Un monde «plus fort et plus durable» grâce à la présidence saoudienne du G20

Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salman prononce le discours de clôture du 15e sommet du G20 le 22 novembre 2020 à Riyad, en Arabie Saoudite (SPA)
Short Url
Publié le Lundi 23 novembre 2020

Un monde «plus fort et plus durable» grâce à la présidence saoudienne du G20

  • Les dirigeants du G20 se sont réunis deux fois au cours de la présidence saoudienne - une première
  • Le G20 a approuvé une plate-forme qui permettrait de réduire les émissions de carbone

RIYAD : Le prince héritier Mohammed ben Salman a déclaré dimanche que l'Arabie saoudite a consacré sa présidence du G20 à la construction d'un monde plus fort, plus robuste et plus durable.

Se prononçant lors de la dernière journée du Sommet du G20 qui s'est tenu à Riyad, le prince héritier a affirmé que le Royaume poursuivrait son soutien aux efforts internationaux qui ont pour but de fournir des vaccins et des traitements pour la Covid-19, d'une « manière équitable et abordable».

Selon le prince héritier «cette pandémie dépasse toutes les frontières. Elle s'est propagée dans tous les pays et a touché, de manière directe et indirecte, chaque personne sur cette planète, ce qui a catalysé le rôle décisif du G20».

Par ailleurs, le prince héritier a précisé que les dirigeants du G20 se sont réunis deux fois au cours de la présidence saoudienne - une première.

Alors que la Covid-19 emportait le monde, une réunion extraordinaire a eu lieu en mars, au cours de laquelle des «mesures sans précédent et des actions coordonnées» ont été décidées pour servir de base à la reprise mondiale, a-t-il rappelé.

Présentant son allocution au nom du roi Salman, président du Sommet cette année, le prince héritier a tenu à remercier les chefs d'État, les organisations internationales, les communautés d'affaires et les sociétés civiles qui ont apporté leur contribution au cours de la présidence du sommet par le Royaume.

«Nous voici aujourd'hui à la fin d'une année exceptionnelle au cours de laquelle nous avons eu le privilège et la responsabilité de présider le G20», a-t-il déclaré. «Nous nous sommes engagés depuis le début de cette année à «Réaliser les opportunités du 21e siècle pour tous. Ceci englobe des thèmes tels que : l'autonomisation des individus, la préservation de la planète et le façonnement de nouvelles frontières». Il a ajouté que ces thèmes sont devenus plus pertinents que jamais, dans le contexte de la pandémie.

Le prince héritier a rappelé que l'Arabie saoudite a contribué à hauteur de 500 millions de dollars sur les 21 milliards de dollars que les pays du G20 s'étaient engagés à allouer après la survenue de la pandémie.

Le prince héritier a déclaré que les pays du G20 «ont injecté plus de 11 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale pour soutenir les entreprises et protéger les moyens de subsistance des individus».

Ces États ont fourni une aide d'urgence aux pays vulnérables, à économie émergente ou à faible revenu dans le but de les aider à affronter la pandémie, et ce en allégeant leurs dettes d’une valeur dépassant les 14 milliards de dollars.

Parallèlement, le G20 a approuvé une plate-forme qui permettrait de réduire les émissions de carbone et de garantir une énergie plus propre, plus abordable et plus durable, a-t-il ajouté.

Il a précisé que les pays du G20 ont adopté l'initiative de Riyad portant sur l'avenir de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et qui prévoit un soutien aux réformes commerciales. Ils ont aussi adopté des «initiatives pour renforcer l'autonomie des femmes et des jeunes par le biais d'une éducation de qualité et une inclusion financière».

«La présidence du G20 durant cette année éprouvante constitue un défi exceptionnel, mais aussi un honneur incontestable», a déclaré le prince héritier.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


L'Algérie annonce la réouverture des sa frontière avec la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Short Url
  • Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021
  • Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020

ALGER: L'Algérie, grande pourvoyeuse de touristes à la Tunisie, va rouvrir à la mi-juillet la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 2020 en raison de la Covid-19, a annoncé le président algérien Abdelmadjid Tebboune mardi.

"Nous avons pris une décision conjointe de rouvrir les frontières terrestres à compter du 15 juillet", a déclaré M. Tebboune à l'aéroport d'Alger aux côtés de son homologue tunisien Kais Saied qui s'apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Jusque-là, le trafic routier entre les deux pays se limitait au transport de marchandises.

Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus.

Le secteur du tourisme en Tunisie a sérieusement pâti de cette fermeture, l'Algérie étant une grande pourvoyeuse de touristes au pays voisin, particulièrement durant la saison estivale.

Avant la pandémie du coronavirus, plus de trois millions d'Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux.

Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021.


Le Maroc redémarre des centrales à gaz grâce à l'Espagne

Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Short Url
  • Le GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar
  • L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne

RABAT: Le Maroc a annoncé mardi la remise en service de deux grandes centrales électriques grâce à du gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé depuis l'Espagne via le Gazoduc Maghreb Europe (GME), après la décision d'Alger de ne plus approvisionner le royaume en gaz.

"Le royaume du Maroc assure son approvisionnement en gaz naturel en concluant des contrats d’achat de GNL (gaz naturel liquéfié) sur le marché international et en utilisant les infrastructures gazières des opérateurs espagnols et le Gazoduc Maghreb-Europe", selon un communiqué de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) et de l’Office national des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Ce GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar, dans le nord du Maroc, autrefois alimentées par le gaz algérien.

Désormais l'approvisionnement des deux centrales -- qui fournissent entre 10% et 17% de la production nationale d'électricité, selon des médias locaux -- est "assuré par le GME via l’interconnexion gazière Maroc-Espagne fonctionnant en mode flux inverse", précise le communiqué.

L'acheminement du gaz vers le Maroc a commencé le 28 juin "sur la base des relations commerciales et du bon voisinage", avaient indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique, assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien.

L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Fin octobre, Alger avait décidé de ne pas renouveler le contrat du GME sur fond d'escalade de tensions entre les deux voisins du Maghreb autour de l'épineux dossier du Sahara occidental.

Depuis, Rabat cherche à diversifier les pistes pour couvrir ses besoins.

Fin novembre, une société britannique Sound Energy et l'ONEE ont signé un accord de fourniture de gaz naturel de la concession de Tendrara (est).

Sound Energy s'engage à produire et à livrer à pays jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.


Covid-19: Israël autorise la vaccination des tout-petits avec Pfizer et Moderna

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Short Url
  • Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN
  • Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19

JÉRUSALEM: Le ministère israélien de la Santé a annoncé mardi avoir autorisé les bébés et enfants entre 6 mois et 4 ans à être vaccinés contre la Covid-19 avec les injections des laboratoires Pfizer et Moderna.

Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN messagers à l'ensemble de sa population, dont les tout-petits.

Les experts de deux comités consultatifs israéliens ont conclu que les effets secondaires étaient "bénins" et le taux d'efficacité de ces vaccins importants, selon une lettre du directeur de la Santé Nachman Ash adressée le 1er juillet au ministère et dont l'AFP a eu une copie mardi.

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs et la plupart d'entre eux "ont recommandé de vacciner les bébés et les jeunes enfants à risque et de développer la vaccination de tous les enfants, même ceux qui ne sont pas à risque", selon la lettre.

L'accord des autorités israéliennes intervient après que l'agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé en juin l'injection du vaccin Moderna pour les enfants entre 6 mois et 5 ans et celui de Pfizer pour ceux entre 6 mois et 4 ans.

Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19, dont 17% des enfants dans la tranche d'âge de 5 à 11 ans.

Quelques pays dont l'Argentine, le Bahreïn, le Chili, la Chine, Cuba, le territoire d'Hong Kong et le Venezuela, proposaient auparavant des injections contre la Covid pour les tout-petits, mais pas des vaccins à ARNm (Pfizer, Moderna), considérés comme la technologie de pointe en la matière.