Yémen: 9 morts dans des affrontements entre l'armée et des membres de tribus à Abyan

Les forces de la ceinture de sécurité à Aden, au Yémen, le 8 août 2019 (Photo, Reuters).
Les forces de la ceinture de sécurité à Aden, au Yémen, le 8 août 2019 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

Yémen: 9 morts dans des affrontements entre l'armée et des membres de tribus à Abyan

  • Des soldats ont encerclé un village et exigé que les membres des tribus locales livrent au moins 15 présumés combattants d'Al-Qaida
  • D'après le commandant Mohammed Qassem Atwah, la vallée de l'Omaran a été un refuge pour Al-Qaïda pendant très longtemps

AL-MUKALLÂ: Au moins neuf personnes ont été tuées lundi dans des affrontements entre les forces de sécurité yéménites et des membres de tribus locales soupçonnés d'abriter des membres d'Al-Qaïda dans la province d'Abyan, dans le sud du Yémen, ont révélé des résidents et des responsables locaux.
Des affrontements ont éclaté à Moudea, dans la province d'Abyan, lorsque des soldats  ont encerclé un village et exigé que les membres des tribus locales livrent au moins 15 présumés combattants d'Al-Qaida qui avaient préparé une embuscade mortelle contre les forces indépendantistes sur une route voisine.
Les membres de la tribu ont nié le fait d’abriter les terroristes et ont lancé une attaque qui s'est soldée par la mort de cinq membres de la tribu et de quatre soldats.
Mohammed Qassem Atwah, commandant de l'axe militaire d'Abyan, a déclaré mardi à Arab News que quelques heures avant les tragiques combats avec les tribus, un de ses soldats a été tué et un autre a été blessé lorsque leur véhicule a percuté une bombe en bord de route posée par des combattants dans la vallée d'Omaran à Abyan.
Au moins 15 militants ont ouvert le feu sur des véhicules militaires transportant les morts et les blessés, tuant trois membres de sécurité et en blessant sept. Les assaillants ont ensuite fui vers le village voisin d'Al-Bagera.
«Ils se sont réfugiés à l'intérieur du village après avoir agressé nos hommes. Nous avons supplié les membres de la tribu de les livrer et les avons informés que nous étions venus pour les protéger», a indiqué Atwah.
Les membres de la tribu ont refusé cette demande et ont riposté en tirant sur le personnel de sécurité, l'accusant de s'introduire dans leurs maisons et de détenir des résidents.
Les habitants se sont plaints d'arrestations arbitraires et de raids effectués par le personnel de la Ceinture de sécurité à la suite d'attentats et de détonations de bombes en bord de route, malgré leur accord sur la propagation d'Al-Qaida dans la région.
«La vallée d’Omaran a été un refuge pour Al-Qaida pendant très longtemps. Nous ne les laisserons pas s’implanter de nouveau dans la région», a assuré Atwah.
Il y a cinq mois, le Conseil de transition du Sud, favorable à l'indépendance, a lancé une offensive militaire pour chasser les militants d'Al-Qaida de leurs cachettes et de leurs installations militaires autour des vastes montagnes et vallées d'Abyan, dont Omaran.
Les militaires yéménites ont été confrontés aux tactiques de guérilla meurtrières utilisées par les combattants dans les hauts plateaux et les vallées d'Abyan, notamment le placement de bombes en bord de route, de mines terrestres et d'engins explosifs improvisés, ainsi que des attaques éclairs, qui ont tué au moins 70 personnes et en ont blessé plus de 175.
Saeed Obeid al-Jemhi, spécialiste yéménite du terrorisme, a expliqué à Arab News que le groupe militant avait été considérablement affaibli par les opérations des forces militaires et sécuritaires, les défections et la diminution des ressources financières.
Il a ajouté que la pose de mines terrestres et de bombes en bord de route par les combattants était la preuve du niveau de la «mauvaise» performance militaire d'Al-Qaida.
«L'efficacité militaire du groupe sur le terrain s'est détériorée et ses opérations ont évolué vers des assauts éclairs en attaquant un poste militaire ou en posant des explosifs en bord de route – des activités qui ne s'approchent même pas du niveau de guérilla que le groupe employait dans ses premières phases», a indiqué  Al-Jemhi, ajoutant toutefois que ce déclin ne signifie pas qu'Al-Qaida va périr.
Les analystes yéménites affirment que les forces séparatistes qui combattent Al-Qaïda à Abyan ont amplifié leurs réalisations militaires contre l'organisation terroriste tout en sous-estimant les risques d'Al-Qaïda et ses alliances de longue date avec les tribus locales.
«Les opposants au groupe exagèrent dans les médias l'obtention de triomphes radicaux et définitifs sur Al-Qaïda, mais le groupe est toujours actif dans certaines parties de ces endroits et est capable de réaliser des succès, ce qui peut surprendre les forces armées qui le cherchent», a soutenu Al-Jemhi.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com