons été amusés de constater que quelqu'un avait dessiné une partie d'un visage sur une coquille de perle à l'aide de bitume, peut-être pour un enfant qui vivait dans le bâtiment. Il s'agit de la première preuve matérielle de l'existence de l'église nestorienne à Bahreïn, qui nous donne un aperçu fascinant de la façon dont les gens vivaient, travaillaient et pratiquaient leur culte.


Les Palais Al-Asabila d'Asir… un pont entre patrimoine et modernité

Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)
Short Url
  • Ces sites contribuent à la création d'emplois durant l'été
  • Selon l'Agence de presse saoudienne (SPA), ces sites contribuent également à l’essor économique en générant des emplois pendant la saison estivale

RIYAD: Les célèbres palais historiques de la région d'Asir sont devenus de véritables joyaux touristiques, alliant richesse historique et culturelle.

Selon l'Agence de presse saoudienne (SPA), ces sites contribuent également à l’essor économique en générant des emplois pendant la saison estivale.

asir
 Les palais historiques d'Asir dynamisent l'économie locale en créant des emplois saisonniers. (SPA)

Les Palais Al-Asabila, situés dans le gouvernorat d’Al-Namas à 150 km au sud d’Abha, attirent quotidiennement des centaines de visiteurs depuis leur inauguration par le Prince Turki bin Talal bin Abdulaziz, président de l'Autorité de développement d'Asir. 

Les visiteurs entament leur découverte des palais par une incursion dans des espaces dédiés au shopping, où l'artisanat local est à l'honneur. Ces boutiques proposent un éventail de produits traditionnels, d'antiquités et de souvenirs, offrant ainsi un aperçu vivant du patrimoine et des arts de la région d'Asir.

Après cette escapade shopping, les visiteurs ont l'opportunité de faire une pause détente autour d'un café ou d'une boisson chaude. Ce moment de répit leur permet de se préparer à la visite du Palais Abs, joyau architectural récemment restauré pour accueillir le public.

Le guide touristique Saleh Al-Shehri a déclaré à la SPA: « Au début de l'ère saoudienne, les palais servaient de siège à diverses agences gouvernementales, y compris le tribunal, et de lieux pour les événements nationaux. »