Macron et Scholz affichent l'unité retrouvée de la «locomotive» franco-allemande

Les festivités s'annoncent assez formelles dimanche avec une cérémonie à la Sorbonne le matin suivie d'un conseil des ministres franco-allemand à l'Elysée (Photo, AFP).
Les festivités s'annoncent assez formelles dimanche avec une cérémonie à la Sorbonne le matin suivie d'un conseil des ministres franco-allemand à l'Elysée (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 23 janvier 2023

Macron et Scholz affichent l'unité retrouvée de la «locomotive» franco-allemande

  • La rencontre entre les dirigeants dont les tempéraments aux antipodes a été scrutée de près
  • Les deux dirigeants devaient ensuite réunir à l'Elysée un conseil des ministres franco-allemand

PARIS: Après la panne, la tentative de sursaut: Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont affiché dimanche à Paris leur volonté de travailler ensemble au service de la "refondation" de l'Europe, y compris dans la réponse à apporter au plan massif de subventions à l'industrie américaine, sans surmonter toutes leurs divergences, notamment sur la défense européenne.

Tous deux sont restés par ailleurs très évasifs sur leur intention de livrer ou non des chars lourds allemands Leopard et français Leclerc à Kiev, le chancelier étant particulièrement sous pression en la matière face aux demandes pressantes du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

A l'occasion du 60e anniversaire du traité de réconciliation entre les deux pays, alors que le Vieux Continent est replongé depuis onze mois dans la guerre, les deux dirigeants ont fait assaut de références à "l'amitié" et la "fraternité" franco-allemandes, clés de la "construction européenne" depuis six décennies.

"L'Allemagne et la France, parce qu'elles ont défriché le chemin de la réconciliation, doivent devenir pionnières pour la refondation de notre Europe", a insisté Emmanuel Macron dans un discours volontiers lyrique à la Sorbonne, décrivant les deux voisins comme "deux âmes dans une même poitrine".

"L'avenir, au même titre que le passé, repose sur la coopération de nos deux pays", "comme locomotive d'une Europe unie", capables de dépasser leurs "différences", a abondé le chancelier allemand, filant la métaphore de ce "moteur franco-allemand" qui souvent "ronronne doucement" mais qui ne marche que par la "ferme volonté de toujours transformer les controverses" en "action convergente".

A l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand à l'Elysée, les deux dirigeants se sont attachés à afficher tous les points de convergence et annoncé une avancée dans les infrastructures européennes d'hydrogène, avec l'extension du projet de pipeline franco-portugais-espagnol H2Med à l'Allemagne.

«Rien n'est exclu»
Ils ont ainsi défini une "ligne commune" en faveur d'une réponse européenne "ambitieuse et rapide" aux subventions industrielles américaines en matière de transition énergétique, a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune, sans préciser comment cet effort sera financé.

Cette action doit reposer sur la "simplicité" et une "plus grande visibilité sur nos dispositifs d'aide", à ajouté le chef de l'Etat, à la manoeuvre ces derniers mois pour convaincre les pays européens, et notamment l'Allemagne, d'engager un plan tout aussi massif que celui des Etats-Unis pour éviter la désindustrialisation de l'Europe.

Concernant la livraison de chars Leclerc à l'Ukraine, "rien n'est exclu", a déclaré Emmanuel Macron, en soulignant que cela devait s'apprécier "collectivement", une antienne reprise par le chancelier.

"La manière dont nous avons agi par le passé est toujours étroitement coordonnée avec nos amis et alliés et nous continuerons à agir en fonction de la situation concrète", a dit Olaf Scholz en référence notamment aux Etats-Unis et à la France.

Mais les deux dirigeants n'ont pas caché que leurs positions restées très éloignées sur un projet de bouclier antimissile européen que Berlin souhaite réaliser avec des technologies israéliennes et américaines déjà existantes alors que Paris plaide pour une solution européenne, sur la base d'un système franco-italien.

60 000 billets de train gratuits pour les jeunes Français et Allemands

"Pour célébrer les 60 ans du traité de l’Elysée" qui scella la réconciliation entre les deux pays, "60.000 billets seront mis à disposition gratuitement, selon des modalités qui seront précisées prochainement", affirment les ministres des Transports des deux pays, Clément Beaune et Volker Missing, dans un communiqué commun.

Les deux Etats promettent un soutien financier à ce dispositif mis en place par la SNCF et Deutsche Bahn (DB).

Paris et Berlin disent également "soutenir" le développement en 2024 d’une liaison ferroviaire directe à grande vitesse entre Berlin et Paris ainsi qu’un train de nuit reliant les deux capitales européennes.

«Maximum de souveraineté»
Le chancelier a réaffirmé qu'il fallait "absolument tenir compte de l'existant, sans devoir attendre trop longtemps pour nous procurer certains armements".

Le président français a lui dit souhaiter "dans les prochaines semaines" travailler avec l'Allemagne et la Pologne notamment pour tenter de faire émerger une "stratégie commune" et "d'aller vers le maximum de souveraineté technologique et industrielle" sur cette question.

En octobre, le conseil des ministres franco-allemand avait dû être reporté en raison de dissensions sur une série de sujets-clés, de l'énergie à la défense, qui ont éclaté au grand jour dans le sillage de la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Résultat, la rencontre entre les dirigeants des deux premières puissances de l'Union européenne, dont les tempéraments aux antipodes compliquent cette relation particulière où les liens personnels font souvent la différence, a été scrutée de près.

D'autant qu'un parfum d'incompréhension flotte entre eux depuis qu'Olaf Scholz a succédé à Angela Merkel fin 2021, chacun s'agaçant des initiatives prises par l'autre sans consultation préalable.

La date des retrouvailles est hautement symbolique: soixante ans jour pour jour après la signature du Traité de l'Elysée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, cet "acte fondateur" de la "réconciliation" entre deux pays "qui avaient été les plus âpres ennemis" mais "décidaient de devenir les plus étroits alliés", a dit Emmanuel Macron.


France: un campement de 350 migrants évacué à Calais

Cette photographie montre des tentes de migrants installées sous un pont dans le centre-ville de Calais, dans le nord de la France, le 9 mars 2023. (AFP)
Cette photographie montre des tentes de migrants installées sous un pont dans le centre-ville de Calais, dans le nord de la France, le 9 mars 2023. (AFP)
Short Url
  • Selon le préfet, Jacques Billant, présent sur place, ce campement installé depuis plusieurs mois sur un terrain privé, constituait «le plus gros site de fixation des migrants à Calais»
  • Mercredi, un migrant soudanais est mort, percuté par un poids lourd dans lequel il tentait de monter pour rallier l'Angleterre

LILLE: Les forces de l'ordre françaises ont évacué jeudi un campement de 350 migrants à Calais, où les exilés continuent d'affluer dans l'espoir de rallier les côtes anglaises, a annoncé la préfecture.

Selon le préfet, Jacques Billant, présent sur place, ce campement installé depuis plusieurs mois sur un terrain privé, constituait "le plus gros site de fixation des migrants à Calais".

Son évacuation, consécutive à des décisions de justice rendues au mois de mars, était "absolument nécessaire" face à la "situation d'insécurité et d'insalubrité" prévalant sur le site, a-t-il souligné.

Selon lui, "la totalité" des migrants présents jeudi matin, "près de 300 personnes", ont accepté d'être acheminés vers des centres d'accueil du nord de la France lors d'une opération menée "dans le calme". Cinq migrants, en situation irrégulière, ont été interpellés, a indiqué la préfecture.

Egalement présent, le coordinateur de l'Auberge des migrants, Pierre Roques, a dit avoir vu une cinquantaine de personnes quitter le campement par leurs propres moyens.

Il dénonce pour les 300 autres des "mises à l'abri forcées". "S'ils ne montent pas dans les bus, ils sont arrêtés, ils n'ont pas le choix", assure-t-il.

Les migrants évacués "vont revenir à Calais dans deux-trois jours comme d'habitude et ils n'auront plus d'affaires", a-t-il déploré, affirmant avoir vu des tentes lacérées avec des couteaux et des effets personnels éparpillés par terre.

Mercredi, un migrant soudanais est mort, percuté par un poids lourd dans lequel il tentait de monter pour rallier l'Angleterre.

"C'était quelqu'un qui vivait sur ce campement et ses proches traumatisés par l'événement se sont fait expulser ce matin", a déploré Pierre Roques.

Les autorités françaises revendiquent sur le littoral nord de la France de lutter contre tout "point de fixation" des exilés qui affluent depuis des années dans l'espoir de rallier les côtes anglaises.

Quelque 46 000 d'entre eux ont réussi à traverser la Manche à bord d'embarcations précaires en 2022, un record, et 8.000 ont été secourus dans les eaux françaises.


La gauche anti-Nupes se rassemble à Montpellier

La gauche critique de la Nupes se rassemble ce week-end à Montpellier autour du mouvement Refondations du premier secrétaire délégué du PS Nicolas Mayer-Rossignol (AFP)
La gauche critique de la Nupes se rassemble ce week-end à Montpellier autour du mouvement Refondations du premier secrétaire délégué du PS Nicolas Mayer-Rossignol (AFP)
Short Url
  • «Il ne s'agit pas d'un meeting, ni d'un moment de campagne, mais d'un moment de réflexion», afin d'«élargir le rassemblement de la gauche, l'approfondir et l'équilibrer», explique le co-président de Refondations
  • Au menu, des ateliers et plénières sur l'unité de la gauche, la promesse républicaine ou l'Europe, qui sera l'un des enjeux majeurs de ces journées de travail, précise le maire de Rouen

PARIS: La gauche critique de la Nupes se rassemble ce week-end à Montpellier autour du mouvement Refondations du premier secrétaire délégué du PS Nicolas Mayer-Rossignol, un "moment de réflexion" pour "refonder et unir la gauche".

Outre le maire de Rouen, ces "journées de travail" réuniront notamment la maire de Paris Anne Hidalgo, la présidente d'Occitanie Carole Delga, le maire de Montpellier Michaël Delafosse ou la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy. Ils ont tous en commun d'être opposés à l'alliance de gauche Nupes entre le PS, La France insoumise, Europe Ecologie-Les Verts et le PCF.

"Il ne s'agit pas d'un meeting, ni d'un moment de campagne, mais d'un moment de réflexion", afin d'"élargir le rassemblement de la gauche, l'approfondir et l'équilibrer", explique à l'AFP M. Mayer-Rossignol, co-président de Refondations, courant qui pèse 30% au sein du PS.

"C'est la gauche qui travaille, qui réfléchit, la gauche du faire, qui n'a pas perdu ses convictions, qui se rassemble, qui est dans la réalité, pas dans l'incantation ou la posture", a-t-il précisé dans Midi Libre.

L'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve, lui-même critique de la Nupes, fera également une intervention par vidéo, une semaine avant de lancer, le 10 juin, à Créteil, son propre mouvement, La Convention.

"L'idée n'est pas de se compter. C'est très ouvert, toutes les sensibilités de la gauche ont été invitées", y compris La France insoumise, qui ne viendra pas, et le premier secrétaire du PS Olivier Faure, qui "n'a pas pris la peine de répondre", a précisé Nicolas Mayer-Rossignol, en froid avec le numéro un du parti.

Mais d'autres, "qui ne sont pas forcément d'accord avec nous", seront présents, a précisé Lamia El Aaraje, élue de Paris et co-présidente de Refondations. Comme l'ex-candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, le président écologiste de la métropole de Lyon Bruno Bernard, le communiste Pierre Lacaze ou l'ex-député européen José Bové.

Au menu, des ateliers et plénières sur l'unité de la gauche, la promesse républicaine ou l'Europe, qui sera l'un des enjeux majeurs de ces journées de travail, précise le maire de Rouen.

Pour lui, pour que la gauche gagne, "il faut qu'elle se rassemble dans le respect, et pas dans une forme d'insincérité", dit-il, regrettant la volonté affichée du PS de discuter d'une liste commune de la gauche aux européennes de l'année prochaine. "Faire semblant pour des raisons d'appareil, ce n'est pas rendre service au parti", estime-t-il.


France: Facebook visé par une plainte après le suicide d'une adolescente harcelée au collège

Les parents de 'Lindsay', une jeune fille de 13 ans qui s'est suicidée, s'adressent aux représentants des médias lors d'une conférence de presse à Vendin le Vieil, dans le nord de la France, le 1er juin 2023, après la mort de l'adolescente le 12 mai 2023. (AFP)
Les parents de 'Lindsay', une jeune fille de 13 ans qui s'est suicidée, s'adressent aux représentants des médias lors d'une conférence de presse à Vendin le Vieil, dans le nord de la France, le 1er juin 2023, après la mort de l'adolescente le 12 mai 2023. (AFP)
Short Url
  • «Si vous lisez cette lettre c’est que je suis sûrement partie (...) je n’en pouvais plus des insultes matin et soir, des moqueries, des menaces (...)», avait écrit la collégienne
  • L'enquête judiciaire ouverte a donné lieu à l'inculpation de quatre mineurs pour «harcèlement scolaire ayant conduit au suicide» et d'une personne majeure pour «menaces de mort»

VENDIN-LE-VIEIL: "Si chacun avait fait son travail pour protéger Lindsay, elle serait vivante": la famille d'une adolescente française qui s'est donnée la mort à 13 ans après avoir été victime de harcèlement scolaire, a annoncé jeudi avoir déposé plainte, notamment contre Facebook.

Après avoir pointé du doigt ce "travail" non fait, l'avocat de la famille, Me Pierre Debuisson, a lu une lettre rédigée par la jeune fille plusieurs mois avant son suicide, survenu mi-mai dans le nord de la France.

"Si vous lisez cette lettre c’est que je suis sûrement partie (...) je n’en pouvais plus des insultes matin et soir, des moqueries, des menaces (...) malgré tout ce qui s’est passé elles me voudront toujours du mal", y avait écrit la collégienne.

"Si on avait été aidés, si on avait été soutenus, je suis sûre que ma fille serait parmi nous", a affirmé sa mère, Betty, lors de cette conférence de presse.

"J’ai tout essayé, j’ai tout fait, on n’a pas été aidés, on a été lâchés, complètement, aucun soutien, ni avant, ni pendant, ni après", a-t-elle fustigé.

L'enquête judiciaire ouverte sur la mort de Lindsay a donné lieu à l'inculpation de quatre mineurs pour "harcèlement scolaire ayant conduit au suicide" et d'une personne majeure pour "menaces de mort".